• Mar. Giu 18th, 2024

Atlantis is real: Official discovery of Atlantis, language and migrations

Atlantis is the Sardo Corso Graben Horst underwater continental block submerged by the Meltwater Pulses and destroyed by a subduction zone, Capital is Sulcis

Version 180 Découverte de l’Ile de l’Atlantide, du Jardin des Hespérides, des Colonnes d’Hercule, du Lac Tritonide, des Gorgones

Version 228 Découverte de l'Ile de l'Atlantide, du Jardin des Hespérides, des Colonnes d'Hercule, du Lac Tritonide, des GorgonesVersion 228 Découverte de l'Ile de l'Atlantide, du Jardin des Hespérides, des Colonnes d'Hercule, du Lac Tritonide, des Gorgones
Spread the love

 –>  (correction du 08/06/2023)

erreur  : j’ai découvert que cette information avait déjà été publiée

par Cher Giorgio Saba, auteur du texte : « Excusez-moi, où est Hadès ? Hypothèses sur l’histoire ancienne de la Sardaigne »  . J’ai contacté le très aimable M. Pierluigi Montalbano pour lui communiquer ma découverte potentielle, et il m’a informé que cette information avait déjà été découverte et publiée, même si je n’en avais jamais entendu parler auparavant.

Félicitations à M. Giorgio Saba, découvreur officiel des Colonnes d’Hercule.

  1. Le très aimable professeur Giorgio Saba a trouvé les véritables  colonnes d’Hercule  : ce sont les Faraglione Antiche Colonne de Carloforte, sur l’île de San Pietro, en Sardaigne (Italie) ; sa découverte est décrite dans le texte «  Excusez-moi, où est Hadès ? Hypothèses sur l’histoire ancienne de la Sardaigne  ». Félicitations officielles !
  2. Sulcis est la capitale de l’Atlantide ;
  3. L’Atlantide est le bloc géologique sardo-corse partiellement submergé par des causes à déterminer ;
  4. Le lac Tritonide est la somme des lacs, lagunes et étangs de Cagliari, Assemini, Elmas, Capoterra, Quartu, Molentargius, Stagno Conti Vecchi ; il reste à déterminer si la submersion du bloc sardo-corse a modifié les dimensions originelles de ce lac considéré comme mythologique depuis des millénaires ;
  5. La légende raconte que les habitants du lac Tritonide auraient volé et caché un trépied des Argonautes : j’ai théorisé l’hypothèse que le trépied mentionné dans la légende des Argonautes aurait été en réalité caché par les Sardes après l’arrivée des Argonautes dans la région. Ce trépied peut avoir été un artefact précieux ou sacré qui a suscité l’intérêt des Sardes, les amenant à copier sa technique stylistique pour produire des trépieds locaux. Il est donc possible non seulement une contamination linguistique et culturelle entre Grecs et Sardes, mais aussi artistique et stylistique. Il est possible que parmi les fragments de trépieds de style grec et chypriote trouvés par les archéologues sardes, il y ait même un fragment ou une partie du trépied mentionné dans la légende.
  6. Les montagnes de l’Atlas mentionnées par Hérodote dans ses Histoires au chapitre IV sont les montagnes du Sulcis  ;
  7. La Libye mentionnée par Hérodote dans ses Histoires au chapitre IV est une zone de l’actuelle Province de Cagliari ;
  8. L’« espèce d’éléphant » largement présente sur l’Atlantide sardo-corse est le Mammuthus Lamarmorae, aujourd’hui également connu sous le nom d’éléphant nain sarde ;
  9. L’océan Atlantique pour Hérodote et Sonchis de Sais est la mer de Sardaigne et de Corse  et d’autres mers de la Méditerranée, mais pas toute la Méditerranée : seulement un sous-ensemble de celle-ci ;
  10. La boue qui a entouré l’île sardo-corse de l’Atlantide est due à l’érosion par le ressac des paléo-côtes sardo-corses  ; cette érosion a provoqué la formation du plateau continental sardo-corse dit submergé ;
  11. Les Amazones de Mirina ont fondé une ville sur le lac Tritonide  : donc les Amazones de la reine Mirina vivaient dans la province de Cagliari ; pour confirmer cela toutes les études des siècles sur le fait qu’en Sardaigne il y avait une civilisation matriarcale; Les îles Hespérides (en latin : Hesperidum Insulae) sont des îles de l’  océan Atlantique (c’est-à-dire dans la mer autour de la Sardaigne et de la Corse jusqu’au moins au 5ème siècle avant JC comme en témoignent les écrits d’Hérodote et les affirmations de Sonchis de Sais); dans la tradition classique les îles Esperidi sont probablement toutes les îles rencontrées avant d’atteindre les Colonnes d’Hercule à Carloforte, en particulier la Sardaigne et toutes les petites îles telles que Sant’Antioco, Carloforte, Isola dei Cavoli, Serpentara, pour n’en citer que quelques-unes. Elles sont également connues sous le nom d’Iles des Dames de l’Ouest car les Amazones, c’est-à-dire les Dames de l’Ouest, y vivaient, sur le lac Tritonide de Cagliari et sa province, jusqu’à l’actuelle Capoterra.
  12. Il peut y avoir au moins trois causes possibles au naufrage de l’Atlantis Sardo Corsa, selon mes réflexions autonomes et indépendantes : le recul de la dalle du peuplement géologique de l’île corse atlante sarde ; les Meltwater Pulses, en particulier peut-être le Meltwater Pulse 1b ; J’ai émis l’hypothèse de la présence sous le Sulcis d’une zone Wadati-Benioff qui part au moins du détroit de Gibraltar et s’étend au moins jusqu’à Pompéi et Herculanum, en passant sous le Sulcis. Cette faille, activée dans le passé, a pu provoquer des tremblements de terre, des raz de marée et des destructions diverses, car l’épicentre se situe juste au-dessus du Sulcis ; par conséquent, même des tremblements de terre mineurs peuvent avoir été dévastateurs car ils se situent juste en dessous de la zone habitée et peuplée. Ce fait pourrait également avoir causé le naufrage du mont Atlas où Poséidon et Clito ont construit le centre de la capitale de l’Atlantide. Le naufrage du Mont a pu être interprété par les populations comme une punition divine pour l’arrogance du peuple des Atlantes, c’est-à-dire pour l’arrogance des Sulcitani. Ce qui est ridicule, c’est qu’aujourd’hui Sulcis est la région la plus pauvre de toute l’Italie. C’est vraiment un paradoxe : la capitale de l’Atlantide dans la préhistoire, devenue aujourd’hui la région la plus pauvre de toute l’Italie. La date de naufrage de l’Atlantide corse sarde n’a pas encore été définie avec précision, donc en réalité les Meltwater Pulses peuvent ne pas être impliquées dans le processus de submersion. Le naufrage du Mont a pu être interprété par les populations comme une punition divine pour l’arrogance du peuple des Atlantes, c’est-à-dire pour l’arrogance des Sulcitani. Ce qui est ridicule, c’est qu’aujourd’hui Sulcis est la région la plus pauvre de toute l’Italie. C’est vraiment un paradoxe : la capitale de l’Atlantide dans la préhistoire, devenue aujourd’hui la région la plus pauvre de toute l’Italie. La date de naufrage de l’Atlantide corse sarde n’a pas encore été définie avec précision, donc en réalité les Meltwater Pulses peuvent ne pas être impliquées dans le processus de submersion. Le naufrage du Mont a pu être interprété par les populations comme une punition divine pour l’arrogance du peuple des Atlantes, c’est-à-dire pour l’arrogance des Sulcitani. Ce qui est ridicule, c’est qu’aujourd’hui Sulcis est la région la plus pauvre de toute l’Italie. C’est vraiment un paradoxe : la capitale de l’Atlantide dans la préhistoire, devenue aujourd’hui la région la plus pauvre de toute l’Italie. La date de naufrage de l’Atlantide corse sarde n’a pas encore été définie avec précision, donc en réalité les Meltwater Pulses peuvent ne pas être impliquées dans le processus de submersion. aujourd’hui, c’est devenu la zone la plus pauvre de toute l’Italie. La date de naufrage de l’Atlantide corse sarde n’a pas encore été définie avec précision, donc en réalité les Meltwater Pulses peuvent ne pas être impliquées dans le processus de submersion. aujourd’hui, c’est devenu la zone la plus pauvre de toute l’Italie. La date de naufrage de l’Atlantide corse sarde n’a pas encore été définie avec précision, donc en réalité les Meltwater Pulses peuvent ne pas être impliquées dans le processus de submersion. ainsi, en réalité, les Meltwater Pulses peuvent ne pas être impliquées dans le processus de submersion. aujourd’hui, c’est devenu la zone la plus pauvre de toute l’Italie. La date de naufrage de l’Atlantide corse sarde n’a pas encore été définie avec précision, donc en réalité les Meltwater Pulses peuvent ne pas être impliquées dans le processus de submersion. ainsi, en réalité, les Meltwater Pulses peuvent ne pas être impliquées dans le processus de submersion. aujourd’hui, c’est devenu la zone la plus pauvre de toute l’Italie. La date de naufrage de l’Atlantide corse sarde n’a pas encore été définie avec précision, donc en réalité les Meltwater Pulses peuvent ne pas être impliquées dans le processus de submersion.
  13. la Corse actuelle était la partie montagneuse au nord de l’Atlantide  ; aujourd’hui une île apparaît parce qu’elle a été submergée, c’est une illusion d’optique. La Corse et la Sardaigne étaient des terrasses montagneuses de l’île de l’Atlantide, donc après la submersion catastrophique partielle elles sont restées hors de l’eau, et aujourd’hui on pense que ce sont deux îles, détachées, séparées, mais ce n’est absolument pas vrai ;
  14. les montagnes du Sulcis étaient appelées montagnes de l’Atlas, et tenaient leur nom du fils de Poséidon appelé Atlas, le premier de 5 paires de jumeaux, donc le premier de 10 frères ;
  15. Fruttidoro di Capoterra est le Jardin des Hespérides ;
  16. l’océan Atlantique était le nom paléolithique de la Méditerranée autour de l’île sardo-corse ;
  17. La Libye, au Ve siècle av. J.-C., selon les textes d’Hérodote et de Solon et de Platon était alors une région de l’actuelle province de Cagliari; l’écrivain Dr. Luigi Usai a compris que quand Hérodote parle de la Libye, il ne parle pas de la Libye que nous connaissons en Afrique, mais de la Libye en tant que territoire de la province de Cagliari. Il s’est rendu compte qu’Anteo est le roi de Libye; en utilisant l’induction logique, il a estimé que si la Libye est une partie de l’actuel Campidano en Sardaigne, et si Antée était le roi de Libye, par induction logique, alors Antée était un roi de Campidano. Toujours à un niveau intuitif, l’écrivain Luigi Usai s’est rendu compte qu’en fait en Sardaigne il y a un temple d’Antas, qui pourrait représenter Antée comme une ancienne divinité sarde. En effet, si le Temple d’Antas est dédié au Sardus Pater, pourquoi ne pas l’appeler le Temple du Sardus Pater ? Ces réflexions et bien d’autres, comme la présence des Amazones sur le lac Tritonide en Libye… mais cette fois, en réfléchissant au fait que le lac Tritonide se trouve au sud de la Sardaigne, toute la géographie d’Hérodote revient à sa place. Le désert libyen serait plutôt, selon l’écrivain Luigi Usai, le désert sarde de Porto Pino, qui est pratiquement inconnu du monde entier à l’exception des Sardes eux-mêmes.
  18. au moins les peuples suivants vivaient sur les territoires de l’actuelle Sardaigne : Ausei, Maclei, Libi, Atlanti, Ammonii, Nasomonii, Lotofagi, troglodytes éthiopiens ; les Giligami sont un peuple de Libye qui borde les Adirmachids et les Asbistes. Ils vivent sur un territoire qui va de l’île d’Aphrodisias à l’embouchure de la Syrte, où l’on cultive le silphium. Les ammonii, en revanche, sont très probablement ceux qui ont créé l’ammoniac : les Ammonii ont fait de l’ammoniac ; ce n’est pas une blague, j’améliorerai ces informations au fur et à mesure de mon étude du sujet, mais c’est déjà un excellent point de départ pour les chercheurs qui souhaitent approfondir le sujet par eux-mêmes.
  19. Dans l’actuel Sulcis, il y avait un désert flanquant au moins deux montagnes de sel : une à Carloforte, toujours présente, et une à côté du Monte Atlante, qui semble aujourd’hui avoir disparu (données à vérifier) ​​;
  20. l’ensemble des lacs de l’actuel Cagliari et de la province était considéré comme un seul grand lac, appelé lac Tritonide;
  21. dans le lac Tritonide vivaient les Amazones de Myrina ;
  22. Le lac Tritonide tire son nom d’un ancien souverain puis mythologisé selon une procédure euhémérisante, comme cela s’est également produit avec Poséidon ; Le lac Tritonide tire son nom de l’ancien souverain Tritone, dont divers documents se trouvent dans des textes anciens;
  23. les archéologues savent que l’ancienne Sardaigne était matriarcale, mais jusqu’à présent je n’avais jamais entendu aucun archéologue affirmer que les Amazones étaient sardes, ni que le lac Tritonide se trouve à Cagliari et sa province, jusqu’à Capoterra ; Je pense donc que ce sont mes idées très originales et évidemment je suis convaincu que ce sont aussi les bonnes idées, car toute la mosaïque rassemble toutes les énigmes qui n’étaient pas claires pour moi. Il y avait trop de bêtises incompréhensibles dans l’Antiquité, mais maintenant, en renommant les cartes satellites de Cagliari, Sulcis et Sardaigne du Sud, tout recommence à prendre un sens parfaitement logique.
  24. Hérodote rapporte que les Atlantes n’élaborent pas de rêves pendant les heures de la nuit : en fait, le rite d’incubation a eu lieu en Sardaigne. Comme je ne l’ai jamais étudié sérieusement de ma vie, je ne peux pas expliquer ce que c’est, mais les archéologues comprendront parfaitement les implications de ce point 23 que je cite. C’est une autre preuve en faveur du paradigme sarde-corse-atlante. Probablement les Sulcitani/Atlantes étaient agacés par le fait de ne pas rêver, puis le rite d’incubation est né pour des raisons liées à la satisfaction des besoins de ce peuple que nous ne comprendrons peut-être même jamais, à moins que nous ne trouvions de nouvelles sources archéologiques qui expliquent ou clarifient ces faits.
  25. Hérodote mentionne dans les Histoires, chapitre IV, des montagnes de sel  ; Je pense que l’on était  à Carloforte où il y a encore aujourd’hui des marais salants  : encore moins il y a 2500 ans comme cela devait être ! Je pense qu’une deuxième montagne de sel  était là où la toponymie sarde porte encore ce nom :  « Perd’e Sali », qui signifie « Pierre de Sel » en Campidanese sarde et Sulcis sarde.
  26. Il est maintenant possible que le temple d’Antas en Sardaigne soit en fait le temple d’Antée  . Je dois donc revisiter toutes les sources et tous les textes pour comprendre s’il s’agit d’une nouvelle découverte. Bing déclare que : « Le temple d’Antas est un temple punico-romain situé à Fluminimaggiore, dans le sud de la Sardaigne, en Italie. Elle est dédiée au culte du dieu éponyme des Sardes, Sardus Pater Babai (Sid Addir pour les Carthaginois)  1  . Le complexe archéologique comprend un village et une nécropole nuragiques, un temple punique, un temple romain et des carrières romaines  2Le temple a été construit avec du calcaire local et est situé dans une vallée dominée par le mont Conca s’Omu. Le monument actuel est le monument romain, découvert par le général La Marmora en 1836 et restauré en 1967.   Construit en plusieurs phases avec du calcaire local, un escalier d’accès et un podium orné d’élégantes colonnes parfaitement alignées subsistent  3  . Dans l’Antiquité, il était déjà célèbre, mentionné par le géographe égyptien Ptolémée (IIe siècle après JC). “
  27. La Sardaigne ou l’Atlantide sarde corse s’appelait Espera. Les îles Esperidi sont donc la Sardaigne et la Corse ; Esperidi est un adjectif qui désigne les femmes qui vivent à Espera, c’est-à-dire en Sardaigne ; Espera est aussi le nom de l’île la plus à l’ouest qui est restée sur le lac Tritonide dans l’actuel Stagni di Cagliari. Il faut donc veiller à ne pas confondre le terme Espera lorsqu’il désigne la Sardaigne et lorsqu’il désigne l’île du lac Tritonide.
  28. Je teste actuellement l’  hypothèse que Tartessos est l’île sarde de Sant’Antioco  , mais je n’ai toujours pas de preuve suffisante et irréfutable.
  29. Si la déesse Athéna est née sur le lac Tritonide  , et si mes affirmations s’avèrent exactes,  cela signifie que les anciens essayaient de nous dire que la déesse Athéna est née dans les lacs de la province de Cagliari. C’est incroyable : parce que  le prêtre de Sais raconte à Sonchis qu’Athéna a fondé la première ville d’Athènes et la ville de Sais en Egypte mille ans plus tard  ; Athéna a fondé la ville de Sais en Égypte 8 000 ans avant la visite de Solon en Égypte, vers 590 av. cela implique qu’Athéna, la déesse sarde, a fondé la ville de Sais vers 8590 av. la déesse sarde Athéna fonda la première Athènes mille ans avant Saïs, donc vers 9590 av. Une chose reste à préciser :le titre d’Athéna Sarda, déesse de la guerre, était passé comme titre honorifique de femme à femme dans le système matriarcal sarde, pendant des milliers d’années, comment le titre de pharaon était-il passé de père en fils dans l’Egypte ancienne ? La déesse Athéna était-elle sarde ?
  30. Parmi les affirmations purement spéculatives, je signale que  j’évalue l’hypothèse selon laquelle le Troglodyte mentionné dans certains textes anciens pourrait être le domaine d’Olbia dans l’actuelle Sardaigne. Je dois revérifier toutes les sources après les avoir recherchées et rassemblées en un seul endroit textuel. La ville d’Olbia était située dans le Troglodyte : jusqu’à présent, on pensait qu’elle était située sur la mer Rouge ; les Troglodytes étaient un peuple qui « vivait dans des trous ». Aujourd’hui la Sardaigne regorge de témoignages « d’hommes qui vivaient dans des trous naturels », c’est-à-dire dans des grottes : nous avons des restes abrités sous la roche de Sirri à Carbonia, analysés entre autres par le professeur Carlo Lugliè ; nous avons les restes trouvés dans la grotte de Lanaittu ; Je dois rassembler toutes les autres preuves scientifiques afin d’essayer de prouver ces affirmations. De plus, je dois tester l’hypothèse qu’il existe une corrélation entre les noms d’Olbia et de Sparte, mais je ne suis pas en mesure de fournir plus de détails pour le moment.
  31. Le paradigme atlante corse sarde que j’ai théorisé avec ce site et quelques autres, stipule également que les langues latino-falisques sont de dérivation sarde-corse-atlante. Les langues latino-faliscaines, également appelées langues vénéto-latines ou italiques occidentales, sont un groupe de langues indo-européennes historiquement attestées dans le Latium, la Vénétie et la Sicile  1  . Le latin et donc toutes les langues néo-latines  1  appartiennent également à ce groupe. Les langues latines faliscanes comprennent la langue faliscaine, parlée dans la région autour de Falerii Veteres (Civita Castellana moderne) au nord de la ville de Rome, la langue latine, parlée dans le centre-ouest de l’Italie, la langue vénète, parlée dans le nord de l’Italie. orientale par les Vénètes (il n’y a pas de consensus sur sa classification), et la langue sicilienne, parlée en Sicile orientale par les Sicelles (il n’y a pas de consensus sur sa classification)  1  .
  32. Phorcys ( grec ancien : Φόρκος , Phórcos ) également connu sous le nom de Phorcys ou Phorcys ( grec ancien : Φόρκυς , Phórkys ) était probablement le dirigeant mythifié des trois îles au-delà des piliers d’Hercule dans l’océan Atlantique. Maintenant, selon ma théorie, si l’Atlantique est la mer de Sardaigne et si les piliers d’Hercule sont les piliers de Carloforte, alors Phorcys s’avère être le souverain mythifié des trois îles que nous connaissons aujourd’hui sous le nom d’Ibiza, Majorque et Minorque. Phorcys avait trois filles, connues sous le nom de Gorgones (Γοργώνες). Entrons maintenant dans les détails de cette vision spéculative : Phorcys est peut-être bien le souverain des trois îles Baléares ; la première hypothèse est qu’il a vraiment eu trois filles, et qu’il a donné une île à chacune : une à Méduse, une à Steno et une à Euryale. La deuxième hypothèse est qu’il n’avait pas de fille : ses « filles » sont les îles elles-mêmes, et j’envisage donc l’hypothèse que les noms des filles étaient les noms de code des îles Baléares. Dans les temps anciens, il était d’usage de garder des secrets commerciaux et culturels à diverses occasions, et cela se produit encore aujourd’hui avec la soi-disant tutelle desavoir-faire  et secrets commerciaux. À titre d’exemple, il y a une histoire qui raconte l’histoire d’un pythagoricien nommé Hippase de Métaponte qui aurait révélé un secret de l’école pythagoricienne et aurait été tué pour cela. Selon la légende, Hippase aurait découvert que le rapport entre la diagonale d’un carré et son côté peut s’exprimer par un nombre irrationnel, la racine carrée de 2. Cette découverte était en totale dissonance avec les croyances des pythagoriciens eux-mêmes, inacceptables pour cette sorte de religion qui était le mysticisme pythagoricien, basé sur l’idée que le nombre était l’essence de la nature. Les Pythagoriciens voulaient garder le secret mais Hippase laissa échapper et se noya dans la mer  1  .
    Comme deuxième exemple, les secrets commerciaux existaient également pour les techniques du verre. Par exemple, dans la République de Venise, la verrerie était une activité très importante et les verriers vénitiens étaient réputés dans toute l’Europe pour leur savoir-faire. Pour protéger leurs secrets commerciaux, les verriers vénitiens n’étaient tenus de travailler que sur l’île de Murano et ne pouvaient quitter la République sans autorisation. De plus, il était interdit de divulguer les techniques de fabrication du verre à des personnes extérieures à la communauté verrière. Ces mesures visaient à protéger les secrets commerciaux des verriers vénitiens et à maintenir leur avantage concurrentiel.
    Cette intuition datée du 02/08/2023 après lecture du texte «  Parmi les mythes interprétés par Palefato il y a aussi celui relatif aux filles de Phòrkus » sur la page :
    https://www.attiliomastino.it/index.php?option=com_content&view=article&id=94:isole-educazione-di-attilio-mastino-a-carloforte-tavola-rotonda-con-umberto-eco- 26-juin- 2010-&catid=41:archive&Itemid=64
    Supposons que tout soit vrai : pourquoi le feraient-ils ? Ceux qui ont découvert une nouvelle route commerciale ne voulaient pas que d’autres volent les opportunités offertes par le commerce avec les routes nouvellement découvertes. Probablement, pour garder le secret, ils ont inventé des histoires pour effrayer les concurrents potentiels. De cette façon, sachant que les Gorgones les auraient transformés en pierre, ils se seraient tenus à l’écart des nouvelles routes commerciales, et quiconque les aurait découvertes pourrait faire des affaires très lucratives. Si cela est exact, il est clair que les commerçants, ayant atteint les îles Baléares des Gorgones, avaient donc besoin de linguistes et de traducteurs qui pourraient les aider à comprendre ces nouvelles populations, les noms des produits et des marchandises, les lois, pour établir de nouvelles relations commerciales et sociale.
  33. J’ai détecté une erreur dans la date du naufrage d’Atlantis dans ma propre hypothèse de départ. 9600 av. J.-C. est la date de fondation de la première Athènes, celle mentionnée dans Timée et Critias, les célèbres œuvres de Platon. Ainsi l’île corse atlante sarde ne peut pas être coulée en 9600 avant JC, car Athènes venait d’être fondée, tandis que Sais a été fondée par Athéna, selon ce que disait Sonchis de Sais, vers 8600 avant JC. Athènes avait des lois particulières, qui furent plus tard empruntées à la législation égyptienne de Saïs, par exemple la division en classes sociales, bergers, soldats, prêtres… Athènes devint merveilleuse et capable de choses extraordinaires, mais à un certain point une puissance extérieure, en L’océan Atlantique, c’est-à-dire dans la mer de Sardaigne, tente d’envahir la mer de ce côté de la Colonne di Carloforte, maintenant connue sous le nom de colonnes d’Hercule. Cependant, la date de l’invasion n’est pas écrite : c’est le traumatisme, le grave problème. Pour le moment, nous n’avons aucune idée précise de la date à laquelle Sonchis parle à Solon. Lors de l’affrontement entre Athènes et l’Atlantide, un phénomène de submersion se produit, au cours duquel l’Atlantide corse sarde est partiellement submergée et toute l’armée grecque coule sous la mer. Donc, étant donné qu’Athènes a été fondée vers 9600 av. J.-C., étant donné qu’elle est devenue très puissante et extraordinaire et capable d’exploits incroyables, il est possible que même des milliers d’années se soient écoulées : c’est peut-être ce temps très long qui l’a rendue exceptionnelle : des capacités énormes, des temps très longs étendus depuis des millénaires qui ont pu perfectionner et affiner la culture et la technique. Cependant, nous avons le témoignage du Temple de Médinet Abou où il est dit que la “Nonne sortit de son lit”, “L’Océan sortit de son lit” : ça peut bien être ça, peut-être l’épisode décrit par Sonchis à Solon. Dans ce cas, la date de submersion des paléo-côtes sardo-corses se situerait vers 1200 avant JC et non en 9600.
  34. 08/03/2023 : Je commence à évaluer sérieusement l’hypothèse selon laquelle le vol de la toison d’or était lié au vol de byssus de mer de Sant’Antioco et sa province ; maintenant que le Jardin des Hespérides est situé à Frutti d’Oro de Capoterra; maintenant que le lac Tritonide est la somme des lacs situés entre Cagliari et Capoterra ; maintenant que les montagnes de l’Atlas sont les montagnes du Sulcis, tout porte à croire que les Grecs avaient entendu parler de l’importance du byssus marin pour les Sardes : en effet, il est si précieux qu’il ne s’achète pas avec de l’argent, il ne peut qu’être donné. S’il en était ainsi il y a même des millénaires, il est possible que les Grecs aient compris son incroyable valeur et aient décidé de voler le précieux tissu sarde. Ce vol sera plus tard mythifié comme le vol de la toison d’or. À l’heure actuelle, je suis encore dans la phase d’analyse de cette hypothèse ; me semble très plausible, mais il faut des preuves pour une éventuelle démonstration. Il sera peut-être impossible de démontrer que la Toison d’or était un tissu de byssus marin sarde de Sant’Antioco ou de sa province, mais c’est une entreprise digne de prouver. Cela ramènerait également le conte mythique à la réalité. Nouvelle découverte : à ce jour, j’ai trouvé la source suivante en ligne :
    « LA TOison D’OR ? C’était le BYSSUS ! Shardana les Peuples de la Mer (Leonardo Melis). Consulté le 3 août 2023.   http://shardanaleo.blogspot.com/2013/09/il-vello-doro-era-il-bisso.html  .
    ce qui me confirme que, si je n’ai pas mal compris, il y a une dizaine d’années le très sympathique Leonardo Melis a eu ma même intuition, au moins 10 ans avant moi. Incroyable. La date de l’article est le dimanche 29 septembre 2013, j’ai donc eu cette intuition presque 10 ans plus tard. La seule différence est que je fournis une quantité démesurée d’informations à l’appui, et tous convergent vers la confirmation de cette hypothèse, qui, à elle seule, aurait pu sembler impossible. Si l’hypothèse est correcte, si je ne me trompe pas, il devrait s’ensuivre que Colchis était la région de Carloforte, Sant’Antioco, et qui sait, peut-être jusqu’à Gonnesa, Bacu Abis etc. Maintenant, la prochaine tâche sera de reprendre tous les textes qui mentionnent Colchis et de les étudier un par un jusqu’à ce que vous trouviez des informations qui confirment ou infirment ce qui est dit ici et ce qui a été dit par le très gentil Leonardo Melis avant moi. Parmi les textes anciens qui parlent de Colchis, on peut citer les œuvres d’Apollonio Rodio, qui dans son poème épique “Le Argonautiche” raconte l’histoire de l’expédition des Argonautes à la recherche de la Toison d’Or. Même Hésiode, dans sa « Théogonie », mentionne Colchis comme le lieu où se trouvait le jardin des Hespérides, gardé par le dragon Ladon. En outre, des auteurs tels qu’Hérodote, Strabon et Diodorus Siculus donnent un aperçu de la géographie et de l’histoire de Colchis dans leurs ouvrages historiques et géographiques. Il y a donc une sorte de cohérence logique : parmi les textes anciens qui parlent de Colchis, on peut citer les travaux d’Apollonio Rodio, qui dans son poème épique “Le Argonautiche” raconte l’histoire de l’expédition des Argonautes à la recherche de la Toison d’Or. Même Hésiode, dans sa « Théogonie », mentionne Colchis comme le lieu où se trouvait le jardin des Hespérides, gardé par le dragon Ladon. En outre, des auteurs tels qu’Hérodote, Strabon et Diodorus Siculus donnent un aperçu de la géographie et de l’histoire de Colchis dans leurs ouvrages historiques et géographiques. Il y a donc une sorte de cohérence logique : Parmi les textes anciens qui parlent de Colchis, on peut citer les œuvres d’Apollonio Rodio, qui dans son poème épique “Le Argonautiche” raconte l’histoire de l’expédition des Argonautes à la recherche de la Toison. Même Hésiode, dans sa « Théogonie », mentionne Colchis comme le lieu où se trouvait le jardin des Hespérides, gardé par le dragon Ladon. En outre, des auteurs tels qu’Hérodote, Strabon et Diodorus Siculus donnent un aperçu de la géographie et de l’histoire de Colchis dans leurs ouvrages historiques et géographiques. Il y a donc une sorte de cohérence logique : mentionne Colchis comme le lieu où se trouvait le jardin des Hespérides, gardé par le dragon Ladon. En outre, des auteurs tels qu’Hérodote, Strabon et Diodorus Siculus donnent un aperçu de la géographie et de l’histoire de Colchis dans leurs ouvrages historiques et géographiques. Il y a donc une sorte de cohérence logique : mentionne Colchis comme le lieu où se trouvait le jardin des Hespérides, gardé par le dragon Ladon. En outre, des auteurs tels qu’Hérodote, Strabon et Diodorus Siculus donnent un aperçu de la géographie et de l’histoire de Colchis dans leurs ouvrages historiques et géographiques.si chez Hésiode et Apollonio Rodio Colchis est le nom de l’actuelle Sardaigne du Sud, tout le discours redevient cohérent et sensé  . Mais si tout cela est vrai, alors  il faudra recréer à nouveau les anciennes cartographies et repositionner correctement les noms géographiques  , pour permettre aux nouveaux érudits et chercheurs de ne pas commettre les mêmes erreurs que nous avons commises jusqu’à présent.
  35. Le cabotage : commençons par les données. L’épave d’Uluburun est une épave de l’âge du bronze tardif datant de la fin du XIVe siècle av. J.-C.  1  . Il a été découvert près de la côte est d’Uluburun (Grand Cap), en Turquie dans la mer Méditerranée. L’épave a été découverte à l’été 1982 par Mehmed Çakir, un plongeur local de Yalıkavak, un village près de Bodrum   1. La navigation de l’épave d’Uluburun, selon l’état actuel de mes connaissances, est côtière. Cela signifie qu’au XIVe siècle av. J.-C., les gens naviguaient en gardant les côtes en vue, afin de pouvoir se sauver à la nage en cas de naufrage. Probablement, alors qu’il naviguait à vue en Afrique du Nord, une tempête a peut-être poussé un navire de marins grecs hors de sa route, qui s’est retrouvé au-delà de l’océan Atlantique, comme ils appelaient à l’époque la mer de Sardaigne et de Corse, toujours selon à ma théorie. Arrivés dans ce que nous appelons maintenant le golfe de Cagliari, ils virent un immense lac qu’ils appelèrent Tritonide, probablement après les premiers contacts avec les indigènes (indigènes signifie habitants locaux, c’est-à-dire les anciens Sardes). Il existe également une correspondance toponymique avec le Jardin des Hespérides et des Fruits d’Or de Capoterra, comme déjà expliqué ailleurs dans ce texte. Il y a donc une forte probabilité que les Faraglioni de Carloforte marquaient la limite au-delà de laquelle ne pas aller car au-delà on allait en pleine mer sans possibilité de cabotage à vue. C’est pourquoi, à mon avis, c’était le bord du monde connu des anciens Grecs, au moins au 14ème siècle avant JC. Donc, à mon avis, la limite connue n’était pas le détroit de Gibraltar, mais les colonnes d’Hercule de Carloforte en Sardaigne. En déplaçant les Colonnes d’Hercule, il est possible de comprendre ce que disait Sonchis de Saïs dans ses discours à Solon ; il est possible de macro-situer la position toponymique du Jardin des Hespérides ; vous pouvez trouver l’Atlantide et les montagnes de l’Atlas. Il est possible de localiser ce qu’était le lac Tritonide : avec ma théorie générale, il est possible de comprendre pourquoi divers auteurs parlent d’Afrique du Nord : Cagliari est VRAIMENT positionnée au nord de l’Afrique, seulement qu’elle est séparée par une courte bande de mer. Mais jusqu’à présent, les savants interprétaient littéralement l’expression Afrique du Nord, croyant à tort qu’il s’agissait de la partie la plus septentrionale du territoire africain, c’est-à-dire la Tunisie ou la Libye actuelles. Toutes les découvertes mycéniennes en notre possession montrent archéologiquement et scientifiquement les contacts entre les populations grecques mycéniennes et le sud de la Sardaigne, confirmant empiriquement, au moins sur le plan théorique, ce que j’ai affirmé. Jusqu’à présent, le paradigme scientifique consistait à émettre l’hypothèse des colonnes d’Hercule à Gibraltar et de l’océan Atlantique au-delà, mais ce paradigme semble inexact : ce n’était que plusieurs siècles ou millénaires plus tard. Avant cela, les vrais et les plus anciens piliers d’Hercule se trouvaient dans ce que nous appelons aujourd’hui Faraglione Antiche Colonne di Carloforte, entre les îles de Carloforte et Sant’Antioco. Cela place la Sardaigne, et par conséquent le bloc géologique sardo-corse, à l’extrême limite occidentale du monde grec et mycénien antique. Ce changement de paradigme nous amène à imaginer les premiers échanges linguistiques et culturels entre ces peuples, pour lesquels la linguistique est pleinement affectée par les conséquences des propos tenus ici : les langues mycénienne et sarde ancienne sont mêlées, avec des contaminations issues de contacts préhistoriques entre ces populations. Il est donc nécessaire de redonner une dignité d’étude aux langues et dialectes sardes, à la culture sarde en général, qui semble avoir été longtemps ignorée ou déclassée, privée de sa réelle importance pour le monde antique. En Italie on étudie le grec ancien et moderne, le latin ancien, classique et médiéval à l’université, mais personne ne semble intéressé à étudier les langues, les dialectes sardes ni anciens ni modernes, c’est comme si nous avions honte : pourquoi ? Pourquoi avons-nous fait perdre à ces langues, dialectes et cultures anciennes et modernes leur dignité d’enseignement ? Les Sardes eux-mêmes ont honte de leur langue et lorsqu’ils l’utilisent, ils ont presque l’impression de « contaminer » la langue italienne. Tout cela doit absolument changer. Il faut remettre la Sardaigne et le bloc sardo-corse à sa place dans l’antiquité et l’histoire, dans la géographie et la linguistique, dans l’histoire du commerce et de la culture et du tourisme. C’est ce que feraient de vrais scientifiques. Cependant, le problème se complique : ici, pour l’instant, nous avons parlé de langues et de dialectes sardes, et nous devons clarifier ; du livre IV des Histoires d’Hérodote, si nous interprétons l’actuelle province de Cagliari comme la Libye, nous déduisons que le sud de la Sardaigne actuelle était un creuset de peuples et de cultures, pas une identité unique :
  36. À ce stade, je voudrais souligner une intuition que j’ai eue et qui pourrait avoir des implications intéressantes. Pour l’instant ce n’est qu’une hypothèse sans fondement certain, purement spéculative. J’ai été frappé par l’homonymie entre la pyramide de Gizeh et le peuple Gizanti. Après avoir déjà montré dans ces textes l’étrange proximité entre l’Égypte ancienne et les peuples sardo-corses-atlantes, je ne serais pas surpris de découvrir ou qui sait, peut-être de démontrer, plus tard, une éventuelle parenté entre le peuple Gizanti de Colchide en La Sardaigne et la construction de la pyramide de Gizeh. C’est une hypothèse abstraite, complètement infondée, mais cela peut être une nouvelle façon intrigante d’étude et de recherche créative, même si elle s’avère totalement fausse et infondée.
Lac Tritonide, Jardin des Hespérides, Libye hérodothéenne de Sardaigne, Atlas
Lac Tritonide, Jardin des Hespérides, Libye hérodothéenne de Sardaigne, Atlas

