• Mar. Giu 18th, 2024

Atlantis is real: Official discovery of Atlantis, language and migrations

Atlantis is the Sardo Corso Graben Horst underwater continental block submerged by the Meltwater Pulses and destroyed by a subduction zone, Capital is Sulcis

Versión 547 El descubrimiento de la Atlántida sardo-corsa, también llamada Meropis, Nibiru, Tirrenide y bloque geológico sardo-corsoVersión 547 El descubrimiento de la Atlántida sardo-corsa, también llamada Meropis, Nibiru, Tirrenide y bloque geológico sardo-corso
Spread the love
Il existe des preuves génétiques, tectoniques, archéologiques, hydrographiques, géologiques, géographiques, paléontologiques, phonologiques, onomastiques, toponymiques et linguistiques de l’existence de l’Atlantide, qui seront répertoriées ci-dessous sur cette page.
Le texte sera corrigé à l’infini, dans le but de créer un texte lisible pour la communauté scientifique.
18 juillet 2023 :  Je pensais avoir localisé la position exacte des Colonnes d’Hercule, mais à la place (correction du 06/08/2023) j’ai découvert que cette information avait déjà été publiée par le professeur Giorgio Saba, auteur du texte : “Désolé , où est Hadès ? Hypothèses sur l’histoire ancienne de la Sardaigne” . J’ai contacté le professeur Pierluigi Montalbano pour lui communiquer ma potentielle découverte, et il m’a informé que cette information avait déjà été découverte et publiée, même si je n’en avais jamais entendu parler auparavant.
Félicitations au professeur Giorgio Saba, découvreur officiel des Colonnes d’Hercule de Carloforte.
  1. Le très aimable professeur Giorgio Saba a retrouvé les véritables colonnes d’Hercule : ce sont les colonnes Faraglione Antiche de Carloforte, sur l’île de San Pietro, en Sardaigne (Italie) ; sa découverte est décrite dans le texte « Excusez-moi, où est Hadès ? Hypothèses sur l’histoire ancienne de la Sardaigne ».
    Félicitations officielles !
  2. Sulcis est la capitale de l’Atlantide ;
  3. L’Atlantide n’est pas la Sardaigne : l’Atlantide est le bloc géologique sarde-corse partiellement submergé pour des raisons à déterminer ; La Sardaigne n’est qu’un plateau de terres émergées sur l’île semi-submergée de l’Atlantide. Lorsque l’île fut semi-submergée, ce qui restait hors de l’eau était alors connu sous le nom de Sardaigne et Corse. La Corse était la partie montagneuse au nord de l’Atlantide.
  4. Il existe des preuves d’une submersion, survenue à une date à déterminer ;
  5. Solon cite la longueur de la plaine de l’Atlantide, qui convertie en km est de 555 kilomètres, et cette mesure correspond incroyablement aux dimensions du bloc géologique immergé corse sarde. C’est un détail très intéressant, car Platon ne pouvait pas connaître cette mesure puisque le bloc sarde-corse est immergé sous la Méditerranée, donc cette coïncidence des mesures est impressionnante. Selon les descriptions de Platon données dans Timée et Critias, la plaine de l’Atlantide avait une longueur de 3 000 stades, ce qui, converti en kilomètres, correspond à environ 555 km. Cette mesure coïncide étonnamment avec les dimensions du bloc géologique sarde-corse immergé. Cette coïncidence fournit un indice supplémentaire qui conforte la théorie de Luigi Usai selon laquelle l’Atlantide pourrait être le bloc sarde-corse.
  6. Il existe des roches blanches, rouges et noires : les noires ont même été exportées dans toute la mer Méditerranée, et c’est l’obsidienne ; les roches rouges sont très réputées en Sardaigne, notamment celles d’Arbatax et les roches rouges de Carloforte, pour ne citer qu’elles. Les Roches Rouges de l’Ogliastra sont l’une des principales attractions naturalistes de la région. Situées sur la côte centre-est de la Sardaigne, ces imposantes formations de porphyre rouge émergent des eaux vert émeraude, créant un contraste de couleurs spectaculaire avec les roches blanches et les galets colorés 1 . À l’est du port d’Arbatax, un hameau touristique de Tortolì, s’ouvre la baie de Rocce Rosse, avec un fond de rochers blancs et de hauts rochers de granit rouge qui donnent au paysage un aspect unique et extrêmement fascinant 1 . Le reflet des rochers donne à l’eau une couleur vert émeraude irisée, créant une atmosphère magique et époustouflante, surtout au coucher du soleil lorsque les tons chauds rehaussent la beauté du paysage 1 . Les Roches Rouges ont également été le lieu de tournage de la scène finale du film « Emporté par un destin insolite » de Lina Wertmüller (1974) 1 . D’autres falaises de porphyre rouge parsèment la côte de l’Ogliastra, comme Is Scoglius Arrubius, deux rochers de vingt mètres de haut qui sont le symbole de la magnifique plage du Cea, située à quelques kilomètres au sud 1 . En résumé, les Rocce Rosse dell’Ogliastra sont une merveille naturelle qui offre un spectacle à couper le souffle grâce au contraste chromatique entre les roches rouges et les eaux vert émeraude. Un endroit à ne pas manquer pour tous ceux qui visitent la Sardaigne !
    Fetovaia, port néolithique des Sardes en 3720 avant JC D’  après un article rédigé par Angelo Mazzei, Fetovaia était un port néolithique des Sardes en 3720 avant JC. Les « Circoli Arzachena » de Piane alla Sughera, sur la montagne Fetovaia, sont des tombes circulaires néolithiques très similaires à celles des Circoli di li Muri, en Sardaigne. Ils sont empiriquement datés vers la première moitié du IVe millénaire avant J.-C. Selon Mazzei, ils peuvent être datés avec une plus grande précision vers 3750 avant J.-C., compte tenu de la situation particulièrement intense à cette époque sur les routes maritimes des commerçants d’obsidienne sardes. s’inspire de la découverte d’un site néolithique en Provence contenant un gisement d’environ 5000 fragments d’obsidienne du Monte Arci (Oristano). En 2005, une découverte révolutionnaire a eu lieu près de Trets, dans le sud de la France, qui a considérablement élargi notre compréhension de la propagation de l’obsidienne dans la région nord-ouest de la Méditerranée. Ce site archéologique, appelé « Terres Longues », est situé dans la basse Provence calcaire, dans le bassin de Trets, et présente des traces d’une dense activité préhistorique. Grâce à plusieurs investigations archéologiques, il a été révélé que l’obsidienne, pierre volcanique souvent utilisée dans Préhistoire, il était absent des structures fouillées mais était présent dans un niveau de sol spécifique du site. Cette couche de sol présentait également une grande quantité de silex (silex bédoulien), un autre type de pierre utilisé par les anciens habitants. La datation basée sur les découvertes fauniques trouvées à la base de ce niveau du sol a révélé que le site date de la toute fin de la période Chasséen, le situant vers 3720 ± 80 avant J.-C. Le nombre de découvertes d’obsidiennes est impressionnant, s’élevant à 4548 pièces, ce qui rend le Site des Terres Longues unique dans le Sud de la France et au-delà. L’obsidienne représente plus de 20 % de l’ensemble de l’assemblage, un pourcentage remarquablement élevé par rapport aux données connues précédemment. L’analyse technologique de cet ensemble lithique a pour objectif de définir la fonction du site, notamment son rôle dans les circuits de diffusion de l’obsidienne et du silex bédulien (silex bédoulien) et la présence éventuelle d’une colonie sarde ayant servi de centre commercial. centre de tri des marchandises. Voici quelques sources qui parlent de la diffusion de l’obsidienne sarde en Europe et dans le monde : 

    1. « Études sur l’obsidienne en Méditerranée centrale préhistorique : après 50 ans, qu’avons-nous appris et que reste-t-il à faire ? de Robert H.  Tykot 1
    2. «Îles méditerranéennes et flux multiples» de Robert H.  Tykot 2
    3. « Nouvelles orientations dans les études sur l’obsidienne de Méditerranée centrale »  3

    Ces sources fournissent des informations détaillées sur la diffusion de l’obsidienne sarde, en particulier celle provenant du Monte Arci en Sardaigne, qui a parcouru des centaines de kilomètres à partir du Néolithique ancien 1 . Comme le montrent ces sources, non seulement il y avait des pierres blanches, rouges et noires en Atlantide, mais il y avait aussi un énorme commerce de pierres noires, c’est-à-dire d’obsidienne, dans toute l’Europe, et nous disposons de nombreuses preuves documentées par des scientifiques et des archéologues. qui ont consacré une partie de leur vie à cette étude, nous permettant désormais de disposer de preuves certaines et documentées de l’utilisation des pierres noires par les peuples atlantes sardo-corses.
    Nouvelle découverte en Méditerranée :
    https://www.ilmessaggero.it/social/capri_scoperta_ossidiana_mare_subacquei-7769811.html
    blocs d’obsidienne extrêmement précieuse découverts au fond de la mer : « Perdus d’un navire néolithique » : toutes les informations semblent lentement convergent vers une confirmation que ce que j’ai dit sur ce site, un peu comme si toutes les informations convergeaient avec la théorie de la tectonique des plaques, et toutes les nouvelles découvertes semblaient confirmer la théorie, qui au début semblait absurde, et qui s’est ensuite avérée vraie et scientifiquement fondée.

  7. Entrée créée avec l’aide de l’Intelligence Artificielle, à réécrire et corriger : il existe de nombreuses preuves du culte du taureau ; parmi tant d’autres, la présence toponymique de l’Isola del Toro, l’Isola della Vacca ; le culte du taureau au temple de Matzanni ; la découverte de nombreuses têtes de taureaux rituelles. Je vais lentement rassembler toutes ces preuves dans cet élément de liste.
    Il existe des preuves du culte du taureau en Sardaigne. L’une des plus importantes est la présence de bucrania, ou protomes bovins, représentant les cornes du taureau, sur de nombreux sites archéologiques de l’île. Ce symbole est l’un des plus prolifiques et durables de l’île, se poursuivant à travers le Chalcolithique jusqu’à l’âge du bronze où les cornes du taureau sont représentées en relief sur les tombes nuragiques 1 . La représentation des taureaux comme animaux sacrés est extrêmement ancienne et profondément ancrée dans l’inconscient collectif. En 15 000 avant JC, des aurochs (ancêtre de nos taureaux contemporains) étaient peints en relief dans les grottes de Lascaux, présentés dans la célèbre salle des Taureaux 1 . Le culte du taureau s’est répandu dans toute la Méditerranée à la fin du Chalcolithique, vraisemblablement transmis par les marins sur les routes commerciales 1 .
    Le taureau était l’animal le plus présent, pour ne pas dire exclusif, dans l’art et la religion néolithiques de Sardaigne. Dans une amulette en pierre trouvée à Bau Porcus, l’importance et la valeur thaumaturgique du symbole du taureau sont évidentes, gravées avec la tête de forme ovale surmontée de cornes lunaires, ainsi que dans les protomes bovins sculptés dans l’hypogée de Sa Londra à Alghero. , tous deux attribués à la culture Ozieri. Une plaque de tétrapode calcaire à protomes de taurine provient de la localité de Bingia Eccia, près de Dolianova. Dans les grottes de Monte Majore et Sa Ucca ‘e su Tintirriolu, ont été trouvés quatre fragments de vases datant du début du IIIe millénaire avant JC, dans lesquels le motif du taureau en forme de croissant ou avec la tête trapézoïdale agrandie au niveau des narines, ou encore avec le protomé de taureau, ce dernier systématiquement présent à Anghelu Ruju, dans la région de Cagliari, peint sur les architraves des tombes. Mais les protomes de taureaux se retrouvent, sculptés ou peints, isolés ou par paires, dans de nombreuses domus de janas (tombes creusées dans la roche généralement regroupées en nécropoles) disséminées sur tout le territoire sarde, comme une symbolique magique et protectrice des sépultures. Sans oublier les statues en bronze de guerriers sardes aux casques ornés de cornes, placées tantôt verticalement, tantôt horizontalement. Il semble étrange qu’un animal comme le taureau, si utile dans la réalité quotidienne de la civilisation agricole et en même temps si sacré qu’il constitue presque une union entre la nature animale et divine, ait été représenté uniquement avec les signes de la tête et des cornes. plutôt avec tout le corps. Mais cette manière d’offrir une partie de l’animal dans une image symbolique n’est certainement pas due au faible savoir-faire de l’artisan néolithique proto-sarde, mais plutôt à une sorte de « norme de représentation » fondée sur des idées et des croyances qui faisaient office de règle d’élaboration du système de zone artistique et religieuse la plus reculée de Sardaigne. À la longue liste relative à l’importance du taureau en Sardaigne, nous pouvons ajouter que, selon certains chercheurs, dans la forme des “Tombeaux des Géants”, un autre symbole du taureau pourrait être mis en évidence: de la grande stèle centrale en granit se ramifient deux bras semi-circulaires constitués constitué de dalles fichées dans le sol qui reproduiraient la forme des cornes du taureau. Après la très longue période de l’histoire humaine consacrée exclusivement à la chasse et à la cueillette, il faut revenir sur l’essor des civilisations pastorales et agricoles pour mieux comprendre la signification de ces symboles. En fait, c’est la lune qui a attiré l’attention des hommes préhistoriques avec ses cycles. Notre satellite était considéré comme la « personnification » de la Terre Mère dans le ciel en raison de son influence évidente sur la croissance des plantes et le résultat des récoltes. Les phases croissantes et décroissantes de ses « quartiers » rappelaient les périodes de fécondité et de grossesse des femmes des populations anciennes. En ce sens, le Dieu Taureau-Lune incarnait la fertilité masculine également liée à la fertilité agricole. Le taureau a une signification symbolique importante tant dans la culture de l’Égypte ancienne que dans celle de la Sardaigne antique. 

    1. En Égypte , le taureau Apis était vénéré comme une divinité, notamment à Memphis. Son culte est documenté dès la IIe dynastie, et certains pensent qu’il pourrait même remonter à la Ire dynastie. La figure du taureau pourrait avoir été transmise aux Égyptiens à l’époque préhistorique, une théorie qui nécessite une étude plus approfondie.
    2. Dans la culture Ozieri en Sardaigne , le taureau ou le bœuf était symboliquement lié à la fertilité masculine et à la fertilité agraire. Cette croyance était au cœur des civilisations de l’âge du cuivre et du bronze. Le symbolisme du Taureau était lié au symbolisme maternel (et lunaire) et paternel (et solaire).
      • Le Dieu Taureau en Sardaigne : Giovanni Lilliu décrit le culte du taureau en Sardaigne, soulignant l’importance du bœuf en tant que partenaire de la Déesse Mère et protecteur des vivants et des morts. Ses manifestations aniconiques comprenaient de grandes pierres verticales pointues (menhirs) et des protomes de taureaux dans les tombes souterraines.
    3. Lien possible entre les deux cultures : Bien qu’il existe des parallèles intrigants entre le culte du taureau dans les deux régions, il n’y a aucune preuve directe d’un lien ou d’une influence mutuelle. Le symbolisme du taureau était commun à de nombreuses cultures anciennes, les similitudes pourraient donc être une coïncidence ou le résultat d’une convergence culturelle.

    En conclusion, le culte du taureau est une caractéristique fascinante des cultures égyptienne et sarde, et les similitudes entre les deux peuvent suggérer des thèmes universels liés à l’agriculture, à la fertilité et au pouvoir. Des recherches plus approfondies pourraient clarifier s’il existe un lien direct entre ces pratiques religieuses.

