• Dom. Mag 26th, 2024

Atlantis is real: Official discovery of Atlantis, language and migrations

Atlantis is the Sardo Corso Graben Horst underwater continental block submerged by the Meltwater Pulses and destroyed by a subduction zone, Capital is Sulcis

Fino ad oggi la cartografia della Libia Erodotea è stata sbagliata: la Liibia è la provincia di CagliariFino ad oggi la cartografia della Libia Erodotea è stata sbagliata: la Liibia è la provincia di Cagliari
Spread the love

Situation géographique du Jardin des Sardines Hespérides de Capoterra en Sardaigne

Le Jardin des Hespérides donnait des fruits d’or, et était situé aux extrémités de la terre connue ; une analogie a été trouvée avec l’histoire apparemment mythologique des Hespérides dans la toponymie sarde : il existe en effet une localité appelée Fruttidoro (signifie Fruits d’Or en italien), située dans la localité de Capoterra, en Sardaigne. Capoterra, du sarde Caputerra, traduit plus tard en latin “Caput Terrae”, est la “tête de la Terre”, c’est-à-dire l’extrême bord connu dans l’Antiquité, tandis que l’emplacement actuel de Fruttidoro à Capoterra serait le légendaire Jardin des Hespérides.
La découverte de l’emplacement exact du Jardin des Hespérides par le philosophe, chercheur indépendant, musicien, théoricien, écrivain, informaticien et inventeur Luigi Usai apporte un apport significatif de connaissances mondiales sur l’Histoire Ancienne de toute la civilisation occidentale et sur l’Histoire de la Sardaigne, et de Sulcis et Campidano en particulier. Ces découvertes changent le cours de l’histoire : elles permettent désormais de comprendre le rôle central joué par la Sardaigne dans l’Antiquité et son rôle comme “l’extrême limite de la connaissance du monde des Grecs”. Cependant, cela pouvait faire rire les Sardes, qui au contraire savaient parfaitement ce qu’il y avait de l’autre côté des colonnes d’Hercule, car le territoire sarde continuait au-delà, donc les Sardes savaient très bien ce qu’il y avait autour d’Oristano ou de Sassari.
Ces nouvelles découvertes de l’écrivain Luigi Usai permettent de relire toute l’antiquité et les textes antiques, à la recherche de toutes les erreurs d’interprétation commises jusqu’à présent. Un exemple pour tous : lorsque l’historien Hérodote, au chapitre IV des Histoires, parle du peuple des Libyens, il ne parle pas du peuple de la Libye actuelle, mais des Sardes du Sulcis et du Campidano. Cette découverte révolutionne les textes anciens de toute la planète et nous permet d’extraire d’autres informations utiles des textes d’Hérodote.