Mise à jour du 18 juillet 2023 : J’ai tout démontré : l’emplacement exact des Colonnes d’Hercule à Carloforte en Sardaigne ; l’existence du Jardin des Hespérides aux Fruits d’Or de Capoterra en Sardaigne ; l’existence du peuple atlante racontée par Hérodote dans le Sulcis ; l’existence de l’Atlantide, qui est le bloc sarde corse semi-submergé ; la position de Gadirica; l’existence du lac Tritonide et les lieux des Amazones de Myrina. Avec aujourd’hui j’ai tout démontré, mais je me sens très fatigué, c’est trop fatiguant de lutter contre l’ignorance et la bêtise des gens. Bien des années s’écouleront avant qu’on comprenne que j’ai raison : les ânes se battront de toutes leurs forces pour affirmer que j’ai tort : ce sera une guerre fatigante et épuisante.

Il a été prouvé que 25 des points énumérés sont tous vrais (j’en ajouterai lentement d’autres), et les conséquences sont :

  1. Une nouvelle compréhension de la géographie et de l’histoire ancienne : Sulcis est la capitale de l’Atlantide et les montagnes du Sulcis étaient appelées montagnes de l’Atlas, cela fournit de nouvelles informations sur la géographie et l’histoire de l’ancienne Atlantide et sa relation avec la Sardaigne : la Sardaigne actuelle était un plateau d’émergé terre, la Sardaigne était une montagne de l’Atlantide.
  2. Une nouvelle compréhension de la mythologie : Fruttidoro di Capoterra était le Jardin des Hespérides, cela apporte de nouvelles informations sur la diffusion des mythes et légendes et leur relation avec la réalité historique.
  3. Une nouvelle compréhension de la géologie et de la paléogéographie : L’océan Atlantique était le nom paléolithique de la Méditerranée autour de l’île sardo-corse, cela fournit de nouvelles informations sur la géologie et la paléogéographie de la région et son évolution dans le temps.
  4. Les femmes sardo-corses vivaient entourées par l’océan Atlantique, l’ancien nom des mers de Corse et de Sardaigne, donc dans l’Antiquité les femmes sardes-corses étaient aussi appelées : Océanine ; Néréides; nymphes des eaux ou nymphes des montagnes ou nymphes des rochers (peut-être parce qu’elles vivaient dans la Domus de Janas ?) et aussi des Hespérides, pour diverses raisons que je préciserai ailleurs.

En général, la confirmation de ces affirmations conduit à une révision des théories actuelles sur l’histoire, la géographie, la mythologie, l’océanographie et la géologie de la région méditerranéenne et stimule de nouvelles recherches dans ces domaines.

Le lac de tritonide mentionné dans la mythologie grecque antique est situé à Cagliari en Sardaigne
Le lac de tritonide mentionné dans la mythologie grecque antique est situé à Cagliari en Sardaigne

Les lignes bathymétriques du bloc sardo-corse semblent montrer successivement au moins quatre élévations du niveau eustatique ; ces montées de niveau de l’océan Atlantique paléolithique, aujourd’hui appelé mer Méditerranée après une succession de nomenclatures dans diverses langues et cultures : Mare Nostrum pour les Romains, pour l’opposer à Mare di Atlas, ou océan Atlantique.

Dans l’Antiquité, les bouleversements du niveau eustatique de l’océan Atlantique paléolithique (que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de mer Méditerranée et je ne me lasserai pas de le répéter pour permettre au lecteur d’assimiler cette nouvelle et très importante affirmation) pouvaient être compris par les préhistoriens comme s’il s’agissait d’incroyables “Déluges”, “Déluges Universels” pour être précis, tels qu’ils se sont transmis jusqu’à présent par de multiples religions, mythes et croyances de tout le bassin méditerranéen aujourd’hui. Peut-être que le fait qu’il s’appelait l’océan Atlantique a déjà été rapporté par le cher professeur Sergio Frau (2002) : même s’il ne l’avait pas rapporté, c’est une conséquence implicite du fait que les colonnes d’Hercule se trouvaient entre la Sicile et la Tunisie. J’ai acheté le texte de Frau, mais malheureusement j’ai la flemme de l’étudier, trop lent de le lire, de plus j’ai une incroyable difficulté à le comprendre, parce que le texte (et l’auteur) est tellement cultivé et érudit que je ne peux pas le suivre dans son raisonnement, surtout parce que ces thèmes sont très lourds pour moi et que je ne les connais pas du tout. En effet, c’est incroyable que j’aie compris ces informations, car je ne suis absolument pas spécialiste de ces disciplines. Encore une fois : l’océan Atlantique paléolithique ne coïncide pas avec la Méditerranée : il s’arrête au détroit entre la Sicile et la Tunisie ; la Méditerranée est son sur-ensemble, comme on dirait en termes de mathématiques des ensembles, puisqu’elle comprend aussi l’autre partie de la mer, celle au-delà des colonnes d’Hercule où Frau (2002) l’a erronément placée, jusqu’aux côtes libanaises. L’océan Atlantique paléolithique-mésolithique n’est que celui qui entoure le bloc géologique sarde-corso-atlante. parce que le texte (et l’auteur) est tellement cultivé et érudit que je ne peux pas le suivre dans son raisonnement, surtout parce que ces thèmes sont très lourds pour moi et que je ne les connais pas du tout. En effet, c’est incroyable que j’aie compris ces informations, car je ne suis absolument pas spécialiste de ces disciplines. Encore une fois : l’océan Atlantique paléolithique ne coïncide pas avec la Méditerranée : il s’arrête au détroit entre la Sicile et la Tunisie ; la Méditerranée est son sur-ensemble, comme on dirait en termes de mathématiques des ensembles, puisqu’elle comprend aussi l’autre partie de la mer, celle au-delà des colonnes d’Hercule où Frau (2002) l’a erronément placée, jusqu’aux côtes libanaises. L’océan Atlantique paléolithique-mésolithique n’est que celui qui entoure le bloc géologique sarde-corso-atlante. parce que le texte (et l’auteur) est tellement cultivé et érudit que je ne peux pas le suivre dans son raisonnement, surtout parce que ces thèmes sont très lourds pour moi et que je ne les connais pas du tout. En effet, c’est incroyable que j’aie compris ces informations, car je ne suis absolument pas spécialiste de ces disciplines. Encore une fois : l’océan Atlantique paléolithique ne coïncide pas avec la Méditerranée : il s’arrête au détroit entre la Sicile et la Tunisie ; la Méditerranée est son sur-ensemble, comme on dirait en termes de mathématiques des ensembles, puisqu’elle comprend aussi l’autre partie de la mer, celle au-delà des colonnes d’Hercule où Frau (2002) l’a erronément placée, jusqu’aux côtes libanaises. L’océan Atlantique paléolithique-mésolithique n’est que celui qui entoure le bloc géologique sarde-corso-atlante. surtout parce que ces thèmes sont très lourds pour moi et que je ne les connais pas du tout. En effet, c’est incroyable que j’aie compris ces informations, car je ne suis absolument pas spécialiste de ces disciplines. Encore une fois : l’océan Atlantique paléolithique ne coïncide pas avec la Méditerranée : il s’arrête au détroit entre la Sicile et la Tunisie ; la Méditerranée est son sur-ensemble, comme on dirait en termes de mathématiques des ensembles, puisqu’elle comprend aussi l’autre partie de la mer, celle au-delà des colonnes d’Hercule où Frau (2002) l’a erronément placée, jusqu’aux côtes libanaises. L’océan Atlantique paléolithique-mésolithique n’est que celui qui entoure le bloc géologique sarde-corso-atlante. surtout parce que ces thèmes sont très lourds pour moi et que je ne les connais pas du tout. En effet, c’est incroyable que j’aie compris ces informations, car je ne suis absolument pas spécialiste de ces disciplines. Encore une fois : l’océan Atlantique paléolithique ne coïncide pas avec la Méditerranée : il s’arrête au détroit entre la Sicile et la Tunisie ; la Méditerranée est son sur-ensemble, comme on dirait en termes de mathématiques des ensembles, puisqu’elle comprend aussi l’autre partie de la mer, celle au-delà des colonnes d’Hercule où Frau (2002) l’a erronément placée, jusqu’aux côtes libanaises. L’océan Atlantique paléolithique-mésolithique n’est que celui qui entoure le bloc géologique sarde-corso-atlante. car je ne suis absolument pas spécialiste de ces disciplines. Encore une fois : l’océan Atlantique paléolithique ne coïncide pas avec la Méditerranée : il s’arrête au détroit entre la Sicile et la Tunisie ; la Méditerranée est son sur-ensemble, comme on dirait en termes de mathématiques des ensembles, puisqu’elle comprend aussi l’autre partie de la mer, celle au-delà des colonnes d’Hercule où Frau (2002) l’a erronément placée, jusqu’aux côtes libanaises. L’océan Atlantique paléolithique-mésolithique n’est que celui qui entoure le bloc géologique sarde-corso-atlante. car je ne suis absolument pas spécialiste de ces disciplines. Encore une fois : l’océan Atlantique paléolithique ne coïncide pas avec la Méditerranée : il s’arrête au détroit entre la Sicile et la Tunisie ; la Méditerranée est son sur-ensemble, comme on dirait en termes de mathématiques des ensembles, puisqu’elle comprend aussi l’autre partie de la mer, celle au-delà des colonnes d’Hercule où Frau (2002) l’a erronément placée, jusqu’aux côtes libanaises. L’océan Atlantique paléolithique-mésolithique n’est que celui qui entoure le bloc géologique sarde-corso-atlante. celui au-delà des Colonnes d’Hercule où placé à tort par Frau (2002), jusqu’aux côtes libanaises. L’océan Atlantique paléolithique-mésolithique n’est que celui qui entoure le bloc géologique sarde-corso-atlante. celui au-delà des Colonnes d’Hercule où placé à tort par Frau (2002), jusqu’aux côtes libanaises. L’océan Atlantique paléolithique-mésolithique n’est que celui qui entoure le bloc géologique sarde-corso-atlante.

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique aujourd'hui connu sous le nom de mer Méditerranée
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique aujourd’hui connu sous le nom de mer Méditerranée

Découvertes surprenantes en Sardaigne : des artefacts paléolithiques datant de 500 000 ans

Des découvertes archéologiques récentes en Sardaigne ont mis au jour des artefacts paléolithiques datant de 500 000 ans. Les artefacts les plus anciens trouvés en Sardaigne remontent au Paléolithique inférieur et ont été trouvés à Anglona, ​​dans la partie nord de l’île. Il s’agit d’objets en silex et en quartzite datant d’il y a entre 450 000 et 120 000 ans.

Ces artefacts représentent certaines des premières preuves de présence humaine en Sardaigne et nous fournissent des informations précieuses sur la vie des habitants de l’île au cours du Paléolithique inférieur. Le silex et le quartzite sont deux types de pierre qui ont été utilisés pour fabriquer des outils et des armes au Paléolithique.

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique aujourd'hui connu sous le nom de mer Méditerranée 2
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique aujourd’hui connu sous le nom de mer Méditerranée 2

Le Musée Archéologique et Paléobotanique de Perfugas expose des découvertes de toute la région d’Anglona, ​​y compris des objets du Paléolithique inférieur (il y a 500 000 à 120 000 ans). Ce musée offre aux visiteurs la possibilité d’admirer de près ces artefacts anciens et d’en apprendre davantage sur l’histoire de la Sardaigne préhistorique.

Si vous voulez en savoir plus sur les artefacts paléolithiques trouvés en Sardaigne, je vous recommande de visiter le musée archéologique et paléobotanique de Perfugas ou de faire plus de recherches sur le sujet. Ces découvertes archéologiques représentent une occasion unique d’approfondir notre connaissance de l’histoire de la Sardaigne et de la vie de ses anciens habitants.

Un nouveau changement de paradigme s’opère, comme l’explique Thomas Kuhn dans le texte intitulé « La structure des révolutions scientifiques » : le  paradigme sarde-corse-atlante.

Atlantide dans l'océan Atlantique mésolithique aujourd'hui appelé la mer Méditerranée
Atlantide dans l’océan Atlantique paléolithique aujourd’hui appelé la mer Méditerranée

Tentative de démonstration scientifique  de l’existence de l’  île de l’Atlantide, qui coïncide avec le bloc géologique sardo-corse, désormais appelé bloc sarde-corse-atlante ou Atlantide  .

Pour évaluer une théorie scientifique, plusieurs critères doivent être pris en compte, tels que la cohérence, la falsifiabilité, la prévisibilité et la vérifiabilité. Dans ce texte, à partir de la version 138, j’essaierai de respecter ces critères scientifiques, en les étudiant si nécessaire pour mieux les comprendre. Je ne suis toujours pas capable de faire un article scientifique.

Pour évaluer la crédibilité d’une source, plusieurs facteurs doivent être considérés, tels que l’autorité de l’auteur, la qualité de l’information, les sources citées, la méthode utilisée et le consensus de la communauté scientifique. Si une source ne répond pas à ces critères, elle est susceptible d’être peu fiable ou fausse.

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique aujourd'hui connu sous le nom de mer Méditerranée 3
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique aujourd’hui connu sous le nom de mer Méditerranée 3

Réinterprétation scientifique de l’histoire du Jardin des Hespérides

Le  Jardin des Hespérides  donnait  des fruits d’or  , et était situé aux extrémités de la terre connue ; une analogie a été trouvée avec l’histoire apparemment mythologique des Hespérides dans la toponymie sarde : il existe en fait une  localité appelée Fruttidoro, située dans la localité de Capoterra, en Sardaigne. Capoterra, du sarde Caputerra, puis en latin « Caput Terrae », est la « tête de la Terre », c’est-à-dire l’extrémité extrême connue dans l’Antiquité (Mésolithique / Néolithique ancien, il y a environ 11 600 ans, pour avoir une date approximative mais utile compréhension), tandis que l’emplacement actuel de Fruttidoro à Capoterra serait le légendaire Jardin des Hespérides. Cette nouvelle découverte n’a pas encore été contre-validée par les chercheurs, et aucune stratigraphie n’a été réalisée pour la contre-vérification relative. Le Jardin des Hespérides était situé dans l’océan Atlantique, ce qui, comme expliqué sur le  site atlantisfound.it, était le nom mésolithique de la mer qui entourait l’île qui était alors terre sardo-corso-atlante. Les îles Hespérides ont donc dû être les noms archaïques avec lesquels la Sardaigne et la Corse ont été définies au cours des millénaires suite à la semi-submersion du bloc géologique sardo-corse. Hesperidum Insulae, “Les îles du soir”, car au coucher du soleil, lorsque les Grecs regardaient vers l’ouest, naviguant dans cette direction depuis leur position la plus éloignée, c’est-à-dire avec une grande probabilité l’île d’Ischia, ils virent 2 îles éloignées, qui aujourd’hui sont connus sous les noms de Sardaigne et de Corse, et qui sont des plateaux de terres émergées du bloc géologique semi-submergé sardo-corse. Le linguiste et glottologue Massimo Pittau a analysé l’emplacement du Jardin des Hespérides, le plaçant vraisemblablement en Sardaigne et soulignant qu’il s’agissait encore d’une légende; Moi, par contre, dans ma pure ignorance, je vais plus loin et je propose qu’il ne s’agit pas d’une légende, mais d’un lieu réel situé à Fruttidoro di Capoterra, selon ce qui est énoncé en d’autres termes par le mythe. Évidemment, un érudit sérieux devrait étudier toute la toponymie de Capoterra et des localités voisines, pour vérifier les noms les plus anciens auxquels il est possible de remonter et si dans le passé ils ont été appelés d’une autre manière. Dans tous les cas, une bonne analyse basée sur l’archéologie satellitaire serait appropriée, pour mettre en évidence des peuplements très anciens, mésolithiques ou néolithiques, présents sur le site ou SOUS le site (car très probablement désormais ils seront submergés par les couches superposées au fil des millénaires ). Suite à ces interprétations, nous pouvons analyser d’autres aspects de la mythologie : Teti était sarde. Pélée a épousé une Sarde, mais les Grecs les appelaient “nymphes de la mer”. Le jardin des Hespérides se trouve à Fruttidoro di Capoterra, en Sardaigne, entre les montagnes de l’Atlas, c’est-à-dire les montagnes du Sulcis, et l’océan Atlantique paléolithique, c’est-à-dire l’actuelle mer Méditerranée.

Hérodote confirme que la capitale de l'Atlantide est Sulcis dans l'actuelle Sardaigne
Hérodote confirme que la capitale de l’Atlantide est Sulcis dans l’actuelle Sardaigne

Pourquoi les appelait-on les montagnes de l’Atlas dans les temps anciens ? Parce que Sulcis était la capitale de l’Atlantide, mais surtout parce que Poséidon a d’abord entouré le centre de Sulcis en le clôturant de cercles d’eau et de terre, pour protéger Clito, quand la navigation n’existait pas encore, à une époque actuellement encore indéfinie. Poséidon était un ancien souverain sarde corse atlante, il n’était pas un dieu. Nous savons tous que le Pharaon était considéré comme un Dieu, mais qu’en réalité il était un homme est connu de tous. Cette conception est appelée « euhémérisme ». Le premier fils de Poséidon et de Clito, Atlas, le premier des 5 couples de jumeaux (10 frères au total) prit le nom du premier roi de l’Atlantide, et prit possession de Sulcis. C’est la raison pour laquelle, dans les temps anciens, ils appelaient les montagnes volcaniques du Sulcis du nom de montagnes de l’Atlas.
Ainsi, alors que dans l’Antiquité on affirmait que le Jardin des Hespérides était situé entre les “montagnes de l’Atlas” et l’océan Atlantique (paléolithique, c’est-à-dire la mer Méditerranée), la situation géographique est parfaite et correcte : Fruttidoro di Capoterra est en fait situé entre les montagnes de l’Atlas et la Méditerranée, exactement là où certains historiens de l’Antiquité l’avaient placée.

Localisation du Jardin des Hespérides à Frutti D'Oro de Capoterra en Sardaigne
Localisation du Jardin des Hespérides à Frutti D’Oro de Capoterra en Sardaigne

Le gâchis s’est produit plus tard, lorsque l’océan Atlantique a été déplacé, comme l’a probablement déjà souligné avant moi le Gent.mo et positivement extraordinaire Sergio Frau (2002), qui a souligné la position primordiale des colonnes d’Hercule, à partir de laquelle il peut correctement en déduire que l’océan Atlantique est immédiatement passé au-dessus d’eux.
Teti était l’éponyme de la ville sarde encore appelée Teti aujourd’hui. La chasse au sanglier a donc eu lieu en Sardaigne : cet usage existe toujours.

