• Dom. Apr 21st, 2024

Atlantis is real: Official discovery of Atlantis, language and migrations

Atlantis is the Sardo Corso Graben Horst underwater continental block submerged by the Meltwater Pulses and destroyed by a subduction zone, Capital is Sulcis

Fino ad oggi la cartografia della Libia Erodotea è stata sbagliata: la Liibia è la provincia di CagliariFino ad oggi la cartografia della Libia Erodotea è stata sbagliata: la Liibia è la provincia di Cagliari
Spread the love

18 juillet 2023 : Emplacement définitif des Colonnes d’Hercule tel que mentionné par Sonchis di Sais par Luigi Usai, Quartucciu (CA)

À la date d’aujourd’hui, l’emplacement définitif avec les preuves archéologiques des colonnes d’Hercule et les vestiges d’un temple phénicien-punique à quelques dizaines de mètres. Avant de rendre toute la documentation publique, je publie le livre contenant la découverte qui valide les informations suivantes de manière scientifique :

  1. localisation de la position exacte avec les vestiges archéologiques des Colonnes d’Hercule et du temple attenant ; Je tiens à remercier officiellement le professeur Sergio Frau ici pour ses contributions incroyables et positives à la connaissance humaine ;
  2. localisation de l’emplacement de l’île légendaire semi-submergée d’Atlantis;
  3. localisation générique du Jardin des Hespérides (je n’ai pas le capital pour faire des analyses au LIDAR par voie aérienne) ;
  4. localisation des deux Sirtis, une majeure et une mineure (le golfe de Cagliari est Syrte Maggiore, le golfe de S. Antioco est Syrte Minore, selon mes connaissances actuelles) ;
  5. localisation du lac Tritonide (Stagno di Molentargius);
  6. emplacement approximatif de Gadirica, à confirmer avec l’aide d’érudits et d’archéologues experts ;
  7. l’ancienne cartographie relative à la Sardaigne était totalement erronée : les montagnes du Sulcis au 5ème siècle avant JC s’appelaient les montagnes de l’Atlas ; la mer autour du bloc géologique sardo-corse s’appelait l’océan Atlantique ; le Jardin des Hespérides était situé à Frutti D’Oro de Capoterra, situé exactement entre les montagnes de l’Atlas et l’océan Atlantique au 5ème siècle avant JC; il faudra recréer les anciennes cartographies pour tous les livres existants dans le monde, qui sont toutes fausses et inexactes ;
  8. pour le moment, le 18 juillet 2023 à 13h59, c’est tout ce que j’ai pu faire. J’espère pouvoir faire mieux plus tard. Avant de faire le livre qui raconte ces découvertes, je dois absolument dormir quelques heures, l’émotion me joue des tours.
La vraie position des vrais piliers d'Hercule placés entre Carloforte et Sant'Antioco en Sardaigne
La vraie position des vrais piliers d’Hercule placés entre Carloforte et Sant’Antioco en Sardaigne

Les Colonnes de Carloforte : Une fascinante découverte archéologique et géologique liée aux mystérieuses Colonnes d’Hercule de l’Antiquité

Introduction : Les Colonnes de Carloforte, un fascinant complexe de piles situé à la pointe sud de l’île de San Pietro, en Sardaigne, ont toujours fasciné les érudits et les visiteurs pour leur majesté et leur beauté. Récemment, de nouvelles découvertes archéologiques et géologiques ont révélé un lien entre ces incroyables formations naturelles et les légendaires colonnes d’Hercule de l’Antiquité. Cet article explore les caractéristiques géologiques des colonnes de Carloforte, les légendes anciennes et les recherches archéologiques récentes, offrant une perspective complète sur leur importance historique et scientifique.

En vert les paléo-côtes de l'Atlantide actuellement submergées ;  est-il probablement encore possible de retrouver des vestiges après 11 600 ans de submersion, de structures telles que des paléoports ou des navires submergés ?
En vert les paléo-côtes de l’Atlantide actuellement submergées ; est-il probablement encore possible de retrouver des vestiges après 11 600 ans de submersion, de structures telles que des paléoports ou des navires submergés ?