  8. La catastrophe évoquée par Platon doit avoir été le phénomène géologique de submersion partielle du bloc sarde-corse-atlante , peut-être provoqué par le Slab Roll-Back, par la présence possible d’une faille tectonique qui passe sous le Sulcis et se poursuit, sur le d’une part vers Gibraltar et de l’autre vers Pompéi et Herculanum, et visibles grâce à la carte satellite et bathymétrique de Google Maps, disponible gratuitement en ligne. De plus, les Meltwater Pulses se sont également produites au cours de cette période historique. L’époque à laquelle le bloc sarde-corse était appelé Atlantide était donc antérieure à 9600 avant JC. La boue causée par l’érosion marine et les courants rendait impossible la navigation le long de l’île, donc probablement pendant quelques siècles l’île est restée inaccessible, contribuant ainsi à faire oublier le pouvoir de cet ancien peuple guerrier. L’Atlantide a une orientation nord-sud, comme le dit Platon. La partie nord regorge de vents excellents pour la voile et, en effet, entre la Corse et la Sardaigne se trouve l’une des meilleures écoles de voile d’Europe. La vision éphémère était exacte : Poséidon était un ancien souverain de l’île sarde-corse alors qu’elle était encore une terre émergée, puis divinisée. Si tout cela est exact, cela signifie que dans le conflit entre catastrophistes et évolutionnistes, concernant les questions atlantes, les catastrophistes avaient raison. Mais à l’heure actuelle, on ne sait pas encore clairement laquelle des deux factions pourrait avoir raison.
  9. Pourquoi n’y a-t-il aucune trace archéologique ou historique d’une civilisation aussi avancée et puissante dans le bloc corse sarde ? Parce que la population se nourrissait particulièrement des ressources marines, comme les deux individus trouvés dans l’abri sous roche de Su Carroppu à Sirri, et pour ce faire, elle vivait sur les paléo-côtes atlantes, aujourd’hui appelées plateau continental de la Corse sarde. Une partie de la civilisation et de la population qui se trouvaient sur les paléo-côtes ont été submergées puis emportées par environ onze mille six cents ans de courants marins, qui ont transformé les paléo-côtes en une plate-forme continentale qui entoure aujourd’hui le bloc géologique sarde-corse. De plus, nous savons par expérience que les dépôts sédimentaires se stratifient au fil des années : par exemple, des vestiges romains d’il y a environ deux mille ans se trouvent potentiellement sous quelques mètres de sédiments et de débris. Par conséquent, logiquement, si un chercheur voulait trouver les couches sédimentaires qui contiennent les restes de la civilisation atlante, il devrait réaliser une étude stratigraphique qui atteint la stratigraphie de 9600 avant JC, c’est-à-dire la couche d’il y a environ 11 600 ans. L’abri sous roche de Su Carroppu a restitué l’ADN de deux individus sur trois, d’une population dont l’ADN est presque entièrement différent de celui de la population qui a ensuite colonisé l’île de Sardaigne trois mille ans plus tard. On peut donc temporairement émettre l’hypothèse que les deux individus analysés à Su Carroppu di Sirri sont issus de la population atlante. De cette hypothèse, on peut déduire que les Atlantes, en plus de s’attaquer aux ressources marines et de vivre sur les paléo-côtes, vivaient dans des grottes ou des abris sous roche. Diverses grottes très anciennes sont concentrées dans le Sulcis : les grottes d’Is Zuddas ; la grotte Acquacadda ; et d’autres grottes que je ne suis pas en mesure de lister pour le moment, mais qui pourraient peu à peu s’ajouter à cette liste. Ainsi, pour réfuter ma théorie, il suffirait de réaliser des analyses stratigraphiques dans ces grottes, pour démontrer qu’elles n’étaient pas habitées en 9600 avant JC ou avant. En fait, Platon affirme que la catastrophe atlante remonte à neuf mille ans avant le voyage de Solon à Saïs en Égypte, et que ce voyage s’est produit environ en 590 avant JC. À partir de ces déclarations, on peut également répondre à une autre question très importante, présentée ci-dessous. Si la civilisation atlante était si avancée et si puissante, comme le dit Platon, elle aurait dû laisser des traces également sur le continent, et pas seulement sur les paléo-côtes. Et en effet, à mon avis, il a laissé des traces dans les grottes autour du plateau de l’Atlantide qui émerge aujourd’hui de la mer et qui a été appelé, par notre civilisation, du nom de Sardaigne. En effet, des vestiges remontant à environ 20 000 ans ont été retrouvés dans la grotte de Lanaittu, ce qui concorde parfaitement avec la théorie corse-sarde de l’Atlantide. L’Atlantide était habitée il y a 20 000 ans. En effet, à l’heure actuelle, il semble que la Sardaigne était habitée depuis au moins 300. il y a 000 ans. C’est pourquoi Platon affirme qu’elle était « ancienne pour les anciens ». Et ce serait aussi la raison pour laquelle le prêtre de la déesse Neith a Sais aurait dit à Solon que les Grecs n’étaient jamais vieux, ils étaient jeunes, et que leur mythologie ressemblait beaucoup aux contes de fées pour enfants. Le prêtre essayait d’expliquer à Solon que les Grecs avaient perdu la mémoire de ce qui s’était passé entre l’Atlantide corse sarde et le début d’Athènes, parce que les survivants n’étaient pas alphabétisés et ne pouvaient pas écrire et transmettre le souvenir de ce qui s’était passé vers 9600 avant JC. Tout ce qui est dit est cohérent, comme doit l’être une théorie scientifique correcte. C’est pourquoi il faut rechercher dans la roche les traces des Atlantes, dotés de différents ADN déjà classés par les études archéogénétiques réalisées par le Département de Préhistoire de l’Université de Cagliari en collaboration avec l’Université de Florence et Ferrare et publiées dans le Rapport Scientifique. abris dans toute la Sardaigne et la Corse et dans les grottes disséminées dans ces deux îles, qui sont en réalité des plateaux émergeant de la mer de l’île sous-jacente de l’Atlantide. Atlantide était l’un des noms que les Égyptiens donnaient à cette île, qui dans les murs du temple d’Edfou en Égypte est également appelée Trample Island, War Island, Peace Island, Egg Island, etc. En relisant et en analysant les textes du temple d’Edfou dans cette tonalité, il est possible d’obtenir de nouvelles informations sur l’Atlantide et ses origines, qui semblent ancrées dans la mythologie égyptienne.
  10. Platon décrit l’Atlantide comme une île plus grande que la Libye et l’Asie réunies : cela est très possible, car à l’heure actuelle on ne sait pas quelle était la taille exacte de la Libye et de l’Asie en 9600 avant JC. On pourrait donc procéder à un raisonnement inverse : en supposant que Platon rapporte des sources égyptiennes authentiques et véridiques, on peut donc en déduire qu’en 9600 avant JC la Libye et l’Asie étaient deux zones géographiques qui couvraient une zone géographique plus petite que celle couverte par le bloc géologique sarde. actuellement immergé sous la Méditerranée. De plus, la Libye de 9600 avant JC ne correspond peut-être pas du tout à la Libye actuelle ni au concept d’« Afrique ». En effet, les découvertes faites par Luigi Usai dans le banc de Birsa, le banc d’El Haouaria, dans la plate-forme continentale carbonatée Ibléenne Sicile-Malte, flanquée de l’escarpement Sicile-Malte, montrent de vastes territoires actuellement inconnus de l’archéologie et de l’histoire officielle, pour lesquels la communauté scientifique il reste encore à clarifier de quelle civilisation disparue nous parlons, s’il s’agit réellement de bâtiments et de villes submergés ; de quelles civilisations il s’agit ; parce qu’ils sont submergés; quand ils ont été submergés, à cause de quels événements. Bref, les nouvelles découvertes sur les fonds marins de la Méditerranée ouvrent des scénarios extrêmement intéressants et innovants.
  11. Il existe de nombreuses preuves de l’existence de l’Atlantide dans le bloc sarde-corse : les archéologues sardes se sont arrêtés pour analyser la stratigraphie jusqu’au Nuragique ; à l’heure actuelle, il semblerait que personne n’ait fouillé jusqu’aux couches stratigraphiques de 9600 avant JC, ce qui rend impossible d’avoir des preuves archéologiques, qui n’ont donc jamais été recherchées, comme le monde académique sarde, dans sa quasi-totalité, croyait que l’Atlantide était le fruit de l’imagination de Platon, comme l’affirment divers archéologues dans de nombreuses vidéos et textes publiés en ligne, par exemple lors du séminaire intitulé “Sa Mesa Archeotunda”.
  12. Les preuves de l’existence de canaux sont très fortes : il existe en effet un port-canal comme celui décrit pour l’Atlantide, et c’est le port-canal de Cagliari ; la géographie et même la géologie du Sulcis présentent, après analyse des images satellites, des tendances en cercles concentriques ou en sections de cercles ; la géographie du centre du Sulcis coïncide avec les descriptions platoniciennes : bois sacrés (aujourd’hui encore, une grande partie du Sulcis est constituée de bois et de parcs naturels considérés si précieux qu’ils ont été déclarés zones protégées par l’Union européenne, et cela peut être raison pour laquelle aucune fouille ni étude de carottage n’ont été réalisées pour vérifier la présence éventuelle de découvertes archéologiques souterraines).
  13. L’Atlantide était très riche en minéraux : et elle l’est encore aujourd’hui, imaginons à quoi elle devait être il y a plus de 11 600 ans ! Les mines de Sulcis sont célèbres dans toute l’Europe, elles ont une histoire et une tradition anciennes, bien connues des géologues du monde entier et qu’il n’est pas nécessaire de souligner davantage. À Furtei, il existe encore une mine d’or qui permettait encore d’extraire de l’or il y a quelques décennies ; cela suggère que dans la préhistoire, la mine aurait pu être très riche en matière première aurifère. En Sardaigne, il existe même des minéraux uniques au monde, par exemple l’Ichnusaite, qui tire son nom d’ Ichnussa , l’ancien nom de la Sardaigne.
  14. Dans le récit de Platon sur l’Atlantide, une plaine adjacente à la ville est décrite comme ayant un périmètre de 2 000 x 3 000 stades (385 x 580 km ou 240 x 360 miles). Un stade correspond à environ 185 mètres, la plaine avait donc un périmètre d’environ 370 x 555 km. Ce sont exactement les dimensions de la hauteur et de la largeur du bloc géologique corse sarde immergé. Cela implique que dans le passé les Atlantes sardes et corses avaient déjà réussi à mesurer l’extension exacte de l’île avant qu’elle ne finisse submergée sous la mer, ou si l’on préfère, sous l’océan Atlantique, c’est-à-dire l’actuelle mer de Corse et de Sardaigne. . La dimension prise dans le sens nord-sud du bloc corse sarde actuellement semi-immergé est exactement de 555 kilomètres, et cette précision est impressionnante, et le fait que la dimension soit si précise ne peut être une coïncidence : sinon des centaines et des centaines sont répertoriées sur cette page de “coïncidences”. Ce ne sont pas des coïncidences, mais des faits.
  15. Le Lac Tritonide est la somme des lacs, lagunes et étangs de Cagliari, Assemini, Elmas, Capoterra, Quartu, Molentargius, Stagno Conti Vecchi ; il reste à déterminer si la submersion du bloc sarde-corse a modifié les dimensions originelles de ce lac considéré comme mythologique depuis des millénaires ; J’analyserai les sources lentement, en essayant de donner un sens aux textes anciens.
    Hérodote, Histoires 4. 180 (traduction Godley) (historien grec 5e siècle avant JC) :
    Je ne peux pas dire ; mais je suppose que l’armure était égyptienne ; car je soutiens que les Grecs ont obtenu leur bouclier et leur casque d’Egypte. Quant à Athéna, on dit qu’elle était la fille de Poséidon et du lac Tritonide, et que, pour une raison quelconque en colère contre son père, elle se donna à Zeus, qui en fit sa fille. C’est leur histoire. Les relations entre hommes et femmes sont de promiscuité ; ils ne vivent pas ensemble mais entretiennent des relations comme le bétail. Lorsque l’enfant d’une femme est bien développé, les hommes se rassemblent dans les trois mois et l’enfant est jugé comme étant l’homme auquel il ressemble le plus. » C’est leur histoire. Les relations entre hommes et femmes sont de promiscuité ; ils ne vivent pas ensemble mais entretiennent des relations comme le bétail. Lorsque l’enfant d’une femme est bien développé, les hommes se rassemblent dans les trois mois et l’enfant est jugé comme étant l’homme auquel il ressemble le plus. » C’est leur histoire. Les relations entre hommes et femmes sont de promiscuité ; ils ne vivent pas ensemble mais entretiennent des relations comme le bétail. Lorsque l’enfant d’une femme est bien développé, les hommes se rassemblent dans les trois mois et l’enfant est jugé comme étant l’homme auquel il ressemble le plus. » Pseudo-Apollodorus, Bibliotheca 3. 144 (traduction Aldrich) (mythographe grec 2e après JC) :
    « On dit qu’après la naissance d’Athéna, elle fut élevée par Triton [et vraisemblablement Tritonides], qui eut une fille nommée Pallas. Les deux filles ont cultivé la vie militaire, ce qui les a autrefois conduites à un conflit controversé. Lorsque Pallas était sur le point de frapper Athéna, Zeus lui tendit son égide d’une manière sombre, de sorte qu’elle leva les yeux pour se protéger, et ainsi elle fut blessée par Athéna et tomba. Si c’était arrivé à Pallas, Athéna fit d’elle une image en bois, et autour de sa poitrine elle attacha l’égide qui l’avait effrayée, et plaça la statue à côté de Zeus et l’honora. Apollonius Rhodius, Argonautica 4. 1493 ff (traduction Rieu) (épopée grecque 3ème siècle avant JC) :
    « Il [Amphithemis fils d’Apollon et Akakallis (Acacallis)] épousa la Nymphe Tritonis et elle lui donna deux fils, Nasamon et le puissant Kaphauros ( Capauro). Pausanias, Description de la Grèce 1. 14. 6 (traduction de Jones) (récit de voyage grec C2nd AD) :
    « Les Libyens disent que la déesse [Athéna] est la fille de Poséidon et du lac Tritonide, et pour cette raison elle a les yeux bleus comme Poséidon. .» Pseudo-Hyginus, Fabulae 14 ( traduction Grant  ) (mythographe romain 2e siècle après JC) :
    « Lors du voyage de retour [des Argonautes] Eurybate, fils de Téléon, mourut, et Canto, fils de . . ((gap)) Ils furent tués en Libye par le berger Céphalion, frère de Nasamone, fils de la nymphe Tritonide et d’Amphithémis, dont ils pillèrent les troupeaux.
  16. La légende raconte que les habitants du lac Tritonide ont volé et caché un trépied des Argonautes : j’ai théorisé l’hypothèse que le trépied mentionné dans la légende des Argonautes aurait en réalité été caché par les Sardes après l’arrivée des Argonautes dans la région. Ce trépied pourrait avoir été un objet précieux ou sacré qui a suscité l’intérêt des Sardes, les amenant à copier sa technique stylistique pour produire des trépieds locaux. Il est donc possible non seulement une contamination linguistique et culturelle entre Grecs et Sardes, mais même une contamination artistique et stylistique. Il est possible que parmi les fragments de trépieds de style grec et chypriote trouvés par les archéologues sardes, il y ait même des fragments ou des parties du trépied mentionnés dans la légende.
  17. Les montagnes de l’Atlas mentionnées par Hérodote dans ses Histoires au chapitre IV sont les montagnes du Sulcis ;
  18. La Libye mentionnée par Hérodote dans ses Histoires au chapitre IV est une zone de l’actuelle province de Cagliari ;
  19. Il reste à vérifier que le Cyrène nommé par Hérodote pourrait être Cyrne :
    de Treccani : » cirnènse  adj. – Sinon. rare du  corse  (de Corse), tiré du nom grec de l’île Κύρνος (en latin  Cyrnos  ou  Cyrne ) :  les dialectes Cirnense ».
    Cyrène est-elle Cyrne, c’est-à-dire Corse ? Si la Libye est l’actuelle province de Cagliari, Cyrène est-elle la Corse ? La Cyrénaïque est-elle Corse ? Cyrne – Cyrène ?
  20. L’« espèce d’éléphant » largement présente sur l’Atlantide sarde corse est le Mammuthus Lamarmorae, aujourd’hui également connu sous le nom d’éléphant nain sarde ;
  21. L’océan Atlantique pour Hérodote et Sonchis de Saïs est la mer de Sardaigne et de Corse et les autres mers méditerranéennes, mais pas toute la Méditerranée : seulement un sous-ensemble de celle-ci ; on a donc la possibilité de faire une datation historique approximative :
    le voyage de Solon à Saïs peut être daté vers 590 avant JC ;
    Hérodote d’Halicarnasse vécut au Ve siècle avant JC.
    On peut donc en déduire qu’aux VIe et Ve siècles avant JC en Egypte et en Grèce la mer de Corse et la mer de Sardaigne étaient encore appelées « océan Atlantique » par certains savants méditerranéens.
    Nous pouvons donc en déduire que quelque chose s’est produit plus tard qui a forcé un changement dans la nomenclature géographique. À l’heure actuelle, en date du 17/08/2023, je n’ai toujours pas compris ce qui s’est passé. Pourquoi le nom de l’océan Atlantique a-t-il été changé, c’est-à-dire la mer de l’Atlantide ? À l’heure actuelle, je crois qu’à mesure que la puissance de Rome grandissait, l’ancien nom de l’océan Méditerranée devenait insupportable pour le Sénat romain : il est probable que le Sénat ait proposé une Damnatio Memoriæ à un moment donné. Actuellement, ces affirmations sont encore expérimentales, car je ne suis pas historien et je n’ai donc pas la structure cognitive nécessaire pour formaliser ces idées de manière scientifique. J’espère que certains universitaires m’aideront à résoudre cette énorme difficulté, en mettant mes idées à l’épreuve, comme c’est le cas lors de l’évaluation comparative d’un produit logiciel.
  22. La boue qui entourait l’île sardo-corse de l’Atlantide est due à l’érosion par le ressac des  paléo-côtes sardo-corses ; cette érosion a provoqué la génération du plateau continental sarde-corse dit submergé ;
  23. Une autre source que j’ai utilisée est l’analyse de la toponymie . Je ne suis pas un expert, j’ai dû construire ma théorie hypothèse après hypothèse. Après avoir compris que l’Atlantide est le bloc sarde-corse semi-submergé, je me suis demandé où aurait pu se trouver la capitale. Et en observant des cartes satellites, j’ai réalisé que Sulcis est constituée de structures géologiques qui ressemblent à des portions de cercles concentriques, comme la capitale de l’Atlantide décrite par Platon. Après avoir relu plusieurs fois les textes de Timée et de Critias, je me suis rendu compte par hasard qu’à Sulcis, région de l’actuelle Sardaigne, il existait des toponymes qui rappellent l’histoire platonicienne : de nombreuses localisations géographiques du Sulcis en Sardaigne (villes/localités/fractions /towns/cities) contiennent des noms liés aux concepts d’eau froide et d’eau chaude. Cependant, ces noms de lieux géographiques sont en dialecte sarde, donc un scientifique étranger qui ne connaît pas la langue sarde et sa constellation de formes dialectales ne pourra jamais arriver aux mêmes conclusions que moi . J’ai eu l’avantage d’être né juste à côté de Sulcis, ces toponymes sont donc dans ma première langue maternelle, c’est-à-dire le sarde campidanais ou ses variantes très similaires (la variante linguistique du sarde sulcitan). Une grande partie de la toponymie de Sulcis rappelle l’histoire de l’Atlantide : Acqua Callentis (eau chaude) ; Acquafredda (eau froide); Acquacadda (eau chaude); S’Acqua Callenti de Susu (l’eau chaude à l’étage) ; S’Acqua Callenti de Basciu (l’eau chaude ci-dessous) ; le Château d’Acquafredda (château d’eau froide) qui se dresse sur une montagne surplombant l’endroit où la ville d’ Acquafredda (eau froide) , aujourd’hui disparue, était présente au Moyen Âge ; Furriadroxiu (l’endroit où tout bascule) ; Spistiddatroxiu (l’endroit où l’on se blesse) ; Piscinas (les piscines)… et qui sait combien d’autres. J’ai alors pris conscience que la toponymie sarde avait des points communs avec les toponymies grecque et égyptienne : par exemple, Héliopolis signifie “ville du Soleil”, tandis qu’à Sulcis il y a un lieu appelé Terresoli , qui en langue sarde signifie “Terre du Soleil”. ” ; Comme je ne suis pas un spécialiste, reconstituer toutes ces informations est un travail incroyablement difficile et fatiguant. J’ai aussi remarqué que le prêtre égyptien connu sous le nom de Sonchis , qui selon la tradition raconta à Solon l’histoire de l’Atlantide contre Athènes, vivait dans la ville de Sais ; Sais est aussi un nom de famille sarde; en plus, il y a deux endroits dans le Sulcis (ce ne peut pas être une coïncidence, il y en a trop, tous ensemble) appelés « Is Sais Superiore » et « Is Sais Inferiore » près de Narcao.
    (21/08/2023) Dans d’autres parties de ce texte je souligne également l’énorme présence de la toponymie grecque antique en Sardaigne : je ne rapporte pas ici les mêmes informations pour ne pas être trop répétitif, mais vous pouvez voir l’étymologie de Toponymie sarde : les localités, villes et villages d’Olbia, Musei, Tharros, Pistis, ne sont que quelques-unes des toponymies sardes d’origine grecque possible. (25 septembre 2023 : présence anormale et suspecte d’un soi-disant diocèse de Tempio Ampurias en Sardaigne ; également célèbre Ampurias en Espagne, également connue sous le nom d’Empuries).
    Ampurias, également connu sous le nom d’Empúries en catalan, est un site archéologique situé dans la région de Catalogne en Espagne 1 . Ce lieu historique est situé sur la commune de L’Escala 1. Ampurias a été fondée au VIe siècle avant JC  par des colons phocéens venus de Marseille 1 . Le nom « Emporion », qui signifie « marché » en grec ancien, reflète sa fonction originelle de point de collecte de marchandises 1 . Les ruines d’Ampurias comptent parmi les vestiges grecs les plus importants d’Espagne 2 . Le site archéologique d’Ampurias comprend les vestiges d’une ville grecque et romaine, qui fut la porte d’entrée de ces civilisations dans la péninsule ibérique 2 . La ville connaît son apogée entre le Ve et le IVe siècle avant JC, grâce surtout au développement du commerce des céréales 1 . Les ruines sont divisées en trois noyaux distincts : le noyau originel, le noyau hellénistique et la colonie romaine 3 . Parmi les structures remarquables figurent le temple d’Artémis et un autre temple dédié à Asclépios, le dieu patron de la médecine 4 . Les fouilles archéologiques d’Ampurias sont toujours en cours, faisant de ce site une source permanente de découvertes historiques. 4. Le diocèse de Tempio-Ampurias en Sardaigne et la ville espagnole d’Ampurias, ou Empuries, sont tous deux riches en histoire, mais ne semblent pas avoir de lien direct entre eux. Le diocèse de Tempio-Ampurias tire son nom des régions historiques de Gallura et d’Anglona en Sardaigne 1 . Ampurias était le nom de l’ancien diocèse de Castelsardo 1 . Bien que le diocèse porte officiellement le nom de diocèse d’Ampurias et Civita, ses évêques se signaient souvent uniquement comme évêques d’Ampurias 1 .D’un autre côté, Ampurias, en Espagne, est un site archéologique important qui était autrefois une ville grecque et romaine prospère 2 . Elle a été fondée au 6ème siècle avant JC  par des colons phocéens de Marseille 2. Malgré le partage d’un nom similaire, il n’existe aucune preuve historique ou archéologique suggérant un lien direct entre le diocèse de Tempio-Ampurias en Sardaigne et la ville espagnole d’Ampurias. Ce pourrait être une coïncidence si les deux endroits portent des noms similaires. Cependant, l’histoire est complexe et en constante évolution, de sorte que de nouvelles découvertes pourraient toujours conduire à de nouvelles compréhensions.
    Ce que je propose, c’est qu’il puisse y avoir une sorte de lien entre la toponymie des Ampurias sardes et la localité d’Ampurias en Espagne, et je maintiens qu’il ne s’agit pas de simples coïncidences mais plutôt d’événements liés par de profondes racines historiques possibles encore à étudier et à analyser. Je viens de découvrir ces derniers jours (19/03/2023) que certains chercheurs ont déjà remarqué cette incroyable coïncidence entre la culture et la toponymie égyptienne et sarde sur les pages web suivantes : 