La contribution très intéressante de  Geopop  montrant l’île sarde Corso Atlantis lorsqu’elle était terrestre au Paléolithique :
https://www.youtube.com/watch?v=JM-n3IqZRCo

Sources pour trouver l’Atlantide

Il existe des preuves génétiques, tectoniques, archéologiques, hydrographiques, géologiques, géographiques, paléontologiques, phonologiques, onomastiques, toponymiques et linguistiques de l’existence de l’Atlantide, qui seront énumérées ci-dessous sur cette page. Le texte sera corrigé à l’infini, dans le but de créer un texte lisible pour la communauté scientifique.

Dans ce paragraphe je rassemblerai de manière cohérente les sources que j’ai utilisées pour la recherche sur l’Atlantide.

Voici une liste de certaines sources scientifiques qui soutiennent l’affirmation selon laquelle la Sardaigne et la Corse étaient une seule grande île au Pléistocène :

  1. Géomorphologie sous-marine du plateau continental du sud-ouest de la Sardaigne (mer Méditerranée) : aperçu des derniers changements glaciaires maximum du niveau de la mer et des environnements associés
  2. Préservation des reliefs érosifs et
    des structures biologiques modernes et SIG 5.5 comme marqueurs du niveau de la mer : une question de chance ?
  3. Changement relatif du niveau de la mer dans le golfe d’Olbia (Sardaigne, Italie), un port méditerranéen historiquement important
  4. Changement du niveau de la mer au cours de l’Holocène en Sardaigne et dans le
    nord-est de l’Adriatique (Méditerranée centrale) à partir
    de données archéologiques et géomorphologiques

Sur la population du bloc corse sarde il est possible de consulter :

Extrait de wikipédia :

  1.  Mario Sanges,   Les premiers habitants de la Sardaigne   ( PDF ), in Darwin Quaderni, janvier 2012, Darwin, 2012, pp. 32-3 URL consultée le 15 octobre  ,
  2. ^   Aller à: a   b   Giulio Badini,   Sardaigne, les premiers hommes sont arrivés il y a 250 000 ans  , dans Archivio storico Corriere della Sera, Archiviostorico.corriere.i, 2002.   URL consultée le 25 novembre 2013   (archivée de l’  url d’origine   le 3 décembre 2013)  .
  3.   www.nurighe.it – IL TAG  , sur nurighe.it. URL consultée le 4 mai 2016  .
  4.  Julien Vandevenne,  Le doigt sur l’homo sardaignus? , at Archives du Quinzième jour du mois, mensuel de l’Université de Liège., www2.ulg.ac.be, 2002.  Retrieved November 25, 2013  (archived from the original url  on September 18, 2020) .
  5. ↑   Barbara Wilkens,   La phalange de la grotte de Nurighe près de Cheremule : révision et nouvelles informations   [  lien rompu  ]  , en Sardaigne, Corse et Baléares antiqvae : An International Journal of Archaeology, www.academia.edu, 2011.   Récupéré le 25 novembre 2013  .
  6.    Paolo Melis,   Recherches préhistoriques et protohistoriques en Sardaigne : nouveautés  , in   Architectures de la Sardaigne préhistorique : nouvelles hypothèses et recherches  , Actes du colloque de Nuoro du 15 octobre 2004, 2007, pp. 30-43
  7.   Sandra Guglielmi,   Amsicora  , la plus ancienne habitante de la Sardaigne  , sur ArcheoIdea, Archeomilise.it, 2011.   Récupéré le 8 février 2015  .
  8.   Unione Sarda, Amsicora :  un  vieil homme de 9 000 ans. Enterré à Arbus, il est  le    père  de  Sardes (   février 2015)  .
  9.   Adn Kronos (   Archeologia, Amsicora trouvé: le plus ancien squelette humain de Sardaigne)  , sur www1.adnkronos.com, Adnkronos.com, 2011.   Récupéré le 8 février 2015   (archivé de l’  url d’origine   le 4 mars 2016)  .
  10. ↑   Sandra Guglielmi,   « Amsicora », la plus ancienne habitante de la Sardaigne  , sur archeomolise.it, 2011.   Récupéré le 8 février 2015  .
  11. Sondez, Paul ; Elbourg, Rengert; Hofmeijer, Gérard; Spahn, Andries; Visser, Hannie; Souffles, Mario ; Martini, Fabio. (1993). Le peuplement de la Sardaigne au Pléistocène supérieur : une nouvelle acquisition d’un reste fossile humain de la grotte de Corbeddu. Journal des sciences préhistoriques, 45 : 243-251.

1) Timée et Critias, deux dialogues platoniciens qui sont à l’origine de l’histoire de l’Atlantide et de sa disparition ;

2) des données géologiques, relatives à la structure géologique du bloc sardo-corse, et relatives au phénomène de Meltwater Pulses, notamment Meltwater Pulse 1b ; en particulier la structure de graben-horst présente dans l’actuelle Sardaigne et dans le Sulcis, et les gouffres présents dans le Sulcis. Dans le Sulcis il y a le phénomène des gouffres  1  2  3  . Ce sont des gouffres qui s’ouvrent dans le sol en raison de l’affaissement des cavités souterraines. Certaines études ont émis l’hypothèse d’une possible corrélation entre les gouffres et les activités humaines, telles que l’exploitation minière ou l’irrigation  1  2. Bien qu’à l’heure actuelle je n’aie pas encore trouvé de preuve que les gouffres du Sulcis aient quoi que ce soit à voir avec l’Atlantide ou avec la forme des sillons concentriques décrite par Platon, je suis d’avis que d’autres études sur la question pourraient montrer non seulement une corrélation, mais probablement aussi un lien étroit de cause à effet : si effectivement Sulcis était la capitale de l’île d’Atlantide, alors une inondation du Sulcis aurait pu provoquer l’ouverture de gouffres qui ont provoqué l’effondrement et l’effondrement du centre habité, causant la mort et la destruction en Atlantide, comme le raconte Platon dans Timée et Critias.

Parmi les témoignages géologiques, archéologiques et archéogénétiques, l’Université de Cagliari est mentionnée sur la page :

https://unica.it/unica/it/news_notizie_s1.page?contentId=NTZ60664
dont le titre est: Homme à Sulcis déjà 9 mille ans avant Jésus-Christ, La confirmation vient de la nouvelle campagne de fouilles menée à Su Carroppu par le prof. Carlo Lugliè, professeur de Préhistoire et Protohistoire
article du 04 octobre 2017.

Entre autres sources sur le sujet :

L’UNION SARDE

3 octobre 2017
Culture (Page 39 – Edition CA)
«L’homme de Su Carroppu déjà au Mésolithique»
ARCHÉOLOGIE. La découverte du savant Carlo Lugli est maintenant confirmée par des tests ADN
 SARDINIAPOST.IT

Au coeur du Sulcis l’ADN des Sardes : ils étaient génétiquement différents de nous 1 mars 2017 Chronique, Highlights 07, Non classéLA NOUVELLE SARDAIGNE du mercredi 1 mars 2017

Première page L’ADN DES SQUELETTES SU CARROPPU

Ces premiers Sardes pas très nuragiques

Ils sont arrivés il y a 11 000 ans : mais ce ne sont pas eux qui ont peuplé l’île LA NOUVELLE SARDAIGNE du mercredi 1er mars 2017Culture – page 35

L’ADN DES SARDES

Dans la grotte de Su Carroppu

les secrets des Sardes préhistoriques

La composition génétique des tout premiers habitants de la Sardaigne a été identifiée

Gènes très différents des gènes nuragiques, eux-mêmes similaires aux gènes actuels L’UNION SARDE du mercredi 1er mars 2017Culture (Page 47 – CA Edition)

Recherche

Les premiers Sardes ? Différent de nous

Une étude ADN le révèle

Les insulaires du Mésolithique aux caractéristiques génétiques différentes du Néolithique

Recherche: dans le Sulcis les migrants d’il y a 8 mille ans

ADN ancien défini, discontinuité génétique entre Mésolithique-Néolithique L’UNIONESARDA.IT

Une étude de l’Université de Cagliari révèle que les premiers Sardes étaient génétiquement différents de nous

par Manuela Arca LANUOVASARDEGNA.IT

Huit mille ans les ancêtres des Sardes étaient des migrants : c’est écrit dans l’ADN

Dans la revue Scientific Report, les résultats de l’étude sur le patrimoine génétique des restes de deux individus trouvés dans l’abri préhistorique de Su Carroppu di Sirri à Carbonia CASTEDDUONLINE.IT

La Sardaigne, définie comme le plus ancien échantillon d’ADN mitochondrial

L’étude démontrerait une discontinuité génétique entre les populations mésolithiques et néolithiques

ADN sarde, l’étude : « Les premiers habitants étaient génétiquement différents de nous » 28 février 2017 Chronique, Faits saillants 03SARDEGNAOGGI.IT

Nouvelles découvertes des études ADN sardes. Nos ancêtres étaient des migrants

Défini comme le plus ancien échantillon d’ADN mitochondrial de Sardaigne. La discontinuité génétique entre les populations mésolithiques et néolithiques de l’île a été démontrée dans des “rapports scientifiques” : les restes trouvés dans l’abri de Su Carroppu di Sirri à Carbonia ont été analysés. Un important projet coordonné par l’Université de Cagliari. Il peut également être intéressant de consulter la bibliographie suivante :

Nouvelles données sur la néolithisation de la bande côtière du sud-ouest de la Sardaigne | Couches. Contextes de territoire archéologique (unica.it)

Séquences mitochondriales complètes de la Sardaigne mésolithique Autres informations :

1. researchgate.net  2. cai.it  3. isprambiente.gov.it

Sur le fait que les populations villanoviennes pourraient être des migrations sardo-corses, il est possible de comparer les déclarations avec l’article scientifique suivant :

Ski Rep.   2019; 9:13581.

Publié en ligne le 19 septembre 2019. doi:   10.1038/s41598-019-49901-8

ID PMC : PMC6753063PMID :

31537848

L’analyse pangénomique de la population corse révèle une affinité étroite avec le nord et le centre de l’Italie

Erika Tamm  ,  1  Julie Di Cristofaro  ,  2,  3  Stéphane Mazières  ,  2  Erwan Pennarun  ,  1  Alena Kushniarevich  ,  1,  4  Alessandro Raveane  ,  5  Ornella Semino  ,  5  Jacques Chiaroni  ,  2,  3  Luisa Pereira  ,  6,  7  Mait Metspalu  ,  1   et   François Montinaro  1,  8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3) données bathymétriques, en particulier liées aux structures immergées trouvées dans le Canal de Sicile, dans les monts sous-marins du Banc Alfil, Banc Birsa, Banc Bouri, Banc El Haouaria, dans la plate-forme carbonatée Hybléenne Sicile-Malte flanquée par l’Escarpement Sicile-Malte .

4) Quelques traductions disponibles en ligne des textes du Temple d’Edfou en Egypte ;

5) les vidéos disponibles en ligne, notamment sur Youtube, relatives aux théories du professeur Sergio Frau et du géologue Mario Tozzi ; ces vidéos m’ont beaucoup aidé et inspiré, enrichissant grandement ma culture de base sur les questions liées à la recherche d’Atlantis ;

6) le texte du professeur Marco Ciardi, Atlantis Une controverse scientifique de Colombo à Darwin, Carocci editore, Rome, 1ère édition, novembre 2002 ; en particulier, après avoir étudié le texte de Ciardi, j’ai compris que les textes de Timée et de Critias contredisaient la chronologie biblique. Un écrivain amanuensis qui aurait traduit ces deux passages aurait demandé à son supérieur : “La Bible dit que le monde est né vers 4000 avant JC : comment est-il possible que l’île sardo-corse remonte à 9600 avant JC ?”. Face à un dilemme moral qui contredit l’Église catholique, plus ou moins comme cela s’est produit avec Giordano Bruno et Galileo Galilei, et la publication du «Mondo» de Descartes, la seule solution acceptable était probablement de saper la crédibilité du texte concluant, de sorte que la date de 9600 n’était pas considérée comme valide ou fiable par les textes connus.

7) parmi les sources fournies par la linguistique et la glottologie, quelques vidéos, notamment présentes sur youtube, sur les travaux du professeur Salvatore Dedola relatifs à la langue sarde et à la toponymie ; articles de journaux et pages web traitant des liens entre les langues et dialectes sarde, corse, sicilien, basque, albanais et roumain ; les travaux expliqués dans diverses vidéos youtube par le professeur Bartolomeo Porcheddu ; les idées expliquées dans certaines pages Web sur les affinités linguistiques entre les langues sardes et celle de la population basque, lorsqu’elles sont traitées par le professeur Juan Martin Elexpuru. Fondamentalement, certains chercheurs ont déjà remarqué la communauté linguistique et génétique d’autres peuples avec le sarde, mais ils n’avaient pas été en mesure de comprendre et de justifier la cause. Certains ont même compris le sens inverse,

8) un rôle décisif a été joué par ma capacité à imaginer ce qui s’était passé dans le passé. Il était crucial de comprendre que s’il y a des structures submergées dans le Canal de Sicile, qui pourraient également contenir les structures appelées Colonnes d’Hercule, comme l’a déclaré Frau, alors il y a des morceaux d’histoire ancienne, de protohistoire et de préhistoire qui n’ont pas encore été découverts ni précisé par la communauté scientifique. Cela m’a permis un certain avantage stratégique sur les autres scientifiques : le fait d’avoir en main des données scientifiques non encore formalisées par la science, que je pouvais utiliser pour interpréter le passé et tenter de le reconstruire. Par exemple, sur le plateau continental Sicile-Malte, il existe une structure rectangulaire d’environ 8 km x 19,5 km. Cette structure, que j’ai découverte et rendue publique, n’a pas encore de nom.https://www.youtube.com/embed/kwSmHfqOk_I

Ainsi, non seulement l’Atlantide corse sarde a coulé, mais aussi la première Athènes, qui maintenant, selon mon interprétation, serait submergée dans la plate-forme carbonatée hybléenne submergée Sicile Malte, bordée par l’escarpement Sicile Malte, récemment découvert par le monde scientifique et toujours en phase d’étude et d’analyse.

9) une autre source que j’ai utilisée est l’analyse de la toponymie. Je ne suis pas un expert, j’ai dû construire ma théorie hypothèses sur hypothèses. Après avoir réalisé qu’Atlantis est le bloc sardo-corse, je me suis demandé où serait la capitale. Et en observant les cartes satellites je me suis rendu compte que le Sulcis est constitué de structures géologiques qui rappellent des portions de cercles concentriques, comme la capitale de l’Atlantide décrite par Platon. Après avoir relu plusieurs fois les textes de Timée et de Critias, je me suis rendu compte par hasard que dans le Sulcis, une région de la Sardaigne actuelle, il y avait des toponymes qui rappellent l’histoire platonicienne : de nombreuses localités géographiques du Sulcis en Sardaigne (villes/villages/ fractions/villes/villes) contiennent des noms liés au concept d’eau froide et d’eau chaude. Cependant, ces noms de localités géographiques sont en dialecte sarde, ainsi un scientifique étranger qui ne connaîtrait pas la langue sarde et sa constellation de formes dialectales ne pourrait jamais arriver à mes mêmes conclusions. J’ai eu l’avantage d’être né juste à côté du Sulcis, donc ces toponymes sont dans ma première langue maternelle, c’est-à-dire le sarde campidanais ou ses variantes très proches (la variante linguistique du sarde sulcitain). Une grande partie de la toponymie du Sulcis rappelle l’histoire de l’Atlantide : eau de Callentis (eau chaude) ; Acquafredda (eau froide); Acquacadda (eau chaude); S’Acqua Callenti de Susu (l’eau chaude au-dessus); S’Acqua Callenti de Basciu (l’eau chaude ci-dessous); le Castello di Acquafredda (château d’eau froide); Furriadroxiu (l’endroit où tout bascule); Spistiddatroxiu (l’endroit où vous vous blessez); Piscinas (les piscines)… et qui sait combien d’autres. J’ai alors pris conscience que la toponymie sarde avait des points forts en commun avec la toponymie égyptienne : mais encore une fois, je ne suis pas égyptologue, donc accumuler toutes ces informations est un travail incroyablement difficile. Je viens de découvrir, ces derniers jours (19/03/2023) que certains érudits ont déjà remarqué cette incroyable coïncidence entre culture et toponymie égyptienne et sarde sur la page web suivante :

https://www.epdolibri.it/prodotto/nomi-di-paesi-e-nuraghi-della-sardegna-in-onore-di-divinita-egiziane/embed/#?secret=mCDeb8e8xX
https://www.nurnet.net/blog/possibili-inferenze-sui-toponimi-della-sardegna-dei-nomi-egizi/embed/#?secret=VXFXrO4RPe#?secret=5pIcYIab4M

10) les recherches archéogénétiques menées par des chercheurs de diverses universités, dont l’Université de Cagliari, d’où l’on peut déduire que la Sardaigne actuelle était habitée il y a même onze mille ans ; en particulier, une vidéo contenant l’  actualité intitulée “Su Carroppu”  , m’a beaucoup éclairé à cet égard. L’émission d’information sarde “Su Carroppu” a expliqué en ligne que des traces archéogénétiques avaient été  trouvées d’une population sarde avec un génome presque complètement différent de celui des populations néolithiques qui ont colonisé l’île environ trois mille ans plus tard  .

La description faite lors du bref visionnage de ce journal télévisé a éclairé mon âme sur la prise de conscience que cette population d’il y a onze mille ans a des caractéristiques parfaitement congruentes avec la description du peuple atlante : ce peuple se nourrissait principalement des ressources marines ; cette population d’il y a onze mille ans en Sardaigne vivait surtout dans la zone côtière ; vivaient dans des abris sous roche ou des grottes ; si lentement j’ai pris conscience que dans le Sulcis il y avait plusieurs grottes, et cela était parfaitement cohérent avec toute ma théorie atlante. Les grottes d’Acquacadda ; les grottes d’Is Zuddas; les grottes de Neptune, situées à Alghero dans l’actuelle Sardaigne.

11)  L’anomalie sismique provoquée par le recul de la dalle qui aurait provoqué l’enfoncement du bloc géologique sardo-corse  1  2  .

12)  Les anomalies bathymétriques qui révèlent d’éventuelles constructions sous-marines en Méditerranée  1  .

13) La guerre entre l’Atlantide et Athènes s’est terminée en 9600 av. J.-C.  décrite par Platon et confirmée par certaines découvertes archéologiques  3  .

14) En confirmation d’éventuelles migrations sardo-corses, le fait que l’homme préhistorique retrouvé et connu sous le nom de   Momie Similaun   (en   allemand   Mumie vom Similaun  ), également   homme Similaun  ,   homme Hauslabjoch   et familièrement   Ötzi  , soit d’origine sarde. Ce n’est là qu’une des nombreuses découvertes qui vont montrer un scénario cohérent avec la théorie d’une Atlantide corse sarde paléolithique, puis semi-submergée pour des raisons encore à déterminer. Les Atlantes du Corso sarde ont migré dans toute l’Europe, exportant les us et coutumes, la langue, les manières de faire et de dire, en un mot : exportant la culture.

Je mettrai à jour les sources au fur et à mesure que je me souviendrai d’où j’ai puisé pour construire ma théorie sur l’Atlantide corse sarde.

Les îles Hespérides et le Jardin des Hespérides

Le Jardin des Hespérides donnait des fruits d’or, et était situé aux extrémités de la terre connue ; une analogie a été trouvée avec l’histoire apparemment mythologique des Hespérides dans la toponymie sarde : il existe en effet une localité appelée Fruttidoro, située dans la localité de Capoterra, en Sardaigne. Capoterra, du sarde Caputerra, puis en latin « Caput Terrae », est la « tête de la Terre », c’est-à-dire l’extrémité extrême connue dans l’Antiquité (Mésolithique / Néolithique ancien, il y a environ 11 600 ans, pour avoir une date approximative mais utile compréhension), tandis que l’emplacement actuel de Fruttidoro à Capoterra serait le légendaire Jardin des Hespérides. Cette nouvelle découverte n’a pas encore été contre-validée par les chercheurs, et aucune stratigraphie n’a été réalisée pour la contre-vérification relative. atlantisfound.it, était le nom mésolithique de la mer qui entourait l’île qui était alors terre sardo-corso-atlante. Les îles Hespérides ont donc dû être les noms archaïques avec lesquels la Sardaigne et la Corse ont été définies au cours des millénaires suite à la semi-submersion du bloc géologique sardo-corse. Hesperidum Insulae, “Les îles du soir”, car au coucher du soleil, lorsque les Grecs regardaient vers l’ouest, naviguant dans cette direction depuis leur position la plus éloignée, c’est-à-dire avec une grande probabilité l’île d’Ischia, ils virent 2 îles éloignées, qui aujourd’hui sont connus sous les noms de Sardaigne et de Corse, et qui sont des plateaux de terres émergées du bloc géologique semi-submergé sardo-corse. Le linguiste et glottologue Massimo Pittau a analysé l’emplacement du Jardin des Hespérides, le plaçant vraisemblablement en Sardaigne et soulignant qu’il s’agissait encore d’une légende; Moi, par contre, dans ma pure ignorance, je vais plus loin et je propose qu’il ne s’agit pas d’une légende, mais d’un lieu réel situé à Fruttidoro di Capoterra, selon ce qui est énoncé en d’autres termes par le mythe. Évidemment, un érudit sérieux devrait étudier toute la toponymie de Capoterra et des localités voisines, pour vérifier les noms les plus anciens auxquels il est possible de remonter et si dans le passé ils ont été appelés d’une autre manière. Dans tous les cas, une bonne analyse basée sur l’archéologie satellitaire serait appropriée, pour mettre en évidence des peuplements très anciens, mésolithiques ou néolithiques, présents sur le site ou SOUS le site (car très probablement désormais ils seront submergés par les couches superposées au fil des millénaires ). aller plus loin et proposer qu’il ne s’agit pas d’une légende, mais d’un lieu réel situé à Fruttidoro di Capoterra, selon ce qui est dit en d’autres termes par le mythe. Évidemment, un érudit sérieux devrait étudier toute la toponymie de Capoterra et des localités voisines, pour vérifier les noms les plus anciens auxquels il est possible de remonter et si dans le passé ils ont été appelés d’une autre manière. Dans tous les cas, une bonne analyse basée sur l’archéologie satellitaire serait appropriée, pour mettre en évidence des peuplements très anciens, mésolithiques ou néolithiques, présents sur le site ou SOUS le site (car très probablement désormais ils seront submergés par les couches superposées au fil des millénaires ). aller plus loin et proposer qu’il ne s’agit pas d’une légende, mais d’un lieu réel situé à Fruttidoro di Capoterra, selon ce qui est dit en d’autres termes par le mythe. Évidemment, un érudit sérieux devrait étudier toute la toponymie de Capoterra et des localités voisines, pour vérifier les noms les plus anciens auxquels il est possible de remonter et si dans le passé ils ont été appelés d’une autre manière. Dans tous les cas, une bonne analyse basée sur l’archéologie satellitaire serait appropriée, pour mettre en évidence des peuplements très anciens, mésolithiques ou néolithiques, présents sur le site ou SOUS le site (car très probablement désormais ils seront submergés par les couches superposées au fil des millénaires ). un érudit sérieux devrait étudier toute la toponymie de Capoterra et des localités voisines, pour vérifier les noms les plus anciens auxquels il est possible de remonter et si dans le passé ils ont été appelés autrement. Dans tous les cas, une bonne analyse basée sur l’archéologie satellitaire serait appropriée, pour mettre en évidence des peuplements très anciens, mésolithiques ou néolithiques, présents sur le site ou SOUS le site (car très probablement désormais ils seront submergés par les couches superposées au fil des millénaires ). un érudit sérieux devrait étudier toute la toponymie de Capoterra et des localités voisines, pour vérifier les noms les plus anciens auxquels il est possible de remonter et si dans le passé ils ont été appelés autrement. Dans tous les cas, une bonne analyse basée sur l’archéologie satellitaire serait appropriée, pour mettre en évidence des peuplements très anciens, mésolithiques ou néolithiques, présents sur le site ou SOUS le site (car très probablement désormais ils seront submergés par les couches superposées au fil des millénaires ).

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique aujourd'hui connu sous le nom de mer Méditerranée 4
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique aujourd’hui connu sous le nom de mer Méditerranée 4

L’ATLANTIDE COMME UNE CIVILISATION HAUTEMENT DÉVELOPPÉE ET TECHNOLOGIQUEMENT AVANCÉE.

Lorsque Platon décrit le bloc atlante sardo-corse comme une civilisation très développée et technologiquement avancée, cette phrase doit être lue dans le contexte dans lequel existait l’Atlantide sardo-corse, c’est-à-dire avant sa submersion partielle en 9600 avant JC, soit environ onze mille six il y a cent ans. Cependant, de nombreux lecteurs de Platon, lorsqu’ils lisent l’expression “très développés et technologiquement avancés”, croient que Platon fait référence à nous qui vivons en 2023 après le Christ, ils croient donc que lorsque nous parlons d’une population technologiquement avancée, ils doivent avoir des faisceaux laser , téléportation, superordinateurs équipés de super intelligences artificielles… Cette erreur est commise non seulement par de nombreux lecteurs, mais aussi par des réalisateurs et des scénaristes ; par exemple, le film d’animation de Disney intitulé Atlantis – The Lost Empire, montre que les habitants d’Atlantis auraient des technologies telles que des motos volantes, avec un système qui semble être anti-gravité. La théorie atlante corse sarde affirme plutôt que la population atlante, qui peuplait notamment les paléocoasts du bloc corse sarde, aujourd’hui appelée par la science du nom de « plate-forme continentale submergée sardo-corse », était technologiquement avancée par rapport aux autres populations de son temps, c’est-à-dire ceux qui lui sont contemporains et qui ont vécu dans la période antérieure à il y a 11600 (onze mille six cents) ans.

Pour donner un exemple clair : sur la page wikipedia Chariot_(transport), on lit que « Le premier char constaté dans les documents mésopotamiens remonte donc à 3000 av. J.-C.,   trouvé  dans un bas-relief à   Ur   appelé le   char des félins, dans lequel apparaissait le char formé de roues pleines à trois secteurs, avec essieu et roue solidaires et un axe fixé à un châssis, qui dans le cas des corbillards, atteignait la dimension de 50 cm sur 65 cm ». Mais dans les descriptions de Platon, l’Atlantide avait des chars de guerre avant même sa submersion en 9600 av. Selon ma théorie sarde corse atlante, c’est ce que signifie “technologiquement avancé”. Les Atlantes étaient des experts en canalisation, en fabrication de canaux d’irrigation. C’était une technologie de pointe, comparée à de nombreux autres peuples, selon Platon, en 9600 avant JC et même avant le naufrage.

Les médias de masse, malheureusement, et de nombreux occultistes qui ont traité du thème de l’Atlantide, ont malheureusement contribué à insérer des éléments chaotiques et déroutants dans la recherche de l’île submergée, donc même aujourd’hui, beaucoup de gens s’attendent à ce qu’il y ait des technologies futuristes en Atlantide même pour nous aujourd’hui, mais c’est simplement une erreur logique de raisonnement.

ANALYSE DES THÉORIES SUR L’ATLANTIDE QUI CONTRADIENT MA THÉORIE

Je ne peux pas ignorer les autres interprétations de Platon et les preuves historiques et géographiques qui contredisent mon hypothèse : c’est pourquoi dans cette section je traiterai précisément de cela, c’est-à-dire d’analyser les théories individuelles une par une et d’essayer de montrer les points faibles et les points forts de chacun les relisant à la lumière de ma propre interprétation particulière. Pour ce faire, je vais utiliser les textes des différents auteurs et essayer de les démonter morceau par morceau. Ce n’est pas ce que j’aimerais faire dans la vie, mais malheureusement je dois le faire car je veux accélérer le processus de reconnaissance de mes découvertes potentielles.