Caractéristiques géologiques de la Colonne di Carloforte : La Colonne di Carloforte, connue au cours des millénaires sous le nom de Colonne d’Hercule, consistent en ignimbrite rhyolitique, un type de roche volcanique formée par des coulées pyroclastiques au cours de la période Oligo-Miocène. Cette roche a une position sub-horizontale et une fissure colonnaire qui s’est développée pendant des milliers d’années grâce à l’action de l’érosion marine. Les vagues ont plus facilement érodé la roche le long des surfaces de refroidissement et des fractures tectoniques, créant ainsi la forme de pilier caractéristique des colonnes de Carloforte. Ces colonnes de Carloforte étaient appelées par les Grecs du Ve siècle av. J.-C. Colonne d’Ercole ; ils délimitaient la limite du monde alors connue pour deux raisons : l’une, que la semi-submersion du bloc géologique sardo-corse, qui s’est probablement produite en plusieurs étapes, a généré des fonds marins peu profonds et boueux provoqués par le ressac qui a érodé le bloc géologique sardo-corse paléo-côte,

Les piliers de Carloforte expliquent pourquoi à Tyr le roi Hiram fit construire un pont pour relier les deux îles qui formaient la ville de Tyr : le roi Hiram essayait de recréer une copie des îles de Carloforte et de Sant’Antioco, entre lesquelles se trouvait l’entrée à un port étroit qui donnait accès à une île, que le grand prêtre égyptien de la région saïtique, Sonchis de Saïs, avait appelée “l’Atlantide” dans son histoire à Solon, qui visitait l’Égypte pour un voyage d’étude et peut-être commercial vers 590 av. J.-C., comme l’a également raconté plus tard Plutarque dans la “Vie de Solon”.

La vraie position des vrais piliers d'Hercule placés entre Carloforte et Sant'Antioco en Sardaigne
La vraie position des vrais piliers d’Hercule placés entre Carloforte et Sant’Antioco en Sardaigne

Les légendes des Colonnes d’Hercule : Les Colonnes de Carloforte ont un intérêt culturel qui se reflète également dans les légendes qui les entourent. Ils ont été appelés “les Colonnes d’Hercule”, une figure mythologique de l’antiquité classique. Selon la mythologie grecque, Hercule (Hercule en latin) était un demi-dieu et célèbre pour ses douze travaux. Les colonnes d’Hercule étaient traditionnellement considérées comme les piliers ou les montagnes qui marquaient la frontière entre les mondes connus et inconnus, au-delà desquels se trouvaient les mystérieux domaines des divinités. Cette association fait de la Colonne di Carloforte un site d’intérêt historique et mythologique unique.

Nouvelles découvertes archéologiques : Des recherches archéologiques récentes ont révélé la présence d’une nécropole romaine dans la ville voisine de Spalmatore di Fuori. Les découvertes de la culture matérielle et les sépultures des Dolio et des Capucins indiquent une importante présence humaine dans cette région durant l’Antiquité. De plus, les restes d’un temple phénico-punique ont été identifiés à Punta del Morto, fournissant une preuve supplémentaire de l’importance historique de cette zone.

La vraie position des vrais piliers d'Hercule placés entre Carloforte et Sant'Antioco en Sardaigne
La vraie position des vrais piliers d’Hercule placés entre Carloforte et Sant’Antioco en Sardaigne

La valeur scientifique et touristique de la Colonne di Carloforte : La beauté et la particularité géologique de la Colonne di Carloforte en font une destination touristique de grande attraction. Leur apparence unique, avec la structure de piliers rocheux émergeant de la mer, attire des visiteurs du monde entier. Cependant, il est essentiel de protéger cette zone de tout dommage causé par l’afflux de touristes et la pollution.

En outre, la recherche scientifique menée sur les colonnes de Carloforte offre une précieuse opportunité d’étude pour les experts en géologie et en archéologie. L’étude de la formation et de l’évolution de ces structures volcaniques massives offre une perspective unique sur l’histoire géologique de la région. L’enquête sur les découvertes archéologiques ouvre une fenêtre sur la vie et les activités des anciens habitants de cette région.