    NOMS DES VILLES ET NURAGHS DE SARDAIGNE EN L’HONNEUR DES DIEUX ÉGYPTIENS


    Entre autres analyses toponymiques, nous pouvons analyser le toponyme sarde de Tharros. « Tharros (en latin Tarrae, en grec ancien Thàrras,  Θάρρας ) est un site archéologique  de la province d’Oristano, situé dans la commune de Cabras, en Sardaigne ». En grec, Θάρρας  signifie « courage ». S’il est vrai que le bloc corse sarde a fini à moitié submergé sous la mer, ou sous l’océan Atlantique, comme on l’appelait alors, alors il n’est pas étonnant que la population qui est restée vivant au bord de la mer ait appelé la leur. ville “courage”, car il faut du courage pour vivre dans une ville au bord de la mer après que toute l’île sardo-corse soit à moitié coulée. Bien sûr, je ne peux pas connaître la raison exacte pour laquelle ils ont appelé Tharros « courage », mais c’est la meilleure interprétation que j’ai pu donner de la toponymie, à l’heure actuelle (08/11/2023).
    La Sardaigne a une histoire complexe et diversifiée, qui reflète les différents peuples et cultures qui l’ont influencée au fil des millénaires. La présence grecque en Sardaigne, bien que moins étendue que dans d’autres parties de la Méditerranée, a laissé quelques traces, même dans la toponymie. Voici quelques lieux sardes qui ont des origines toponymiques liées à la culture grecque antique :

    • Olbia : Situé au nord-est de la Sardaigne, le nom « Olbia » signifie « chanceux » ou « heureux » en grec ancien. La ville était un centre commercial important dans l’Antiquité et entretenait des contacts avec le monde grec.
    • Nora : Cette ville antique, située près de Pula dans la partie sud de l’île, a des origines prénuragiques et puniques, mais aussi des liens avec le monde grec. Certaines inscriptions trouvées à Nora sont en alphabet phénicien mais en langue grecque.
    • Tharros : Un autre centre antique situé dans la partie ouest de l’île, près d’Oristano. Bien que Tharros soit le plus souvent associé aux Phéniciens et aux Romains, des poteries et d’autres objets d’origine grecque ont été découverts.
    • Sulcis : La région du Sulcis, au sud-ouest de la Sardaigne, avait des contacts avec le monde grec, notamment à travers la colonie voisine de Cyrène (en Libye sarde). Bien que le nom « Sulcis » soit probablement d’origine sémitique, la présence grecque dans la région est démontrée par diverses découvertes archéologiques.
    • Pistis : Comme vous l’avez dit, « Pistis » est à la fois un nom de famille sarde et le nom d’un lieu en Sardaigne. En grec, « Pistis » représente la foi, la confiance ou la fiabilité. Bien qu’il n’existe aucune preuve concrète, il est intéressant de noter ce lien toponymique.
    • Musées : Un lieu en Sardaigne qui porte un nom qui rappelle les “Muses”, les divinités grecques de la musique, de l’art et de la science. Encore une fois, il est difficile d’établir définitivement un lien direct entre le nom du pays et la mythologie grecque, mais le lien est intrigant.
    • Neapolis : Ce nom, qui signifie en grec « ville nouvelle », est un toponyme assez courant dans le monde antique. La présence d’une « Neapolis » en Sardaigne pourrait suggérer la fondation ou la refondation d’une ville à une époque d’influence grecque ou à une époque où le grec était une langue de prestige et de culture.
    • Calasetta : Bien que le nom « Calasetta » ne soit pas directement d’origine grecque, l’histoire de la commune est liée à la colonisation par des familles venues de Tabarka, une île au large de la Tunisie. Et Tabarka, à son tour, avait ses racines dans l’ancienne ville grecque de Kalè Aktè.
  24. Ces connexions toponymiques fournissent des indices fascinants sur le réseau complexe d’interactions entre la Sardaigne et le monde méditerranéen antique. Cependant, il est toujours important de faire des recherches approfondies et d’examiner le contexte historique et archéologique pour confirmer toute théorie ou hypothèse sur l’origine et la signification de ces noms.

Il est important de noter que, bien qu’il existe des traces d’influence grecque en Sardaigne, on pense actuellement que l’île a eu des interactions plus profondes avec d’autres cultures telles que les Nuragiques, les Phéniciens, les Carthaginois et les Romains. Par conséquent, même si certains lieux portent des noms d’origine grecque, les érudits pensent encore qu’ils ne représentent qu’une petite fraction de la riche tapisserie toponymique de l’île.

Voici quelques toponymes sardes supplémentaires qui pourraient avoir des origines grecques :

Kalaris : ce nom pourrait dériver du mot grec « kályx », qui signifie « coupe » ou « calice », faisant peut-être référence à la forme du port naturel de Cagliari.
Tiana : Ce nom peut dériver du mot grec « tíanos », qui signifie « allongé » ou « étendu », faisant peut-être référence à la forme ou à l’emplacement de la ville.
Pirri : ce nom pourrait dériver du mot grec « pyrrós », qui signifie « rouge » ou « couleur de feu », faisant peut-être référence à la couleur du sol ou des roches de la région.
Monte Astili : ce nom peut dériver du mot grec « ástylos », qui signifie « sans colonnes » ou « sans fioritures », faisant peut-être référence à un style architectural simple ou sans fioritures de la région.
Tiscali : Ce nom peut dériver du mot grec « skális », signifiant « escalier » ou « escalier », faisant peut-être référence à un paysage escarpé ou en terrasses de la région.
Zinnias (Zinnigas) : Ce nom pourrait dériver du mot grec « skínos », signifiant « jonc » ou « roseau », faisant probablement référence à une zone marécageuse ou marécageuse de la région.
Ce ne sont là que quelques interprétations possibles de toponymes sardes qui pourraient avoir des origines grecques. La toponymie est un domaine complexe et il est toujours important de faire des recherches approfondies et de considérer plusieurs sources et interprétations avant de tirer des conclusions sur les origines et la signification des noms de lieux.

La Sardaigne est en effet un lieu d’un grand intérêt archéologique, et la présence de sites immergés, comme Nora et le port de Melqart, ajoute un niveau supplémentaire de mystère et de charme à l’île.

Nora est l’un des sites archéologiques les plus importants de l’île et représente un témoignage fondamental de la présence phénicienne-punique et romaine en Sardaigne. On ne peut s’empêcher de remarquer que le mot « Nora » a une certaine similitude phonétique avec « Norax », qui dans la mythologie grecque est un géant fondateur de Nora et fils d’Hercule, même si cela pourrait simplement être une coïncidence. La présence de villes submergées en Méditerranée, comme Nora ou Thonis-Héracléion en Égypte, témoigne d’anciens cataclysmes et de changements géologiques qui ont modifié le littoral au fil des millénaires. Lors de ma dernière connaissance (2021), Nora a effectivement fait l’objet de recherches archéologiques, mais les ressources consacrées à l’étude des villes immergées en Méditerranée sont souvent limitées, et peuvent ne pas être au niveau de ce que l’on voit sur d’autres sites, comme Thonis-Héracléion.

Le port submergé de Melqart représente un autre exemple significatif de la richesse archéologique de la Sardaigne et de son lien avec le monde phénicien-punique. Le lien entre ce port et Hercule est fascinant et pourrait représenter un lien entre mythe et réalité.

Les autres sites évoqués, comme Porto Flavia ou les différentes grottes, même s’ils ne sont pas immergés, présentent un grand intérêt historique et culturel et enrichissent encore l’histoire de l’île.

Dans l’hypothèse où la Sardaigne pourrait être liée d’une manière ou d’une autre à la légende de l’Atlantide, il est important de rappeler que l’histoire de l’Atlantide racontée par Platon a généré d’innombrables théories et spéculations dans le monde entier, et jusqu’à présent, autant de preuves concrètes n’avaient jamais été trouvées. qui relient le bloc géologique sarde-corse à l’ancienne civilisation perdue. Cependant, les recherches se poursuivent et de nouvelles découvertes pourraient toujours apporter de nouvelles informations.

Dans tous les cas, il est essentiel de continuer à protéger, étudier et valoriser ces sites, tant pour comprendre leur histoire que pour conserver leur beauté et leur valeur culturelle. Il serait intéressant de voir les autorités locales et internationales investir davantage dans des recherches plus approfondies sur ces sites et dans leur présentation au public dans un contexte global et intégré.

  1. « Notes sur l’élément punique et libyen dans l’onomastique sarde » est un ouvrage de Giandomenico Serra qui explore l’influence des langues puniques et libyennes dans l’onomastique, ou l’étude des noms, en Sardaigne 1. L’auteur analyse comment les langues punique et libyenne Les éléments libyens se reflètent dans les noms géographiques et personnels sardes. Cet ouvrage est important car il offre une perspective unique sur l’histoire linguistique complexe de la Sardaigne, une île qui a été influencée par de nombreuses cultures différentes au cours des siècles 1 . Le punique était la langue des Carthaginois, un ancien peuple méditerranéen originaire de l’actuelle Tunisie, tandis que le libyen fait référence aux langues parlées par les anciennes populations berbères d’Afrique du Nord1. Cette étude contribue à une meilleure compréhension de l’histoire culturelle de La Sardaigne et son patrimoine linguistique. Cependant, pour une compréhension plus détaillée et complète du contenu, je vous recommande de consulter directement le tome 1 .
  2. La théorie du rivage würmien, formulée par le Dr  Luigi Usai, affirme qu’une grande partie des paléo-côtes submergés après le Würm étaient habités 1 . Cette théorie repose sur l’idée que lors de la glaciation de Würm, la dernière glaciation qui a eu lieu sur certaines zones spécifiques d’Europe comme les Alpes ou la Sierra Nevada 2 , les côtes submergées étaient habitées. La validité d’une théorie scientifique dépend de sa capacité à se traduire en hypothèses empiriquement vérifiables 3 . En d’autres termes, si une théorie est trop vague pour donner lieu à des hypothèses, elle ne peut pas être testée dans la réalité3. Par conséquent, la plausibilité de la théorie würmienne du rivage dépend de la présence de preuves empiriques qui la soutiennent. À ce stade, toutes les preuves possibles trouvées à partir d’aujourd’hui, le 13 septembre 2023, seront répertoriées.
  3. Parmi les preuves archéologiques, la ville submergée de Nora en Sardaigne, dans l’actuelle Sulcis. Nora est une ville sous-marine très célèbre en Sardaigne 1 . Elle est située à quelques kilomètres de Cagliari, sur la côte sud de l’île, à proximité du célèbre centre touristique balnéaire de Pula 1 . Nora est un site archéologique d’un grand intérêt, où a été découverte une ancienne ville datant de la période phénicienne-punique 1 . Si toutes mes affirmations sur une Atlantide sarde-corse étaient inventées, alors ce serait une incroyable coïncidence qu’il y ait une ville semi-submergée sous l’eau juste à Sulcis, l’endroit où je prétends être la capitale de la civilisation atlante. Des études archéologiques sous-marines ont-elles déjà été réalisées sur le Nora immergé ? A-t-il été cartographié, étudié, analysé, piraté, pour en comprendre les secrets ? Il ya combien d’années? Et aujourd’hui? Que fait-on pour sauvegarder les données scientifiques de cette ville semi-immergée sous la mer de Sardaigne ? La ville submergée d’Héracléion à Alexandrie, en Égypte, fait l’objet d’études et d’analyses massives, et Nora submergée en Sardaigne ? La ville submergée de Baia est devenue un Parc Submergé, et Nora en Sardaigne ?
  4. Parmi les preuves archéologiques de la submersion du Sulcis , outre la submersion de Nora, nous avons la submersion du port submergé de Melqart de Malfatano. Le port submergé de Melqart, situé près de Porto Pino à Teulada, est l’une des plus grandes merveilles archéologiques de la Sardaigne. Il est considéré comme le plus grand port de la Méditerranée antique et était utilisé par les Phéniciens, les Carthaginois et les Romains. Le port a été décrit par le géographe grec Ptolémée au 1er siècle après JC comme le Portus Erculi, dédié au dieu de la navigation. Il pouvait accueillir jusqu’à 400 navires et sa grandeur ancienne est démontrée par les murs qui s’élèvent à seulement deux mètres sous la surface de l’eau, parmi des bancs de poissons et des algues dansantes. Le fait qu’il s’appelait Portus Erculi implique que ce toponyme pourrait être une confirmation du passage de la figure d’Hercule, jusqu’ici considérée comme mythologique, dans ces lieux. Comme expliqué ailleurs sur ce site, Hercule est également lié au Sulcis et au sud de la Sardaigne pour l’histoire du Jardin des Hespérides. Selon certains archéologues, la rade qui s’ouvre devant Capo Malfatano – dont le nom dérive du toponyme arabe “Amal Fatah”, ou lieu de l’Espoir – aurait été la base de la flotte militaire carthaginoise qui contrôlait la Méditerranée occidentale jusqu’en 146. J.-C., année où les Romains gagnèrent la dernière guerre punique et s’emparèrent de tout, peut-être jusqu’au détroit de Gibraltar. L’histoire véritable de cette époque reste encore à reconstituer et à raconter, mais en attendant, vous pourrez vous plonger dans la découverte de ce site mystérieux parmi les vestiges de bâtiments, de routes et de quais. Outre Nora, Sulcis abrite également le port submergé de Malfatano dédié à Hercule. Les preuves archéologiques sont de plus en plus nombreuses et concordent avec l’histoire selon laquelle l’Atlantide serait le bloc sarde corse semi-submergé. Les archéologues disposent déjà de nombreuses preuves. Une ville côtière et un port submergés ? Cela signifie qu’ils étaient auparavant sur la terre ferme, et donc que le sud de la Sardaigne est soumis à des submersions. Il n’est donc pas surprenant qu’à un certain moment il y ait eu une submersion plus violente que les autres qui a englouti plusieurs kilomètres de côtes sous la mer, tuant toutes les populations préhistoriques qui vivaient sur les côtes se nourrissant de fruits de mer et de chasse et de pêche. L’histoire de l’Atlantide, qui ressemblait à un conte mythologique, prend désormais des contours beaucoup plus crédibles et probables, les preuves archéologiques sont évidentes et claires pour celui qui sait les interpréter. Même le toponyme de Porto di Ercole à Capo Malfatano est une confirmation supplémentaire de ce qui est indiqué sur ce site.
  5. Outre Nora et le port d’Ercole à Capo Malfatano, il existe plusieurs autres structures immergées en Sardaigne . Certains d’entre eux incluent :
    • Porto Flavia : Porto Flavia est un ancien port minier situé sur la côte sud-ouest de la Sardaigne, près de Masua. Il a été construit à la fin du XIXème siècle pour transporter le minerai extrait des mines environnantes. Une grande partie de la structure a été creusée dans la roche, avec des galeries et des tunnels s’étendant sous le niveau de la mer. Bien qu’elle ne soit pas complètement submergée, il s’agit d’une structure unique qui relie l’activité minière passée de la région à la mer.
    • Is Zuddas : Ce sont les grottes d’Is Zuddas, situées à Sulcis-Iglesiente, une région du sud-ouest de la Sardaigne. Ces grottes sont célèbres pour leurs formations calcaires et leurs stalactites. Même si elles ne sont pas immergées, elles représentent un système de grottes très intéressant qui a pu jouer un rôle dans la vie préhistorique et l’imaginaire local. Il est en effet possible que le phénomène karstique ait joué un rôle très important dans les civilisations anciennes. Parmi les différentes hypothèses que je peux émettre, lorsqu’Orphée cherche Eurydice, il est possible qu’il soit entré dans un système de grottes comme celles d’ Is Zuddas à Sulcis. Peut-être étaient-ils considérés comme Hadès. Ou peut-être que les Sardes se moquaient des Grecs, se moquaient d’eux, leur racontaient des mensonges pour les faire paraître stupides et incompétents, ou peut-être crédules. En ce sens, ma vision s’écarte pour l’instant des déclarations de Giorgio Saba qui, si je ne me trompe, place Hadès près de Sant’Antioco, si je n’ai pas mal compris (je renvoie le lecteur à étudier son ouvrage intitulé : ” Excusez-moi , où est Hadès ? Hypothèses sur l’histoire ancienne de la Sardaigne”).
    • Porto Conte : Il est situé près d’Alghero et était un port phénicien-punique. Des vestiges archéologiques et des structures portuaires submergées ont été découverts dans la baie de Porto Conte, suggérant des activités commerciales et des échanges maritimes dans le passé.
    • Grotta dei Cormorani : Il s’agit d’une grotte immergée située à Cala Gonone, sur la côte orientale de la Sardaigne. La grotte est accessible uniquement par plongée sous-marine et présente des formations calcaires spectaculaires.
    • Grottes de Neptune : Bien qu’elles ne soient pas complètement immergées, les Grottes de Neptune sont une série de grottes côtières spectaculaires accessibles par la mer ou via un escalier creusé dans la roche. Ils sont situés près d’Alghero et sont célèbres pour leurs stalactites et stalagmites.
    • Grotta del Bue Marino : Également située à Cala Gonone, cette grotte était utilisée au cours des siècles passés par les bœufs de mer, une sorte de phoque moine. La grotte contient une série de passages et de tunnels intéressants.