Dans le temple d’Edfou, l’île corse atlante sarde, actuellement semi-submergée, est aussi appelée « l’île primordiale », « l’île aux œufs », « l’île du piétinement », « l’île du combat », « l’île de la paix » ; il est situé dans le “lac éternel” (le lac éternel s’appelle maintenant la mer Méditerranée). Les textes du Timée et du Critias disent des choses très semblables à celles écrites en hiéroglyphes dans le temple d’Edfou, en utilisant des mots et des circonlocutions différents. En combinant ces informations, il est possible d’obtenir de nouvelles informations sur le bloc géologique actuellement semi-submergé sarde-corse-atlante.

L'Atlantide existe
Il est possible de voir le bloc géologique sarde-corse d’un point de vue incliné, ce qui permet de comprendre comment le plateau continental était le paléocoast sarde-corse-atlantéen, détruit par 11 000 ans de ressacs marins, qui ont probablement détruit de nombreux vestiges archéologiques mésolithiques ou antérieurs. trouve. On ne sait pas encore si des paléoports sont présents.
L'Atlantide existe, découverte par le Dr Luigi Usai
L’Atlantide existe, découverte par le Dr Luigi Usai

L’Atlantide est le nom donné par les Égyptiens au bloc géologique semi-submergé sardo-corse lorsqu’il était en terre ferme, avant sa submersion/naufrage vers 9600 av  . Elle est effectivement semi-submergée, comme le raconte l’histoire platonicienne de l’Atlantide, mais  deux plateaux sont restés hors de l’eau, et notre civilisation leur a donné le nom de « Sardaigne » et de « Corse »  . Il y avait les « espèces d’éléphants », comme le dit Platon, en fait il y avait les  Mammuthus Lamarmorae  .

Le Sardo Corso Atlantide actuellement semi-submergé était la plus grande de toutes les îles; elle se situait au centre de l’actuelle Méditerranée, qui s’appelait alors la mer de l’Atlantide, ou l’Océan Atlantique, appelé plus tard sous de nombreux noms, parmi lesquels les Égyptiens utiliseront « La Grande Verte », « L’Éternelle Lac » pour n’en nommer que quelques-uns. Il était très boisé, et cela est toujours vrai et valable. Le climat était particulièrement doux, et c’est encore vrai aujourd’hui : en effet la mer a des fonctions similaires à celles d’un condensateur dans un circuit électrique : elle amortit le climat chaud en l’absorbant partiellement, et atténue les climats froids en libérant l’eau précédemment accumulée. chaleur. Elle était riche en minéraux, et c’est encore vrai aujourd’hui, on peut donc imaginer ce que devait être le bloc sardo-corse il y a plus de 11 600 ans.
Elle était ancienne pour les anciens, et nous en avons une infinité de preuves : la géologie nous apprend que les roches sardes ont plus d’un demi-milliard d’années. Les bâtisseurs de la tour y ont vécu, et nous en sommes sûrs, à tel point qu’une époque a même été définie comme « nuragique », et suffisamment étudiée pour fournir une abondante documentation scientifique valable. Il devait être situé au-delà des colonnes d’Hercule, et cela semble également être correct, après les constatations que j’ai faites à El Haouaria Bank et Birsa Bank.

disponible sous licence : Creative Commons Attribution 4.0 International
Le vaste plateau continental sarde-corso-atlante était le paléocoast de l’Atlantide. Disponible sous licence : Creative Commons Attribution 4.0 International

La catastrophe évoquée par Platon devait être le phénomène géologique de submersion partielle du bloc sarde-corse-atlante, provoqué par le Slab Roll-Back, par la présence éventuelle d’une faille tectonique qui passe sous le Sulcis et se poursuit, d’un côté vers Gibraltar et de l’autre vers Pompéi et Herculanum, et visible à l’aide de la carte satellite et bathymétrique de Google Maps, disponible gratuitement en ligne. De plus, les Meltwater Pulses se sont également produites à cette époque de l’histoire. L’époque à laquelle le bloc sarde-corse s’appelait Atlantide était donc antérieure à 9600 av. La boue causée par l’érosion marine et les courants rendait impossible la navigation le long de l’île par bateau, de sorte que l’île est probablement restée inaccessible pendant quelques siècles, contribuant ainsi à faire oublier la puissance de cet ancien peuple guerrier. L’Atlantide a une orientation nord-sud, comme l’a dit Platon. La partie nord est pleine d’excellents vents pour la navigation, et en fait, entre la Corse et la Sardaigne, il y a l’une des meilleures écoles de voile d’Europe. La vision euhémérisante était correcte : Poséidon était un très ancien souverain de l’île sardo-corse lorsqu’elle était encore une terre ferme, puis divinisée.

Pourquoi n’y a-t-il pas de traces archéologiques ou historiques d’une civilisation aussi avancée et puissante dans le bloc corse sarde ? Car la population se nourrissait particulièrement des ressources marines, comme les deux individus retrouvés à l’abri sous roche de Su Carroppu à Sirri, et pour cela ils vivaient sur les paléo-côtes atlantes, aujourd’hui appelées Plate-forme continentale corse sarde. Une partie de la civilisation et de la population qui se trouvaient sur les paléocôtes a été submergée puis emportée par environ onze mille six cents ans de courants marins, qui ont transformé les paléocôtes en une plate-forme continentale qui entoure désormais le bloc géologique sarde. De plus, on sait par expérience que les dépôts sédimentaires se stratifient au fil des ans : par exemple, les vestiges romains d’il y a environ deux mille ans se trouvent potentiellement sous quelques mètres de sédiments et de débris. Par conséquent, à proprement parler, si un érudit voulait trouver les couches sédimentaires qui contiennent les restes de la civilisation atlante, il devrait faire une étude stratigraphique qui atteigne la stratigraphie de 9600 avant JC, c’est-à-dire la couche d’il y a environ 11600 ans.

L’abri sous roche Su Carroppu a restitué l’ADN de deux individus sur trois, d’une population avec un ADN presque entièrement différent de l’ADN de la population qui a ensuite colonisé l’île de Sardaigne trois mille ans plus tard. Par conséquent, nous pouvons provisoirement émettre l’hypothèse que les deux individus analysés à Su Carroppu di Sirri appartiennent à la population atlante. De cette hypothèse, on peut déduire que les Atlantes, en plus de piller les ressources marines et de vivre dans les paléo-côtes, vivaient dans des grottes ou dans des abris sous roche. Diverses grottes très anciennes sont concentrées dans le Sulcis : les grottes d’Is Zuddas ; la grotte d’Acquacadda; et d’autres grottes que je suis actuellement incapable d’énumérer, mais qui pourraient lentement être ajoutées à cette liste. Donc, pour réfuter ma théorie, il suffirait de faire des analyses stratigraphiques dans ces grottes, pour prouver qu’ils n’étaient pas habités en 9600 avant JC ou avant. En effet, Platon déclare que la catastrophe atlante remonte à neuf mille ans avant le voyage de Solon à Saïs en Égypte, et ce voyage a eu lieu environ en 590 av. À partir de ces déclarations, une autre question très importante peut également être répondue, donnée ci-dessous.

Si la civilisation atlante était aussi avancée et puissante que le dit Platon, elle aurait dû laisser des traces sur le continent également, pas seulement sur les paléo-côtes. Et en fait, à mon avis, il a laissé des traces dans les grottes autour du plateau de l’Atlantide qui émerge maintenant de la mer et qui a été appelé, par notre civilisation, du nom de Sardaigne. En fait, des vestiges datant d’environ 20 000 ans ont été découverts dans la grotte de Lanaittu, ce qui est parfaitement cohérent avec la théorie sardo-corse de l’Atlantide. L’Atlantide était également habitée il y a 20 000 ans. En effet, à l’heure actuelle il semble que la Sardaigne ait été habitée depuis au moins 300 000 ans. C’est pourquoi Platon dit qu’elle était « ancienne pour les anciens ». Et ce serait aussi pourquoi le prêtre de la déesse Neith à Saïs aurait dit à Solon que les Grecs n’étaient jamais vieux, c’étaient de jeunes hommes, et que leur mythologie ressemblait beaucoup à des contes de fées pour enfants. Le prêtre essayait d’expliquer à Solon que les Grecs avaient perdu la mémoire de ce qui s’était passé entre l’Atlantide corse sarde et la première Athènes, car les survivants n’étaient pas alphabétisés et ne pouvaient pas écrire et transmettre la mémoire de ce qui s’était passé vers 9600 av.

Tout ce qui est dit est cohérent, comme doit l’être une théorie scientifique correcte. Par conséquent, les traces des Atlantes, dotées de différents ADN déjà classés par les études archéogénétiques menées par le Département de Préhistoire de l’Université de Cagliari en collaboration avec l’Université de Florence et de Ferrare et publiées dans Scientific Report, doivent être recherchées dans les abris sous roche de toute la Sardaigne et la Corse et dans les grottes disséminées dans ces deux îles, qui sont en fait des plateaux émergés de la mer de l’île sous-jacente d’Atlantis. L’Atlantide était l’un des noms que les Égyptiens donnaient à cette île, qui dans les murs du temple d’Edfou en Égypte s’appelle aussi l’île du Piétinement, l’île de la Guerre, l’île de la Paix, l’île aux Oeufs etc. Relire et analyser les textes des temple d’Edfou dans cette clé,

Comment expliquer que Platon décrive l’Atlantide comme une île circulaire avec un chenal navigable au centre et une série d’anneaux concentriques de terre et d’eau, alors que le bloc sarde-corse a une forme irrégulière et ne possède pas ces caractéristiques ? Car la description en anneaux ne concerne pas tout le bloc atlante corse sarde, mais uniquement la capitale de l’Atlantide, l’actuel Sulcis. Comme je l’ai expliqué précédemment, une structure presque circulaire est présente dans le Sulcis, des dimensions indiquées par Platon, mais après onze mille six cents ans de pluies, d’inondations, de changements tectoniques causés par la structure graben-horst du Sulcis, et les changements tectoniques causés par les gouffres du Sulcis, ont fait que ces portions de terre, qui présentent les structures très anciennes rapportées par Platon, comme le temple de Poséidon, ont quitté leur emplacement d’origine. Pour lesquels une enquête stratigraphique sérieuse et rigoureuse est nécessaire. Je ne suis ni archéologue, ni stratigraphe, ni géologue, donc je ne suis pas en mesure de faire moi-même cette analyse. Cependant, je crois que j’ai apporté une contribution potentiellement importante à la recherche avec toutes ces informations.

Il existe des preuves de contact entre les Égyptiens et les habitants du plateau atlante appelé Sardaigne : en effet, il existe au moins environ 300 découvertes archéologiques  que les érudits définissent comme « égyptisantes »  . Ces derniers jours, un accord a été signé entre la directrice Luana Toniolo et le directeur du musée de la fondation des antiquités égyptiennes de Turin, Christian Greco, pour l’étude et l’analyse de ces découvertes.

Platon a décrit l’Atlantide comme une île plus grande que la Libye et l’Asie réunies: c’est très possible, car à l’heure actuelle nous ne savons pas quelle était la taille exacte de la Libye et de l’Asie en 9600 av. On pourrait donc procéder avec un raisonnement inverse : en supposant que Platon rapporte des sources égyptiennes authentiques et véridiques, on peut donc en déduire qu’en 9600 avant JC la Libye et l’Asie étaient deux zones géographiques qui couvraient une aire géographique plus réduite que celle couverte par le bloc géologique sarde -parcours actuellement submergé sous la Méditerranée. De plus, la Libye de 9600 av. J.-C. ne correspond peut-être pas du tout à la Libye actuelle ni au concept d’« Afrique ». En effet, les découvertes faites par Luigi Usai à Birsa Bank, El Haouaria Bank, dans le plateau continental carbonaté Sicile-Malte Hyblaean, flanqué de l’escarpement Sicile-Malte, ils montrent de vastes territoires actuellement inconnus de l’archéologie et de l’histoire officielle, pour lesquels la communauté scientifique doit encore clarifier à quelles civilisations disparues nous avons affaire, s’il s’agit en fait de bâtiments et de villes submergés ; de quelles civilisations s’agit-il; pourquoi sont-ils submergés ; quand ils ont été submergés, à cause de quels événements. Bref, les nouvelles découvertes sur les fonds marins méditerranéens ouvrent des scénarios extrêmement intéressants et innovants.

Pourquoi n’y a-t-il aucune preuve archéologique concrète de son existence dans le bloc sardo-corse ? Car les archéologues sardes se sont arrêtés pour analyser les couches jusqu’au nuragique ; à l’heure actuelle, il semblerait que personne n’ait fouillé jusqu’aux couches stratigraphiques de 9600 avant JC, rendant ainsi impossible d’avoir des preuves archéologiques, qui n’ont donc jamais été recherchées, car le monde académique sarde, dans sa presque totalité, croyait que était le fruit de l’imagination de Platon, comme l’affirment divers archéologues dans de nombreuses vidéos et textes publiés en ligne, par exemple au Séminaire appelé “Sa Mesa Archeotunda”.

POSSIBILITÉ DE DÉCOUVRIR L’ATHÈNES ANCIENNE À PARTIR DE 9600 av.

Athènes vers 9600 avant JC, submergée avec le bloc corse atlante sarde
Athènes vers 9600 avant JC, submergée avec le bloc corse atlante sarde , située sur la plate-forme carbonatée Sicile-Malte Hyblean , découverte par Luigi Usai

Sur le  plateau continental carbonaté Iblea Sicile-Malte submergé  , flanqué de l’  escarpement Sicile-Malte  , le Dr Luigi Usai (l’écrivain) a trouvé une structure parfaitement rectangulaire sur ce qui semble être les paléocoasts mésolithiques de la Sicile orientale actuellement submergée. Après une analyse plus approfondie, il a été possible de constater la présence de structures aux formes parfaitement géométriques, qui semblent avoir été créées par l’homme. Plus d’études sont nécessaires pour comprendre; cependant, il est déjà possible de consulter en ligne des images de cette éventuelle découverte archéologique.

Vidéo de la découverte potentielle :

La première Athènes de 9600 avant JC ? Des vérifications seront à faire.

HYPOTHÈSE SUR LA PREMIÈRE ATHÈNES SUBMERGÉE VERS 9600 AVANT JÉSUS CHRIST AVEC ATLANTIDE

Si ce que Platon a dit à propos de l’Atlantide est en effet un événement historique, comme indiqué dans Timée et Critias, alors on pourrait spéculer qu’il s’agit de la première Athènes, submergée en 9600 av. Si cela s’avère vrai, tout ce que Platon a dit a une confirmation objective dans le monde réel. Bien sûr, il serait très étrange que la première Athènes soit basée en Sicile. Le point important à souligner est qu’il semble y avoir beaucoup de preuves objectives : la bathymétrie est une science. Les cartes bathymétriques font donc aussi partie des outils utilisables par la méthode scientifique. Certains chercheurs ont souligné que parfois des «artefacts» apparaissent sur le fond marin, causés par une mauvaise acquisition de données. Cependant, après environ 20 ans dans le secteur informatique, j’ai une connaissance suffisante des faits pour établir que la possibilité que ces artefacts soient erronés est extrêmement faible, sinon j’aurais dû trouver des rectangles dans d’autres parties du monde, ce qui n’est jamais arrivé, sans même explorer les profondeurs du monde pendant deux années consécutives env. Le rectangle submergé est également présent en un point qui semble être le palécôte mésolithique, il est donc encore plus probable qu’il s’agisse d’une structure anthropique réellement existante. De plus, la résolution a changé et s’est améliorée au cours de la dernière année. S’il s’agissait d’un artefact, les nouvelles détections auraient dû effacer l’erreur et l’écraser avec les données correctes, mais cela ne s’est pas encore produit. n’explorant même pas les fonds marins du monde entier pendant environ deux années consécutives. Le rectangle submergé est également présent en un point qui semble être le palécôte mésolithique, il est donc encore plus probable qu’il s’agisse d’une structure anthropique réellement existante. Aussi, la résolution a changé et s’est améliorée au cours de la dernière année. S’il s’agissait d’un artefact, les nouvelles détections auraient dû effacer l’erreur et l’écraser avec les données correctes, mais cela ne s’est pas encore produit. n’explorant même pas les fonds marins du monde entier pendant environ deux années consécutives. Le rectangle submergé est également présent en un point qui semble être le palécôte mésolithique, il est donc encore plus probable qu’il s’agisse d’une structure anthropique réellement existante. De plus, la résolution a changé et s’est améliorée au cours de la dernière année. S’il s’agissait d’un artefact, les nouvelles détections auraient dû effacer l’erreur et l’écraser avec les données correctes, mais cela ne s’est pas encore produit. n’explorant même pas les fonds marins du monde entier pendant environ deux années consécutives. Le rectangle submergé est également présent en un point qui semble être le palécôte mésolithique, il est donc encore plus probable qu’il s’agisse d’une structure anthropique réellement existante. De plus, la résolution a changé et s’est améliorée au cours de la dernière année. S’il s’agissait d’un artefact, les nouvelles détections auraient dû effacer l’erreur et l’écraser avec les données correctes, mais cela ne s’est pas encore produit. n’explorant même pas les fonds marins du monde entier pendant environ deux années consécutives. Le rectangle submergé est également présent en un point qui semble être le palécôte mésolithique, il est donc encore plus probable qu’il s’agisse d’une structure anthropique réellement existante. De plus, la résolution a changé et s’est améliorée au cours de la dernière année. S’il s’agissait d’un artefact, les nouvelles détections auraient dû effacer l’erreur et l’écraser avec les données correctes, mais cela ne s’est pas encore produit.

TOPONYMIE ET ​​FÊTE DU NOM

Dans le bloc sarde-corse la toponymie, très utile aux archéologues, rappelle clairement les sources d’eau chaude et froide placées selon le récit platonicien sur l’île de l’Atlantide par Poséidon : on y trouve des fractions de villages appelées « Acquacadda » (eau  chaude  ,  en campidanais sard  ),  S’acqua callenti de basciu  (L’eau chaude en bas, en sard campidanais) et  S’Acqua Callenti de Susu  (L’eau chaude en haut, en dialecte sarde campidanais), tandis que dans la ville voisine de Siliqua c’est la la source d’eau froide de Zinnigas est encore présente aujourd’hui ; à Siliqua le «  Castello d’Acquafredda  » est tout ce qui reste de la citadelle médiévale d’  Acquafredda. Bref, même la toponymie rappelle le mythe platonicien. De plus, Solon a entendu l’histoire dans la  ville égyptienne de Sais  , et  Sais   est aussi le nom d’une fraction géographique proche de Narcao : localités du bas Is Sais et du haut Is Sais de Narcao (SU), dans le Sulcis dans l’actuelle Sardaigne ; c’est aussi un patronyme sarde  . La toponymie réapparaît de manière apparemment correcte, et précisément dans les mêmes points géographiques (Sulcis, dans l’actuelle Sardaigne) où la toponymie rappelle les sources placées par Poséidon. Et curieusement, toujours dans le Sulcis, il existe une localité qui s’appelle  Piscinas  … une autre toponymie qui rappelle le thème de l’eau ou de l’inondation. Alors que par rapport à la toponymie égyptienne, on trouve un lieu appelé « Terresoli » (Terre du Soleil, en dialecte campidanais sarde) qui rappelle étroitement  Héliopolis  (Cité du Soleil). Comme les Sulcis « s’esti furriau », ils appelaient une fraction «  Furriadroxiu  » ; comme de nombreuses personnes sont mortes ou ont été grièvement blessées, ils l’ont appelé «  Spistiddatroxiu  ». En Sardaigne, nous avons  Olbia  , et  Olbia  existe aussi dans l’Égypte ancienne  . A ce stade c’est encore difficile à prouver, mais la ville de Sinnai en Sardaigne pourrait être apparentée au Sinaï en Egypte : cette affirmation reste à prouver, mais cela ne semble plus être une  coïncidence: des études approfondies du secteur sont nécessaires. Carnac en France est célèbre pour ses mégalithes, tout comme Karnak en Egypte. Le nom de la ville est le même, mais la phonétique est exprimée avec des valeurs de consonnes différentes, où K et C ont la même signification sémantique, mais une orthographe différente.

Nous avons vu le  patronyme Sais  , mais le  patronyme Usai  est également intéressant :  la momie Usai existe à Bologne  , ce qui témoigne des contacts entre la population sarde-corse-atlante et l’Égypte ancienne. En fait,  Usai est un patronyme exclusivement sardo-corse-atlante : partout dans le monde, quiconque s’appelle Usai est d’origine sarde-corse-atlante  . On a donc la présence de patronymes sardo-corses dans l’Égypte ancienne, et cela devrait nous faire réfléchir. De plus, une gravure d’un bateau égyptien a été retrouvée dans la  nécropole de Montessu à Santadi, dans le Sulcis. Cela confirme encore les relations entre l’Egypte et le Sulcis de la  Sardaigne-Corse-Atlante bloc géologique. Uras est un patronyme sarde et une ville sarde  . Avec la Mummia Usai, à Bologne, il y a des salles avec de petits bronzes, et les petits bronzes nuragiques sont connus de tous les Sardes  . Abis  est un nom de famille sarde,  Abis  est un toponyme de l’Égypte ancienne. Olbia  est une ville sarde,  Olbia  est une ville égyptienne. Uras  est un nom de famille sarde,  Urasc’est une localité sarde, et contient le thème de “Uranus”, qui pourrait être lié à Poséidon. La toponymie et l’onomastique confirment donc le mythe platonicien et aussi les relations avec les Égyptiens. Les découvertes égyptiennes se retrouvent également dans d’autres endroits de la Sardaigne, mais ici, pour le moment, nous resterons concentrés sur le thème atlante.

3207 Les toponymes sardes commencent par Funt (« funti » ou « funtana » en sarde signifie « fontaine » en italien).

Noms de famille sardes qui sont aussi des noms de villes, de villes et de lieux géographiques.
Avant de lire cet article, il est bon d’étudier l’excellent article sur la page :
https://www.inliberta.it/piu-antichi-cognomi-sardi/

qui permet d’avoir une vue large sur les patronymes sardes et qui peut suggérer une naissance paléolithique ou néolithique de ces patronymes.

L’île d’   Atlantis   est décrite comme   “riche en eau  “. J’ai pensé, à bout portant, à chercher des toponymes sardes qui contiennent le mot Funt (en sarde une « Fonte » peut s’appeler « Funtana »).

Vers la page :

https://www.sardegnageoportale.it/webgis/ricercatoponimi/search

il y a 3 champs de saisie de texte : Toponyme, Municipalité et Type.

Dans l’entrée Toponyme j’ai inséré les lettres Funt, afin d’obtenir tous les mots qui commencent ainsi ; ce sont généralement des mots comme Funti ou Funtana, ou source, en campidanais sarde.

3207 toponymes sont déjà obtenus de cette façon, sans faire d’autres recherches. Je dirais que 3207 toponymes, 11 000 ans après le naufrage de l’Atlantide, peuvent déjà être un bon gage de la véracité de ce que Platon affirmait dans Timée et Critias, sur le fait que le bloc corse atlante sarde était « riche en eau » : Sassari , Thatari et Serramanna, 3 autres toponymes, signifient « riche en eau » (à ce propos, voir les travaux du Prof. Salvatore Dedola).

Dans le bloc sarde-corse la toponymie, très utile aux archéologues, rappelle clairement les sources d’eau chaude et froide placées selon le récit platonicien sur l’île de l’Atlantide par Poséidon : on y trouve des fractions de villages appelées « Acquacadda » (eau  chaude  ,  en campidanais sard  ),   S’acqua callenti de basciu   (L’eau chaude en bas, en sard campidanais) et   S’Acqua Callenti de Susu   (L’eau chaude en haut, en dialecte sarde campidanais), tandis que dans la ville voisine de Siliqua c’est la la source d’eau froide de Zinnigas est encore présente aujourd’hui ; à Siliqua le «  Castello d’Acquafredda  ». Bref, même la toponymie rappelle le mythe platonicien. De plus, Solon a entendu l’histoire dans le Ville égyptienne de Sais  , et   Sais   est un patronyme sarde, et la Sardaigne est un plateau émergé du bloc géologique sarde corse submergé, donc tout s’intègre parfaitement. Sais  , en plus d’être un patronyme appartenant au territoire sardo-corse,   est aussi le nom d’une fraction géographique proche de Narcao : localités du bas Is Sais et du haut Is Sais de Narcao (SU), dans le Sulcis en Sardaigne actuelle  . La toponymie réapparaît de manière apparemment correcte, et précisément dans les mêmes points géographiques (Sulcis, dans l’actuelle Sardaigne) où la toponymie rappelle les sources placées par Poséidon. Et curieusement, toujours dans le Sulcis, il y a une localité appelée   Piscinas (se comprend aussi en italien)… une autre toponymie qui rappelle le thème de l’eau ou de l’inondation. Alors que par rapport à la toponymie égyptienne, on trouve une localité appelée «  Terresoli  » (Terre du Soleil, en patois campidanais sarde) qui rappelle étroitement   Héliopolis   (Cité du Soleil). Comme les Sulcis « s’esti furriau », ils appelaient une fraction «  Furriadroxiu  » ; comme de nombreuses personnes sont mortes ou ont été grièvement blessées, ils l’ont appelé «  Spistiddatroxiu  ». Près de Barbusi, près de Carbonia en Sardaigne, il y a   Acqua Callentis (eau chaude en sarde)   et   Caput Acquas. En outre, il y a un hameau appelé Su Peppi Mereu et il y a des pharaons égyptiens appelés Pepi I et Pepi II (en sarde Pepi est le diminutif de Giuseppe)  .

Mandas   est un patronyme sarde et une localité sarde.
Nora   est une localité sarde et   Nora   est un prénom féminin  .
Lidia
   est une localité et   Lidia   est un nom féminin (   Lydia   (endonyme : Śfard ; en grec : Λυδία ; en assyrien : Luddu ; en hébreu : Lûdîm)   est une ancienne région historique, c’est-à-dire une localité)
autre confirmation de mes propos : la ville de Sardes ou Sardes ou Sardes (en   lydien   𐤳𐤱𐤠𐤭𐤣 , translittéré Sfard ;   grec ancien   Σάρδεις , translittéré Sárdeis ;  ancien persan   Sparda ) était une ancienne ville d’  Asie Mineure   (aujourd’hui  Turquie  ) qui devint la capitale du   royaume de Lydie   au   7ème siècle avant JC
Je le répète : la ville de Sardes devint la capitale de la Lydie.
Solinas   est un patronyme sarde et une localité :   Spiaggia Is Solinas.
Solanas   est une localité sarde et un patronyme, cette fois espagnol, indiquant probablement des migrations sardo-corses vers l’Espagne dans l’Antiquité.
Tunis   est un patronyme sarde et est une localité (  Tunis, en Tunisie  ).
Zara   est un patronyme sarde et est une localité (  Zara en Croatie  ).
Olianas  est un nom de famille sarde et   Oliena  est une localité sarde, qui en sarde s’appelle   Oliana  .
Ruggiu   est un patronyme sarde et   Monte Ruggiu   est une localité.
Scano   est un patronyme sarde,   Scano Montiferru   est une localité.
Pirastru   est un patronyme sarde,   Porto Pirastru   est une localité.
Mattana   est un nom de famille sarde  , Mattan   I et   Mattan   II sont des dirigeants phéniciens.
Milia   est un patronyme sarde et   El Milia   est une localité en Algérie et   Miliana   est une localité en Algérie.
Iunius Silanus   est un nom de famille et Silanus   est une localité sarde encore existante; puis il y a une étrange similitude entre l’étymologie de   Silanus   (village sarde dont l’étymologie signifie : boisé, des bois) et la figure mythologique de   Silène   (tiré de wikipedia -> Les   Sileni   (également   Silenoi  ) sont des figures de la mythologie grecque, des divinités mineurs des bois, de nature sauvage et lascive -> c’étaient probablement les Sardes qui vivaient à Silanus, d’où ils ont tiré leur nom).
Siddi   est un patronyme sarde et   Siddi   est une localité de Sardaigne.
Murgia   est un patronyme sarde et « Le   Murge »   est une   sous-région de  Appulo-Lucana.
Sanna  c’est un nom de famille sarde et   Sannio   est une ancienne localité historique et les   Samnites   les gens qui y vivaient : cependant cela peut être une coïncidence. Cependant, toutes ces « coïncidences » étranges doivent nous amener à faire de nouvelles analyses, à repenser le passé et à tenter de motiver ces étranges dizaines et dizaines de coïncidences.