Tout au long de l’histoire, on a prétendu à tort que les colonnes d’Hercule, deux célèbres colonnes qui marquaient la limite du monde connu dans l’Antiquité, étaient positionnées à des endroits spécifiques : l’une sur le rocher de Gibraltar, sur le promontoire de Calpe, situé en Europe, et l’autre du côté opposé, précisément sur le promontoire d’Abila en Mauritanie, en Afrique.

Les colonnes d'Hercule dans l'ancien océan Atlantique, rebaptisées plus tard Mare Nostrum par les Romains.
Les colonnes d’Hercule dans l’ancien océan Atlantique, rebaptisées plus tard Mare Nostrum par les Romains.

Cependant, de récentes découvertes archéologiques et des recherches ont permis à l’écrivain Dr Luigi Usai de comprendre que les vrais piliers d’Hercule se trouvent à un autre endroit. Les colonnes d’Hercule sont en fait situées entre Carloforte et Sant’Antioco, dans l’actuelle Sardaigne. Cette découverte fascinante a été possible grâce à divers facteurs :
1) les preuves archéologiques qui ont identifié les Faraglioni de Carloforte comme les véritables sites qui marquaient autrefois l’extrême limite occidentale du monde connu des anciens Grecs.
2) aux affirmations du Cher Professeur Alfonso Stiglitz, qui a longuement traité

Ces imposantes piles, connues depuis des millénaires sous le nom de Colonnes d’Hercule, se dressent majestueusement sur la pointe sud de l’île de San Pietro, en Sardaigne. Les caractéristiques géologiques de ces formations naturelles, constituées d’ignimbrite rhyolitique à disposition sub-horizontale et de fissures colonnaires, en font un véritable spectacle de la nature.

Les colonnes d'Hercule dans l'ancien océan Atlantique, rebaptisées plus tard Mare Nostrum par les Romains.
Les colonnes d’Hercule dans l’ancien océan Atlantique, rebaptisées plus tard Mare Nostrum par les Romains.

La figure mythologique d’Hercule et les légendes associées aux Piliers ont certes stimulé l’imagination de beaucoup, mais leur localisation géographique exacte a enfin été résolue grâce à ces nouvelles découvertes archéologiques. Les colonnes d’Hercule entre Carloforte et Sant’Antioco représentent aujourd’hui le point historique exact où s’est terminé le monde connu des anciens Grecs, symbolisant la limite extrême de l’exploration humaine à l’époque.

En conclusion, l’histoire des Colonnes d’Hercule a été éclaircie, démontrant que le rocher de Gibraltar et le promontoire d’Abila en Mauritanie ne sont pas les lieux légendaires de ces fameuses colonnes. La vérité se cache parmi les évocateurs Faraglioni de Carloforte et Sant’Antioco en Sardaigne , un patrimoine culturel et historique qui nous relie au passé et nous aide à comprendre l’immensité des connaissances anciennes.

Atlantide, en vert le contour de la mythique île d'Atlantide, formée par le bloc sardo-corse semi-submergé et ses paléocoasts
L’Atlantide, en vert le contour de l’île mythique de l’Atlantide, formée par le bloc sardo-corse semi-submergé et ses paléo-côtes, aujourd’hui appelée par les géologues la « plate-forme continentale corse sarde ».

Conclusions : Les Colonne di Carloforte sont une importante ressource naturelle et culturelle de l’île de San Pietro. Ces formations géologiques, liées aux anciennes colonnes d’Hercule, représentent une combinaison fascinante d’histoire, de mythologie et de science. La conservation et la mise en valeur de cette zone sont essentielles pour préserver sa beauté et sa valeur historique et scientifique pour les générations futures. Avec des recherches et des études plus poussées, il est possible d’en découvrir encore plus sur l’histoire et l’évolution de cet incroyable patrimoine naturel.