    Beaucoup de ces installations nécessitent un accès par plongée sous-marine ou par bateau, et certaines peuvent être soumises à des restrictions ou à des réglementations pour la préservation du patrimoine culturel et naturel.

  6. Parmi les preuves archéologiques, il y a plus de 7000 nurages disséminés dans toute la Sardaigne, des puits sacrés, des tombeaux de géants et bien d’autres structures dont des Dolmens, des Menhirs, des Domus de Janas… il existe de nombreuses découvertes archéologiques intéressantes en Sardaigne. L’île a une histoire riche qui remonte à des millénaires et il existe de nombreux sites et structures archéologiques qui fournissent des informations précieuses sur le passé. Certains des sites archéologiques les plus célèbres de Sardaigne comprennent les anciens bâtiments mégalithiques appelés nuraghe, qui ont été construits entre 1900 et 730 avant J.-C. Il reste près de 7 000 nuraghi en Sardaigne, et parmi les plus vastes et les plus extraordinaires figurent Su Nuraxi di Barumini et le Nuraghe de Santu Antine.En plus des nuraghi, en Sardaigne il y a aussi plusieurs villes anciennes qui valent la peine d’être visitées. Il s’agit notamment de Tharros, située sur la côte ouest de la Sardaigne, et de Nora, située sur la côte sud de l’île. Ces deux villes ont une histoire riche et offrent aux visiteurs un aperçu du passé.D’autres sites archéologiques intéressants en Sardaigne incluent les statues de Mont’e Prama, le tombeau des géants, le village nuragique de Tiscali et la nécropole de Tuvixeddu à Cagliari. . Ces sites fournissent de précieuses informations sur l’histoire et la culture de la Sardaigne et méritent une visite.
  7. Parmi les autres témoignages possibles d’une submersion du bloc corse sarde dans l’actuelle mer Méditerranée, il y a la présence de nombreuses villes submergées. Ces villes avaient été autrefois construites sur la terre ferme : cela implique un naufrage au sein de l’actuelle mer Méditerranée : donc non seulement le bloc géologique corse sarde a coulé, mais de nombreuses villes, villages et centres habités, à différentes époques historiques. Il est donc possible que cette activité de naufrage se poursuive encore aujourd’hui, avec tous les risques et dangers qui en découlent. Voici une liste de quelques villes submergées en Méditerranée : Pavlopetri, Grèce
    Baia, Italie
    Olous, Grèce
    Dolchiste, Turquie
    Atlit Yam , Israël
    Héracléion, Egypte
  8. Comparaison avec d’autres études : Mon analyse pourrait se renforcer en comparant mes conclusions avec d’autres études scientifiques ou recherches archéologiques sur la Sardaigne et les légendes de l’Atlantide. Je créerai donc une séance spéciale intitulée de manière homonyme : Comparaison avec d’autres études.
  9.  Contacts atlantes de Sardo Corso avec le reste du monde : voici un extrait intéressant de l’article d’Archeology Odyssey « Stone Villages: the Bronze Age Nuraghi of Sardinia » de Robert H. Tykot ( https://www.baslibrary.org/archaeology- odyssée/6/2/3 ). L’article traite de l’histoire de la Sardaigne pendant l’âge du bronze et de la façon dont on pensait autrefois qu’elle était isolée des cultures dynamiques de la mer Égée et de la Méditerranée orientale. Cependant, des décennies de recherches archéologiques ont montré que les Sardes de l’âge du bronze ont non seulement maintenu des contacts avec les Minoens et les Mycéniens, mais qu’ils pourraient également s’être déplacés vers le Moyen-Orient. De nombreux érudits identifient un peuple appelé Shardana, mentionné dans un certain nombre de textes égyptiens, comme Sardes. Le pharaon Ramsès II s’est plaint que les Shardana « étaient venus hardiment avec leurs navires de guerre du milieu de la mer, sans qu’aucun ne puisse leur résister ». C’est fascinant de découvrir l’histoire et la culture de la Sardaigne à cette période ! Des vestiges de ce qui semble être une sorte de village nuragique en terre d’Israël vers le 12ème siècle avant JC
    ont été découverts sur le mont Carmel http://luna.cas.usf.edu/~rtykot/NPR9%20-%20Arch %20Odyssey .pdf Les grottes de Nahal Me’arot / Wadi el-Mughara sont situées sur le versant ouest de la chaîne du Mont Carmel et comprennent les grottes de Tabun, Jamal, el-Wad et Skhul. Ces grottes font l’objet de recherches archéologiques depuis plus de 90 ans et ont révélé une séquence culturelle d’une durée sans précédent, fournissant ainsi des archives sur les débuts de la vie humaine en Asie du Sud-Ouest. Le bien de 54 hectares contient des dépôts culturels représentant au moins 500 000 ans d’évolution humaine, démontrant l’existence unique des Néandertaliens et des humains anatomiquement modernes dans le même cadre culturel du Paléolithique moyen et du Moustérien. Les preuves provenant de nombreuses sépultures natoufiennes et de l’architecture ancienne en pierre représentent la transition d’un mode de vie de chasse-cueillette à l’agriculture et à l’élevage. De ce fait, les grottes sont devenues un site clé du cadre chronologique-stratigraphique de l’évolution humaine en général et de la préhistoire du Levant en particulier. Mon hypothèse purement spéculative est que ces lieux étaient d’anciennes colonies atlantes corses sardes au Liban/Palestine/Israël, c’est-à-dire dans l’Asie Mineure actuelle. Je suppose donc, sur le plan théorique, qu’à l’avenir de nombreuses autres colonies sardes, corses et atlantes se trouveront sur ces terres. À mon avis, ce n’est qu’une question de temps et d’amélioration des outils de recherche, comme l’archéologie satellitaire et l’utilisation massive du Lidar pour la découverte de nouveaux vestiges et d’anciennes implantations.

    Un article particulièrement remarquable est intitulé « El-Ahwat : une ville fortifiée des gens de la mer ? et a été écrit par Israel Finkelstein. Il a été publié dans l’ Israel Exploration Journal , volume 52, numéro 2 en 2002. L’article traite d’El-Ahwat, un site de l’âge du fer I situé sur une crête au sud de Nahal CIron, l’ancienne route menant de l’Égypte et de la plaine côtière à la vallée de Jezreel et le nord. Le site a été fouillé par Adam Zertal , qui le date de la fin du XIIIe au début du XIIe siècle avant JC et identifie ses constructeurs avec les Shardana , l’un des peuples marins mentionnés dans les textes égyptiens du XIVe au XIe siècle avant JC et dans les sources ougaritiques. Son interprétation pourrait avoir des implications considérables pour l’étude de l’ensemble du bassin méditerranéen à la fin du deuxième millénaire avant J.-C. Dans cet article, l’auteur examine attentivement les découvertes et l’interprétation des fouilles et soutient qu’El-Ahwat est un exemple typique de l’âge du fer I. village habité par la population locale 1 . L’âge du fer I est une période historique qui fait partie de l’ âge du fer , qui débute entre 1200 avant JC et 600 avant JC, selon les régions, et succède à l’âge de pierre et à l’âge du bronze. Au cours de l’âge du fer, des habitants d’une grande partie de l’Europe, de l’Asie et de certaines parties de l’Afrique ont commencé à fabriquer des outils et des armes à partir de fer et d’acier 1 . L’âge du fer I a commencé vers 1200 avant JC dans la région méditerranéenne et au Proche-Orient avec l’effondrement de plusieurs civilisations majeures de l’âge du bronze, notamment la civilisation mycénienne en Grèce et l’empire hittite en Turquie. Des villes anciennes telles que Troie et Gaza ont été détruites, des routes commerciales ont été perdues et l’alphabétisation a diminué dans toute la région 1 .

  10. La Syrte mentionnée par les textes anciens :Le mot « Syrte » dérive du latin « Syrtis », lui-même dérivé du grec ancien « Σύρτις » (Súrtis). Ce terme faisait référence à deux grands bancs de sable au large des côtes libyennes, qui correspondent ici à la province de Cagliari dans l’actuelle Sardaigne, et non à la Libye en Afrique. La Grande Syrte ou Syrtis Major est le nom latin du golfe de Sidra, une étendue d’eau de la mer Méditerranée située sur la côte libyenne, tandis que la Petite Syrte ou Syrtis Minor est le nom latin attribué jusqu’ici au golfe de Gabès, un ensemble de eau de la mer Méditerranée sur la côte est de la Tunisie. Mais en relisant Hérodote et en réinterprétant le terme Libye comme « province de Cagliari », alors la Syrte pourrait devenir le golfe de Cagliari et le golfe de Sant’Antioco en Sardaigne. « Σύρτις » (Súrtis) est un mot grec ancien qui désigne deux grands golfes peu profonds sur la côte libyenne. Ces golfes étaient connus pour être remplis de bas-fonds et de bancs de sable, rendant la navigation difficile pour les navires. Jusqu’à présent, on pensait que la Grande Syrte, ou Syrtis Majeure, était située sur la côte nord de la Libye africaine, tandis que la Petite Syrte, ou Syrtis Mineure, était située sur la côte orientale de la Tunisie. C’est faux et c’est la raison pour laquelle jusqu’à aujourd’hui une aura de mystère planait sur les lieux proches de la Syrte, à savoir le lac Tritonide et le jardin des Hespérides, impossibles à trouver jusqu’à aujourd’hui car ils cherchaient en Libye africaine et en Tunisie plutôt que là où ils l’étaient réellement, c’est-à-dire dans l’actuelle province de Cagliari en Sardaigne. De plus, « Σύρτις » peut aussi signifier « destruction » ou « ruine » en grec ancien. Ce sens métaphorique vient de la difficulté de naviguer dans ces golfes en raison de la traînée vers le rivage. Cependant, à ce jour, il n’existe aucune preuve historique suggérant que ces gouffres étaient associés à la destruction ou à la ruine au sens littéral du terme. C’étaient d’importantes routes commerciales pour les anciens navigateurs grecs et d’autres peuples méditerranéens. Comme déjà expliqué dans d’autres parties de ce site, le bloc sarde-corse était entouré de boue, et les paléo-côtes avaient une mer très peu profonde, après la semi-submersion du bloc géologique sarde-corse, de sorte que les navires grecs arrivant des parties du golfe de Cagliari s’est échoué. Il est très intéressant de noter qu’il existe encore une légende liée à l’église de Bonaria à Cagliari, qui parle d’un navire échoué dans le golfe de Cagliari. Mes affirmations sont continuellement confirmées dans le monde réel, dans les histoires, les traditions, les langues et les dialectes du lieu, même dans la toponymie. La Basilique de Nostra Signora di Bonaria à Cagliari est un lieu de culte très important en Sardaigne, avec une histoire vieille de plusieurs siècles qui trouve son origine dans la légende. Selon la légende, le 25 mars 1370, un navire a été frappé par une violente tempête et a été contraint de jeter toute sa cargaison à la mer pour survivre, y compris une lourde caisse en bois. Malgré la tempête, le coffre ne coula pas et les marins invoquèrent la Madone. La tempête s’est calmée et la caisse a atteint le port de la ville de Cagliari et a terminé son voyage sur les pentes de la colline Bonaria 2 . Les frères ouvrirent le coffre et trouvèrent une statue de la Vierge Marie avec l’Enfant Jésus dans ses bras, tenant à la main une bougie restée allumée malgré le voyage en mer 1 . Cette statue devint connue sous le nom de Notre-Dame de Bonaria et devint l’objet du culte des fidèles qui montaient les marches de part et d’autre de l’autel pour la vénérer 2 .
    En lisant cette histoire, qui fait référence à 1370 après J.-C., il nous vient à l’esprit que, des milliers et des milliers d’années auparavant, il était possible et compréhensible qu’un ancien navire grec puisse s’échouer sur les fonds marins des villes et des villages qui se trouvaient à Cagliari, sur le lac Tritonide. Mais comme le christianisme n’existait pas, alors qu’en 1370 la superstition religieuse a généré le culte de la Madonna di Bonaria à Cagliari, dans la préhistoire elle a généré les histoires, transmises depuis des millénaires, des Argonautes, du lac Tritonide et du trépied donné par les Grecs. marins aux Sardes en échange de l’hospitalité, il a généré l’histoire de Syrtis, des montagnes de l’Atlas et du jardin des Hespérides.
  11. Le décret de fermeture : impacts sur la gestion territoriale et le patrimoine archéologique sarde :Au XIXe siècle, la Sardaigne a vu la promulgation de l’édit de Chiudende, un décret fondamental qui a profondément influencé la dynamique de la propriété et de la gestion foncière de l’île. Dans une période antérieure à cet édit, les terres sardes étaient généralement une propriété collective et étaient utilisées par les bergers et les agriculteurs pour l’agriculture et le pâturage. Cependant, avec son introduction, un nouvel ordre a été établi, permettant aux entités privées de délimiter et d’affirmer la propriété des terres. Malgré l’interprétation potentielle de l’édit comme un instrument de modernisation agricole et de consolidation de la propriété privée, il a eu des conséquences dévastatrices sur le patrimoine archéologique sarde. L’aspect le plus critiqué de cette transition était l’utilisation incontrôlée de matériaux historiques, en particulier ceux provenant des nuraghi : d’extraordinaires tours mégalithiques, symboles distinctifs de la culture préhistorique de l’île. D’innombrables propriétaires fonciers, dans la construction de clôtures ou de bâtiments, ont dû la possibilité de s’approprier des matériaux des nuraghi, compromettant l’intégrité de ces structures anciennes. Cette pratique a non seulement entraîné la réduction ou l’élimination d’un grand nombre de ces témoignages historiques, mais a également empêché les archéologues de pouvoir les analyser dans leur contexte d’origine. Le nombre initial de structures archéologiques disponibles a considérablement diminué. L’érosion du patrimoine ne s’est pas arrêtée là : dans le cadre des travaux de fouilles liés à la clôture ou d’autres initiatives de construction, plusieurs habitants ont probablement découvert des objets archéologiques enfouis : des figures en bronze aux objets en céramique, en passant par les lingots métalliques, jusqu’aux statues de valeur considérable. Beaucoup de ces découvertes, plutôt que d’être signalées aux autorités compétentes, pourraient avoir été gardées secrètes ou vendues, privant les spécialistes et la communauté d’une pleine compréhension de leur signification et de leur valeur. On peut imaginer que la commercialisation non autorisée de ces découvertes a alimenté une guerre noire. marché, avec des objets sardes se retrouvant dans les collections de passionnés du monde entier, évitant ainsi l’opportunité d’un catalogage et d’une étude correctes. En fait, la sensibilité archéologique d’aujourd’hui n’est pas la même que celle d’autrefois : par exemple, en Sardaigne, nous avons le témoignage d’au moins un Pape qui a donné l’ordre de démolir une série de menhirs très anciens, car ils étaient considérés comme des instruments de adoration des divinités païennes. Encore une fois, voici la religion chrétienne qui a tenté de détruire les anciens cultes sardes-corses-atlantes, considérés comme païens et fruit du Diable. En résumé, même si l’édit de Chiudende avait l’intention de moderniser la pratique agricole et foncière en Sardaigne, ses répercussions sur le patrimoine archéologique se sont révélées profondément négatives.
  12. Les Amazones de Myrina fondèrent une ville sur le lac Tritonide : c’est pourquoi les Amazones de la reine Myrina vivaient dans la province de Cagliari ; toutes les études séculaires sur le fait qu’il existait en Sardaigne une civilisation matriarcale en sont une confirmation partielle ; Une preuve supplémentaire de l’existence de femmes guerrières dans le passé est obtenue grâce à des recherches menées dans les îles Scilly. De récentes découvertes archéologiques dans les îles Scilly, au large des Cornouailles, ont mis au jour les restes d’un guerrier de l’âge du fer. La tombe, située sur l’île Bryher, contenait une épée et un miroir, des objets suggérant que la femme enterrée était une guerrière de haut rang. La découverte a été qualifiée d’« extraordinaire » et de « sans précédent » par les archéologues ayant travaillé sur le site. La tombe est datée d’environ 200 avant JC et représente l’une des rares preuves archéologiques de l’existence de femmes guerrières dans l’Antiquité. Cette découverte offre de nouvelles perspectives sur la vie des femmes dans l’Antiquité et leur participation aux activités militaires. Il peut également fournir des informations complémentaires sur les légendes des Amazones, un groupe de guerrières décrites dans la mythologie grecque. Sources : BBC News, The Guardian.
  13. Les îles Hespérides (en latin : Hesperidum Insulae) sont des îles de l’ océan Atlantique (c’est-à-dire dans la mer autour de la Sardaigne et de la Corse jusqu’au moins au Vème siècle avant JC comme en témoignent les écrits d’Hérodote et les déclarations de Sonchis de Saïs) ; dans la tradition classique les îles Hespérides sont probablement toutes les îles rencontrées avant d’atteindre les Colonnes d’Hercule à Carloforte, en particulier la Sardaigne et toutes les petites îles comme Sant’Antioco, Carloforte, l’Isola dei Cavoli, Serpentara, pour n’en citer que quelques-unes. Elles sont également connues sous le nom d’Îles des Dames de l’Ouest car les Amazones, c’est-à-dire les Dames de l’Ouest, y vivaient, sur le lac Tritonide de Cagliari et sa province, jusqu’à l’actuelle Capoterra.
  14. Les causes possibles du naufrage de l’Atlantide Sardo Corsa peuvent être au moins trois , selon mes réflexions autonomes et indépendantes : le recul de l’ajustement géologique de l’île Atlantide sarde-corse ; les Meltwater Pulses, notamment peut-être le Meltwater Pulse 1b ; J’ai émis l’hypothèse de la présence sous le Sulcis d’une zone Wadati-Benioff qui part au moins du détroit de Gibraltar et s’étend au moins jusqu’à Pompéi et Herculanum, en passant sous le Sulcis. Cette faille, activée dans le passé, a pu provoquer des tremblements de terre, des tsunamis et des destructions diverses, car l’épicentre est situé juste sous Sulcis ; par conséquent, même des tremblements de terre mineurs pourraient avoir été dévastateurs car ils étaient situés directement sous la zone habitée et peuplée. Ce fait aurait également pu provoquer le naufrage du Mont Atlas, où Poséidon et Clito ont construit le centre de la capitale de l’Atlantide. L’effondrement du Mont a pu être interprété par les populations comme une punition divine pour l’arrogance des Atlantes, ou pour l’arrogance des Sulcitani. Le plus ridicule, c’est qu’aujourd’hui Sulcis est la région la plus pauvre de toute l’Italie. C’est vraiment un paradoxe : la capitale de l’Atlantide de la préhistoire, qui est aujourd’hui devenue la région la plus pauvre de toute l’Italie. La date du naufrage du Corse Sarde Atlantis n’a pas encore été définie avec précision, donc en réalité les Meltwater Pulses pourraient ne pas être impliqués dans le processus de submersion . D’un point de vue géologique, il y a également au moins deux points à garder à l’esprit : la structure géologique Graben-Horst de différentes parties du territoire corse sarde, notamment de Campidano ; d’autre part, le phénomène karstique des dolines typiques du Sulcis : une violente entrée d’eau aurait pu créer d’immenses dégâts en raison de la karstification du lieu, qui reste encore à explorer et à étudier.
  15. La Corse actuelle était la partie montagneuse au nord de l’Atlantide ; aujourd’hui une île apparaît parce qu’elle a été submergée, c’est une illusion d’optique. La Corse et la Sardaigne étaient des terrasses montagneuses de l’île de l’Atlantide, donc après la submersion partielle catastrophique elles sont restées hors de l’eau, et aujourd’hui nous croyons que ce sont deux îles, détachées, séparées, mais ce n’est absolument pas vrai ;
  16. les monts Sulcis s’appelaient les monts Atlas , et tiraient leur nom du fils de Poséidon appelé Atlas, le premier de 5 paires de jumeaux, donc le premier de 10 frères ;
  17. Fruttidoro di Capoterra est le jardin des Hespérides ;
    Le Jardin des Hespérides portait des fruits d’or et était situé aux extrémités de la terre connue ; une analogie a été trouvée avec l’histoire apparemment mythologique des Hespérides dans la toponymie sarde : en effet, il existe un lieu appelé Fruttidoro, situé dans la ville de Capoterra, en Sardaigne. Capoterra, du sarde Caputerra, puis en latin « Caput Terrae », est le « cap de la Terre », c’est à dire la limite extrême connue dans l’Antiquité (Paléolithique/Mésolithique, il y a environ 11 600 ans, pour avoir une date approximative mais utile pour comprendre ), tandis que l’emplacement actuel de Fruttidoro à Capoterra serait le légendaire Jardin des Hespérides. Cette nouvelle découverte n’a pas encore été contre-validée par les chercheurs, et aucune stratigraphie n’a été réalisée pour la contre-vérification relative, cependant dans le Nuraghe Antigori de Sarroch ont été trouvées des découvertes archéologiques qui confirment ces hypothèses de manière importante : de Wikipédia nous  apprennent que “ Les fouilles ont restitué diverses céramiques nuragiques et mycéniennes (venant d’Argolide , de Crète  et de Chypre [1] ) de type mycénienne III B et  mycénienne III C remontant respectivement aux  XIVe – XIIIe  et  XIIIe – XIIe siècles avant JC  , témoignant aux échanges importants qui ont eu lieu entre les  civilisations nuragique  et  mycénienne .” La poterie mycénienne est la tradition de poterie associée à la période mycénienne dans la Grèce antique, qui a duré de 1550 à 1050 avant J.-C. Elle englobait une variété de styles et de formes, y compris le récipient à étrier, et était fortement influencée par les précédents minoens basés sur la Crète. La poterie mycénienne affiche généralement des représentations stylisées de la vie marine et végétale et montre une affinité pour les dessins linéaires minimalistes, une tendance qui influencerait la poterie grecque antique archaïque et classique du 9ème siècle avant JC. Poterie mycénienne produite au tour (1550-1450 avant JC) à partir de La Grèce continentale a été décrite comme « provinciale crétoise », ce qui signifie que bien qu’elle ait été produite en Grèce continentale, elle a été fortement influencée par la poterie minoenne. Une autre confirmation possible du Jardin aux fruits d’or des Hespérides de Capoterra est le fait que l’auteur MR  Manunza a écrit sur les objets nuragiques et mycéniens le long d’une route de l’âge du bronze près de Bia ‘e Palma, Selargius (CA)  1 . En outre, il existe un article de Donatella Salvi sur la majolique archaïque du puits Bia ‘e Palma dans Selargius  2.. Par conséquent, les contacts entre les anciens Sardes et les populations mycéniennes sont clairement démontrés par les données archéologiques et historiques, ainsi que par les objets trouvés qui démontrent une relation entre ces peuples. Il ne s’agit donc pas de fantaisie, mais il existe des preuves concrètes, historiques, archéologiques documentées par des professionnels de renom. Les preuves à l’appui de cette hypothèse sont donc nombreuses et localisées en plusieurs points géographiques du sud de la Sardaigne : il existe des preuves de contacts entre la Sardaigne et la Méditerranée orientale au cours de l’âge du bronze. Par exemple, des poteries mycéniennes ont été trouvées dans un environnement nuragique 1 . Après 1200 avant JC, avec l’effondrement économique et politique des cultures palatiales à Mycènes et en Crète, seuls les Chypriotes continuèrent à commercer avec la Sardaigne 1. Oui, la civilisation nuragique n’était pas isolée et fermée, mais pleinement intégrée dans la dynamique des échanges commerciaux et culturels. aspects qui caractérisaient la vie en Méditerranée à cette époque. L’une des civilisations avec laquelle les Sardes nuragiques avaient certainement établi une relation d’échanges commerciaux et culturels systématiques et intenses était celle des Mycéniens, intéressés par le commerce des métaux. Des preuves de ces relations ont été trouvées en Sardaigne sous la forme de plusieurs découvertes importantes de céramiques. Les fragments de céramique mycénienne trouvés dans le nuraghe d’Antigori, situé de manière significative sur la côte sud de la Sardaigne, près de Sarroch, sont bien connus, mais aussi ce qu’on appelle « l’alabastron » trouvé dans le nuraghe d’Arrubiu à Orroli . Tout aussi importante et intéressante est la tête en ivoire de Mitza Purdia (Decimoputzu) qui représente un personnage avec un casque complètement similaire à ceux décrits dans les œuvres homériques comme typiques des guerriers achéens. Ces preuves suggèrent que les Sardes nuragiques avaient établi une relation d’échanges commerciaux et culturels systématiques et intenses avec les Mycéniens, intéressés par le commerce des métaux. Il est donc plus probable que la légende ou le mythe du Jardin des Hespérides ne soit que le résultat des premiers contacts entre ces populations. 