Compte tenu de toutes ces prémisses, il n’est pas difficile de se rendre compte que :

Troia   est un patronyme,   Troja   est un patronyme, et   Troia   est une localité de la province de   Foggia   et   Troia   est la célèbre ville mythologique… à ce stade on pourrait supposer que   Troia était une ville sardo-corse  . Cette hypothèse est également confirmée par les murs de Troie, construits en cercles concentriques ; vient le fait qu’il y a   des Sardes Ilenses Troes   et   l’autre nom de Troie est Ilio   (  Troes-Ilienses sont une tribu sarde  )…

Une autre anomalie toponymique à retenir est la présence de :   Gonnos
fanadiga  Gonnos
  Gonnos
codina  Gonnos
tramatza  Une autre
anomalie toponymique à retenir est la     présence   de Biddanoa  . ; et l’étrange insistance du terme traduit   villanova   partout où il y a contact avec la culture sardo-corse : la  Culture  Villanovienne
c’est un faciès qui a donné naissance aux Étrusques, tire son nom du village de Villanova; selon ma théorie, les Villanoviens étaient des migrations sardo-corses très anciennes, c’est pourquoi une statue de bronze nuragique a été retrouvée plus tard au fond du lac de Bolsena à l’intérieur d’une maison Villanovan submergée ; à Cagliari le quartier de Villanova, mais c’est peut-être une coïncidence, car si je ne me trompe pas la nomenclature a des origines médiévales et je ne sais pas pourquoi elle s’appelait ainsi ; à Villanova di Guidonia (Rome) se trouve le Théâtre Maritime d’Hadrien, connu sous le nom de Villa Adriana : il est construit en cercles concentriques comme la capitale de l’Atlantide, précisément à un endroit appelé Villanova ; en Sardaigne il y avait une Neapolis, dans la région d’Oristano, et Neapolis est le nom de Naples, et Nea Polis signifie ville nouvelle, dans le style sarde corse atlante.

Autres bizarreries linguistiques : l’utilisation insistante sardo-corse des diphtongues dans la toponymie :

avec la diphtongue « ei »  : Orosei, Baunei, Bultei, Burcei, Furtei, Gergei, Urzulei, Lanusei, Lei, Musei, Pauli Arbarei, Pèifugas ,  Costa   Rei, San Niccolò Gerrei, Triei, Mara Arbarèi toutes les places se terminant par la diphtongue » et” “;

avec la diphtongue « ai »  : Allai, Paizé, Gairu, Ollollai, Illorai, Lotzorai, Masainas, Olzai, Onifai, Samatzai, Ulassai, Ussassai, La Trinitài et Vinòla, Villagrande  Strisaili  ;

avec la diphtongue « oi »  : Gavoi, Jaròi/Geròni, Loiri Porto San Paolo, Mammoiada ;

avec la diphtongue “au”  : Ardauli, Austis, Ballau, Bauladu, Baunei, Giaùni/Jaùni, Lòiri Poltu Santu Pàulu, Paùli, Narcàu, Lu Palàu, Paùli Arbarèi, Pàu, Pàulle, Paùli Gerrèi/Pàùli Xrexèi, Santu Sparàu, Tempio Pausanias,

Gonnos  fanadiga,   Gonnos  nò,   Gonnos  codina,   Gonnos  tramatza, toutes les localités qui contiennent le suffixe Gonnos ;

Certains de ces faits pourraient être des coïncidences.

Avertissement : ce site contient des recherches expérimentales effectuées par un non-professionnel, il peut donc y avoir des erreurs logiques ou méthodologiques dans la recherche. Les scientifiques seront en mesure d’éliminer les erreurs des informations correctes. Ce qui compte, ce sont les éventuelles informations utiles qui peuvent en être tirées.

Noms de villes/villages nécessitant un examen plus approfondi :

Teulada en Sardaigne correspond à   Teulada  en   Espagne

Aritzo en Sardaigne correspond à   Aritzu au  Pays   basque

Monastir en Sardaigne correspond à   Monastir  en   Tunisie

Orani en Sardaigne correspond à   Oran  en   Algérie

Pula   en Sardaigne correspond à   Pula   en ex-Yougoslavie

Palau en Sardaigne correspond à   Palau  , province de Lérida en Espagne, et   Palau  en Micronésie

Sa   Baronia   en Sardaigne correspond à   La Baronia de Rialb  , 25747, Province de Lleida, Espagne ; mais correspond également   Sa Baronia située dans la Sierra de Tramuntana  , déclarée site du patrimoine mondial, à seulement 25 km de Palma de Majorque.

Téthys en Sardaigne correspond à la mer de Téthys, le Titan Téthys fils d’Uranus et de Géa et un Pharaon   appelé  Téti

Sa   Portedda   dans   le Sulcis   correspond à   La Portella   en   Catalogne, Espagne

à   Memphis   en Sicile correspond un second   Memphis   en Sicile et un   Memphis   en Egypte

Amarnas   en Algérie correspond à   Amarna   en Egypte, le nom moderne d’Akhetaton, la ville d’Akhenaton

Gadeiros, frère du Sulcis Atlas et fils de Poséidon et Clito, correspond à    Gadir (Cadix)  correspond   à   Gadir   au Maroc,   Agadir   au Maroc,   Port de Gadir   à Pantelleria, Baie de   Ghadira   à Malte ; d’ailleurs, on comprend maintenant pourquoi Platon parle de la   région de Gadirica  devant les Colonnes d’Hercule : probablement la   Gadirica   était la région voisine de l’actuel   Villasimius  , mais tout cela est à vérifier

Cariddi en Sardaigne correspond à   Cariddi  en   Sicile

Pompu correspond à   Pompéi en Italie et Pohnpei en  Micronésie

L’Ombrie en Italie correspond au Royaume de   Northumbrie  en   Angleterre

Anglona en Sardaigne correspond à  Anglia   et  Angleterre  , pays   des  Angles

Gallura correspond à   la Gaule, Gallipoli,   le Pays de Galles et le   nom de famille Gallus (probablement beaucoup ne sont que des coïncidences linguistiques ;  cependant   , il vaut la peine d’enquêter et peut-être de réfuter ces similitudes de manière scientifique  )

Bithia correspond   à  Bithynie

Olbia en Sardaigne correspondait à   Olbia en Egypte , elle est mentionnée dans les livres  d’histoire anciens

Alguier   (Alghero) correspond à   Alger

Bari correspond à   Bari  Sardo   en Sardaigne

Meana correspond à   Meana  Sardo   en Sardaigne

Prato correspond à   Prato  Sardo   en Sardaigne

Riola correspond à   Riola  Sardo   en Sardaigne

Neapolis   (     grec : Νεάπολις ; sarde : Nabui ) ou « nouvelle ville »,   était une ancienne ville de Sardaigne

à la localité Tempio-  Ampurias  , Plage d’   Ampurias  , correspond en Espagne   Empúries  , 17130, Province de Gérone, Espagne, appelée en espagnol   Ampurias  .

la localité française Pau  correspond au patronyme   Pau  , très fréquent et peut-être originaire du Sulcis ; quelqu’un pourrait même aller jusqu’à remarquer que, alors qu’en français la diphtongue « au » se lit « o », et donc Pau en français se lit « Pò », il existe une prononciation occitane, qui telle qu’elle est présente dans Wikipédia sous le entrée Pau_(France   )  ,   Pau se prononce exactement, comme dans la langue sarde  , confirmant au moins partiellement mes propos. Il serait intéressant de faire une étude sur l’occitan, pour voir s’il pourrait y avoir des liens avec les langues et dialectes du bloc sarde-corse-atlante, comme c’est aussi le cas avec le corse, le basque, le sicilien, le roumain et bien d’autres ;

Caria   est un patronyme sarde qui correspond à   Caria  , qui était une région historique de l’ouest de l’Anatolie ;

Solanas  est   une localité sarde   et    est un patronyme espagnol  .

Solanas   est un    patronyme espagnol . Les personnes notables portant le nom de famille comprennent:

(tiré de   https://en.wikipedia.org/wiki/Solanas_(nom de famille)    )

ce ne sont peut-être pas des coïncidences. Tout d’abord, il faut remonter aux premiers toponymes d’origine, pour comprendre s’ils ont été modifiés récemment ou s’ils sont anciens ou d’origine. Je propose d’étudier ces correspondances: que le nom ait à voir avec une sorte de domination directe, de colonisation ou de relation quelconque, reste à prouver officiellement avec des preuves plus solides.

On a vu le   patronyme Sais  , le   patronyme Pau  , mais le   patronyme Usai   est également intéressant :   la momie Usai existe à Bologne  , ce qui témoigne des contacts entre la population sardo-corse-atlantéenne et l’Égypte ancienne. En fait,   Usai est un patronyme exclusivement sardo-corse-atlante : partout dans le monde, quiconque s’appelle Usai est d’origine sarde-corse-atlante  . Uras   est un nom de famille sarde, un pays sarde et une divinité sumérienne. Cabras   est un nom de famille sarde,   Cabras   est une ville sarde et à  Cabras   ils ont trouvé les Géants de Mont’E Prama, et ” cabras” en sarde signifie “chèvres” , terme qui trouve probablement son origine dans la période paléolithique ou néolithique, car les chèvres ont définitivement marqué la transition des chasseurs aux éleveurs et aux agriculteurs. Sinis   est un nom de famille et   Sinis   est une localité. Piras est un patronyme   et   Piras est une localité  . Avec la   momie Usai   , nous avons la présence de patronymes sardo-corses dans l’Égypte ancienne, et cela devrait nous faire réfléchir. C’est difficile à expliquer en quelques mots, je le ferai dans un autre contexte :   les Sumériens, les Akkadiens et les Babyloniens, avec une très forte probabilité, étaient des migrations sardo-corso-atlantes à une époque où les scientifiques devront désormais recalculer en fonction des nouvelles découvertes. Ce sera difficile et merveilleux de devoir relire tous les textes et d’essayer de comprendre. Cependant, je peux vous donner quelques indications : il existe probablement des liens entre le patronyme sarde   Cadelanu  ,   Candelanu   et   Kandalanu  , un roi néo-babylonien ; entre la ville de   Sarroch   en Sardaigne et Dur-  Sharrukin   de Ninive ; ces découvertes ouvrent la porte à un nouveau type d’approche avec la culture sumérienne et mésopotamienne en général. Les dieux de la mythologie sumérienne étaient des mineurs  … e Le Sulcis lui-même possède la plus ancienne mine d’Italie et peut-être d’Europe : si elle fournit encore des ressources aujourd’hui, comment était-elle il y a 11 000 ans ? 
Maintenant : si un scientifique avait des intentions sérieuses, il pourrait, à partir de mes observations, faire des recherches plus poussées. De cette façon, petit à petit peut-être sortira-t-il que   le pharaon Teti de la VI dynastie qui régnait en Egypte sortit de la ville de Teti en Sardaigne  … Peut-être nous rendrons-nous compte que   deux pharaons s’appellent Pepi I et Pepi II : mais Pepi ou Peppi en Sardaigne c’est le diminutif de   Giuseppi  , c’est à dire Giuseppe (c’est peut-être une simple coïncidence)  . Aujourd’hui encore, en Sardaigne, les personnes nommées Giuseppe sont surnommées   Pepi  pour montrer leur affection, leur familiarité et leur amitié.
On peut remarquer que les   Atlantes sardo-corses   attribuaient souvent le même nom à différentes villes, ainsi nous avons   deux localités appelées Memphis en Sicile et nous avons l’ancienne Memphis en Egypte  … nous avons   Akrotiri à Chypre et Akrotiri à Santorin  ; Gadir (Cadix) en Espagne a pour correspondant Porticciolo di Gadir à Pantelleria, et Gadir et Agadir au Maroc  , car les noms de certains villages et localités portuaires sont des atlantes sardo-corses. Cela expliquerait pourquoi il y a l’Ombrie et en Angleterre il y a le Royaume de Northumbrie. Murgia   est un patronyme sarde et «  le Murgie ou la Murgia  » est une localité italienne.

Faire ce type de recherche demande du temps et de la patience, ce n’est pas une chose simple. Mais j’espère que je vous ai donné une excellente contribution initiale, ce qui peut faciliter votre travail.

Voici quelques exemples qui pourraient ouvrir de nouvelles idées de recherche totalement innovantes et, je crois, peut-être jamais explorées auparavant :

  1. Sardes Maurreddus   della Maurreddanìa en Maurétanie et en Mauritanie ;
  2. maltais sarde   à Malte ;
  3. Galillenses sardes   en Galilée ; à ce sujet, voir   l’article ici  ; le   commentaire de Bartolomeo Porcheddu  ; à présent, les archéologues savent également qu’une ville sarde entière datant au moins du XIIe au XIe siècle av. J.-C. a été découverte et mise au jour sur le mont Carmel ;
  4. Patuanenses sardes Campanie   en Campanie ;
  5. Les Beronicenses sardes    semblent apparentés aux Veronicenses puis Veronienses, en passant par la Toscane étrusque ;
  6. Les Sardes Ilienses-Troes   semblent être les fondateurs d’   Ilio-Troia  , c’est pourquoi Ilio, c’est-à-dire la ville de Troie, a été créée par cercles concentriques. Ils représentaient les Sillons sacrés du Sulcis (Sulcus, Sulci, locatif ablatif latin en Sulcis, à traduire par « Le lieu des Sillons » [Tracé par Poséidon autour de la colline où vivait sa femme Clito]) ;
  7. Les Sardes de Gallura   paraissent se rattacher à   la Gaule  ;
  8. Les Sardes Balares   étaient probablement les dirigeants des Baléares (  îles Baléares  ) ;
  9. Les Sardes de Laconi   possédaient   la Laconie   en Grèce ;
  10. De plus,   les religions sumérienne et mésopotamienne regorgent de termes, de patronymes et de prénoms sardes  : ce fait devrait nous faire réfléchir.
    Uras, patronyme sarde, nom d’une divinité sumérienne ;
    Kadelanu, patronyme sarde, devient le nom d’un roi mésopotamien Kandelanu ;
    Sarroch, nom du pays, devient le roi Sarrukkin en Mésopotamie ;
    S’iskuru, façon sarde de dire, en Mésopotamie est le dieu Iskur ;
    Samassi, un pays sarde, est le dieu sumérien Samas ;
    Uta, village sarde, est le dieu Utu ;
    Sinnai, un pays sarde, est le dieu mésopotamien Sin-Nanna ;
    Peut-être devrions-nous commencer à nous poser mille questions à partir de nouveaux points de vue.
    A mon avis, une révision totale des sources historiques, géographiques, géologiques, commerciales, constructives est désormais nécessaire… de mon point de vue, un changement de paradigme immédiat et décisif s’impose : le Paradigme Sarde Corso   Atlantideo  .

Étrangeté supplémentaire des patronymes sardes  : ils semblent très anciens et ont   une fonction déictique  , il suffit de dire que certains sont   « Pani » et « Casu », « pane » et « cheese »  ; bœuf « Boi »  ; et le taureau était sacré pour les Atlantes. Cela pourrait aussi être une piste de recherche : peut-être les patronymes sont-ils nés au Paléolithique ou au Néolithique dans le bloc géologique sardo-corse ? Cela pourrait expliquer pourquoi de nombreux noms de famille actuellement existants représentent des concepts de manière idéophonique : pain, fromage, bœuf, corbeau (  Pani, Casu, Boi, Crobu  ), avec une relation 1:1 avec la réalité, c’est-à-dire que chaque nom de famille correspond à un objet existant réel .

Isis est la mère d’Horus (Horus, Oro) dans la mythologie égyptienne. En Sardaigne, la localité Isidoro (Isis + Oro) est présente dans le Sulcis, terme qui avait une valeur religieuse. Avec l’avènement de la religion chrétienne, dans une tentative de convertir les Sardes à la nouvelle religion, tout a été fait pour ramener ces termes au christianisme, pour lequel la terminologie archaïque Isidore a commencé à être associée à la figure d’un saint, Sant « Isidore. Or ce passage peut être très clair aux yeux du lecteur.

En effet, on a trouvé en Sardaigne des représentations très anciennes d’Isis et d’Oro (Horus, Horus), que les archéologues en général ont toujours ramenées à la culture égyptienne, bouleversant les faits réels, comme je vais essayer de le montrer dans tout le raisonnement sur ce sujet. site Internet. Isis et Horus étaient des personnages de Sulcis, enseignés aux Égyptiens à l’époque mésolithique et néolithique. Cela expliquerait le culte d’Isis en Espagne, à Pompéi, à Rome… à quoi bon vénérer une seule divinité du Panthéon égyptien ? Très simple : la déesse était une divinité de Sulcis en tant que capitale atlante, et le culte était répandu dans toute la Méditerranée ; cependant, l’Égypte a également conservé de nombreux autres aspects du culte enseigné et transmis par les Atlantes sardo-corses, pour lesquels Isis n’était qu’une des divinités antiques.

08 avril 2023, 06:32

Il y a quelques minutes je me suis rendu compte que le français se comporte aussi comme le sarde, au moins dans un cas :

Samzun est un nom de famille, et c’est aussi une localité où il y a un cercle mégalithique préhistorique, précisément sur ce que je suppose être les routes sardes-corso-atlantes qui ont permis au mégalithique de se répandre notamment sur les côtes européennes. Il faut faire une recherche pour comprendre si et quels patronymes existent en France qui sont aussi des toponymes.

Le culte du taureau reste dans les noms, encore à vérifier, de   Gioia Tauro   et   Taurianova  .

Les îles Hespérides et le Jardin des Hespérides

Après la semi-submersion du bloc atlantéen corse sarde, seules les zones montagneuses de l’île d’Atlantide sont restées hors de l’eau, et ont été interprétées comme deux îles. Mais des milliers d’années ont dû s’écouler avant de s’appeler Sardaigne et Corse. Au début, elles s’appelaient les îles Hespérides, où il y avait un jardin aux fruits dorés, appelé le Jardin des Hespérides.

L’extrême bout du monde s’appelait Caput Terrae, Capoterra dans l’actuelle Sardaigne.

À Capoterra, il y avait le Jardin des Hespérides, qui avait des fruits dorés : il n’est pas clair pour l’écrivain si ces fruits dorés étaient des citrons, ou des pommes jaunes ou qui sait quel autre fruit doré. Une fois de plus, la toponymie corse atlante sarde vient à la rescousse : à Capoterra, dans la province de Cagliari, se trouve un lieu encore appelé aujourd’hui Frutti d’Oro.

Découverte d'une ville et d'une civilisation engloutie inconnues et cachées par l'écrivain et philosophe Luigi Usai. Nous ne savons pas encore quel genre de personnes ils sont.
Découverte d’une ville et d’une civilisation engloutie inconnues et cachées par l’écrivain et philosophe Luigi Usai. Nous ne savons pas encore quel genre de personnes ils sont.

C’est difficile à expliquer en quelques mots, je vais le faire dans un autre contexte : les  Sumériens, les Akkadiens et les Babyloniens  , avec une très forte probabilité,  étaient des migrations sardo-corses-atlantes  à des époques que les scientifiques devront désormais recalculer sur la base des nouvelles découvertes. Ce sera difficile et merveilleux de devoir relire tous les textes et d’essayer de comprendre. Cependant, je peux vous donner quelques pistes : il existe probablement des liens entre le patronyme sarde  Cadelanu  ,  Candelanu  et  Kandalanu, un roi néo-babylonien  ; entre le village de  Sarroch  en Sardaigne et Dur-  Sharrukinde Ninive; ces découvertes ouvrent la porte à un nouveau type d’approche avec la culture sumérienne et mésopotamienne en général.
L’Atlantide était plus grande que la Libye et l’Asie réunies : maintenant, par procédure inverse, on peut déduire la taille de ces deux réalités géographiques vers 9600 av. Les personnes qui ont hardiment avancé et voulu conquérir tous les peuples qui vivaient au-delà des colonnes d’Hercule étaient donc les Atlantes corses sardes qui habitaient le  bloc géologique sardo-corse  quand il était encore sec, avant la submersion vers 9600 av. L’ensemble du  Sulcis  (Sulcis est une zone géographique de la basse Sardaigne, à l’ouest de Cagliari) est très riche en toponymie atlante :  Acquacadda  ,Acquafredda (ville disparue au Moyen Âge),  Château d’ Acquafredda  ,  S’Acqua Callenti de Susu  ,  S’Acqua Callenti de Baxiu  ,  Acqua Callentis  (une autre fraction qui signifie  Eau Chaude  ),  plus de trois mille deux cents toponymes sardes rien qu’en regardant pour la portion du mot « funt »  (« funti » ou « fonti » signifie « source » dans au moins une des variantes sardes). Il est possible de recouper mes déclarations avec Google Maps et avec la base de données sarde des toponymes régionaux, ainsi que de la manière que vous jugez appropriée.

En fait, Platon raconte que l’île de l’Atlantide était riche en eau. Et en fait le célèbre linguiste sarde  Salvatore Dedola  (un super génie qu’il faut absolument étudier en profondeur, avec  Bartolomeo Porcheddu, un autre érudit extraordinaire  ) montre que Sassari, Thatari (nom sarde de Sassari) et Serramanna, pour ne donner qu’un signifie par exemple « riche en eaux ». La toponymie et l’onomastique confirment le mythe platonicien. Il faudra ouvrir des études sectorielles pour apporter de nouvelles informations à celles recueillies et démontrées jusqu’à présent, et il faut qu’elles soient faites par des professionnels du secteur.

Bizarreries SARDE COURS ATLANTIDEA

Concernant la zone de Gadirica, il est possible qu’il ne s’agisse pas du nom de Gadir (Cadix), mais d’une zone géographique homonyme du bloc sardo-corse, aujourd’hui submergée. Pourquoi aurait-il le même nom que Gadir ? Pour la même raison que  Teulada en Sardaigne a l’équivalent Teulada en Espagne  ; Pula a un Pula en Dalmatie  ; Aritzo en Sardaigne correspond à Aritzu en Espagne  ; Monastir en Sardaigne correspond à Monastir en Tunisie  ,  Alguier (Alghero) correspond à Alger en Algérie  , la fraction  Su Vaticanu de Santadi correspond au Vatican à Rome  ,  Pompu en Sardaigne correspond à Pompéi  ,  Bari correspond à Bari Sardo, et je pourrais continuer encore et encore, mais je risque de vous ennuyer. Pour cette raison,  Gadir della Gadirica, dans le bloc géologique sarde-corse, correspondrait à Gadir (c’est-à-dire Cadix)  .

Découverte d'une ville et d'une civilisation engloutie inconnues et cachées par l'écrivain et philosophe Luigi Usai. Nous ne savons pas encore quel genre de personnes ils sont.
Qu’il s’agisse de la première Athènes engloutie avec l’Atlantide vers 9600 av.

MESURES PLATONIQUES

En prenant la diagonale la plus longue qui coupe le bloc sarde-corse-atlante, on obtient qu’il mesure environ 555 kilomètres ; cette mesure apparaît, calculée par étapes, dans les mesures fournies par Critias pour décrire l’île. Si l’on exclut “la bande de montagnes qui tombent directement sur la mer” (c’est-à-dire les montagnes aujourd’hui présentes en Corse et la rive droite de la Sardaigne comme le Gennargentu), en mesurant le périmètre rectangulaire du territoire restant actuellement semi-submergé, il est plus de 10 000 stades exactement comme indiqué par Platon. Il est donc possible que la communauté scientifique procède à des mesures indépendantes pour vérifier la véracité de ces déclarations.

TIMEO, CE N’EST PAS SEULEMENT DE L’ASTRONOMIE, MAIS AUSSI DE LA GÉOLOGIE

En résumé pour plus de clarté : les prêtres de la ville de Sais en Egypte tentaient, à leur manière, d’expliquer à Solon un événement géologique de submersion du bloc géologique sarde-corse au centre de la Méditerranée, une mer qui en 9600 av. s’appelait l’océan Atlantique ou la mer Atlantique  (elle tire son nom de l’île d’Atlantide, la plus grande de toutes avant qu’elle ne finisse à moitié submergée). L’Atlantide était donc aussi plus grande que la Sicile, qui maintenant, après son naufrage, s’avère être la plus grande île, et non la Sardaigne.

Par conséquent, la période du naufrage serait d’environ 9600 av. J.-C., contrairement à l’hypothèse de l’Atlantide nuragique sarde, qui est clairement erronée également pour les raisons énumérées ailleurs par les archéologues sardes  .

Les analyses stratigraphiques doivent descendre dans le sol pour trouver les restes d’il y a environ 11 600 ans, afin de trouver les restes de la «capitale» de l’Atlantide ou de sa population, et il est également très clair pourquoi il n’y a pas de corps des Atlantes décédés dans les couches nuragiques.

COLONNES D’HERCULES DANS LE CANAL DE SICILE : NOUVELLES DÉCOUVERTES ARCHÉOLOGIQUES

Frau (2002), que je remercie sincèrement pour ses apports extraordinaires à la discipline, place les  Colonnes d’Hercule   entre la Sicile et la Tunisie  . En effet, il est possible que ceux-ci aient été trouvés. En fait, la communauté scientifique du monde entier est en train d’analyser la découverte très récente de ce qui semble être des structures de nature anthropique situées en plein canal de Sicile, trouvées grâce à des analyses bathymétriques du système Emodnet de l’Union européenne,  à  Birsa  Bank et El Haouaria Bank  , exactement entre la Sicile et la Tunisie, et à une courte distance de Pantelleria. Une deuxième découverte anormale d’un point de vue bathymétrique a été faite, deune structure apparemment rectangulaire dans la plate-forme carbonatée continentale Sicile-Malte  ,  flanquée de l’escarpement continental Sicile-Malte (Escarpement Sicile-Malte pour les géologues)  .

Birsa Bank fondée par Luigi Usai
Birsa Bank : structures archéologiques apparemment submergées découvertes par Luigi Usai à l’aide des bathymétries Emodnet.
Structures sous-marines relevées bathymétriquement à Birsa Bank par Luigi Usai.
Les colonnes d'Hercule, submergées dans le mont sous-marin Birsa Bank dans le canal de Sicile
Les Colonnes d’Hercule ? Structures submergées dans le mont sous-marin de Birsa Bank dans le détroit de Sicile, découvertes par le Dr Luigi Usai.

Le monde scientifique ne s’est pas encore exprimé sur la question  ; on ne sait même pas si des études sont en cours à ce sujet. 5 systèmes bathymétriques informatisés et indépendants ont été utilisés, programmés et gérés de manière autonome, qui ont rendu les mêmes résultats, ce qui suggère que ces structures existent réellement sur les fonds marins. Le coût d’un envoi est cependant prohibitif pour un particulier, et il faudra attendre l’intervention de tiers.

LA BOUE AUTOUR DE L’ÎLE D’ATLANTIDE

Pourquoi alors tout autour de l’île sarde corse submergée était-elle pleine de vase qui empêchait la navigation  ? Car les courants marins, après le naufrage du bloc géologique corse sarde, ont commencé à arracher des couches de sol qui émergeaient de la surface comme le fait actuellement la Sardaigne, créant au fil des millénaires ce que les géologues appellent aujourd’hui la « plate-forme continentale » sarde  . courir  . Alors que les courants marins ont « emporté » des couches de sol, détruisant tous les centres et structures habités qui avaient été construits avant 9600 avant JC sur les bandes côtières sardo-corses, l’eau était brouillée par des matériaux boueux, et cela est clair et évident à penser. et réflexion.