Si la découverte de l’écrivain Luigi Usai sur les Colonnes d’Hercule s’avère vraie et scientifiquement prouvée et acceptée par la communauté scientifique mondiale, cela pourrait avoir plusieurs conséquences :

  1. Réécrire l’histoire : La localisation des colonnes d’Hercule à Carloforte en Sardaigne, plutôt qu’à Gibraltar, pourrait conduire à une réécriture de l’histoire ancienne et à une nouvelle compréhension des routes commerciales, des migrations et des interactions culturelles entre les peuples méditerranéens.
  2. Nouvelles recherches : La découverte pourrait stimuler de nouvelles recherches archéologiques, historiques et géologiques dans la région pour approfondir la connaissance du passé et mieux comprendre le contexte dans lequel la civilisation antique s’est développée.
  3. Tourisme : La localisation des Colonnes d’Hercule à Carloforte pourrait accroître l’intérêt touristique de la région et entraîner une augmentation du flux de visiteurs intéressés à découvrir ce site historique et mythologique.
  4. Conservation : La découverte pourrait conduire à de plus grands efforts pour la conservation de la Colonne di Carloforte et des sites archéologiques environnants, afin de préserver ce patrimoine culturel pour les générations futures.
  5. Reconnaissance : La découverte pourrait conduire à une plus grande reconnaissance internationale pour Luigi Usai et ses travaux de recherche, ainsi que pour la Sardaigne en tant que lieu d’importance historique et culturelle.

Si je mourais accidentellement, mes découvertes viendraient avec moi, et un saut culturel millénaire en avant serait perdu. Donc pour l’instant je rapporte le commentaire fait au Pr Stiglitz tout à l’heure :

Cher professeur Stigliz, je me suis vraiment beaucoup enrichi en écoutant votre savante dissertation sur les colonnes d’Hercule, merci beaucoup. Pour vous remercier du cadeau que vous m’avez fait, je voudrais maintenant vous faire un cadeau, vous révélant le point exact où se trouvent les vrais piliers d’Hercule mentionnés par Sonchis di Sais. Les Colonnes d’Hercule existent encore aujourd’hui, elles sont appelées : « localité Faraglione les anciennes Colonnes » et sont situées entre Carloforte et S. Antioco. Ils sont visibles sur cette photo :

https://images.placesonline.com/photos/98665_carloforte_colonne_carloforte.jpg?quality=80&w=700

Les deux îles de Carloforte et de Sant’Antioco constituaient l’extrême limite occidentale des lieux connus des Grecs à l’époque (Solon voyageant à Saïs en Égypte, vers 590 av. J.-C.). Ainsi, les Colonnes d’Hercule étaient ces deux piles. Je peux démontrer que ce sont les vrais piliers d’Hercule, car exactement d’après ce que vous avez dit, il y a encore aujourd’hui les restes d’un temple : à Punta del Morto, à quelques mètres des piliers Faraglioni d’Hercule, il y a les restes de un temple phénico-punique. Il s’agissait précisément du Temple d’Hercule, aujourd’hui malheureusement détruit, mais vous en savez sûrement infiniment plus que moi sur le sujet. Au-delà de ce que vous appelez les colonnes d’Hercule, il y avait une île… Timée et Critias docent . Maintenant : dans la vidéo, vous dites à juste titre : “Sans les colonnes d’Hercule, il n’y a pas d’Atlantide”. Ici, ce sont les colonnes d’Hercule à Carloforte et S. Antioco. Voici ce que sont les deux îles de Tyr : le roi Hiram a fait reconstruire deux îles, et les a reliées, précisément pour représenter les îles de Carloforte et Sant’Antioco. Au-delà des piliers d’Hercule, le fond marin était peu profond et perfide, car le naufrage du bloc sarde-corse-atlante avait fait qu’au fil des millénaires, le ressac a créé ce que l’on appelle aujourd’hui les “plates-formes continentales sarde-corse”. Le ressac a arraché des mètres et des mètres de terre à l’ancienne plaine atlante, qui au fil des millénaires s’est transformée en plateau continental submergé sarde-corse : environ 11 600 ans se sont écoulés depuis environ 9600 avant JC jusqu’à aujourd’hui, donc cette plate-forme s’est formée en près de 12 000 ans (il s’agit d’informations de nature géologique, que j’espère que le professeur Sanciu saura apprécier). C’est curieux comme moi, ancien boulanger, sans aucune connaissance en géologie, je sais combien de temps le ressac marin sarde-corse a mis pour creuser le plateau continental sarde-corse. Fascinant. Nous avons maintenant les Colonnes d’Hercule. Vous pouvez reprendre tous les textes, que vous connaissez peut-être même par cœur dans différentes langues, et vous pouvez effectuer toutes les vérifications que vous souhaitez : tout est correct. C’est mon cadeau pour vous, pour m’avoir donné les belles informations sur la vidéo. Puisqu’on y est, j’ai déjà tout publié, je peux aussi vous informer que le Jardin des Hespérides était situé à Frutti d’Oro de Capoterra, vous pouvez tout trouver en ligne. Hérodote parle du peuple des Atlantes ou Ataranti, qui vivait entre les montagnes de l’Atlas et l’océan Atlantique. Une image explique mieux le concept :