    Nuraghe Antigori : des restes de diverses poteries nuragiques et mycéniennes ont été trouvés (provenant d'Argolide, de Crète et de Chypre) des types mycéniens III B et mycéniens III C remontant respectivement aux 14e-13e et 13e-12e siècles avant JC, comme preuve de la échanges importants qui ont eu lieu entre les civilisations nuragique et mycénienne.
    Nuraghe Antigori : des restes de diverses poteries nuragiques et mycéniennes ont été trouvés (provenant d’Argolide, de Crète et de Chypre) des types mycéniens III B et mycéniens III C remontant respectivement aux 14e-13e et 13e-12e siècles avant JC, comme preuve de la échanges importants qui ont eu lieu entre les civilisations nuragique et mycénienne.

    Si tout cela s’avère exact, comme l’écrivain le comprend désormais, cela signifie qu’au moins trois femmes sardes de Capoterra s’appelaient des Hespérides. Mais alors quel était ce Jardin mythologique ? Est-ce une structure ? De quelle nature ? Sera-t-il possible, en procédant à des carottages et à des stratigraphies, de retrouver des vestiges néolithiques, mésolithiques ou paléolithiques pouvant valider la présence de structures, de peuples et de civils il y a des millénaires ? Pourquoi Hespérides ? Pourquoi le nom Hespérides ? Et que s’est-il réellement passé ?

    En relisant maintenant le mythe du Jardin des Hespérides avec ces nouvelles informations, il semble qu’un ancien grec nommé Hercule se soit dirigé vers la plage Frutti d’Oro de Capoterra, a accosté et a établi une certaine forme de relation avec les habitants de Capoterra. Le mythe raconte que son objectif était de voler trois pommes d’or. Mais aujourd’hui, on ne peut émettre que des hypothèses : s’agissait-il d’un plant d’oranger ? Les oranges n’existaient pas en Grèce, et Hercule a donc été envoyé pour voler trois oranges afin de pouvoir ensuite les planter en Grèce et les cultiver de manière indépendante ?

    Jusqu'à aujourd'hui, la cartographie de la Libye hérodotéenne était erronée : la Libye est la province de Cagliari.
    Jusqu’à aujourd’hui, la cartographie de la Libye hérodotéenne était erronée : la Libye est la province de Cagliari.

    Comment Ercole a-t-il été accueilli par les habitants de Capoterra ? En amitié? Pourquoi ne sont-ils pas mentionnés les hommes, mais le dragon Ladon ? Quel était ce dragon enroulé autour de l’arbre ? Les habitants de Capoterro lui ont-ils donné à boire, ainsi qu’à ses amis marins ? Leur a-t-on offert des fruits d’un jardin pour les nourrir, car sur les bateaux ils risquaient d’attraper le scorbut ? Lui a-t-on offert des citrons pour soigner son scorbut ? Ou que pourraient être ces « fruits d’or » ? Y avait-il réellement un arbre auquel pendaient des fruits dorés, peut-être dédiés à une divinité, ou ces fruits n’avaient-ils que la couleur de l’or ? Était-ce vraiment un pommier ? Mais alors la variante dorée de la pomme n’existait qu’à Capoterra, et les Grecs l’ont-ils « volée » pour la planter en Grèce ? Si cet épisode s’est transmis au fil des millénaires, il contient peut-être des informations très importantes : pourquoi Ercole a-t-il été envoyé pour « voler » Frutti D’Oro de Capoterra ? Que devait-il voler exactement ? Une variante de fruit qui n’existait qu’à Capoterra ? Ce type d’enquête philosophico-scientifique nécessite également la contribution de botanistes experts, ce qui la rend difficile à résoudre. La partie paléogéographique nécessitait déjà de combiner des centaines d’informations issues de différentes disciplines.

    Bien que la découverte potentielle, étayée par les affirmations des historiens anciens, soit extraordinaire et époustouflante, elle soulève bien plus de questions qu’elle n’en répond.

    Ercole à Capoterra dans l’actuelle Sardaigne. Mais était-ce déjà la Sardaigne ou était-ce encore la légendaire île sarde corse actuellement à moitié submergée ? Quand Ercole débarqua à Capoterra, le bloc géologique sarde-corse était-il déjà coulé ?

    Montagnes de l'Atlas, fils de Poséidon et premier roi de l'Atlantide, aujourd'hui connues sous le nom de montagnes du Sulcis dans l'actuelle Sardaigne.
    Montagnes de l’Atlas, fils de Poséidon et premier roi de l’Atlantide, aujourd’hui connues sous le nom de montagnes du Sulcis dans l’actuelle Sardaigne.

    Le Jardin des Hespérides était situé dans l’océan Atlantique (Paléolithique), ce qui, comme expliqué sur le site atlantisfound.it , était le nom paléolithique/mésolithique de la mer qui entourait l’île, qui était alors une terre émergée sarde-corse-atlante. Les îles Hespérides doivent donc être les noms archaïques avec lesquels la Sardaigne et la Corse ont été définies dans les millénaires qui ont suivi la semi-submersion du bloc géologique sarde-corse. Hesperidum Insulae, « Les Îles du Soir », car au coucher du soleil, lorsque les Grecs regardaient vers l’ouest, naviguant dans cette direction depuis leur position la plus éloignée, c’est-à-dire avec une grande probabilité l’île d’Ischia, ils virent 2 îles lointaines, qui sont aujourd’hui connues sous les noms de Sardaigne et de Corse, et qui sont des plateaux de terres émergées du bloc géologique semi-submergé sardo-corse. Le linguiste et glottologue Massimo Pittau a analysé l’emplacement du Jardin des Hespérides, le plaçant vraisemblablement en Sardaigne et soulignant qu’il s’agissait encore d’une légende ; Cependant, dans mon audacieuse ignorance, je vais plus loin et propose qu’il ne s’agit pas d’une légende, mais d’un lieu qui a réellement existé situé à Fruttidoro di Capoterra, comme le dit en d’autres termes le mythe.

    Évidemment, un érudit sérieux devrait étudier toute la toponymie de Capoterra et des lieux voisins, pour vérifier les noms les plus anciens qui peuvent être retracés et si dans le passé ils étaient appelés d’une autre manière. Dans tous les cas, une bonne analyse basée sur l’archéologie satellitaire serait appropriée, pour mettre en évidence des habitats très anciens, mésolithiques ou néolithiques, présents sur le site ou SOUS le site (car avec une grande probabilité ils seront désormais submergés par les couches superposées au fil des millénaires). ). Suite à ces interprétations, nous pouvons analyser d’autres aspects de la mythologie : Thétis était une Sarde. Pélée épousa une Sarde, mais les Grecs les appelaient « nymphes de la mer ». Le jardin des Hespérides se trouve à Fruttidoro di Capoterra, en Sardaigne, entre les montagnes de l’Atlas, c’est-à-dire les montagnes du Sulcis, et l’océan Atlantique paléolithique, c’est-à-dire l’actuelle Méditerranée. Teti était l’éponyme de la ville sarde encore appelée Teti aujourd’hui. La chasse au sanglier avait donc lieu en Sardaigne : cette coutume existe toujours. En relisant le mythe dans cette tonalité, chaque pièce se met en place et toutes ces histoires commencent à prendre un sens parfaitement logique. Au Paléolithique, l’Océan de l’Atlantide, c’est-à-dire l’Océan Atlantique, était le nom qui désignait une partie de l’actuelle mer Méditerranée, comme dans l’image ci-dessous.

    L'Atlantide dans l'océan Atlantique mésolithique, aujourd'hui appelée mer Méditerranée.
    L’Atlantide dans l’océan Atlantique préhistorique, aujourd’hui appelé mer Méditerranée

     En vert clair on peut voir toute la partie du bloc corse sarde qui fut submergé pas avant 9600 avant JC par une catastrophe géologique, également décrite dans Timée, qui est justement un texte non seulement de cosmologie, mais aussi de géographie astronomique, de géographie et la géologie. Pourquoi n’aurait-il pas pu être submergé auparavant ? En effet, le prêtre égyptien Sonchis de Saïs, qui raconte ces épisodes à Solon, affirme que la guerre entre la Première Athènes et l’Atlantide éclata neuf mille ans avant le voyage de Solon en Égypte ; étant donné que ce voyage est historiquement documenté et a eu lieu vers 580 avant JC, cela signifie que la guerre entre Athènes et l’Atlantide a éclaté vers 9580 avant JC : si la guerre a éclaté à cette période, combien de temps a-t-elle duré ? Où est-ce que ça s’est passé? En territoire atlante sarde corse ou en territoire grec ? Quel territoire géographique couvrait la Grèce primitive ? Où étaient les deux armées atlante et grecque lorsqu’elles furent submergées ? Sur les paléo-côtes corses et sardes ? A une distance de 9580 ans + 2024 ans (la date actuelle), soit après une distance d’environ 11.604 ans, si les paléo-côtes sardes du cours atlante ont été submergées et battues par 11.604 ans de courants marins et de sédimentation de sable sur les fonds marins , Sous combien de dizaines de mètres ces découvertes archéologiques pourraient-elles être trouvées ? Ce sont à mon avis les questions intelligentes que nous devrions nous poser, et vous tous, mes 3 chers lecteurs, êtes invités à réfléchir sur ces sujets qui à mon avis pourraient élargir notre conception de l’Histoire Ancienne et des Civilisations Anciennes.

    Mais comme à l’époque historique, sous les Romains, l’océan Atlantique s’appelait Mare Nostrum, la nomenclature paléolithique avait désormais disparu de la plupart des textes. Cependant, de nombreux érudits et textes anciens rapportaient encore le terme océan Atlantique. Plus tard, on l’a appelé la Méditerranée, c’est pourquoi les érudits/scientifiques des derniers 2000 ans se sont concentrés sur la recherche de l’île de l’Atlantide, c’est-à-dire le bloc géologique sarde-corse semi-submergé vers 9600 avant JC, au mauvais endroit : cette c’est pourquoi personne ne l’a jamais trouvé.

    S’il était prouvé que l’auteur de l’article disait la vérité et que le Jardin des Hespérides était un lieu réel situé à Frutti D’Oro di Capoterra en Sardaigne, cela pourrait avoir des implications importantes pour la compréhension de l’histoire et de la mythologie anciennes. Cela pourrait fournir de nouvelles informations sur la diffusion des mythes et des légendes et sur leurs relations avec la réalité historique. En outre, cela pourrait stimuler davantage de recherches et de fouilles archéologiques dans la région pour rechercher des preuves supplémentaires à l’appui de cette théorie.

    Toutes les explications sur le site https://www.atlantisfound.it/it_it/2023/02/12/che-atlantide-sia-il-blocco-sardo-corso-sommerso

    Mis à jour le 18 juillet 2023

    Hier après-midi, moi, Luigi Usai, je me suis réveillé après quelques heures de sommeil. Cela fait des mois que je n’ai pas eu le temps de dormir : je dors quand je suis épuisée, à toute heure du jour ou de la nuit, aussi longtemps que j’en ai besoin. Cela a favorisé mon activité onirique, qui ne fera pas ici l’objet d’explications ou de révélations. Hier, quand je me suis réveillé brusquement, je ne sais pas pourquoi j’ai cherché de la documentation en ligne, tombant par hasard sur un texte qui citait Hérodote sur les Atlantes :

    pendant que je lisais le texte d’Hérodote traduit en italien, j’ai explosé en exclamations de joie : le texte d’Hérodote parle de Sulcis en Sardaigne ! Ce que dit Hérodote confirme toutes mes déclarations relatives à Sulcis, capitale de l’Atlantide ! J’étais très excité et plein de joie, mais en même temps plein de tristesse : il est impossible de communiquer ces découvertes au monde scientifique. Malheureusement, la majorité des savants sont tellement imprégnés de ce que Giambattista Vico appelait le « Boria des savants », qu’il devient très difficile de partager leurs idées.