LA GÉNÉTIQUE

En Atlantide “vivaient les plus anciens”, et nous connaissons tous les centenaires corses sardes  , au point que le code génétique sarde a non seulement été et est étudié dans le monde entier, mais a même été volé (voir le vol de 25 000 éprouvettes avec 17 suspects, suite au vol des éprouvettes ADN des Sardes qui selon la presse aurait eu lieu au Genos Park de Perdasdefogu en août 2016). Que le bloc sardo-corse soit ancien pour les anciens est une évidence pour les lettrés : il suffit de mentionner la  découverte d’un fragment de carapace d’Arthropleura armata du Carbonifère d’Iglesias (Musée PAS – EA Martel de Carbonia)  , mais toute personne intéressée peut se renseigner auprès de un paléontologue, surtout l’extraordinaire Daniel Zoboli.Il est donc évident que les savants Égyptiens ont pu, à partir de nombreux détails, comprendre l’antiquité du  bloc sardo-corse  , qu’ils appelaient  Atlantide  .

PREUVES ARCHÉOLOGIQUES

Le temple d’Horus à Edfou, Égypte : réinterprétation des textes à partir du paradigme sarde-corse-atlante

En Égypte, dans la ville d’Edfou  , il existe un temple entièrement couvert de hiéroglyphes. Il existe diverses traductions, difficiles à faire aussi à cause du contenu : en effet, la plupart de ces textes  racontent l’origine de la civilisation,  de l’origine du monde  .

Le  paradigme sarde-corse-atlante  aide à déchiffrer ces textes, aidant à clarifier le sens de la plupart d’entre eux ; pour mieux comprendre, il est cependant nécessaire de fournir au lecteur quelques informations de base qui lui permettront ensuite de comprendre la quasi-totalité du texte.

Dans le temple d’Edfou,  la mer Méditerranée est appelée « Le lac éternel », « Le lac éternel » ou « Les eaux primordiales »  . Dans le Lac Éternel se trouvait une île située dans les eaux primordiales, c’est-à-dire le bloc sardo-corse alors qu’il s’agissait d’une seule terre au-dessus du niveau de la mer, il y a plus de 11 600 ans, au Pléistocène. Cette même île est appelée par Platon, dans les dialogues intitulés Timée et Critias, du nom d’Atlantide. Le récit historique est le même, mais quelques termes différents sont utilisés pour décrire les mêmes choses. En combinant les textes de Timée et de Critias avec les informations gravées dans le Temple d’Edfou, il est possible d’obtenir des informations complémentaires utiles à la compréhension du passé préhistorique de l’île sarde-corse-atlantéenne et de ses relations avec le monde égyptien antique.

Les textes d’Edfou peuvent être consultés à cette adresse :
https://books.google.it/books?id=7sdRAQAAIAAJ&printsec=frontcover&hl=it#v=onepage&q=%22the%20island%20of%20creation%22&f=false

Ne connaissant pas ces textes, je vais lentement commencer à essayer de les rendre traduisibles en m’appuyant sur toutes les informations qui nous ont été fournies par les textes platoniciens et par les nouvelles découvertes scientifiques de diverses natures : archéologiques, génétiques, géographiques, linguistique, etc.
Pour l’analyse de l’écriture hiéroglyphique, j’utiliserai la machine à écrire disponible en ligne ici :
https://discoveringegypt.com/egyptian-hieroglyphic-writing/hieroglyphic-typewriter/

Je vais essayer de réécrire les textes d’Edfou en essayant de les rendre plus clairs pour un citoyen contemporain, en remplaçant tous les termes anciens par des termes modernes. Par exemple, au lieu de “Lago Eterno” j’écrirai “Mer Méditerranée”, au lieu de “Isola dell’Uovo” j’écrirai “île semi-submergée sarde-corso-atlante”, et ainsi de suite.

Le monde primordial des Dieux est une île (en hiéroglyphe iw) en partie recouverte de roseaux, qui reposait dans l’obscurité des eaux primordiales de la Méditerranée, occupée par des habitants mésolithiques dont l’ADN a été analysé chez deux individus sur trois de l’abri sous roche de Su Carroppu, dans l’actuelle Sardaigne.

Cette population était considérée comme divine, la raison n’est pas encore claire. Peut-être parce qu’ils étaient culturellement très en avance sur le reste de la population mondiale. Ils connaissaient probablement déjà une certaine métallurgie au Mésolithique (je dois encore le prouver) et cela était perçu par d’autres peuples comme une caractéristique divine. En fait, Nekhbet et d’autres divinités ont le symbole de la métallurgie dans leurs pattes, qui à mon avis est aussi le symbole que les Égyptiens utilisaient pour indiquer le Sulcis ou l’origine du Sulcis minier. Parmi les dieux créateurs, Ptah semble avoir un rôle très important. Maintenant, on ne sait toujours pas si cela a quelque chose à voir avec Poséidon. A l’heure actuelle c’est encore difficile à comprendre, je suis obligé d’étudier l’égyptologie pour essayer de comprendre les liens possibles. Certaines informations peuvent être trouvées dans la Pierre de Shabaka. Les textes de création sont de type Heliopolitano ou Hermopolitano, des villes respectives où les textes ont été trouvés gravés sur les murs. Les premiers pharaons égyptiens étaient probablement des habitants du bloc sarde-corse, c’est-à-dire de ce qui pour les Egyptiens était l’île Primordiale ou île aux Oeufs. En effet, le prêtre qui s’adresse à Solon dans Timée et Critias souligne qu’au début les Atlantes sardo-corses avaient tenté avec arrogance d’envahir toute la Méditerranée. Gobekli Tepe pourrait être une colonie atlante sardo-corse avant la submersion. La submersion partielle de l’île et la mort de millions d’habitants, ainsi que la destruction de nombreuses villes et œuvres d’art ont dû être un terrible traumatisme pour les colons sardes en Turquie. des villes respectives où les textes ont été trouvés gravés sur les murs. Les premiers pharaons égyptiens étaient probablement des habitants du bloc sarde-corse, c’est-à-dire de ce qui pour les Egyptiens était l’île Primordiale ou île aux Oeufs. En effet, le prêtre qui s’adresse à Solon dans Timée et Critias souligne qu’au début les Atlantes sardo-corses avaient tenté avec arrogance d’envahir toute la Méditerranée. Gobekli Tepe pourrait être une colonie atlante sardo-corse avant la submersion. La submersion partielle de l’île et la mort de millions d’habitants, ainsi que la destruction de nombreuses villes et œuvres d’art ont dû être un terrible traumatisme pour les colons sardes en Turquie. des villes respectives où les textes ont été trouvés gravés sur les murs. Les premiers pharaons égyptiens étaient probablement des habitants du bloc sarde-corse, c’est-à-dire de ce qui pour les Egyptiens était l’île Primordiale ou île aux Oeufs. En effet, le prêtre qui s’adresse à Solon dans Timée et Critias souligne qu’au début les Atlantes sardo-corses avaient tenté avec arrogance d’envahir toute la Méditerranée. Gobekli Tepe pourrait être une colonie atlante sardo-corse avant la submersion. La submersion partielle de l’île et la mort de millions d’habitants, ainsi que la destruction de nombreuses villes et œuvres d’art ont dû être un terrible traumatisme pour les colons sardes en Turquie. de ce qui pour les Égyptiens était l’Île Primordiale ou l’Île aux Oeufs. En effet, le prêtre qui s’adresse à Solon dans Timée et Critias souligne qu’au début les Atlantes sardo-corses avaient tenté avec arrogance d’envahir toute la Méditerranée. Gobekli Tepe pourrait être une colonie atlante sardo-corse avant la submersion. La submersion partielle de l’île et la mort de millions d’habitants, ainsi que la destruction de nombreuses villes et œuvres d’art ont dû être un terrible traumatisme pour les colons sardes en Turquie. de ce qui pour les Égyptiens était l’Île Primordiale ou l’Île aux Oeufs. En effet, le prêtre qui s’adresse à Solon dans Timée et Critias souligne qu’au début les Atlantes sardo-corses avaient tenté avec arrogance d’envahir toute la Méditerranée. Gobekli Tepe pourrait être une colonie atlante sardo-corse avant la submersion. La submersion partielle de l’île et la mort de millions d’habitants, ainsi que la destruction de nombreuses villes et œuvres d’art ont dû être un terrible traumatisme pour les colons sardes en Turquie. Gobekli Tepe pourrait être une colonie atlante sardo-corse avant la submersion. La submersion partielle de l’île et la mort de millions d’habitants, ainsi que la destruction de nombreuses villes et œuvres d’art ont dû être un terrible traumatisme pour les colons sardes en Turquie. Gobekli Tepe pourrait être une colonie atlante sardo-corse avant la submersion. La submersion partielle de l’île et la mort de millions d’habitants, ainsi que la destruction de nombreuses villes et œuvres d’art ont dû être un terrible traumatisme pour les colons sardes en Turquie.

Le mythe continue : le premier est Atoum, le dieu qui plane au-dessus des eaux ; puis apparaît la colline en forme de pyramide d’où est sorti le soleil, et Atoum l’a escaladée. Atoum était bisexuel ; cria-t-il, et les larmes devinrent des hommes et des femmes. Il enfanta, et Geb, la terre, mâle et couché, et Nout, une femme accrochée à lui, naquirent. Atum les a séparés de l’air, Shu.

Atoum planant au-dessus des eaux, est alors repris par la bible : « Et l’esprit plana au-dessus des eaux », dans la Genèse, avant la création. Geb et Nout ont eu des enfants : Isis, Osiris, Seth et Nephthys.

C’est le mythe d’Héliopolis.

La création égyptienne hermopolitaine prévoit plutôt que le soleil est né d’un monticule. Et en effet, dans le monde entier, il y a eu au moins une civilisation qui a construit une quantité disproportionnée de tumulus. Même aux États-Unis. Cela devrait au moins faire réfléchir. Maintenant, à Sulcis, il y a une structure faite de cette façon, mais je ne sais pas si c’est juste une coïncidence.

GÉOGRAPHIE

Platon affirme que depuis l’île d’Atlantide (qui s’avère ici être le bloc corse sarde) il était possible d’aller vers les îles environnantes et vers ce qui est vraiment le continent. C’est parfaitement vrai : depuis le bloc sardo-corse, quand il était terre ferme, il est possible de se rendre dans les îles environnantes, et il est en réalité situé au centre de l’océan Atlantique (le nom mésolithique de la Méditerranée).
Nous Sardes sur le plan linguistique, heureusement, avons encore gardé ces manières de dire : «  Deppu andai in Continenti  » (  il faut que j’aille sur le Continent), lorsque nous devons aller au Boot. Cette affirmation fait mourir de rire ceux qui nous entendent Sardes, mais heureusement elle nous aide à comprendre ce que voulait dire Platon : linguistiquement, lorsque le bloc sardo-corse était la terre ferme, nous les Sardes appelions linguistiquement l’île « continent ». Quitter l’île, c’était « aller sur le continent, sur un autre continent ». Après le naufrage, cet usage linguistique est resté au niveau des dialectes sardes, alors on dit que « nous allons sur le continent », stupéfiant ceux qui nous écoutent. De plus, les Sardes appellent les Italiens qui vivent dans la botte “Les Continentaux”, confirmant ce qui a été écrit par Platon et dit par le grand prêtre égyptien à Saïs, en Egypte, à Solon. Les atlantologues (c’est-à-dire érudits de l’Atlantide) ont jusqu’ici interprété le mot “Continent” avec la sémantique actuellement en vogue ; ils ont oublié qu’en 9600 avant JC le mot « continent » pouvait avoir une sémantique, pragmatique et sémiotique différente de celle d’aujourd’hui. Alors quelqu’un prétend que l’Amérique est un continent, et donc l’Amérique peut être l’Atlantide. A mon avis ces interprétations accusent de nombreuses critiques, et paraissent bien anodines à mes yeux.

L'Atlantide existe, découverte par le Dr Luigi Usai
L’Atlantide existe, découverte par le Dr Luigi Usai

En bref, toutes les déclarations platoniciennes, si elles sont placées dans le bon contexte, sont rationnelles et correctement explicables. Cependant, ils demandent une certaine humilité mentale, une certaine « volonté d’écoute ». S’agissant d’affirmations fortes, qui ont des conséquences, elles nécessitent probablement quelques mois de réflexion et de méditation avant de pouvoir être correctement assimilées et digérées. Soit dit en passant, cela fait 2600 ans (de l’époque de Solon) que personne n’a compris ce qu’était l’île d’Atlantide, en effet, on disait un peu partout que Platon exagérait. En ce qui concerne la submersion / naufrage de l’île corse atlante sarde  , ce serait un problème géologique, où je ne peux que spéculer. Par exemple, il peut y avoir au moins trois causes simultanées :  Impulsions d’eau de fonte, en particulier l’impulsion d’eau de fonte 1b, également étudiée par les techniciens de la NASA. De plus, des mouvements de tassement géologique dus à ce que les géologues appellent «  slab roll-back  ». De plus, on a même émis l’hypothèse, mais toujours en cours de vérification, qu’une  faille tectonique passe sous le Sulcis, la même qui passe sous Pompéi et Herculanum, arrive sous le Sulcis et continue jusqu’à Gibraltar  . En appui possible de la thèse selon laquelle l’Atlantide est l’île sarde-corse partiellement submergée et son plateau continental actuellement submergé, nous rapportons ici quelques preuves scientifiques.  Le 28 février 2017, une étude a été publiée dans la revue Scientific Reports of the Nature group qui présente de nouvelles données archéogénétiques. Ces données renforcent la preuve archéologique de la nette discontinuité culturelle entre les premiers habitants de l’île, datant d’il y a environ 11 000 ans, et les artisans de son peuplement définitif qui s’est produit environ 3 000 ans plus tard, avec l’arrivée des premiers agriculteurs-éleveurs. . . Cette découverte importante est basée sur l’analyse de  l’ADN extrait des restes squelettiques de deux individus enterrés dans l’abri préhistorique de Su Carroppu di Sirri à Carbonia  . À l’heure actuelle, ces vestiges représentent la plus ancienne preuve de présence humaine sur l’île. Maintenant, de 9600 avant JC à aujourd’hui, environ 9600 + 2023 ans se sont écoulés, c’est-à-dire 11623.  Les preuves citées ci-dessus datent précisément d’il y a 11000 ans. Une étude a été menée sur la nette discontinuité culturelle entre les premiers visiteurs de l’île de Sardaigne il y a environ 11 000 ans et les artisans de sa population stable et définitive, qui s’est produite environ 3 000 ans plus tard avec l’arrivée des premiers agriculteurs-éleveurs. L’étude est basée sur l’analyse de l’ADN extrait des restes squelettiques de deux individus enterrés dans l’abri préhistorique de Su Carroppu di Sirri à Carbonia, qui représentent la plus ancienne preuve directe de présence humaine sur l’île. L’étude fait partie du projet de recherche financé par la Région autonome de Sardaigne sur l’histoire de la première population néolithique de l’île. Les séquences génétiques obtenues ont été comparées aux données anciennes et modernes et ont révélé une grande différence dans la variabilité génétique de la population actuelle de l’île par rapport aux premiers humains qui l’ont fréquentée, l’essentiel de la variabilité génétique semblant avoir été déterminé par la migration flux de populations qui ont introduit l’économie productive à partir du Néolithique le plus ancien. Les séquences mésolithiques des échantillons de Su Carroppu appartiennent aux groupes nommés J2b1 et I3, qui ont des fréquences très basses ou basses en Europe. La pertinence de la découverte scientifique a stimulé l’intensification des recherches dans le site clé de Su Carroppu, déjà étudié entre les années 1960-1970 et actuellement l’objet de fouilles systématiques dirigées par l’Université de Cagliari. Bonne recherche à vous tous. Si cela intéresse quelqu’un, la théorie de l’Atlantide en tant qu’île sardo-corse et tout son plateau continental actuellement submergé, peut également expliquer d’autres choses de manière très intuitive. Par exemple, les Grecs et les Romains pensaient probablement que la submersion du bloc géologique corse sarde avait été une punition des dieux pour les habitants arrogants, qui « ont tenté de manière autoritaire, d’un seul coup, d’envahir les terres de ce côté de la Colonne ». D’ Hercule (peut-être situé dans l’actuel Birsa Bank, un mont sous-marin apparemment anthropisé sous le détroit de Sicile, données scientifiquement vérifiées par les bathymétries Emodnet). J’ai d’abord essayé de clarifier la toponymie. Maintenant on peut essayer de clarifier l’onomastique : les Dieux ont puni les Sardes-Corses, appelés par les Égyptiens « Atlantes », selon ce qu’affirmaient les textes platoniciens vers 9600 av. J.-C., « écrasant l’île sardo-corse sous ses pieds, et elle coula » (le guillemet est mon hypothèse). Et cela s’explique facilement pourquoi les Grecs appelaient la Sardaigne Ichnusa (empreinte) et les Romains l’appelaient Sandalia (empreinte de sandale). Même le nom est maintenant très clair : ce sont des Grecs et des Romains qui se moquaient de la Sardaigne, qui était ce qui restait de la grande puissance sardo-corse, que les Égyptiens appelaient « Atlantide » dans l’histoire donnée à Solon, qui la raconta à Dropide, qui en a parlé au grand-père Critias, qui l’a dit au petit-fils Critias, qui l’a dit à Socrate dans les dialogues platoniciens de Timée et Critias. Si un lecteur veut connaître l’histoire originale du bloc géologique corse sarde, avant qu’il ne coule vers 9600 av. J.-C., il est obligé de lire Timée et Critias, deux textes écrits par le grec Platon. Tout le reste des textes publiés à ce jour n’ont fait qu’ajouter de l’entropie, du chaos, de la confusion à l’histoire du bloc sarde-corse, car des personnages comme Cayce ou Madame Blavatsky, charlatans professionnels, ont utilisé l’argument de l’Atlantide à l’argent, publiant des livres pleins de mensonges et divertir les curieux, surtout après avoir vu que le livre d’Ignatius Donnelly, intitulé ATLANTIS: THE ANTEDILUVIAN WORLD, avait eu une couverture médiatique mondiale incroyable. De plus, le cinéma et la télévision ont introduit beaucoup de bêtises sur le sujet de l’Atlantide, donc quand on parle de ce sujet, beaucoup ont à l’esprit des morceaux de films ou de dessins animés ou de livres fantastiques qui n’ont rien à voir avec cela. ce que disait Platon. D’où : le nom grec Ichnusa, et le latin Sandalia, confirme mon hypothèse que les anciens pensaient que les dieux punissaient l’île sarde-corse en l’écrasant sous leurs pieds. Il n’y avait pas encore de science géologique telle que nous la comprenons aujourd’hui. En outre:la faille tectonique Wadati-Benioff qui passe sous Pompéi et Herculanum, et qui les a détruits, est probablement la même qui se poursuit jusqu’au Sulcis dans l’actuelle Sardaigne et se poursuit jusqu’à atteindre l’actuel détroit de Gibraltar. Étant donné que cette faille est activée aux temps géologiques, les citoyens qui vivent dans le Sulcis ne sont pas conscients de l’activité sismique. Lorsque celui-ci libère son énergie élastique, des catastrophes effrayantes se produisent, telles que l’ouverture du détroit de Gibraltar, la destruction de villes et de lieux tels que Pompéi et Herculanum, ou la submersion de l’île de Sardo-Corsa. Mais la submersion est probablement aussi due à une autre cause très importante : le tassement géologique de l’île sardo-corse suite au « roulement de dalle » qui, comme nous l’a révélé l’ancien prêtre égyptien, a eu lieu vers 9600 av. Le Slab Roll-Back, concomitamment au réveil tectonique de la faille présente sous le Sulcis et actuellement méconnue de la géologie officielle qui connaît par contre une faille plus au sud le long de l’Afrique, et peut-être aussi en raison de la succession de diverses impulsions d’eau de fonte après la glaciation de Wurm, elles ont provoqué la submersion partielle de l’île de Sardo Corsa. Maintenant,hors de l’eau, ne restaient que les sommets des montagnes, que nous croyons maintenant être des îles séparées, et que notre civilisation connaît maintenant sous les noms de Sardaigne et de Corse. De plus, toute la toponymie et l’onomastique présentes dans le Sulcis laissent une question : pourquoi tous ces lieux du Sulcis rappellent-ils l’histoire de Platon ? On pourra alors reprendre le texte platonicien pour essayer de comprendre pourquoi. Tout d’abord, si les colonnes d’Hercule étaient situées au banc Birsa, et que l’île sarde-corse et son plateau continental actuellement submergé est vraiment l’Atlantide, cela signifie qu’en 9600 avant JC, il était d’usage d’appeler l’actuelle mer Méditerranée du nom de Mer Atlantique (c’est-à-dire mer de l’île d’Atlantide) ou Océan Atlantique (Océan de l’île sarde-corse actuellement submergée, c’est-à-dire Atlantide). Je n’ai pas encore lu Frau (2002), donc je ne sais pas s’il a déjà publié certaines de mes déclarations, auquel cas je m’excuse d’avance. Les miennes ne sont que des réflexions issues des raisonnements menés ces deux dernières années. Veuillez me faire part de toute lacune ou plagiat apparent, merci d’avance. Si tout cela est vrai, alors Poséidon était peut-être un homme, et évidemment pas une divinité (pourquoi, en avez-vous déjà rencontré un en personne ?), et cet homme est tombé amoureux d’une adolescente dont les parents étaient décédés, Clito. Le récit platonicien indique que Poséidon a entouré la colline de canaux d’eau. Maintenant, juste le Sulcis (mais regardez quelle coïncidence ! Ou peut-être que ce n’est pas une coïncidence ?) est de nature volcanique, donc en plein centre du Sulcis il y a une colline ou une montagne, si vous voulez, pas trop haute, et ça est visible à l’aide de systèmes satellites tels que Google Maps ou Google Earth, qui vous permet même d’incliner la vue en appuyant sur la touche Maj du clavier de l’ordinateur. Mais ces lieux sont-ils vraiment anciens comme le dit Platon ou sont-ils des lieux très récents ? Facile à vérifier : en plein centre de Sulcis, vous pouvez vérifier qu’il y a des grottes préhistoriques IS ZUDDAS, et à proximité il y a ACQUACADDA (Poséidon y a mis deux sources, une d’eau froide et une d’eau chaude, et la localité s’appelle Acquacadda … mais regardez quoi une coïncidence incroyable! Bien sûr que j’ai de l’imagination!) et des découvertes archéologiques très anciennes ont été trouvées dans la localité d’Acquacadda. Maintenant, un expert pourrait dire que les découvertes, par exemple, n’ont que 6 000 ans. Remarque : un expert devrait rechercher les couches stratigraphiques de 9600 av. J.-C. : ce n’est qu’alors qu’il serait possible d’obtenir des informations plus détaillées. Au lieu de cela, actuellement, dans ces lieux, des groupes d’enfants sont amenés à regarder. A mon avis c’est dangereux mais je ne suis pas un spécialiste de la stratigraphie donc je n’ai pas mon mot à dire. Toujours à Sulcis, la grotte de Su Benatzu a été découverte, qui est un authentique trésor archéologique, qui pourrait contribuer à la recherche sur le thème “que s’est-il passé au cours des millénaires après le naufrage de l’île sarde-corso-atlante?” (Je dois développer ce sujet). De plus, à l’appui de la théorie de l’Atlantide Sardaigne-Corse submergée, il y a une autre découverte scientifique de l’archéologie marine : la découverte d’un chargement de 39 lingots d’orichalque par l’extraordinaire Sebastiano Tusa au large de Gela, en Sicile. Des articles de journaux spéculent qu’ils venaient de Grèce ou d’Asie Mineure, mais maintenant que nous avons toutes ces informations sur l’île sardo-corse submergée, nous pouvons supposer qu’ils venaient de cette île maintenant submergée, qui est située à une très courte distance, ce qui rend l’hypothèse très plausible. L’ancienneté du bloc géologique sardo-corse semi-submergé est connue de la science officielle, et en particulier aussi de la géologie, qui connaît la soi-disant « rotation du bloc sarde-corse » qui a commencé il y a environ 40 millions d’années, après le détachement des côtes actuelles de l’Espagne et de la France, et a duré environ 15 millions d’années (prenez les dates avec un grain de sel, je ne serais pas surpris qu’elles s’avèrent incorrectes à l’avenir). Il est possible de le savoir, comme l’a déclaré le géologue bien connu Mario Tozzi, car de nombreuses recherches ont été menées dans le domaine paléomagnétique, qui ont montré comment la seule façon d’expliquer l’orientation géomagnétique de la pierre sardo-corse et géologique structures est de le faire coïncider avec les côtes hispano-françaises actuelles. En outre, le fait que la structure géologique de la Sardaigne comporte divers types de Graben Horst a peut-être également contribué à la possible submersion, de sorte que ces ajustements géologiques ont pu également contribuer à des déplacements telluriques importants et significatifs pour les peuples sardo-corso-atlantes qui y vivaient. Par exemple, la plaine du Campidano en Sardaigne est un Graben Horst. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse est claire pour les géologues du monde entier puisqu’il existe même des « graptolites », auxquelles le programme Sapiens de l’extraordinaire géologue Mario Tozzi a dédié des vidéos (voir : « Les graptolites de Goni à Sapiens ») . Maintenant, si l’Atlantide est vraiment le bloc sarde-corse submergé, alors nous devons vérifier à nouveau ce que Platon a dit. L’Atlantide dominait également la Méditerranée sur la Libye et la Tyrrhénie, et sur de nombreuses îles éparpillées sur l’Océan (rappelons que nous avons déjà montré qu’Oceanus, dans les textes de 9600 av. J.-C. cités par les Égyptiens, est la mer Méditerranée, et non l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’il dominait, alors peut-être y avait-il aussi des influences linguistiques ? Bien entendu, et la preuve existe déjà : de nombreux érudits ont remarqué les similitudes incroyables entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sardinian Corso Siciliano. Correspondenze nel Gallurese, par Emilio Aresu et autres), alors peut-être y avait-il aussi des influences linguistiques ? Bien entendu, et la preuve existe déjà : de nombreux érudits ont remarqué les similitudes incroyables entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sardinian Corso Siciliano. Correspondenze nel Gallurese, par Emilio Aresu et autres), alors peut-être y avait-il aussi des influences linguistiques ? Bien entendu, et la preuve existe déjà : de nombreux érudits ont remarqué les similitudes incroyables entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sardinian Corso Siciliano. Correspondenze nel Gallurese, par Emilio Aresu et autres),grand public  car personne n’imaginait l’énorme importance de ce type d’ouvrage, qui montre à toutes fins utiles que les langues sarde-corse-atlante se sont propagées dans toute la Méditerranée. Et maintenant, en y réfléchissant, nous pouvons commencer à comprendre que même dans l’étude des langues, il y a eu une inversion: on croyait que le sarde ressemblait à l’espagnol et au portugais parce que nous avons été «dominés» par eux dans l’histoire récente, alors que probablement les langues espagnole et portugaise, à l’envers, ont été imposées par la domination préhistorique sarde-corse-atlantéenne dont, jusqu’à présent, nous n’étions pas au courant. La Nouvelle Sardaigne lui a consacré un article intitulé : « Ce fil qui relie les Sardes aux Basques » de Paolo Curreli  dans lequel un linguiste exceptionnel et ingénieux a pris conscience de cet héritage linguistique sarde corse atlante, et l’a fait connaître au monde avec ses travaux extraordinaires (extrait de l’article : « Des centaines de mots similaires dans l’étude d’Elexpuru Arregi. De nombreuses affinités linguistiques. Deux villes du même nom: Aritzo et Aritzu. Mais aussi Uri et Aristanus. Le houx en sarde, galostiu, en basque est gorostoi”). Mais les Atlantidologues ne peuvent arriver à ces textes si personne ne montre leur corrélation avec le thème de l’Atlantide. Il y a donc encore beaucoup de travail à faire, et ce n’est que le début d’une nouvelle ère d’études. Les peuples du bloc corse sarde ont donc influencé aux temps préhistoriques l’évolution des langues et dialectes actuels et des langues minoritaires d’une partie de la Méditerranée et peut-être aussi d’autres lieux. Voici maintenant expliqué de manière très simple et cristalline pourquoi le sarde, le corse, le sicilien, le basque, l’espagnol, le portugais, le dialecte véronais (voir par exemple tous les noms d’asperges, de légumes, etc. qui sont identiques à ces Sardes) et qui sait quels autres sont si similaires. Maintenant que nous avons ces informations, nous pouvons reprendre les heures supplémentaires du qui sont identiques à ces Sardes) et qui sait quels autres sont si similaires. Maintenant que nous avons ces informations, nous pouvons reprendre les heures supplémentaires du qui sont identiques à ces Sardes) et qui sait quels autres sont si similaires. Maintenant que nous avons ces informations, nous pouvons reprendre les heures supplémentaires duProfesseur Bartolomeo Porcheddu    et confrontez vos déclarations, qui sont maintenant toutes parfaitement correctes et toutes non seulement explicables, mais même compréhensibles et évidentes pour la raison. Ce que dit le professeur Bartolomeo Porcheddu est juste et correct (à mes yeux c’est évident, il n’y a même pas besoin de le souligner, mais dans les entretiens on a parfois l’impression que vos thèses sont considérées comme des “théories marginales”, comme si elles étaient de pseudo -science, alors qu’au contraire ils sont une démonstration de génie et d’intuition hors du commun). Il existe divers sites qui montrent comment à ce jour divers érudits se rendaient déjà compte des similitudes linguistiques entre les langues et dialectes du bloc géologique sarde-corse et d’autres langues et dialectes dispersés autour de la Méditerranée en particulier, voir aussi ceci article . Encore un autre article  qui en parle c’est celui-ci. Bref, à présent, des savants sérieux se rendaient compte qu’il y avait des informations dont nous n’étions pas au courant, comme s’il y avait vraiment une civilisation ancienne qui manquait à l’attrait de l’Histoire ancienne, comme l’affirme Graham Hancock : cette civilisation est celle qui vivait dans le bloc géologique corse actuellement semi-submergé, alors qu’il s’agissait d’une île et d’une terre sèche : Graham Hancock avait donc raison sur ce point. L’impact de cette découverte extraordinaire crée une sorte de choc dans l’esprit du savant : en fait, il y a maintenant un sentiment de déphasage, de méfiance. Comment est-il possible que presque personne ne l’ait jamais remarqué, à l’exception de quelques érudits brillants qui ont même été moqués pour leurs affirmations ? Comment est-il possible que Platon n’ait pas été cru ? Même Aristote lui-même ne le croyait pas : “Celui qui a rêvé de l’Atlantide l’a aussi fait disparaître”. En conclusion: le vieux prêtre égyptien disait à Solon, vers 590 avant J. ils n’avaient pas fixé les événements historiques dans la langue écrite. Les Égyptiens, quant à eux, fixaient les informations sur la pierre, ils avaient donc des souvenirs de faits qui s’étaient estompés avec le temps. Et il ne lui parle pas tout de suite de l’Atlantide, il lui parle de la première Athènes, fondée vers 9600 avant JC, soit 1000 ans avant la ville de Saïs en Egypte. A cette époque, les Grecs ont accompli un exploit des plus extraordinaires : ils ont réussi à libérer tous les peuples de la Méditerranée de l’invasion d’un seul peuple, que les Grecs sont un peuple jeune, car les hommes de lettres meurent cycliquement des catastrophes qui se produisent périodiquement sur la planète, et donc leurs opinions sur le passé étaient comme des contes de fées, car ils n’avaient pas fixé les événements historiques dans la langue écrite. Les Égyptiens, quant à eux, fixaient les informations sur la pierre, ils avaient donc des souvenirs de faits qui s’étaient estompés avec le temps. Et il ne lui parle pas tout de suite de l’Atlantide, il lui parle de la première Athènes, fondée vers 9600 avant JC, soit 1000 ans avant la ville de Saïs en Egypte. A cette époque, les Grecs ont accompli un exploit des plus extraordinaires : ils ont réussi à libérer tous les peuples de la Méditerranée de l’invasion d’un seul peuple, que les Grecs sont un peuple jeune, car les hommes de lettres meurent cycliquement des catastrophes qui se produisent périodiquement sur la planète, et donc leurs opinions sur le passé étaient comme des contes de fées, car ils n’avaient pas fixé les événements historiques dans la langue écrite. Les Égyptiens, quant à eux, fixaient les informations sur la pierre, ils avaient donc des souvenirs de faits qui s’étaient estompés avec le temps. Et il ne lui parle pas tout de suite de l’Atlantide, il lui parle de la première Athènes, fondée vers 9600 avant JC, soit 1000 ans avant la ville de Saïs en Egypte. A cette époque, les Grecs ont accompli un exploit des plus extraordinaires : ils ont réussi à libérer tous les peuples de la Méditerranée de l’invasion d’un seul peuple, et par conséquent leurs opinions sur le passé ressemblaient à des contes de fées, parce qu’ils n’avaient pas fixé les événements historiques dans un langage écrit. Les Égyptiens, quant à eux, fixaient les informations sur la pierre, ils avaient donc des souvenirs de faits qui s’étaient estompés avec le temps. Et il ne lui parle pas tout de suite de l’Atlantide, il lui parle de la première Athènes, fondée vers 9600 avant JC, soit 1000 ans avant la ville de Saïs en Egypte. A cette époque, les Grecs ont accompli un exploit des plus extraordinaires : ils ont réussi à libérer tous les peuples de la Méditerranée de l’invasion d’un seul peuple, et par conséquent leurs opinions sur le passé ressemblaient à des contes de fées, parce qu’ils n’avaient pas fixé les événements historiques dans un langage écrit. Les Égyptiens, quant à eux, fixaient les informations sur la pierre, ils avaient donc des souvenirs de faits qui s’étaient estompés avec le temps. Et il ne lui parle pas tout de suite de l’Atlantide, il lui parle de la première Athènes, fondée vers 9600 avant JC, soit 1000 ans avant la ville de Saïs en Egypte. A cette époque, les Grecs ont accompli un exploit des plus extraordinaires : ils ont réussi à libérer tous les peuples de la Méditerranée de l’invasion d’un seul peuple, il lui parle de la première Athènes, fondée vers 9600 av. J.-C., soit 1000 ans avant la ville de Saïs en Egypte. A cette époque, les Grecs ont accompli un exploit des plus extraordinaires : ils ont réussi à libérer tous les peuples de la Méditerranée de l’invasion d’un seul peuple, il lui parle de la première Athènes, fondée vers 9600 av. J.-C., soit 1000 ans avant la ville de Saïs en Egypte. A cette époque, les Grecs ont accompli un exploit des plus extraordinaires : ils ont réussi à libérer tous les peuples de la Méditerranée de l’invasion d’un seul peuple,