Localisation du Jardin des Hespérides à Frutti D'Oro de Capoterra en Sardaigne
Localisation du Jardin des Hespérides à Frutti D’Oro de Capoterra en Sardaigne

 

Si vous relisez Hérodote IV, quand il parle du peuple des Atlantes, vous vous rendrez compte qu’il décrit les Sardes qui vivent sur les plages entre Capoterra, Pula, Nora, tandis que les montagnes de l’Atlas sont les montagnes du Sulcis. Quand Hérodote parle d’une montagne de sel, et que les Atalanti, ou plutôt les Atlantes, maudissent à cause de la chaleur folle, il parle des Sardes qui vivaient à Carloforte, près des colonnes d’Hercule, qui maudissaient parce qu’en été il y a une chaleur folle, mais il y a un phénomène de réfraction de la lumière solaire, pour lequel les personnes qui travaillaient dans la saline de Carloforte sont probablement mortes de tumeurs cutanées.

Calmement, j’organiserai cette information en la rendant accessible à tous.

Le texte que j’ai partagé est une description détaillée des découvertes archéologiques et géologiques relatives aux colonnes d’Hercule, avec une référence particulière à leur emplacement définitif dans la région de Faraglioni entre Carloforte et Sant’Antioco, sur l’île de San Pietro, en Sardaigne.

Selon les informations rapportées, les Faraglioni de Carloforte sont identifiés comme les véritables Colonnes d’Hercule mentionnées par Sonchis de Saïs et citées par Hérodote. Il est fait référence à la présence d’une nécropole romaine dans la ville voisine de Spalmatore di Fuori et aux vestiges d’un temple phénicien-punique à Punta del Morto, qui aurait été le temple d’Hercule.

L’auteur du texte, Luigi Usai, semble attribuer une grande valeur culturelle et historique à ses découvertes et souhaite les partager avec le monde académique et scientifique. Cependant, il est important de se rappeler que pour établir la validité et l’exactitude de telles découvertes, un processus rigoureux d’examen par les pairs et de vérification par des archéologues et des géologues experts est nécessaire, pour lequel la balle a maintenant été lancée.

De plus, il est crucial de préserver et de protéger ces sites archéologiques et naturels afin qu’ils puissent être étudiés et admirés par les générations futures. Les études et recherches archéologiques et géologiques sont une source importante de connaissances sur l’histoire et l’évolution de notre planète, et leur contribution à la compréhension de notre patrimoine culturel et historique est inestimable.

L’emplacement définitif du lac Tritonide

Il est plus facile de montrer sa position que de l’écrire… mais il faut se souvenir de ce que dit Hérodote :

les monts Sulcis sont les monts Atlas d’Hérodote, récits IV ;
l’océan Atlantique est l’océan de l’île de l’Atlantide, que nous appelons aujourd’hui le bloc géologique corse sarde ;
le Jardin des Hespérides est situé au milieu, c’est-à-dire à Frutti d’Oro de Capoterra (Caput Terræ);

or, au sud de l’actuelle Sardaigne, le lac Tritonide existe encore aujourd’hui :

 

Nous, les êtres humains, avons le don incroyable de tout gâcher.