    LES TEXTES DES HISTOIRES D’HÉRODOTE CONFIRMENT SCIENTIFIQUEMENT QUE LE PEUPLE DE L’ATLAS EST ÉTABLI À SULCIS, DANS LA SARDAIGNE ACTUELLEMENT.

    Avec ce texte, j’invite la communauté scientifique mondiale à vérifier et contre-valider mes déclarations, qui seront désormais publiques. Or, les affirmations selon lesquelles l’Atlantide serait le bloc géologique sarde-corse semi-immergé dans l’océan Atlantique paléolithique sont confirmées dans les textes d’Hérodote. Je demande publiquement et officiellement une vérification par des savants du monde entier, afin d’approfondir la connaissance du monde antique et de permettre de nouvelles découvertes aux savants du monde entier.

    Merci d’avance à la communauté scientifique.

    Lentement, je collerai ici une copie des textes d’Hérodote avec l’explication étape par étape via des images satellite montrant la véracité de ce que dit l’historien grec.

    L’océan Atlantique était le nom paléolithique de la Méditerranée autour de l’île sarde-corse ;

  18. Étymologie possible de la Maurétanie : Sulcis est habitée par les Maurreddus. Les territoires conquis par les Maurreddus étaient appelés Maurreddania. En latin, ce nom géographique a été déformé, ainsi sur certaines cartes très anciennes le nom Maurrettania se retrouve avec deux « R » et deux « T ». Plus tard, le latin a prévalu, de sorte que la Maurreddanie est devenue la Maurétanie, sans doubles, typiques de la langue sarde. Beaucoup de gens, pour imiter la prononciation sarde, doublent encore aujourd’hui les consonnes de tous les mots italiens pour se moquer des Sardes ou pour ironiser, soit dans un sens offensant, soit dans un sens purement plaisant et ironique. Ainsi, si un texte ancien précise que « Hercule se rendit en Mauritanie », il faut l’interpréter comme « Hercule se rendit à Sulcis ». Il est probable que l’on appelle ainsi la Mauritanie actuelle parce qu’elle fut une terre de conquête par les Sulciens, de la même manière que ce qui s’est passé avec la Libye archaïque, expliquée au point suivant.
    L’étymologie du nom « Maurétanie » ne dérive donc pas du mot latin « Maurītānus », qui signifie « Mauritanien, [un] des Maures », elle ne dérive pas de « Maurus » qui signifie « Maure », de l’ancien Grec Μαυρός (Maurós) ³, mais il dériverait de la racine du terme sarde « Maurreddu », c’est-à-dire « Sulcitano », « habitant du Sulcis ». La région du Sulcis en Sardaigne est habitée par les Maurreddus, qui furent plus tard définis comme Mauros ou Mauri, et en raison de la monophthongisation, Mori. Le phénomène par lequel la diphtongue « au » devient « o » est appelé monophtongation. La monophtongue est la transformation d’une diphtongue ou d’une triphtongue en une voyelle longue. Par exemple, dans l’évolution du latin, la diphtongue « au » devient « o » dans des mots comme « laudo », « plaudo », « gaudeo », qui donnent naissance à des formes rustiques et vulgaires comme « lodo », « plodo ». “, “dieu(e)o” 1 . Certains pourraient objecter qu’il ne s’agit que de simples spéculations théoriques, mais en réalité ces affirmations sont étayées par les drapeaux sardes et le drapeau corse. L’hypothèse selon laquelle les Mauri ou Maures étaient les Sulcitani du bloc géologique sarde-corse est intéressante, mais je n’ai pas trouvé des preuves pour soutenir cette théorie dans mes recherches. Cependant, les drapeaux sardo-corses présentent certaines caractéristiques qui pourraient être interprétées comme des preuves possibles à l’appui de cette hypothèse. Le drapeau de la Sardaigne, également connu sous le nom de drapeau des quatre Maures, présente quatre têtes de Maures à la peau noire, disposées en croix. de Saint-Georges. Le drapeau de la Corse ne comporte cependant qu’un seul Maure à la peau noire. Ces représentations pourraient être interprétées comme une représentation des Mauri ou des Maures en tant qu’habitants du bloc géologique sarde-corse. Cependant, il est important de noter que l’origine et la signification des représentations des Maures dans les drapeaux sardo-corses restent encore à déterminer. sujet de débat parmi les chercheurs. Certaines théories suggèrent que les Maures représentent les quatre rois sarrasins vaincus par les Aragonais lors de la bataille d’Alcoraz qui eut lieu en Espagne 1 . D’autres théories suggèrent que les Maures représentent les juges du Royaume de Sardaigne ou les quatre juges historiques de l’île. Mais sous la lumière puissante de la théorie atlante sarde-corse, la signification des drapeaux de la Sardaigne et de la Corse prend désormais un jour totalement nouveau et incroyable : il s’agit d’un renversement logique. Autrefois, on croyait que ce sont les Maures africains qui avaient conquis, dominés et acculturés les Corses sardes, alors qu’aujourd’hui le principe s’inverse : ce sont les Corses sardes qui ont dominé, comme Sonchis de Saïs l’avait affirmé dans le Timée et le Critias de Platon, tous de l’Afrique du Nord vers l’Egypte, exportant la culture atlante sarde corse et la culture mégalithique, peut-être aussi pour la construction des pyramides égyptiennes. Si cette dernière information était vraie, l’Égypte ne serait ni à l’aise ni heureuse de devoir affirmer la possibilité que les pyramides aient pu, sur le plan théorique, avoir été construites par des ouvriers corses sardes, et peut-être par le peuple gizanti lui-même, à partir duquel Gizeh a été construit. La pyramide a peut-être pris son nom de manière hypothétique. Quoi qu’il en soit, la présence des Maures sur les drapeaux sardo-corses est un symbole important et représente la fierté et l’identité des populations de l’île, ainsi que la présence des Maures, c’est-à-dire des hommes. avec la peau noire ou foncée sur les drapeaux ne fait que confirmer le paradigme atlante sarde corse.
  19. La Libye, au Ve siècle avant JC, selon les textes d’Hérodote, de Solon et de Platon, était une région de l’actuelle province de Cagliari ; L’écrivain Dr Luigi Usai a compris que lorsque Hérodote parle de la Libye, il ne parle pas de la Libye que nous connaissons en Afrique, mais plutôt de la Libye en tant que territoire de la province de Cagliari . Il comprit qu’Antée est le roi de Libye ; en utilisant l’induction logique, il a estimé que si la Libye est une partie de l’actuel Campidano en Sardaigne, et si Antée était le roi de Libye, alors par induction logique alors Antée était un roi de Campidano. Toujours à un niveau intuitif, l’écrivain Luigi Usai s’est rendu compte qu’en Sardaigne il existe en fait un temple d’Antas , qui pourrait représenter Antée comme une ancienne divinité sarde. En fait, si le Temple d’Antas est dédié à Sardus Pater, pourquoi ne pas l’appeler Temple de Sardus Pater ? Ces réflexions et bien d’autres, comme la présence des Amazones sur le lac Tritonide en Libye… mais cette fois, en réfléchissant au fait que le lac Tritonide se trouve au sud de la Sardaigne, toute la géographie hérodotéenne revient correctement à sa place. Le désert libyen serait, selon l’écrivain Luigi Usai, le désert sarde de Porto Pino, pratiquement inconnu du monde entier, sauf des Sardes eux-mêmes.
    « L’Atlantide et les secrets des déserts sardes » Lorsqu’on parle de l’Atlantide, l’imaginaire populaire nous transporte souvent vers des terres submergées lointaines et mystérieuses. Cependant, la recherche de cette civilisation légendaire nous mènera peut-être bien plus près de chez nous qu’on ne le pense, à savoir vers les sables du désert des Agriates en Corse et le désert libyen sarde de Porto Pino. Le désert des Agriates , malgré son nom, n’est pas un véritable désert au sens traditionnel du terme. Il s’agit pourtant d’un espace sauvage et rocheux de 15 000 hectares entre Saint-Florent et l’Ile-Rousse. Mais qu’est-ce qui le relie à la légende de l’Atlantide ? Et quel rapport avec le désert de Porto Pino en Sardaigne ? Le désert des Agriates et le désert sarde libyen de Porto Pino partagent un certain nombre de caractéristiques géologiques et historiques uniques . Les deux représentent des régions presque inhospitalières, dominées par des dunes de sable et caractérisées par un paysage qui semble suspendu dans le temps. Les découvertes archéologiques à proximité de ces zones ont montré des traces d’anciennes civilisations, ce qui pourrait suggérer qu’elles étaient autrefois des zones prospères, avant un cataclysme majeur ou un changement climatique. Sur ce site je déclare que, à mon avis, quand on dit qu’il y avait aussi un désert en Atlantide, on parle du désert de Porto Pino et du désert corse des AgriatesEn conclusion, alors que la recherche de la légendaire Atlantide se poursuit, il est possible que certains des indices les plus significatifs soient cachés dans les dunes de sable de nos voisins du désert. Et tandis que le mystère de l’Atlantide se dévoile lentement, des zones comme le Désert des Agriates et Porto Pino sont de puissants rappels des anciennes civilisations qui dominaient autrefois ces terres et des secrets qu’elles peuvent encore receler sous leurs sables.
  20. au moins les peuples suivants vivaient dans les territoires de la Sardaigne actuelle : Ausei, Maclei, Libi, Atlanti, Ammonii, Nasomonii, Lotofagi, troglodytes éthiopiens ; les Giligami sont un peuple de Libye limitrophe des Adirmachides et des Asbistes. Ils habitent un territoire qui s’étend de l’île d’Aphrodisias jusqu’à l’embouchure de Syrte, où est cultivé le silphium. Les ammoniacs, en revanche, sont très probablement ceux qui ont créé l’ammoniac : les ammoniacs ont créé l’ammoniac ; Ce n’est pas une blague, j’affinerai ces informations au fur et à mesure de l’étude du sujet, mais c’est déjà un excellent point de départ pour les chercheurs qui souhaitent approfondir le sujet par eux-mêmes.
  21. Dans l’actuel Sulcis, il y avait un désert qui flanquait au moins deux montagnes de sel : une à Carloforte , toujours présente, et une à côté du mont Atlas, qui semble aujourd’hui avoir disparu (données à vérifier) ​​tandis que l’autre emplacement pourrait être ” Perd’ et Sali » qui signifie « Pierre de Sel » en sarde : il ne serait donc resté qu’une référence toponymique à cette ancienne montagne de sel qui était autrefois présente et aujourd’hui disparue, peut-être fondue par les pluies ;
  22. l’ensemble des lacs de l’actuelle Cagliari et de sa province était considéré comme un seul et énorme lac, appelé lac Tritonide ;
  23. les Amazones de Myrina vivaient dans le lac Tritonide ;
  24. Le lac Tritonide tire son nom d’un ancien souverain qui fut ensuite mythifié selon une procédure euhéméristique, comme cela s’est également produit avec Poséidon ; Le lac Tritonide tire son nom de l’ancien souverain Triton, dont divers documents peuvent être trouvés dans des textes anciens ;
  25. les archéologues savent que l’ancienne Sardaigne était matriarcale, mais jusqu’à présent je n’avais jamais entendu aucun archéologue affirmer que les Amazones étaient sardes, ni que le lac Tritonide se trouve à Cagliari et dans sa province, jusqu’à Capoterra ; Je pense donc que ce sont de mes idées très originales et évidemment je suis convaincu que ce sont aussi de bonnes idées, car toute la mosaïque rassemble toutes les énigmes qui ne me paraissaient pas claires. Il y avait trop d’absurdités incompréhensibles dans l’Antiquité, mais maintenant, en renommant les cartes satellites de Cagliari, Sulcis et du sud de la Sardaigne, tout reprend son sens logique.
  26. Hérodote rapporte que les Atlantes ne faisaient pas de rêves la nuit : en fait, le rite d’incubation avait lieu en Sardaigne. Comme je ne l’ai jamais étudié sérieusement de ma vie, je ne peux pas expliquer de quoi il s’agit, mais les archéologues comprendront parfaitement les implications de ce que je dis. C’est une preuve supplémentaire en faveur du paradigme sarde-corse-atlante. Les Sulcitiens/Atlantes étaient probablement ennuyés par le fait qu’ils ne rêvaient pas, c’est pourquoi le rite d’incubation est né pour des raisons liées à la satisfaction des besoins de ce peuple que nous ne comprendrons peut-être même jamais, à moins de trouver de nouvelles sources archéologiques qui expliquent ou clarifier ces faits.
  27. Hérodote mentionne dans les Histoires, chapitre IV, des montagnes de sel ; Je crois que c’était à Carloforte où les salines existent encore aujourd’hui : imaginez ce que ça devait être il y a 2500 ans ! Je pense qu’il y avait une deuxième montagne de sel où la toponymie sarde porte encore ce nom : « Perd’e Sali », qui signifie « Pierre de sel » en campidanais sarde et en sulcitano sarde.
  28. Il est désormais possible que le temple d’Antas en Sardaigne soit en réalité le temple d’Antée . Il me faut donc revisiter toutes les sources et tous les textes pour comprendre s’il s’agit d’une nouvelle découverte. Bing déclare que : « Le temple d’Antas est un temple punique-romain situé à Fluminimaggiore, dans le sud de la Sardaigne, en Italie. Elle est dédiée à l’adoration du dieu éponyme des Sardes, Sardus Pater Babai (Sid Addir pour les Carthaginois) 1 . Le complexe archéologique comprend un village et une nécropole nuragique, un temple punique, un temple romain et des carrières romaines 2. Le temple a été construit avec du calcaire local et est situé dans une vallée dominée par le mont Conca s’Omu. Le monument actuel est le monument romain, découvert par le général La Marmora en 1836 et restauré en 1967.  Construit en plusieurs phases avec de la pierre calcaire locale, il reste encore debout un escalier d’accès et un podium orné d’élégantes colonnes parfaitement alignées . déjà célèbre, cité par le géographe égyptien Ptolémée (IIe siècle après JC). “
  29. La Sardaigne ou Atlantis Sardo Corsa était également appelée Nesos Espera . Les îles Hespérides sont donc la Sardaigne et la Corse et les petites îles comme S. Antioco et Carloforte ; Esperidi est un adjectif qui désigne les femmes qui vivent à Espera, c’est-à-dire en Sardaigne ; Espera est aussi le nom de l’île la plus occidentale qui est restée sur le lac Tritonide dans les étangs actuels de Cagliari. Il faut donc veiller à ne pas confondre le terme Espera lorsqu’il désigne la Sardaigne et lorsqu’il désigne l’île du lac Tritonide.
  30. Dans cette étude, nous proposons une nouvelle perspective aux archéologues concernant la figure mythologique du Minotaure. En particulier, nous suggérons d’explorer la possibilité que le Minotaure soit une figure mythologique sarde et de faire des comparaisons entre le Minotaure et les créatures légendaires sardes Su Boe Erchitu et Su Boe Muliache. Ces créatures sont décrites comme suit : « Su Boe Erchitu est une créature légendaire de la tradition populaire sarde. Cela ne doit pas être confondu avec Su Boe Muliache, une autre créature légendaire sarde” (Wikipédia). De plus, nous proposons d’examiner la possibilité que le Minotaure soit une ancienne croyance/légende sarde relancée en Crète par les Minoens, qui étaient d’anciens sardes-corses. migrations -Atlantes en Crète. Comme on le sait, Arthur Evans a choisi arbitrairement le mot « Minoens » pour décrire cette civilisation. Par ailleurs, il existe également le Taureau androcéphale ou statue en bronze de Nule, qui pourrait confirmer ces hypothèses. Nous invitons les chercheurs à explorer ces nouvelles voies de pensée et à s’ouvrir à l’examen de possibilités jusqu’ici exclues a priori. Nous proposons en particulier de réexaminer la toponymie de Sulcis, car les noms des villes qui font référence au mythe platonicien doivent avoir une raison. Par exemple, à Carbonia, il y a un hameau appelé « Acqua Callentis » ; à côté se trouve Caput Acquas ; à Nuxis « S’acqua callenti de Basciu », S’Acqua callenti de Susu ; la ville médiévale disparue d’Acquafredda, qui a laissé le château d’Acquafredda ; la source des Zinnigas ; et il existe même des liens avec la toponymie égyptienne : Héliopolis (ville du soleil) et à Sulcis Terr’e Soli (pays du soleil, Terresoli). Sais en Egypte et Is Sais Inferiore et Is Sais Superiore au Sulcis. De plus, nous proposons de considérer sérieusement cette toponymie et de suivre ces nouvelles voies inexplorées. Par exemple, les peuples du Mésolithique ou du Néolithique peuvent avoir utilisé les termes « chèvres », « moutons », « ânes » ou « cochons » de manière déictique. En fait : Cabras (« chèvres » en sarde) est un nom de famille ; c’est une localité ; c’est le lieu de rendez-vous des Géants de Mont’e Prama ; et signifie chèvres et possède un étang. Et juste à Sulcis, il y a l’étang d’Is Brebeis (cela signifie “mouton” en sarde), tandis qu’il y a l’étang de Molentargius (molenti signifie “âne” en sarde) et il y a l’étang de Sale Porcus (porcus signifie “cochons” en sarde). . De plus, l’étang de Cabras est le plus grand du monde, ce qui peut laisser penser qu’il a une origine tectonique ou tellurique ; sa forme de canard pourrait alors avoir une signification cachée que l’on ne comprend pas encore bien (le Titicaca a la forme d’un puma chassant une viscache).Enfin, nous suggérons comme première étape aux archéologues ou aux surintendants l’obtention immédiate des bathymétries à très haute définition des fonds marins de tous les bassins hydrographiques du Sulcis et de Cabras. Nous proposons notamment des bathymétries de l’étang d’Is Brebeis, de l’étang de Porto Pino, de l’étang de Porto Botte et du Monte Prano. Ce serait un bon début pour explorer ces nouvelles pistes de réflexion. Par ailleurs, nous proposons des contrôles approfondis dans toutes les grottes du Sulcis jusqu’aux couches de 9600 avant JC et au-delà. En résumé, cette étude propose une nouvelle perspective aux archéologues concernant la figure mythologique du Minotaure et suggère d’explorer de nouvelles pistes de réflexion concernant la toponymie. de Sulcis. Nous invitons les chercheurs à examiner ces possibilités et à poursuivre ces nouvelles voies inexplorées. Nous espérons que ces propositions stimuleront de nouvelles recherches et discussions dans ce domaine.
  31. Je teste actuellement l’ hypothèse selon laquelle Tartessos est l’île sarde de Sant’Antioco , mais je n’ai pas encore de preuves suffisantes et incontestables.
  32. Eumérisme : Poséidon était un ancien souverain de l’île sarde-corse, divinisée plus tard. Selon ma théorie, il est possible que dans les montagnes du Sulcis se trouvent encore des vestiges préhistoriques de la capitale de l’Atlantide, probablement recouverts de débris, exactement comme cela s’est produit à Göbekli Tepe. Il s’agit donc d’appliquer les mêmes méthodes scientifiques pour mettre en lumière les découvertes historiques et scientifiques du passé atlantéen.
  33. Le peuple basque est une ancienne migration sarde-corse-atlante , bien visible pour ceux qui ont la culture suffisante pour la voir : à cet effet nous mentionnons la figure du Zanpantzar  ou  Joaldun qui est une variante « génétique » des figures du Mammuttones sardes, des Boes et Merdules sardes . La langue basque est également une variante linguistique préhistorique des langues et dialectes sardes-corses.
    Pour mieux comprendre cet article, voir la vidéo sur YouTube :