Il existe d’autres découvertes pour soutenir la thèse sarde corse de l’Atlantide, mais la recherche du matériel prend du temps et des sacrifices. Je ferai de mon mieux pour fournir autant de preuves que possible à vous tous, lecteurs, archéologues, journalistes et scientifiques. Il est important que toutes les preuves possibles soient présentées afin de pouvoir vous montrer qu’il ne s’agit pas de simples coïncidences. Une coïncidence serait normale. Quatre aussi. Mais lorsque nous apportons plus de 40 coïncidences à l’appui, il ne s’agit peut-être pas de coïncidences mais de preuves potentielles.
Le professeur Sergio Frau (2002)  a réalisé que «  la Sardaigne est l’Atlantide», alors qu’il s’agit en réalité d’un plateau du bloc géologique corse atlante sarde, et a donc tenté de faire collimater l’île de l’Atlas avec la Sardaigne. Le problème est que la Sardaigne n’est qu’un sous-ensemble de l’Atlantide, donc tout le plateau continental sardo-corse manquait, qui est actuellement submergé comme le dit l’histoire platonicienne de  Timée et Critias, et la zone montagneuse au nord de l’île d’Atlantide manquait, dont la partie émergée s’appelle aujourd’hui « Corse ». De plus, la Corse a été cédée à la France, compliquant encore terriblement la recherche : en effet, les êtres humains mentalement, voyant qu’une partie est italienne et une française, pensent instinctivement qu’il s’agit de deux réalités différentes, alors qu’au contraire il s’agit de la même île submergée, car des géologues de renommée mondiale m’ont déjà confirmé qu’ils le savent. Mais les géologues appellent cette île submergée il y a des millénaires du nom de “bloc géologique corse sarde”, alors que le prêtre égyptien qui a dit à Solon ne pouvait pas utiliser les termes “Sardaigne” et “Corse” qui n’existaient pas encore. Ensuite, les archéologues, utilisant la méthode scientifique, ont vérifié les affirmations de Frau, et ils se sont rendu compte que scientifiquement, les récits ne correspondaient pas, et ils ont raison. En réalité, Frau et les archéologues avaient raison : Frau avait raison, car la Sardaigne est un sous-ensemble de l’île corse atlante sarde. Les archéologues avaient raison, car la Sardaigne est trop petite pour être l’Atlantide. De plus, la datation nuragique n’était malheureusement pas correcte, elle a donc été justement observée par nos scientifiques. Peut-être que ce qui nous laisse perplexe est le fait que l’Atlantide est une île submergée, alors : pourquoi les bathymétries submergées n’ont-elles jamais été montrées lors de centaines de rencontres ? Pourquoi les experts en bathymétrie n’ont-ils pas été convoqués ? Cela restera probablement un mystère pour les années à venir. Avec ce message, je veux souligner ma profonde estime pour tous les universitaires, archéologues, géologues, chercheurs, journalistes tels que Sergio Frau et Graham Hancock, qui ont contribué à la recherche mondiale de la vérité. Vous avez tous mes louanges et mon respect. Merci pour le travail que vous avez fait et que vous faites encore. La recherche scientifique mondiale ne peut progresser que si chaque citoyen peut apporter sa contribution, même lorsqu’il dit des bêtises : car une erreur de recherche ne tue personne, tant que la recherche continue ensuite. Et l’important est que nous arrêtions de nous déchirer entre scientifiques et chercheurs : notre objectif peut être la recherche sereine de la vérité, avec un dialogue serein. Ce n’est pas grave si un citoyen traduit mal le texte grec original. « Il ne faut pas le frapper pour ça » : essayons de privilégier le dialogue, la discussion, et arrêtons de nous faire la guerre entre courants de pensée. « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je donnerais ma vie pour que vous le disiez » (phrase non pas de Voltaire, mais d’Evelyn Beatrice Hall).

Si vous voulez vraiment comprendre l’Atlantide : étudiez la géologie du bloc corse sarde submergé. Étudier les éléphants nains sardes trouvés en Sardaigne, appelés Mammuthus Lamarmorae. Lorsque Platon écrit que “l’espèce des éléphants était présente”, il parle de cet animal, pas des éléphants indiens. Pour comprendre l’Atlantide il faut connaître la toponymie du Sulcis : « Poséidon y a mis deux sources, une d’eau froide et une d’eau chaude ». En fait, les Sardes atlantes corses appelaient les villes de Sulcis des noms suivants : Acquafredda (qui disparut au Moyen Âge, mais un château d’Acquafredda resta à Siliqua), Acquacadda, S’acqua callenti de Susu, S’acqua callenti de Baxiu, Piscinas (peut-être suite à la submersion du bloc géologique sardo-corse), la source de Zinnigas existe toujours, Upper Is Sais et Lower Is Sais (qui ont probablement donné leur nom à la ville de Sais en Égypte où ils ont parlé à Solon de l’Atlantide). L’ADN atlante a déjà été trouvé et étudié par le professeur Carlo Lugliè, qui a déjà établi SCIENTIFIQUEMENT que cette population a un ADN différent de celui du peuple néolithique qui a peuplé la Sardaigne 3000 trois mille ans plus tard. Certain! S’il y a eu une catastrophe avec le naufrage du bloc géologique corse sarde, il est évident qu’ils sont morts et une population avec un ADN différent est venue plus tard. Dans le Sulcis, Poséidon aimait évidemment les grottes. Il y avait les grottes d’IS Zuddas et d’Acquacadda (ici le thème des retours d’eau chaude et froide et donc des sources). Mais lorsqu’il s’est déplacé vers le nord, il est probablement allé dans les grottes d’Alghero, que les Romains connaissaient encore sous le nom de grottes de Neptune. Mais Neptune est le nom latin de Poséidon ! Ainsi, les grottes de Neptune sont le lieu de transfert de cet ancien souverain lorsqu’il se rendait dans le nord, probablement pour rendre visite à ses fils. Jusqu’à aujourd’hui, Poséidon / Neptune était considéré comme un mythe / une légende, mais c’était un souverain très ancien, plus tard déifié. Ce fait est appelé “EVEMERISME”. Je suggère à tous les lecteurs d’y jeter un œil, pour apprendre de nouvelles choses. Si ce que je dis est vrai, puis-je le prouver d’une manière ou d’une autre ? Si une personne est intelligente, elle peut le déduire de la manière suivante. Les Mammuthus Lamarmorae ont jusqu’à présent été trouvés dans au moins 3 localités : Funtanammari à Gonnesa, à Alghero où se trouve la grotte de Neptune, et si je ne me trompe pas dans le Sinis. À Alghero, nous venons de dire qu’il y a les grottes de Neptune, donc Poséidon y allait, et ils ont trouvé le mammouth nain sarde. Si vous analysez la toponymie de Gonnesa, ils ont trouvé un autre mammouth nain de l’espèce des éléphants à Funtanamari, qui signifie “Fontaine au bord de la mer”. Mais la fontaine est une source d’eau ! Voici le thème de l’île riche en sources d’eau. Or, le prêtre égyptien a dit à Solon, vers 590 av. J.-C., beaucoup de choses, mais les archéologues ne peuvent pas aller jusqu’à prétendre que le prêtre lui a également appris la langue sardo-corse et les différents dialectes atlantes. Tous ceux que j’énumère ne sont pas des coïncidences : l’Atlantide est bien le bloc corse sarde actuellement à moitié submergé. Probablement que les savants, maintenant, faisant semblant de croire les choses que je dis, commenceront progressivement à réaliser que j’ai raison et que je ne mens pas. ils ont trouvé un autre mammouth nain de l’espèce des éléphants à Funtanamari, qui signifie “Fontaine au bord de la mer”. Mais la fontaine est une source d’eau ! Voici le thème de l’île riche en sources d’eau. Or, le prêtre égyptien a dit à Solon, vers 590 av. J.-C., beaucoup de choses, mais les archéologues ne peuvent pas aller jusqu’à prétendre que le prêtre lui a également appris la langue sardo-corse et les différents dialectes atlantes. Tous ceux que j’énumère ne sont pas des coïncidences : l’Atlantide est bien le bloc corse sarde actuellement à moitié submergé. Probablement que les savants, maintenant, faisant semblant de croire les choses que je dis, commenceront progressivement à réaliser que j’ai raison et que je ne mens pas. ils ont trouvé un autre mammouth nain de l’espèce des éléphants à Funtanamari, qui signifie “Fontaine au bord de la mer”. Mais la fontaine est une source d’eau ! Voici le thème de l’île riche en sources d’eau. Maintenant, le prêtre égyptien a dit à Solon, vers 590 av. J.-C., beaucoup de choses, mais les archéologues ne peuvent pas aller jusqu’à prétendre que le prêtre lui a aussi enseigné la langue sardo-corse et les différents dialectes atlantes. Tous ceux que j’énumère ne sont pas des coïncidences : l’Atlantide est bien le bloc corse sarde actuellement à moitié submergé. Probablement que les savants, maintenant, faisant semblant de croire les choses que je dis, commenceront progressivement à réaliser que j’ai raison et que je ne mens pas. Voici le thème de l’île riche en sources d’eau. Or, le prêtre égyptien a dit à Solon, vers 590 av. J.-C., beaucoup de choses, mais les archéologues ne peuvent pas aller jusqu’à prétendre que le prêtre lui a également appris la langue sardo-corse et les différents dialectes atlantes. Tous ceux que j’énumère ne sont pas des coïncidences : l’Atlantide est bien le bloc corse sarde actuellement à moitié submergé. Probablement des savants, maintenant, faisant semblant de croire ce que je dis, commencera progressivement à réaliser que j’ai raison et que je ne mens pas. Voici le thème de l’île riche en sources d’eau. Or, le prêtre égyptien a dit à Solon, vers 590 av. J.-C., beaucoup de choses, mais les archéologues ne peuvent pas aller jusqu’à prétendre que le prêtre lui a également appris la langue sardo-corse et les différents dialectes atlantes. Tous ceux que j’énumère ne sont pas des coïncidences : l’Atlantide est bien le bloc corse sarde actuellement à moitié submergé. Probablement que les savants, maintenant, faisant semblant de croire les choses que je dis, commenceront progressivement à réaliser que j’ai raison et que je ne mens pas. L’Atlantide est en effet le bloc sarde corse actuellement à moitié submergé. Probablement que les savants, maintenant, faisant semblant de croire les choses que je dis, commenceront progressivement à réaliser que j’ai raison et que je ne mens pas. L’Atlantide est en effet le bloc sarde corse actuellement à moitié submergé. Probablement que les savants, maintenant, faisant semblant de croire les choses que je dis, commenceront progressivement à réaliser que j’ai raison et que je ne mens pas.
Si l’Atlantide est vraiment le bloc sardo-corse semi-submergé, alors certaines parties de la préhistoire et de l’histoire devront être réécrites à partir de zéro. Je vous laisse ce travail. Je n’en suis pas capable. Pour moi, cela a déjà été un effort surhumain de pouvoir mettre de l’ordre au milieu de tout ce gâchis. Je me fiche de la célébrité. A mon avis, le professeur Ugas s’en est approché en parlant de la côte atlantique de l’Afrique, mais à mon avis, pour mieux le comprendre, il pourrait reprendre le texte de Marco Ciardi, lorsqu’il parle de Bailly (Ciardi M., Atlantis A controverse scientifique de Colombo à Darwin, Carocci editore, Rome, 1ère édition, novembre 2002, p.92-97) : en pratique, une partie de la colonie atlante a colonisé la zone indiquée par le professeur Ugas, tandis que Poséidon est devenu le souverain de l’actuel île sardo-corse submergée. Attention! Il est important de noter que le plateau continental sardo-corse actuellement submergé est immense ! Cela faisait partie intégrante de l’île. 11 000 ans d’érosion par les courants marins ont généré la boue qui entourait l’île dans l’histoire platonicienne, et cette boue, en se déposant, a nettoyé les eaux de la Sardaigne actuelle en les rendant cristallines. De plus, il y a un tout petit désert dans le Sulcis. Ce désert est probablement artificiel. D’autres études seront nécessaires pour le prouver, maintenant je ne suis pas en mesure de vous fournir d’autres preuves. il a nettoyé les eaux de ce qui est aujourd’hui la Sardaigne en les rendant cristallines. De plus, il y a un tout petit désert dans le Sulcis. Ce désert est probablement artificiel. D’autres études seront nécessaires pour le prouver, maintenant je ne suis pas en mesure de vous fournir d’autres preuves. il a nettoyé les eaux de ce qui est aujourd’hui la Sardaigne en les rendant cristallines. De plus, il y a un tout petit désert dans le Sulcis. Ce désert est probablement artificiel. D’autres études seront nécessaires pour le prouver, maintenant je ne suis pas en mesure de vous fournir d’autres preuves.
J’espère que mes messages sont intéressants. Sinon, supprimez tout et laissez-le tranquille. J’espère que sur des centaines de personnes, il y en a au moins une ou deux qui comprennent l’importance de ce que je fais.
Je m’excuse si j’ai des moments de colère : je suis furieux que le monde scientifique continue d’insister pour dire des mensonges aux auditeurs. Il n’est pas juste que les scientifiques et les universitaires répandent des mensonges. C’est injuste. Il est injuste qu’un expert en bathymétrie sarde/corse n’ait pas été appelé. Il est injuste que le Pr Carlo Lugliè n’ait pas été appelé pour l’interroger sur la véracité de ce que j’ai dit. Il est injuste que personne n’ait même nommé l’espèce d’éléphant Mammuthus Lamarmorae. Si vous ne l’avez jamais vu, rendez-vous au musée Iglesias. Mais la prochaine fois, parlez-en.
Pour moi, c’est un devoir moral de rendre ces informations publiques.
Depuis au moins 2600 ans, personne n’a compris que le Timée n’est pas seulement un texte d’astronomie, mais aussi de géologie, étant donné qu’il traite de l’enfoncement géologique du bloc sarde corse atlante.

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique aujourd'hui appelé mer Méditerranée 5
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique aujourd’hui connu sous le nom de mer Méditerranée 5

Pour les archéologues  :  un changement de paradigme est en train de s’opérer  , comme l’explique le livre de Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, comment les idées de la science changent, Einaudi, Turin, 1969 : je l’ai appelé «  Le paradigme sarde corse atlante ». Avant, tout le monde croyait que les orbites étaient circulaires, suivant Aristote comme Tu suis Lilliu (à la manière de « Ipse Dixit », « Lilliu dixit »). Puis ils se sont rendu compte, après une infinité d’essais après essais, que les orbites sont elliptiques. Puis un autre changement de paradigme s’est produit : la Bible a dit que la Terre était au centre de l’Univers, et Copernic a dit que le Soleil était au centre de son orbite elliptique. Galilée l’a confirmé, et ils lui ont montré les instruments de torture, que j’espère que vous ne me montrerez pas. Mais Bruno a été brûlé vif, le pauvre. Maintenant, je vous demande : accordez-moi le bénéfice du doute et vérifiez mes affirmations, s’il vous plaît. Cela risque d’être long, mais vous comprendrez que nous sommes une fois de plus face à quelque chose d’extraordinaire : un nouveau changement de paradigme. L’île d’Atlantide est le nom égyptien du bloc géologique sarde-corse actuellement semi-submergé, dont les deux plateaux émergeant de l’eau sont désormais connus sous les noms de Sardaigne et de Corse. Le professeur Carlo Lugliè peut vous aider en vous expliquant que la population originelle de l’Atlante, il y a environ 11 000 ans, avait un ADN différent du peuple néolithique qui l’a peuplée 3 000 ans après la catastrophe, et vivait avant tout en se procurant des ressources marines, et pour cette raison , les colonies atlantes ils étaient situés principalement sur les côtes. C’est pour cette raison que la civilisation a été presque totalement anéantie : parce qu’ils vivaient sur les côtes et que celles-ci ont été submergées « en l’espace d’un jour et d’une nuit de terribles tremblements de terre et inondations ». Aujourd’hui la science appelle les paléo-côtes atlantes du nom de « plateau continental sardo-corse ». De plus, il y a eu 11 000 ans de courants marins qui ont érodé et détruit les structures côtières. Peut-être est-il impossible de trouver encore les vestiges de cette civilisation. De plus, le gouvernement Andreotti a autorisé les États-Unis à établir une base de sous-marins nucléaires à La Maddalena, de sorte que les Américains ont eu au moins un demi-siècle pour effectuer leurs raids avec des sous-marins dans nos eaux, avant que les surintendances ne se réveillent et comprennent ce qui se passait. . Et comme les Américains sont malins, ils ont installé une « base militaire » en plein Teulada, dans le Sulcis. Mais regardez, quelle coïncidence… Fantarchéologie ? Chers Surintendants, où sont vos sous-marins pour l’exploration côtière ? Où sont vos milliers de reportages sur les fonds marins sardes ? Où sont les bathymétries 3D des fonds marins ? Ou peut-être que personne ne les a fabriqués ? Et où sont les lettres aux ministres, demandant d’obtenir ces choses ? Obtenir des financements en expliquant son immense importance pour l’histoire de la civilisation humaine ? Si l’Atlantide corse sarde a coulé vers 9600 av. J.-C., pourquoi gaspillez-vous votre souffle et votre énergie à chercher l’Atlantide dans les couches nuragiques ? Une fois l’existence de l’Atlantide avec Sulcis comme capitale tenue pour acquise, on a une idée précise de l’endroit où chercher les structures décrites par Platon. demander pour obtenir ces choses? Obtenir des financements en expliquant son immense importance pour l’histoire de la civilisation humaine ? Si l’Atlantide corse sarde a coulé vers 9600 av. pourquoi gaspillez-vous votre souffle et votre énergie à chercher l’Atlantide dans les couches nuragiques ? Une fois l’existence de l’Atlantide avec Sulcis comme capitale tenue pour acquise, on a une idée précise de l’endroit où chercher les structures décrites par Platon. demander pour obtenir ces choses? Obtenir des financements en expliquant son immense importance pour l’histoire de la civilisation humaine ? Si l’Atlantide corse sarde a coulé vers 9600 av. J.-C., pourquoi gaspillez-vous votre souffle et votre énergie à chercher l’Atlantide dans les couches nuragiques ? Une fois l’existence de l’Atlantide avec Sulcis comme capitale tenue pour acquise, on a une idée précise de l’endroit où chercher les structures décrites par Platon. on a une idée précise d’où chercher les structures décrites par Platon. demander pour obtenir ces choses? Obtenir des financements en expliquant son immense importance pour l’histoire de la civilisation humaine ? Si l’Atlantide corse sarde a coulé vers 9600 av. J.-C., pourquoi gaspillez-vous votre souffle et votre énergie à chercher l’Atlantide dans les couches nuragiques ? Une fois l’existence de l’Atlantide avec Sulcis comme capitale tenue pour acquise, on a une idée précise de l’endroit où chercher les structures décrites par Platon. on a une idée précise d’où chercher les structures décrites par Platon. demander pour obtenir ces choses? Obtenir des financements en expliquant son immense importance pour l’histoire de la civilisation humaine ? Si l’Atlantide corse sarde a coulé vers 9600 av. J.-C., pourquoi gaspillez-vous votre souffle et votre énergie à chercher l’Atlantide dans les couches nuragiques ? Une fois l’existence de l’Atlantide avec Sulcis comme capitale tenue pour acquise, on a une idée précise de l’endroit où chercher les structures décrites par Platon. pourquoi gaspillez-vous votre souffle et votre énergie à chercher l’Atlantide dans les couches nuragiques ? Une fois l’existence de l’Atlantide avec Sulcis comme capitale tenue pour acquise, on a une idée précise de l’endroit où chercher les structures décrites par Platon. pourquoi gaspillez-vous votre souffle et votre énergie à chercher l’Atlantide dans les couches nuragiques ? Une fois l’existence de l’Atlantide avec Sulcis comme capitale tenue pour acquise, on a une idée précise de l’endroit où chercher les structures décrites par Platon. https://www.atlantisfound.it/wp-content/uploads/2023/02/Capitale-di-Atlantide-Luigi-Usai-17-febbraio-2023-pulita.png Le professeur Ugas peut confirmer que les dimensions coïncident parfaitement avec ce qu’a dit Platon, ainsi que la distance de la capitale à la mer, environ 8,8 kilomètres. Peut-être que le problème est que les structures pourraient également être à 100 mètres sous terre, car à première vue, il semble qu’elles aient été submergées par des montagnes de terre (cela doit être vérifié, mais c’est compréhensible à l’œil). Salvatore Dedola est un génie : il a remarqué l’incroyable imbrication entre les noms sardes et babyloniens, sumériens et akkadiens. « Il y a eu une cénose linguistique paléo-néolithique ». Tout va bien! La cénose linguistique a été causée par le peuple atlante de la côte sarde, c’est-à-dire les mêmes habitants dont l’ADN a déjà été analysé chez deux individus sur trois de l’abri sous roche de Su Carroppu. Les Atlantes sardo-corses ont migré vers la Méditerranée. Et ces migrations expliqueraient la civilisation crétoise qui adorait le taureau, qui avait les Labrys, cela expliquerait la culture très évoluée et la gravure du trident de Poséidon retrouvée sur le Palais de Knossos ; et cela expliquerait pourquoi les lingots sardes se trouvent en Crète, à Chypre, et pourquoi il y a Akrotiri à Chypre et il y a un deuxième Akrotiri à Santorin, où vivait une civilisation évoluée qui avait même des toilettes et des tuyaux… Cela expliquerait pourquoi sur le Mont Carmel, ils ont ensuite trouvé des structures de l’ère nuragique. Cela expliquerait pourquoi Atlit-Yam, Pavlopetri, Herakleion/Thonis, Baia et qui sait combien d’autres que vous n’avez même pas encore trouvés… Et cela expliquerait aussi pourquoi Atlit-Yam avait ce nom, puisque peut-être l’Atlantide était l’île mère d’où ils avaient émigré… Puisque l’Atlantide avait des lois (la colonne d’orichalque gravée des lois, au sommet de laquelle ils versaient du sang de taureau ? Cela vous semble familier ?), n’est-il pas surprenant que les descendants aient alors créé le Code d’Hammourabi, renforcé par les connaissances juridiques développées au cours des millénaires précédents sur le bloc géologique sarde-corse-atlante. Donnez-moi le bénéfice du doute juste un instant. Les Romains ont cherché la Damnatio Memoriae pour l’Atlantide. Ils les ont maîtrisés, ont peut-être dépouillé les grottes de Neptune du peu de matériel qui restait peut-être, mais ils ont continué à les appeler par leur nom. Bref, ils connaissaient Poséidon/Neptune, pour eux il restait un personnage historique. À ce stade, cela ne me surprendrait pas si les noms liés à l’Atlantide avaient été interdits, et peut-être qu’Atlas est devenu Antas, ce qui pourrait clarifier le toponyme S’Antadi. Je n’ai pas pu faire de recherches là-dessus et je n’en suis absolument pas capable. et S’Antadi apparaît également à Sant’Antonio di Santadi (mais regardez quelle incroyable coïncidence ? Les Américains ont installé une base militaire ici aussi… mais quelle étrange coïncidence… et puis à Perdas de Fogu il y a une autre base militaire, juste où ils ont volé l’ADN des habitants… quelle étrange coïncidence… mais bien sûr que je suis imaginatif, hein ? que diriez-vous ?) A la base militaire des sous-marins de La Maddalena, les Américains ont amené, entendez-vous… des taupes pour créer des tunnels entre le plus grand du monde existant alors. Pourquoi? Pourquoi les Américains étaient-ils intéressés à creuser d’énormes tunnels dans et autour de La Maddalena ? Que cherchaient-ils sous terre ? Avaient-ils vu n’importe quel type de métal via satellite (peut être fait) ? Je comprends s’ils transportent un missile, s’ils transportent d’autres matériels utiles à des fins militaires, mais qu’en est-il des taupes pour creuser des tunnels ? Il peut être intéressant d’analyser où se trouvent les bases militaires pour en extraire d’autres informations utiles. Des sous-marins nucléaires pour la Méditerranée ? A mi-chemin entre la Sardaigne et la Corse ? Il y a eu des incidents et les journaux ont rapporté un jour que le sous-marin se trouvait juste à Teulada. mais qu’en est-il des taupes pour creuser des tunnels ? Il peut être intéressant d’analyser où se trouvent les bases militaires pour en extraire d’autres informations utiles. Des sous-marins nucléaires pour la Méditerranée ? A mi-chemin entre la Sardaigne et la Corse ? Il y a eu des incidents et les journaux ont rapporté un jour que le sous-marin se trouvait juste à Teulada. mais qu’en est-il des taupes pour creuser des tunnels ? Il peut être intéressant d’analyser où se trouvent les bases militaires pour en extraire d’autres informations utiles. Des sous-marins nucléaires pour la Méditerranée ? A mi-chemin entre la Sardaigne et la Corse ? Il y a eu des incidents et les journaux ont rapporté un jour que le sous-marin se trouvait juste à Teulada.