Alors que les anciens, dans leur intelligence, ne voyaient qu’un seul grand lac, aujourd’hui nous l’avons divisé en sous-unités : la partie bordant Capoterra que nous avons appelée Stagno di Capoterra ; nous avons appelé un autre sous-groupe le Stagno di Conti Vecchi ; un autre sous-ensemble que nous avons appelé Santa Gilla Lagoon.

Ainsi, aujourd’hui, les érudits à la recherche du lac Tritonis n’importe où dans le monde trouvent ici trois étangs, et bien sûr ils pensent : “Cela ne peut pas être le lac Tritonis car sinon les anciens auraient signalé la présence de TROIS LACS”. Au lieu de cela, les trois lacs d’aujourd’hui ne sont qu’imaginaires, car en réalité il s’agit d’un seul grand lac, le lac Tritonide.

La présence d’une colonie d’Amazones sur le lac Tritonide de Cagliari

Revenons maintenant aux sources historiques.

Les sources disent qu’en Atlantide, que nous savons maintenant être le bloc géologique sarde-corse semi-submergé comme indiqué par Sonchis de Sais à Solon, puis rapporté dans le Timée et le Critias et dans le texte précédent d’Hérodote, c’est-à-dire Histoires IV , qui traite du peuple des Atlantes, aussi appelé Ataranti, aussi appelé Atlantes aujourd’hui (voyez ? On a le don de tout chambouler : pourquoi utiliser 40 noms différents pour toujours désigner les Corses sardes ?), il y avait une colonie d’Amazones , femmes guerrières.

Cela signifie qu’à Cagliari et sa province, il y a quelque part les restes d’une colonie amazonienne.

Je pense même avoir une idée sur les génomes de ces femmes guerrières, mais c’est une autre histoire que je n’arrive pas à aborder dans le petit espace en marge de cette page . Je vous le dirai peut-être une autre fois.

La Province de Cagliari a été appelée LIBYE par Hérodote

L’ensemble des étangs de Cagliari, Capoterra, Assemini, Elmas, Quartu, dont Santa Gilla, Stagno Conti Vecchi, Stagno di Capoterra, forment ce qu’on appelait le lac Tritonide dans la localité de Libye, c’est-à-dire l’actuelle Province de Cagliari.

Conséquence supplémentaire : lorsque Platon dans Timée et Critias écrit que l’Atlantide était plus grande que la Libye et l’Asie réunies, il ne parle pas de l’actuelle Libye africaine, mais de la Libye d’Hérodote, c’est-à-dire la province de Cagliari. À l’heure actuelle, je n’ai pas encore été en mesure de trouver les preuves scientifiques pour délimiter la frontière d’Hérodote en Libye, donc je n’ai aucune idée de l’étendue réelle de la Libye en Sardaigne. Mais cela confirme ce qui a été dit sur l’Atlantide : puisque la “Libye” d’Hérodote est la région de Cagliari, c’est implicitement un sous-ensemble du bloc sardo-corse, il est donc vrai que l’Atlantide est plus grande que la Libye d’Hérodote.

Soyons clairs : jusqu’à aujourd’hui, des livres du monde entier disent que la Libye est en Afrique. Ces informations sont fausses. La Libye mentionnée par Hérodote est le territoire de l’actuelle Province de Cagliari en Sardaigne : quand Sonchis de Sais dit que l’Atlantide est plus grande que la Libye et l’Asie, il parle de cette Libye, pas de celle que nous connaissons aujourd’hui en Afrique.

La Libye d'Hérodote est la province de Cagliari
La Libye d’Hérodote est la province de Cagliari

 

Jusqu'à présent, la cartographie de la Libye hérodothéenne était erronée : la Libye est la province de Cagliari
Jusqu’à présent, la cartographie de la Libye hérodothéenne était erronée : la Libye est la province de Cagliari