    relatifs au Carnaval Ituren – Zubieta 2019 Navarra – Pais Vasco  et voir notamment la figure du Joaldunak d’Ituren ( Ioaldunak à Ituren (Navarre)). Zanpantzar  ou  Joaldun  est un personnage traditionnel de la culture basque des villes navarraises  d’  Ituren  et  Zubieta  qui  annonce l’arrivée du Carnaval en secouant ses cloches (  joareak  ou  joaleak  ) la dernière semaine de janvier. Actuellement, il existe  des Zanpantzar  qui apparaissent aussi bien en  Navarre  qu’au  Pays Basque (texte sur le Zanpantzar traduit du wikipédia basque). Les figures du Zanpantzar ou du Joaldun ne sont rien d’autre que des “mutations culturelles” des masques sardes des Boes et Merdules, des Mammuttones et autres masques du carnaval sarde, qui au Pays basque ont changé, comme cela se produit dans les mutations génétiques au cours des siècles. des millénaires et des millénaires. A noter également la convergence étymologique entre les toponymes d’ Ittiri (ville sarde) et d’Ituren (ville basque navarraise). Il existe plusieurs similitudes entre les langues sarde et basque . Selon un article de La Nuova Sardegna, il existe des centaines de mots similaires entre les deux langues, ainsi que de nombreuses affinités linguistiques . Par exemple, la plante de houx est appelée « galostiu » en sarde et « gorostoi » en basque. Il existe également des similitudes dans les noms de lieux , comme les villes d’Aritzo en Sardaigne et d’Aritzu au Pays basque. Je tiens à ajouter que j’ai personnellement remarqué deux rivières appelées Arrexi et Arantza, qui dans mon dialecte sarde campidanais Asseminese signifient respectivement “Racine” (“Arrexi”, que l’on peut aussi dire “Arrexini”) et “Arantza” ou “Arantzu”. (c’est-à-dire orange), que l’on peut aussi dire « Arangiu ». Chez les Sardes, la variabilité des termes linguistiques est très connue : en Sardaigne, il existe une infinité de mutations linguistiques que les Sardes acceptent actuellement, par exemple l’olive, qui fournit la drupe oléagineuse, le fruit de l’olivier, peut être appelée “olia”. », « obia », signifiant « olive ». Nous avons désormais des cohérences linguistiques incroyables que seul un Sarde comprend intuitivement, dues aux migrations préhistoriques sardes-corses, car ceux qui parlent ces langues le comprennent instinctivement. Si l’on ajoute ensuite des figures exclusivement sardes comme les Mammuttones et les Boes et les Merdules, et que l’on remarque l’existence dans les pays basques des figures du Zanpantzar  ou  de Joaldun, alors le fait que les Basques sont une ancienne migration corse sarde devient de plus en plus évident. clair et évident.
    Outre le vocabulaire, il existe également des similitudes phonétiques entre les deux langues. Par exemple, aucune des deux langues n’a le son « V », présent dans la plupart des langues indo-européennes. Les deux langues possèdent également le son « TZ », qui n’est pas présent dans les langues environnantes. Ces similitudes suggèrent qu’il pourrait y avoir eu des liens historiques entre les deux régions. Certains chercheurs ont proposé qu’il puisse y avoir eu une migration préhistorique de la péninsule ibérique vers la Sardaigne, ce qui pourrait expliquer les similitudes linguistiques.
    Il est donc nécessaire d’établir des relations scientifiques et académiques, mais aussi archéologiques et historiques, entre les universités basques et sardo-corses, afin de découvrir toutes les autres relations qui montrent les origines préhistoriques communes. Jusqu’à aujourd’hui, on a cru à tort que le peuple basque était sorti de nulle part, parce que ses us et coutumes et sa langue étaient trop différents des français et des espagnols… en réalité ils étaient différents simplement parce que les Basques étaient des Sardes qu’ils a migré d’une région de la Sardaigne, même si l’on ne sait pas encore de laquelle il s’agissait, pour coloniser ces lieux.
    Celui qui a un œil géographique attentif remarquera peut-être aussi que le profil de la côte du Sulcis et celui de la côte pyrénéenne sont quasiment identiques ! (Attention, c’est mon intuition personnelle qui n’a pas encore été prouvée). Ainsi, les marins préhistoriques qui sont arrivés sur la côte des Pyrénées ont peut-être senti que le lieu géographique était presque identique à celui de leur bien-aimé Sulcis, et c’est peut-être l’une des raisons qui les a poussés à débarquer et à tenter de coloniser ces lieux : le sentiment de familiarité. avec la côte sarde du Sulcis.
    Des auteurs de la trempe de Juan Martin Elexpuru  ont réalisé les incroyables affinités linguistiques entre le basque et le sarde, mais comme cela arrive depuis des millénaires pour la Sardaigne, le paradigme atlante corse sarde a été totalement renversé : Juan Martin Elexpuru pensait que ce sont les Basques qui avaient « « colonisée » la Sardaigne. Au contraire, c’est exactement le contraire qui s’est produit : ce sont les Sardes-Corses qui ont colonisé le Pays basque, apportant également des traditions comme celles du Zanpantzar  ou  de Joaldun, ainsi que les us et coutumes et la langue.
    La Sardaigne et le Pays Basque sont deux régions européennes qui présentent certaines similitudes culturelles et linguistiques. En particulier, les deux régions ont des langues autochtones qui ne peuvent être rattachées à aucune des langues indo-européennes. En outre, les deux régions ont une histoire ancienne et complexe qui a conduit à la formation de cultures uniques et distinctes. Cependant, malgré ces similitudes, la relation entre les deux régions n’a pas encore été pleinement explorée. L’une des façons d’explorer cette relation consiste à étudier la génétique des populations. En particulier, la comparaison entre les populations sardes et basques pourrait fournir des informations précieuses sur l’éventuelle origine préhistorique commune des deux populations. Cette comparaison pourrait être faite grâce à l’analyse de l’ADN mitochondrial et de l’ADN nucléaire des deux populations. L’importance de cette comparaison réside dans le fait qu’elle pourrait fournir des informations sur l’histoire ancienne de l’Europe et la migration des populations préhistoriques. De plus, cela pourrait aider à mieux comprendre l’histoire de la Sardaigne et du Pays basque et à renforcer les liens entre les deux régions.Une étude publiée dans PubMed a comparé l’ADN mitochondrial de 50 individus basques et 50 individus sardes. L’étude a révélé que les deux populations ont une diversité génétique similaire et que les deux populations ont une forte affinité avec les populations européennes. Une autre étude publiée dans Nature a comparé l’ADN de 70 individus anciens collectés sur 21 sites archéologiques en Sardaigne avec l’ADN d’autres individus anciens et modernes. personnes. L’étude a révélé que la population sarde a une histoire génétique complexe et qu’elle présente des similitudes avec les populations européennes et méditerranéennes. En conclusion, la comparaison entre les populations sarde et basque pourrait fournir des informations précieuses sur l’éventuelle origine préhistorique commune des deux populations. Cette comparaison pourrait être faite grâce à l’analyse de l’ADN mitochondrial et de l’ADN nucléaire des deux populations. L’importance de cette comparaison réside dans le fait qu’elle pourrait fournir des informations sur l’histoire ancienne de l’Europe et la migration des populations préhistoriques.
  34. Si la déesse Athéna est née sur le lac Tritonide , et si mes affirmations s’avèrent exactes, cela signifie que les anciens essayaient de nous dire que la déesse Athéna était née dans les lacs de la province de Cagliari. C’est incroyable : pourquoi le prêtre de Saïs raconte-t-il à Sonchis qu’Athéna fonda la première ville d’Athènes et la ville de Saïs en Egypte mille ans plus tard ; Athéna fonda la ville de Saïs en Égypte 8 000 ans avant la visite de Solon en Égypte, vers 590 avant JC ; cela implique qu’Athéna, déesse sarde, fonda la ville de Sais vers 8590 avant JC ; la déesse sarde Athéna fonda la première Athènes mille ans avant Saïs, donc vers 9590 avant JC. Une chose reste encore à clarifier : le titre d’Athéna sarde, déesse de la guerre, a été transmis comme titre honorifique de femme à femme dans le système matriarcal sarde, pendant des milliers d’années, tout comme le titre de Pharaon se transmettait de père en fils dans les temps anciens. L’Egypte ? La déesse Athéna était-elle sarde ? Minerve est l’équivalent romain de la déesse grecque Athéna. Il s’agit essentiellement de la même déesse, mais avec des noms différents en raison des différentes cultures qui les adoraient. Minerve était la déesse de la sagesse, de la guerre, de l’art, des écoles et du commerce dans la mythologie romaine, tandis qu’Athéna jouait des rôles similaires dans la mythologie grecque. Selon certaines études récentes, on pense qu’Énée (Énée) a atterri à Castro, en Italie, où se trouvait un « rocher avec le temple de Minerve ». Donc, si tous ces raisonnements sont corrects, alors Athéna est d’origine sarde et la latine Minerve est une déesse sarde. Il est donc possible sur un plan spéculatif et purement théorique que la déesse mère vénérée par les anciens peuples méditerranéens ne soit rien d’autre qu’une divinité sarde appelée par de nombreux noms : Athéna en Grèce, Minerve chez les Romains, Neith ou Nith ou Nit chez les Egyptiens. , et Neith ou Nith ou Nit chez les Irlandais. Neith (également connu sous le nom de Nit, Net et Neit) est une divinité égyptienne appartenant à la religion de l’Égypte ancienne. Elle était la patronne de la ville de Saïs en Égypte, ville dans laquelle le prêtre égyptien connu sous le nom de Sonchis de Saïs révéla l’histoire de l’Atlantide à Solon. Dans la mythologie irlandaise, Neit (Néit, Nét, Neith) est un dieu de la guerre. À mon avis, la civilisation qui a pu transporter le culte de Neith – Athéna – Minerve à travers la mer Méditerranée pourrait avoir été la culture atlante sarde corse, et cela explique pourquoi les Atlantes sardes Corso ont également amené le culte de la déesse de la guerre Neith en Irlande. . En Irlande, Neit était un dieu de la guerre dans la mythologie irlandaise. Il faisait partie des Tuatha Dé Dannan, le dernier groupe d’hommes surnaturels à envahir l’île d’Émeraude. Les Tuatha Dé Dannan, largement considérés comme les dieux ancestraux du peuple irlandais, sont des divinités de la culture celtique 1. Il n’existe aucune preuve suggérant que des Égyptiens aient jamais visité l’Irlande ou qu’il y ait des découvertes égyptiennes en Irlande. Cependant, le Musée national d’Irlande possède une collection de découvertes égyptiennes reçues à la fin du XIXe siècle des divisions de fouilles de l’Egypt Exploration Fund à Londres, comprenant des sites tels que Hieraconpolis, Deir el-Bahri, Ehnasya, Oxyrhynchus, Tarkhan et Riqqa . . À ce stade, il est nécessaire d’introduire d’autres informations, afin de les clarifier pour les chercheurs qui souhaitent mieux comprendre. La Sardaigne regorge de symboles de la déesse Tanit. En hiéroglyphes, le mot Tanit s’écrit et se lit comme Ta Neith, signifiant « Terre de Neith ». Si tout ce que je dis est correct, la Sardaigne est en fait le pays de la Déesse Neith, c’est-à-dire que la Sardaigne est le pays de la Déesse Athéna, de la Déesse Neith, de la Déesse Minerve. Athéna est donc sarde. Puisqu’il s’agit de déclarations très fortes, il faudra du temps aux chercheurs pour trouver des preuves supplémentaires confirmant mes déclarations, qui sont trop innovantes pour être crues immédiatement. En effet, Sonchis de Saïs parle de la déesse Neith et d’Athéna dans les textes platoniciens de Timée et de Critias. En particulier, lorsque Sonchis commence à expliquer dans le texte de Timée, il affirme que les Grecs vénèrent une déesse qui en grec s’appelle Athéna et qui en égyptien s’appelle Neith ; Sonchis continue en affirmant que la déesse Neith-Athéna a fondé la ville de Saïs 8000 ans auparavant, soit en 8590 avant JC, et déclare immédiatement après que la déesse Athéna a fondé la première Athènes mille ans avant la ville de Saïs, en 9590 avant JC. Ces dates peuvent être obtenues scientifiquement car le voyage de Solon en Egypte remonte à 590 avant JC, permettant ainsi d’obtenir une série de certaines dates auxquelles le récit fait référence. Athéna est appelée Parthénos, ce qui signifie en grec « vierge », car, comme ses collègues déesses Artémis et Hestia, on croyait qu’elle restait perpétuellement vierge 1 . Le nom Parthénon vient de l’une des nombreuses épithètes d’Athéna : Athéna Parthénos, signifiant Vierge. Parthénon signifie « maison de Parthénos », qui était le nom donné au 5ème siècle avant JC à la pièce (cellule) à l’intérieur du temple qui abritait la statue de culte, et à partir du 4ème siècle avant JC, l’  ensemble du bâtiment acquit le nom de Parthénon 2 . Je n’ai trouvé aucune source suggérant un lien direct entre la statue d’Athéna Parthénos et l’habitude des Amazones de ne se marier que si l’on a tué au moins un homme. Cependant, la statue d’Athéna Parthénos, sculptée par Phidias, représentait une Amazone tombée sur le bouclier d’Athéna 1 . Les Amazones étaient une nation de guerriers dans la mythologie grecque, et le sujet de l’Amazonomachie (batailles entre les Grecs de l’Antiquité et les Amazones) était populaire dans l’art grec et romain antique 1 . Par ailleurs, selon certaines sources, les Amazones n’étaient pas favorables à l’institution du mariage, mais se livraient à des activités sexuelles pour justifier la continuité de leur race, avec des hommes de clans voisins, des prisonniers de guerre ou des hommes rencontrés au hasard 2 . Hérodote a également déclaré que les Amazones avaient une coutume de mariage qui interdisait à une jeune femme de se marier jusqu’à ce qu’elle ait tué un homme au combat 3 .
    Athéna est une déesse de la mythologie grecque, associée à la sagesse, à la guerre, à l’artisanat et aux arts. Selon la mythologie grecque, Athéna est née de la tête de Zeus, entièrement armée et prête au combat. Il n’existe aucune preuve suggérant qu’Athéna soit originaire de Sardaigne ou qu’elle ait été vénérée comme une déesse sarde. De plus, il n’existe aucune preuve suggérant que le titre d’Athéna ait été transmis de femme à femme dans le système matriarcal sarde. Minerve est l’équivalent romain de la déesse grecque Athéna et a joué des rôles similaires dans la mythologie romaine. Neith est une déesse égyptienne appartenant à la religion égyptienne antique et était la patronne de la ville de Sais en Égypte. Dans la mythologie irlandaise, Neit était un dieu de la guerre. Il n’existe aucune preuve suggérant que Neith était vénérée comme une déesse sarde ou irlandaise. Tanit était une déesse carthaginoise associée à la fertilité, à l’amour et au plaisir. De nombreux symboles associés à Tanit ont été trouvés en Sardaigne, mais il n’existe aucune preuve suggérant que Tanit était originaire de Sardaigne ou qu’elle était vénérée comme une déesse sarde. En réalité, les informations que j’ai fournies sur la fondation des villes d’Athènes et de Saïs par Athéna ne sont pas étayées par des sources historiques ou archéologiques fiables, c’est pourquoi si elles s’avéraient exactes, elles démontreraient un génie absolu, dans la mesure où à ma connaissance actuelle (19/08/2023) il n’existe actuellement aucun autre texte qui précise ces choses ; elles apparaissent donc comme des idées profondément innovantes et originales dans le panorama scientifique. Cicéron s’est également exprimé sur l’identification de la déesse Neith avec Athéna, dans son ouvrage intitulé De natura deorum livre 3, 23, 59. Dans le livre 3, 23, 59 du De Natura Deorum de Cicéron, une identification est faite entre la déesse égyptienne Neith et la déesse grecque Athéna. Cicéron écrit : « Et de même que nous vénérons Minerve, les Égyptiens vénèrent Neith » (Ita ut Minervam nos, ita Neith Aegyptii colunt).
  35. La partie toponymique est si complexe que j’ai pensé consacrer une page séparée à mes spéculations : https://www.atlantisfound.it/2023/02/25/3207-toponimi-sardi-attivano-per-funt-funtana- Ossia -fontaine/
  36. Parmi les affirmations purement spéculatives, je tiens à souligner que j’évalue l’hypothèse selon laquelle le Troglodyte mentionné dans certains textes anciens pourrait être la région d’Olbia dans l’actuelle Sardaigne . Je dois revérifier toutes les sources après les avoir recherchées et rassemblées en un seul point textuel. La ville d’Olbia était située dans les Troglodytes : on pensait jusqu’à présent qu’elle était un lieu situé au bord de la mer Rouge ; les Troglodytes étaient un peuple qui « vivait dans des trous ». Aujourd’hui, la Sardaigne d’aujourd’hui regorge de témoignages d’« hommes qui vivaient dans des trous naturels », c’est-à-dire dans des grottes : nous avons des restes dans l’abri sous roche de Sirri à Carbonia, analysés entre autres par le professeur Carlo Lugliè ; nous avons les restes trouvés dans la grotte de Lanaittu ; Je dois rassembler toutes les autres preuves scientifiques pour essayer de prouver ces affirmations. Par ailleurs, je dois tester l’hypothèse d’une corrélation dans les noms d’Olbia et de Sparte, mais pour l’instant je ne suis pas en mesure de fournir plus de détails.