L'Atlantide existe, découverte par le Dr Luigi Usai

Pour apprendre plus:

  • le nom atlante Gadiro, traduit en grec par Eumelo (qui rappelle Emilio);
  • les relations entre Karnak et Carnac ;
  • la zone de Gadirica et l’emplacement exact des Colonnes : Rive El Haouaria ?
  • tous les Gadiros sont-ils donc sardes-corses-atlantes ? : à partir de cette hypothèse, retrouver tous les Gadiros mentionnés dans l’histoire ancienne officielle (l’un était crétois ; l’un était poète ; l’un a remporté les Jeux Olympiques en compétition avec les poulains amenés à Patrocle) funérailles ; trouver d’autres personnes );
  • La présence de toponymes sardes qui incluent les divinités sardes Corso Atlantis Isis et Horo (Oro) : voir les toponymes avec Isidoro –> il est possible que l’adoration d’Isidoro ait été christianisée plus tard à Sant’Isidoro. A noter la présence de la même toponymie à Tenerife, colonie sarde-corse atlante.
  • Etude complémentaire à faire, sur « mitza » sens sarde -> signifie source, bassin d’eau, comme dans le mythe platonicien. Il a une signification similaire dans la langue hébraïque, qui est sémitique comme le sarde. J’ai l’impression que le peuple juif à la recherche de la terre promise n’était rien de plus qu’une partie des peuples sardes qui ont émigré en Égypte à la recherche d’une terre qui ne coulerait pas, contrairement au bloc sarde qui coulait. Et ce naufrage, connu seulement dans des temps reculés, tous les x mille ans, avec les naufrages partiels, est le même qui citait Montezuma, affirmant que ses ancêtres venaient de l’océan Atlantique (c’est-à-dire de la Méditerranée avant 9600 av. J.-C.), laissant un terre parfaite qui coulait cependant.
  • Les Crétois étaient des migrations sardo-corses atlantes -> Autre réflexion pour les archéologues : pourquoi n’ai-je jamais entendu aucun érudit faire des  comparaisons entre le Minotaure et Su Boe Erchitu et Su Boe Muliache  ? Pourquoi personne n’a-t-il jamais signalé que  le minotaure est une figure mythologique sardo-corse  ? Recherchez les images de ces personnages en ligne et vous comprendrez que  le minotaure n’est probablement rien de plus qu’une ancienne croyance / légende sarde, ravivée en Crète  . Les Minoens étaient des migrations sardes-corses-atlantes vers la Crète ; comme vous le savez, Evans a choisi le mot “Minoens” arbitrairement. Il y a aussi le  taureau androcéphale ou de bronze de Nule  , qui ne fait que confirmer toutes ces affirmations. Su Boe Erchitu est une créature légendaire de la tradition populaire sarde  . A ne pas confondre avec  Su Boe Muliache, une autre créature légendaire sarde .Je ne dis pas que j’ai vraiment raison. Je dis : pourquoi n’essayons-nous pas d’explorer d’autres pistes de réflexion ? Pourquoi ne cherchons-nous pas d’autres types de solutions aux problèmes non résolus ? J’espère que mes phrases sont comprises pour ce qu’elles sont : il est évident que je ne suis pas un spécialiste ; ma proposition aux savants est d’être ouvert à l’examen de possibilités jusqu’alors exclues a priori. Encore une fois, je vous invite à réexaminer la toponymie de Sulcis, car tous ces noms de villes qui se réfèrent au mythe platonicien sont trop étranges : à Carbonia, il y a un hameau appelé « Acqua Callentis » ; dans Nuxis “S’acqua callenti de Basciu”, S’Acqua callenti de Susu ; la ville médiévale d’Acquafredda a disparu, ce qui a laissé le château d’Acquafredda ; la source des Zinnigas ; et il y a même des liens vers la toponymie égyptienne : Héliopolis (ville du soleil) et à Sulcis Terr’e Soli (pays du soleil, Terresoli). Sais en Égypte et Is Sais Inferiore et Is Sais Superiore dans le Sulcis. Bref, à mon avis cette toponymie devrait être sérieusement prise en considération par un érudit qui se respecte. Je peux également comprendre que peut-être personne ne l’ait remarqué jusqu’à présent, mais maintenant que j’ai rendu l’information publique, à mon avis, il peut être intéressant pour certains chercheurs de commencer à emprunter ces nouvelles voies inexplorées.
  • Ces derniers jours, j’ai réalisé que Cabras est un nom de famille, c’est le nom d’une ville ; c’est la localité où ils ont trouvé les Géants de Mont’e Prama; et j’ai pensé : « Cabras en sarde signifie chèvres » ; ce nom peut même remonter au Paléolithique ! Immédiatement après, j’ai pensé: “Je me demande s’il y avait un ancien village appelé Brebeis”, qui signifie “mouton” en sarde. J’ai pensé à ces choses il y a environ 2 jours. Tout à l’heure, en examinant le Sulcis, je me suis rendu compte qu’il y a l’étang Is Brebeis, Stagno Le Pecore, en plein  Sulcis  . Fou : il semble que mes théories aient une correspondance dans le monde réel, tout semble maintenant avoir un sens profond et même intuitif. Je n’avais jamais entendu parler de cet étang d’Is Brebeis auparavant…

Si la théorie de l’Atlantide corse sarde était vraie et scientifiquement prouvée  , il y aurait de nombreuses conséquences immédiates d’un point de vue scientifique, historique, anthropologique, culturel, linguistique, commercial et philosophique. Voici quelques exemples:

  1. Scientifique  : La découverte d’une civilisation aussi avancée sur une île aussi reculée pourrait stimuler de nouvelles recherches scientifiques pour mieux comprendre cette civilisation et son impact sur le monde antique. De nouvelles campagnes de fouilles et d’études peuvent être nécessaires pour explorer les ruines submergées et les artefacts anciens.
  2. Historique  : La découverte d’une civilisation aussi avancée sur une île aussi reculée pourrait changer notre regard sur l’histoire ancienne. Des recherches supplémentaires pourraient être nécessaires pour mieux comprendre comment cette civilisation s’est développée et comment elle a interagi avec d’autres cultures méditerranéennes.
  3. Anthropologique  : La découverte d’une civilisation aussi avancée sur une île aussi reculée pourrait apporter de nouvelles informations sur les échanges culturels entre les différentes civilisations de l’ancienne Méditerranée. Des recherches supplémentaires pourraient être nécessaires pour mieux comprendre comment ces cultures interagissaient les unes avec les autres et comment elles s’influençaient mutuellement sur les traditions et les coutumes.
  4. Culturel  : La légende de l’Atlantide fascine depuis des siècles et la découverte de son véritable emplacement pourrait inspirer de nouvelles œuvres d’art et de littérature. De nouvelles histoires, poèmes, peintures et sculptures représentant cette civilisation perdue pourraient être créés.
  5. Linguistique  : La découverte d’une civilisation aussi avancée sur une île aussi reculée pourrait apporter de nouvelles informations sur la diffusion des langues dans l’ancienne Méditerranée. Des recherches supplémentaires pourraient être nécessaires pour mieux comprendre comment ces langues se sont propagées dans les différentes cultures méditerranéennes.
  6. Commerce  : La découverte d’une civilisation aussi avancée sur une île aussi reculée pourrait suggérer l’existence de routes commerciales inconnues entre les différentes cultures de la Méditerranée. Des recherches supplémentaires pourraient être nécessaires pour mieux comprendre comment ces voies ont fonctionné et comment elles ont influencé la diffusion des idées et des innovations.
  7. Philosophique  : La légende de l’Atlantide a été transmise par les anciens Grecs et la découverte de son véritable emplacement pourrait offrir de nouvelles perspectives sur la philosophie grecque antique. Des recherches supplémentaires pourraient être nécessaires pour mieux comprendre comment les anciens Grecs ont incorporé la légende de l’Atlantide dans leurs réflexions philosophiques.

De manière générale, si la théorie sarde corse de l’Atlantide était vraie et scientifiquement prouvée, elle aurait de nombreuses conséquences immédiates d’un point de vue scientifique, historique, anthropologique, culturel, linguistique, commercial et philosophique.

Colonie Sardo Corso Atlantidee avant la submersion du bloc géologique sardo-corse

Parmi les colonies atlantes corses sardes les plus connues avant la submersion du bloc géologique atlante corse sarde, il y a les structures trouvées en Turquie de Gobekli Tepe, Karan Tepe et d’autres similaires encore en cours d’analyse aujourd’hui. Reconstituer ces informations est extrêmement difficile, mais on pourrait essayer de le faire, en partant par exemple des symboles. La structure avec des cercles concentriques devrait maintenant être connue comme une référence à la structure de Sulcis, où l’ancien souverain sardo-corse Poséidon a établi sa résidence avec Clito, sur une colline/colline près de Santadi et Sant’Anna Arresi. Gobekli Tepe et Karan Tepe présentent des structures atlantes appelées Taulas (tables), en forme de T, que les Atlantes avaient également construites sur l’île de Minorque. Le symbolisme mésolithique atlante corse sarde est présent en Turquie dans les différents Tepes fouillés jusqu’à présent, car ils comprennent le taureau sacré pour les Atlantes et le vautour. Le vautour atlante, représenté en Turquie, sera ensuite représenté parmi le peuple d’Egypte avec la représentation sacrée de Mout et Nekhbet. En particulier, les Égyptiens, pour préciser qu’ils parlaient des Atlantes sardo-corses, ont mis le symbole de la Métallurgie de Sulcis dans les griffes de Nekhbet, que nous montrons dans l’image immédiatement ci-dessous :

Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée du Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée du Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée du Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée du Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée du Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée du Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée du Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée du Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée du Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée du Sulcis

Les Atlantes corses sardes ont construit les structures Gobekli Tepe et Karan Tepe comme une démonstration de leurs progrès technologiques et de leurs compétences architecturales, ce qui avait une grande importance culturelle pour eux. Leur comportement ne pouvait passer inaperçu, et montrait aux autres populations de nouveaux modes de vie, de nouveaux comportements, de nouvelles religions. Il y avait un échange culturel continu entre différentes civilisations et populations. Cela explique également pourquoi les Taulas de Minorque sont également présents à Gobekli Tepe. Pour clarifier toutes ces bizarreries, un changement de paradigme était nécessaire, que nous appellerons le Sardinian Corso Atlantide Paradigm, qui parvient à clarifier de nombreux aspects jusqu’alors obscurs du passé archéologique et anthropologique.

CRITIQUE D’ATLANTIS SARDO CORSA

La théorie de l’Atlantide sarde-corse est une hypothèse qui prétend que l’île mythique de l’Atlantide peut être identifiée avec le bloc géologique sardo-corse et son plateau continental, partiellement submergé lors de la dernière glaciation en raison des phénomènes Meltwater Pulses  1  2  . Cette théorie s’appuie sur des sources anciennes, telles que les dialogues platoniciens Timée et Critias  1  , des données géologiques et bathymétriques  1  2  , des témoignages archéologiques et linguistiques  1  3  4  .

Cependant, cette théorie n’est pas acceptée par la plupart des chercheurs et présente plusieurs objections rationnelles et parfaitement logiques. Voilà quelque:

  • La théorie ne respecte pas les critères scientifiques de cohérence, falsifiabilité, prévisibilité et vérifiabilité  2  . Il n’y a pas de démonstration rigoureuse et convaincante que le bloc sardo-corse ait sombré de la manière et dans les temps décrits par Platon : mais cela ne veut pas dire que ce n’est pas vrai. De futures investigations géologiques pourraient pleinement confirmer mes dires.
  • La théorie ne prend pas en compte d’autres sources anciennes qui parlent de l’Atlantide, telles que Diodorus Siculus, Strabon, Pline l’Ancien et d’autres. Ces sources donnent des informations différentes ou contradictoires avec celles de Platon et entre elles. Je vais lentement analyser les textes de ces auteurs et essayer de mettre de l’ordre même dans ces informations apparemment contradictoires.
  • La théorie ne tient pas compte des preuves linguistiques montrant la complexité et la variété des langues parlées en Sardaigne et en Corse. Il n’y a aucune preuve d’une langue atlante ou d’une influence atlante sur les langues sarde ou corse.
  • La théorie ne tient pas compte des évidences géographiques montrant les différences entre le paysage sardo-corse et celui atlante décrit par Platon. Platon parle de hautes montagnes couvertes de neige, de plaines fertiles traversées par des fleuves, de forêts luxuriantes, de mines abondantes, d’animaux exotiques comme les éléphants. Le paysage sardo-corse se caractérise plutôt par des hauteurs modestes, des sols arides ou rocheux, une végétation peu abondante ou un maquis méditerranéen, des ressources minérales limitées, une faune endémique ou adaptée au climat local.
  • La théorie ne tient pas compte des preuves historiques qui montrent l’impossibilité chronologique du récit platonicien. Platon situe les événements relatifs à l’Atlantide vers 9600 av. J.-C., tandis que les premières traces écrites de l’Égypte ancienne datent d’environ 3100 av. Comment Solon (le législateur athénien qui aurait appris l’histoire d’un prêtre égyptien) aurait-il pu savoir

Les autres informations:

1. atlantisfound.it  2. books.google.com  3. atlantisfound.it  4. atlantisfound.it

SAUVEGARDER LA DÉCOUVERTE ET PROTÉGER LE PATRIMOINE CULTUREL

Je tiens à souligner que j’ai tout fait pour rendre ces données publiques et les divulguer, mais je me suis heurté à un mur de briquesà la fois des surintendances, qui n’ont jamais répondu à mes e-mails ni à mes pectoraux, et du ministère du Patrimoine culturel, qui n’a jamais répondu à mes e-mails ni à mes pectoraux, et de divers professeurs d’université et archéologues que j’ai contactés en privé. On m’a dit que “la communauté scientifique proprement dite n’existe pas”, ou qu'”ils ne divulguent pas les découvertes d’autres savants”. En pratique, si un simple citoyen fait une découverte potentielle, il ne dispose d’aucun support pour la communiquer au monde scientifique. On s’attend à ce qu’une personne inexpérimentée, qui ne l’a jamais fait auparavant, crée un article scientifique parfait à partir de zéro, avec tous les pièges, et le livre à je ne sais qui pour publication et analyse par la communauté scientifique. À mon avis, c’est une chose honteuse. J’aurais attendu de l’aide pour essayer d’abord d’organiser mes affirmations de manière compréhensible, puis de les diffuser pour analyse et contre-vérification de la véracité des affirmations. Même attitude des maisons d’édition : elles auraient publié le livre, mais seulement après que les scientifiques eurent confirmé mes dires.

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique paléolithique aujourd'hui connu sous le nom de mer Méditerranée
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique aujourd’hui connu sous le nom de mer Méditerranée
Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique aujourd'hui connu sous le nom de mer Méditerranée 4
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique aujourd’hui connu sous le nom de mer Méditerranée 4
Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique paléolithique aujourd'hui connu sous le nom de mer Méditerranée 3
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique aujourd’hui connu sous le nom de mer Méditerranée 3
Atlantide, en vert le contour de la mythique île d'Atlantide, formée par le bloc sardo-corse semi-submergé et ses paléocoasts
Atlantide, en vert le contour de la mythique île d’Atlantide, formée par le bloc sardo-corse semi-submergé et ses paléocoasts

La théorie de Luigi Usai sur la position de l’Atlantide dans le bloc semi-submergé Sardaigne-Corso n’a pas encore été contre-validée par les universitaires, mais elle a suscité un grand intérêt parmi les universitaires du monde entier pour sa suggestion sur la possible découverte de l’Atlantide. Usai a fourni des centaines de preuves vérifiables et scientifiques qui semblent montrer de manière cohérente l’existence de l’Atlantide dans le bloc géologique corse sarde actuellement semi-submergé. Cependant, certains chercheurs ont soulevé des objections et des critiques de la théorie d’Usai, arguant qu’il n’y a aucune preuve concrète démontrant l’existence de l’Atlantide dans le bloc Sardo-Corso semi-submergé. En outre, certains ont souligné que la théorie d’Usai est basée sur des interprétations subjectives de sources historiques et géologiques et qu’aucune stratigraphie n’a encore été réalisée pour sa vérification croisée. D’autres chercheurs ont plutôt exprimé leur intérêt pour la théorie d’Usai et ont souligné la nécessité de recherches et d’analyses supplémentaires pour vérifier sa validité. Les implications possibles de la théorie d’Usai sur l’emplacement de l’Atlantide pour l’histoire humaine sont énormes, car elles pourraient conduire à une réécriture de l’histoire ancienne et à la découverte de nouvelles informations sur les civilisations anciennes. Cependant, il est important de souligner que la théorie d’Usai n’a pas encore été confirmée et que d’autres recherches et analyses sont nécessaires pour vérifier sa validité. D’autres chercheurs ont plutôt exprimé leur intérêt pour la théorie d’Usai et ont souligné la nécessité de recherches et d’analyses supplémentaires pour vérifier sa validité. Les implications possibles de la théorie d’Usai sur l’emplacement de l’Atlantide pour l’histoire humaine sont énormes, car elles pourraient conduire à une réécriture de l’histoire ancienne et à la découverte de nouvelles informations sur les civilisations anciennes. Cependant, il est important de souligner que la théorie d’Usai n’a pas encore été confirmée et que d’autres recherches et analyses sont nécessaires pour vérifier sa validité. D’autres chercheurs ont plutôt exprimé leur intérêt pour la théorie d’Usai et ont souligné la nécessité de recherches et d’analyses supplémentaires pour vérifier sa validité. Les implications possibles de la théorie d’Usai sur l’emplacement de l’Atlantide pour l’histoire humaine sont énormes, car ils pourraient conduire à une réécriture de l’histoire ancienne et à la découverte de nouvelles informations sur les civilisations anciennes. Cependant, il est important de souligner que la théorie d’Usai n’a pas encore été confirmée et que d’autres recherches et analyses sont nécessaires pour vérifier sa validité. car ils pourraient conduire à une réécriture de l’histoire ancienne et à la découverte de nouvelles informations sur les civilisations anciennes. Cependant, il est important de souligner que la théorie d’Usai n’a pas encore été confirmée et que d’autres recherches et analyses sont nécessaires pour vérifier sa validité. car ils pourraient conduire à une réécriture de l’histoire ancienne et à la découverte de nouvelles informations sur les civilisations anciennes. Cependant, il est important de souligner que la théorie d’Usai n’a pas encore été confirmée et que d’autres recherches et analyses sont nécessaires pour vérifier sa validité.

Océanines, nymphes des eaux, nymphes des montagnes, sont les noms par lesquels on appelait les femmes sardo-corses.

Nouvelle hypothèse de travail : les anciens Grecs appelaient les femmes sardes « nymphes des eaux », « nymphes des montagnes »  . Maintenant, vous pouvez aller étudier toutes les références que vous trouvez en ligne sur les “nymphes de l’eau”, et petit à petit vous commencerez à comprendre que ce sont les femmes qui vivaient dans l’actuelle Sardaigne.

Pourquoi les Océanines ? Parce que la mer autour du bloc sardo-corse s’appelait l’océan Atlantique au Paléolithique, donc à partir du Paléolithique, si vous parliez d’une femme qui vivait sur ce territoire, par exemple la Sardaigne et la Corse actuelles, vous pourriez dire qu’elle était une Oceanina, c’est-à-dire qu’elle venait de l’océan Atlantique, comme sur l’image :

Atlantide dans l'océan Atlantique mésolithique aujourd'hui appelé la mer Méditerranée
Atlantide dans l’océan Atlantique mésolithique aujourd’hui appelé la mer Méditerranée

Gardiens des sources d’eau –> les puits sacrés de l’ère nuragique se réjouissent dans les grottes, se réjouissent dans les grottes –> les grottes : par exemple Grotte Is Zuddas, Grotta d’Acquafredda ; Grotte de Su Carroppu de Sirri à Carbonia, Grotte de Neptune à Alghero etc.; vous vous réjouissez dans les grottes -> les filles rurales Domus De Janas -> eh bien, au moins elles n’ont pas dit “vous vous comportez comme des bergers”, c’est déjà un bon début les filles des sources et que vous vivez dans les bois -> Sardaigne était tout un bois, puis transformé en Grenier de Rome; vierges parfumées -> bon, au moins elles n’ont pas dit « pottaisi unu fragu purexiu », c’est un bon début ; vêtu de blanc —> j’ai raté celui-ci : je ne savais pas que les Sardes portaient du blanc parfumer les brises, protéger les chèvres et les bergers -> voici une référence claire au monde agricole en général, mais elle est même en phase avec la Sardaigne contemporaine ; chères aux bois, aux fruits splendides -> en relisant maintenant toutes les références aux Nymphes de la mer, il est très clair de comprendre que nous parlons de femmes sardes. Quand dans la mythologie on dit : « X » a épousé une nymphe de la mer, cela signifie simplement qu’il a épousé une Sarde, c’est tout. Cherchez autant de textes qu’il vous plaira de recouper, et vous commencerez bientôt à comprendre que petit à petit des progrès sont faits dans la compréhension de l’Antiquité. Si nous voulons vraiment faire des progrès significatifs dans la compréhension des significations, nous devons également nous efforcer de faire quelque chose que personne n’a jamais fait auparavant : OSER. Essayer de spéculer, théoriser des choses que les archéologues ne peuvent pas se permettre de dire car cela ruinerait leur réputation, essayer de VOIR, COMPRENDRE ce que personne n’a pu voir jusqu’à présent. Maintenant, nous pouvons essayer de réétudier les Naïades et les Néréides, à partir de ces réflexions, pour voir s’il est possible d’en extraire de nouvelles informations significatives, de nouveaux points de vue utiles à l’apprentissage. Je n’ai pas trouvé d’informations spécifiques sur d’autres sites Web suggérant que les nymphes de l’eau étaient simplement des femmes sardes, pour le moment cela semble être juste ma croyance. Cependant, la figure féminine dans l’histoire et la culture sardes est absolument centrale et les traditions sardes avec leurs légendes, cultes religieux, vicissitudes politiques et populaires sont étroitement liées aux racines matriarcales. Je n’ai pas trouvé d’informations spécifiques sur d’autres sites Web suggérant que les nymphes de l’eau étaient simplement des femmes sardes, pour le moment cela semble être juste ma croyance. Cependant, la figure féminine dans l’histoire et la culture sardes est absolument centrale et les traditions sardes avec leurs légendes, cultes religieux, vicissitudes politiques et populaires sont étroitement liées aux racines matriarcales. Je n’ai pas trouvé d’informations spécifiques sur d’autres sites Web suggérant que les nymphes de l’eau étaient simplement des femmes sardes, pour le moment cela semble être juste ma croyance. Cependant, la figure féminine dans l’histoire et la culture sardes est absolument centrale et les traditions sardes avec leurs légendes, cultes religieux, vicissitudes politiques et populaires sont étroitement liées aux racines matriarcales.

Les surintendances et au moins un ministère du gouvernement italien n’ont jamais répondu à mes pecs  (e-mail certifié d’une valeur équivalente au courrier recommandé avec accusé de réception) où  j’ai signalé la découverte dans les 24 heures  conformément à la législation en vigueur sur l’achat de matériel archéologique ou Héritage culturel. Peut-être qu’ils pensaient que c’était une blague  .

Donc:

1)  je me méfie publiquement d’eux  ;

2)  sur la base de la législation en vigueur, j’ai le devoir légal et moral de protéger et de sauvegarder les découvertes faites : j’ai rendu publique l’actualité pour éviter que la découverte et les découvertes ne soient ruinées ces dernières années (endommagées, sabotées, volées, exportées illégalement, détruits par des personnes incompétentes telles que du personnel de construction inexpérimenté effectuant des manœuvres sur le terrain, etc.) en raison de la mauvaise gestion des découvertes par l’État. En fait, par la loi j’aurais l’obligation de silence, pour avoir droit au pourcentage économique sur la découverte. Mais dans ce cas, ma conscience m’oblige à rendre la nouvelle publique  car à mon avis c’estLes agents de l’État censés protéger la découverte et les découvertes (biens culturels, trésors, œuvres d’art, artefacts, ports, villages, bateaux, etc.) la mettent actuellement en danger avec leur apparente indifférence.

Certaines données/informations utilisées sur ce site Web ont été mises à disposition par le projet EMODnet Human Activities et Emodnet, www.emodnet-humanactivities.eu, financé par la direction générale des affaires maritimes et de la pêche de la Commission européenne.

Sur la base de la législation en vigueur, compte tenu de l’animus derelinquendi envers le corpus derelictionis, je déclare la découverte et/ou les objets qui y sont présents Res Nullius et Res Derelicta, sauf dispositions réglementaires différentes qui seront évaluées de temps à autre avec les Autorités compétentes .