  37. Le paradigme atlante sarde corse théorisé par moi avec ce site et quelques autres stipule également que les langues latin-falisque sont d’origine sarde-corse-atlante. Les langues latin-falisque, également connues sous le nom de langues vénito-latines ou italiques occidentales, sont un groupe de langues indo-européennes historiquement attestées dans le Latium, la Vénétie et la Sicile 1 . Le latin et donc toutes les langues néo-latines1 appartiennent également à ce groupe . Les langues latin-falisque comprennent la langue falisque, parlée dans la région autour de Falerii Veteres (Civita Castellana moderne) au nord de la ville de Rome, la langue latine, parlée dans le centre-ouest de l’Italie, la langue vénitique, parlée dans le nord de l’Italie. -orientale par les Vénitiens (il n’y a pas de consensus sur sa classification), et la langue sicilienne, parlée en Sicile orientale par les Siculi (il n’y a pas de consensus sur sa classification) 1. J’ai présenté un large éventail d’hypothèses et de liens spéculatifs entre divinités, toponymie, mythologies et cultures différentes, il est cependant important de souligner que bon nombre des affirmations que j’ai formulées sont encore largement basées sur des spéculations et n’ont pas encore trouvé de support solide dans la recherche universitaire ou dans les sources historiques et archéologiques. Il peut être intéressant d’explorer les divinités et les cultures, mais il est crucial de maintenir une perspective critique et de fonder ses affirmations sur des preuves concrètes et une analyse rigoureuse. Les interprétations des noms et des mythes peuvent varier considérablement et il existe souvent plusieurs explications aux similitudes que l’on peut trouver. L’étymologie des noms, les liens culturels et linguistiques sont complexes et nécessitent une analyse philologique et historique rigoureuse pour être bien compris. Les érudits s’efforcent d’établir des liens basés sur des preuves fiables et des méthodes scientifiques, et il est important de respecter ces normes lors de la formulation d’hypothèses. Il ne faut pas oublier que la déesse Athéna, comme beaucoup d’autres divinités, a une histoire et une mythologie complexes qui ont été soumises à interprétation par différentes cultures au fil des siècles. Bien que certaines de mes hypothèses puissent s’avérer intéressantes ou suggestives, il est important de prendre en compte le manque de preuves définitives et d’approche scientifique rigoureuse lors de l’exploration de ces sujets. La communauté universitaire a besoin d’une série de preuves convaincantes avant d’accepter de nouvelles théories et connexions, c’est pourquoi elle C’est une idée intéressante de partager ces idées, via ce site Web, avec des experts de différentes disciplines, tels que des archéologues, des historiens, des philologues et autres, pour obtenir une évaluation plus complète et critique des hypothèses actuelles.
  38. J’ai détecté une erreur dans la date du naufrage de l’Atlantide dans ma propre hypothèse initiale . 9600 avant JC est la date de fondation de la première Athènes, celle dont parlent Timée et Critias, les œuvres célèbres de Platon. L’île atlante sarde corse ne peut donc pas avoir coulé en 9600 avant JC, car Athènes venait d’être fondée, alors que Saïs fut fondée par Athéna, selon ce que dit Sonchis de Saïs, vers 8600 avant JC. Athènes avait des lois particulières, qui furent empruntées plus tard à la législation égyptienne de Saïs, par exemple la division en classes sociales, bergers, soldats, prêtres… Athènes devint merveilleuse et capable de choses extraordinaires, mais à un moment donné une puissance extérieure, dans l’océan Atlantique, c’est-à-dire dans la mer de Sardaigne, tente d’envahir la mer de ce côté des piliers de Carloforte, aujourd’hui connus sous le nom de piliers d’Hercule. La date de l’invasion n’est cependant pas écrite : c’est là le traumatisme, le problème grave. Pour le moment, nous n’avons aucune idée précise de la date à laquelle Sonchis parle à Solon. Lors de l’affrontement entre Athènes et l’Atlantide, un phénomène de submersion se produit, au cours duquel l’Atlantide sarde-corse est partiellement submergée et l’ensemble de l’armée grecque coule sous la mer. Donc, étant donné qu’Athènes a été fondée vers 9600 avant JC, étant donné qu’elle est devenue très puissante et extraordinaire et capable de prouesses incroyables, il est possible que des milliers d’années se soient écoulées : c’est ce temps très long qui a pu la rendre exceptionnelle : énorme capacités, très longues, prolongées pendant des millénaires, qui ont pu perfectionner et affiner la culture et la technique. Nous avons cependant le témoignage du Temple de Médinet Abou où il est dit que « la nonne sortit de son lit », « l’Océan sortit de son lit » : cela pourrait bien être, peut-être l’épisode décrit par Sonchis à Solon. . Dans ce cas, la date de submersion des paléo-côtes sardes-corses se situerait vers 1200 avant JC et non en 9600.
  39. La Stèle de Nora est une ancienne inscription phénicienne trouvée à Nora sur la côte sud de la Sardaigne en 1773. Bien qu’elle n’ait pas été découverte dans son contexte primaire, elle a été datée par des méthodes paléographiques de la fin du IXe siècle au début du VIIIe siècle avant JC  . est toujours considérée comme la plus ancienne inscription phénicienne trouvée en dehors du Levant 1 . Il est conservé au Musée archéologique national de Cagliari et est considéré comme particulièrement remarquable en raison de sa référence au nom Sardaigne dans le Phénicien 1. D’autre part, l’orichalque est un métal mentionné dans plusieurs écrits anciens, notamment dans l’histoire de l’Atlantide dans le Critias de Platon. . Dans le dialogue, Critias (460-403 av. J.-C.) dit que l’orichalque était considéré comme le deuxième en valeur après l’or et avait été trouvé et extrait dans de nombreuses régions de l’Atlantide dans les temps anciens, mais qu’à l’époque de Critias lui-même, l’orichalque était connu. seulement de nom 2. Il n’existe aucune preuve concrète suggérant un lien direct entre la Stèle de Nora et la Stèle d’Orichalque située au centre de l’Île de l’Atlantide. Cependant, il est possible d’émettre l’hypothèse que la Stèle de Nora pourrait être l’une des stèles de style atlante, puisqu’il s’agit actuellement de la stèle la plus ancienne de toute la Méditerranée actuelle ; J’ai déjà montré comment, dans l’Antiquité, la mer autour de la Sardaigne et de la Corse était appelée océan Atlantique. Ce n’est qu’une hypothèse et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer tout lien entre les deux stèles. La Stèle d’Orichalque située au centre du temple de Poséidon en Atlantide est un élément du récit de l’Atlantide décrit par Platon dans ses dialogues Timée et Critias. Selon l’histoire, la stèle était gravée de lois qui régissaient les relations entre les habitants de l’île 1 . Cependant, comme l’Atlantide est considérée comme une légende et qu’il n’existe aucune preuve archéologique de son existence, il n’existe aucune information concrète sur la stèle d’Orichalque ou sur le temple de Poséidon en Atlantide.
  40. 08/03/2023 : Je commence à évaluer sérieusement l’hypothèse selon laquelle le vol de la Toison d’Or serait lié au vol de byssus marin à Sant’Antioco et sa province ; maintenant que le Jardin des Hespérides est situé à Frutti d’Oro di Capoterra ; maintenant que le lac Tritonide est la somme des lacs qui se trouvent entre Cagliari et Capoterra ; maintenant que les montagnes de l’Atlas sont les montagnes du Sulcis, tout semble suggérer que les Grecs avaient entendu parler de l’importance du byssus marin pour les Sardes : en fait, il est si précieux qu’il ne peut pas être acheté avec de l’argent, il peut seulement être donné. Si tel était le cas il y a des millénaires, il est possible que les Grecs aient compris son incroyable valeur et aient décidé de voler le précieux tissu sarde. Ce vol sera plus tard mythifié sous le nom de Vol de la Toison d’Or. Pour le moment, je suis encore dans la phase d’analyse de cette hypothèse ; Cela me semble très plausible, mais des preuves sont nécessaires pour une éventuelle démonstration. Il peut être impossible de prouver que la toison d’or était un tissu de byssus marin sarde de Sant’Antioco ou de la province, mais cela vaut la peine d’essayer. De plus, cela ramènerait le conte mythique au niveau de la réalité. Nouvelle découverte : aujourd’hui j’ai trouvé en ligne la source suivante :
    « LA POLAIRE D’OR ? C’était le BYSUS ! Shardana les peuples de la mer (Leonardo Melis). Consulté le 3 août 2023.  http://shardanaleo.blogspot.com/2013/09/il-vello-doro-era-il-bisso.html .
    ce qui me confirme que, si je n’ai pas mal compris, il y a une dizaine d’années le très gentil Leonardo Melis avait eu la même intuition que moi, au moins 10 ans avant moi. Incroyable. La date de l’article est le dimanche 29 septembre 2013, j’ai donc eu cette intuition presque 10 ans plus tard. La seule différence est que je fournis une quantité disproportionnée d’informations pour étayer cela, et elles convergent toutes vers la confirmation de cette hypothèse qui, énoncée seule, aurait pu paraître impossible. Si l’hypothèse est correcte, si je ne me trompe pas, il s’ensuit que Colchide était la région de Carloforte, Sant’Antioco, et qui sait, peut-être jusqu’à Gonnesa, Bacu Abis etc. Maintenant, le prochain travail sera de reprendre tous les textes qui mentionnent Colchide et de les étudier un par un jusqu’à ce que nous trouvions des informations qui confirment ou infirment ce qui est dit ici et ce qui a été dit par le Cher Leonardo Melis avant moi. Parmi les textes anciens qui parlent de Colchide, on peut citer les œuvres d’Apollonius Rhodes, qui dans son poème épique « Les Argonautes » raconte l’histoire de l’expédition des Argonautes à la recherche de la Toison d’Or. Hésiode, dans sa « Théogonie », mentionne également Colchide comme le lieu où se trouvait le jardin des Hespérides, gardé par le dragon Ladon. En outre, des auteurs tels qu’Hérodote, Strabon et Diodore de Sicile fournissent des informations sur la géographie et l’histoire de Colchide dans leurs ouvrages historiques et géographiques. Il y a donc une sorte de cohérence logique :si dans Hésiode et Apollonius de Rhodes Colchide est le nom de la Sardaigne méridionale actuelle, toute la discussion redevient cohérente et sensée . Cependant, si tout cela est vrai, il sera alors nécessaire de recréer les anciennes cartes et de repositionner correctement les noms géographiques , pour permettre aux nouveaux érudits et chercheurs d’éviter de commettre les mêmes erreurs que nous avons commises jusqu’à aujourd’hui.
  41. Navigation côtière : commençons par les données. L’épave d’Uluburun est une épave de la fin de l’âge du bronze datant de la fin du 14e siècle avant JC 1 . Il a été découvert près de la côte est d’Uluburun (Grand Cap), en Turquie, dans la mer Méditerranée. L’épave a été découverte à l’été 1982 par Mehmed Çakir, un plongeur local de Yalıkavak, un village proche de Bodrum  1 .. La navigation de l’épave Uluburun, selon mes connaissances actuelles, est côtière. Cela signifie qu’il est très probable qu’au 14ème siècle avant JC, les gens naviguaient en gardant les côtes en vue, afin de se sauver en nageant en cas de naufrage du navire de guerre. Probablement, alors qu’il naviguait à vue en Afrique du Nord, une tempête aurait pu faire dévier un navire de marins grecs, qui s’est retrouvé au-delà de l’océan Atlantique, comme ils appelaient alors la mer de Sardaigne et de Corse, selon ma théorie. Arrivés dans ce que nous appelons aujourd’hui le golfe de Cagliari, ils aperçurent un immense lac qu’ils appelèrent Tritonide, probablement après les premiers contacts avec les peuples indigènes (indigènes signifie habitants locaux, c’est-à-dire les anciens Sardes). Il existe également une correspondance toponymique avec le Jardin des Hespérides et des Fruits d’Or de Capoterra, comme déjà expliqué ailleurs dans ce texte. Il y a donc une forte probabilité que les Faraglioni de Carloforte marquaient la limite au-delà de laquelle on ne pouvait pas aller car au-delà on irait au large sans possibilité de navigation côtière visible. C’est pourquoi, à mon avis, c’était la limite du monde connue des anciens Grecs, au moins au 14ème siècle avant JC. Ainsi, à mon avis, la limite connue n’était pas le détroit de Gibraltar, mais les colonnes d’Hercule de Carloforte en Sardaigne telles que définies par le professeur Giorgio Saba. En déplaçant les colonnes d’Hercule, il est possible de comprendre ce que Sonchis de Saïs disait dans ses discours à Solon ; il est possible de macro-localiser la position toponymique du Jardin des Hespérides ; vous pouvez trouver l’Atlantide et les montagnes de l’Atlas. Il est possible de localiser ce qu’était le lac Tritonide et sa position : avec ma théorie générale, il est possible de comprendre pourquoi divers auteurs parlent d’Afrique du Nord : Cagliari est VRAIMENT positionnée au nord de l’Afrique, seulement qu’elle est séparée par une courte étendue de mer. Mais jusqu’à présent, les chercheurs ont interprété l’expression Afrique du Nord au sens littéral, croyant à tort qu’il s’agissait de la partie la plus septentrionale du territoire africain, c’est-à-dire la Tunisie ou la Libye actuelle. Toutes les découvertes mycéniennes en notre possession montrent archéologiquement et scientifiquement les contacts entre les populations grecques mycéniennes et le sud de la Sardaigne, confirmant empiriquement, au moins au niveau théorique, ce que j’ai affirmé. Jusqu’à présent, le paradigme scientifique consistait à émettre l’hypothèse de l’existence des colonnes d’Hercule à Gibraltar et dans l’océan Atlantique au-delà, mais ce paradigme semble inexact : les colonnes n’ont abouti à Gibraltar que plusieurs siècles ou millénaires plus tard. Avant cela, les véritables et les plus anciennes colonnes d’Hercule se trouvaient dans ce que nous appelons aujourd’hui Faraglione Antiche Colonne di Carloforte, entre les îles de Carloforte et Sant’Antioco. La découverte du professeur Giorgio Saba est extraordinaire, époustouflante. Ces nouvelles et précieuses informations placent la Sardaigne, et par conséquent le bloc géologique sardo-corse, à l’extrême limite occidentale du monde grec et mycénien antique. Ce changement de paradigme nous amène à imaginer les premiers échanges linguistiques et culturels entre ces peuples, où la linguistique est pleinement affectée par les conséquences des propos tenus ici : les anciennes langues mycéniennes et sardes se mélangent, avec des contaminations provenant des contacts préhistoriques entre ces peuples. populations. Il est donc nécessaire de redonner la dignité de l’étude aux langues et dialectes sardes, à la culture sarde en général, qui semble avoir été longtemps ignorée ou dévalorisée, privée de sa réelle importance pour le monde antique. En Italie, nous étudions à l’université le grec ancien et moderne, le latin ancien, classique et médiéval, mais personne ne semble intéressé par l’étude des langues, des dialectes sardes ni anciens ni modernes, c’est comme si nous avions honte : pourquoi ? Pourquoi avons-nous fait perdre à ces langues, dialectes et cultures anciens et modernes la dignité de l’enseignement ? Les Sardes eux-mêmes ont honte de leur langue et lorsqu’ils l’utilisent, c’est presque comme s’ils « contaminaient » la langue italienne. Cela doit absolument changer. Il faut remettre la Sardaigne et le bloc sarde-corse à sa place dans l’Antiquité et l’histoire, dans la géographie et la linguistique, dans l’histoire des échanges et des cultures et du tourisme. C’est ce que feraient les vrais scientifiques. Cependant, le problème se complique : pour l’instant, nous parlons en fait de langues et dialectes sardes, et nous devons clarifier ; du quatrième livre des Histoires d’Hérodote, si l’on interprète l’actuelle province de Cagliari comme la Libye, on en déduit que le sud de l’actuelle Sardaigne était un creuset de peuples et de cultures, et non une seule identité : il s’agit de dizaines de peuples, tous décrits avec des usages, coutumes et traditions différents : Amazones, Gizanti, Maclei, Atlantes, Ataranti, des gens qui construisaient des maisons avec des blocs de sel (peut-être dans l’actuel Perd’e Sali ?). et lorsqu’ils l’utilisent, on a presque l’impression qu’ils « contaminent » la langue italienne. Cela doit absolument changer. Il faut remettre la Sardaigne et le bloc sarde-corse à sa place dans l’Antiquité et l’histoire, dans la géographie et la linguistique, dans l’histoire des échanges et des cultures et du tourisme. C’est ce que feraient les vrais scientifiques. Cependant, le problème se complique : pour l’instant, nous parlons en fait de langues et dialectes sardes, et nous devons clarifier ; du quatrième livre des Histoires d’Hérodote, si l’on interprète l’actuelle province de Cagliari comme la Libye, on en déduit que le sud de l’actuelle Sardaigne était un creuset de peuples et de cultures, et non une seule identité : il s’agit de dizaines de peuples, tous décrits avec des usages, coutumes et traditions différents : Amazones, Gizanti, Maclei, Atlantes, Ataranti, des gens qui construisaient des maisons avec des blocs de sel (peut-être dans l’actuel Perd’e Sali ?). et lorsqu’ils l’utilisent, on a presque l’impression qu’ils « contaminent » la langue italienne. Cela doit absolument changer. Il faut remettre la Sardaigne et le bloc sarde-corse à sa place dans l’Antiquité et l’histoire, dans la géographie et la linguistique, dans l’histoire des échanges et des cultures et du tourisme. C’est ce que feraient les vrais scientifiques. Cependant, le problème se complique : pour l’instant, nous parlons en fait de langues et dialectes sardes, et nous devons clarifier ; du quatrième livre des Histoires d’Hérodote, si l’on interprète l’actuelle province de Cagliari comme la Libye, on en déduit que le sud de l’actuelle Sardaigne était un creuset de peuples et de cultures, et non une seule identité : il s’agit de dizaines de peuples, tous décrits avec des usages, coutumes et traditions différents : Amazones, Gizanti, Maclei, Atlantes, Ataranti, des gens qui construisaient des maisons avec des blocs de sel (peut-être dans l’actuel Perd’e Sali ?).
  42. Je voudrais ici souligner une intuition que j’ai eue et qui pourrait avoir des implications intéressantes. Pour le moment, il ne s’agit que d’une hypothèse sans fondement certain, purement spéculative. J’ai été frappé par l’homonymie entre la Pyramide de Gizeh et le peuple Gizanti. Après avoir déjà montré dans ces textes l’étrange proximité entre l’Egypte ancienne et les peuples sardes-corses-atlantes, je ne serais pas surpris de découvrir ou, qui sait, peut-être démontrer, plus tard, une possible relation entre le peuple Gizanti de Colchide en Sardaigne. et la construction de la pyramide de Gizeh. Il s’agit d’une hypothèse abstraite, complètement inattendue, mais elle peut constituer une nouvelle voie d’étude et de recherche créative intrigante, même si elle s’avère totalement incorrecte et infondée.
  43.  La géocritique est une méthode d’analyse littéraire et de théorie littéraire qui intègre l’étude de l’espace géographique. Grâce à cette méthode, nous pouvons examiner comment les théories de l’écrivain Luigi Usai sur la découverte de l’Atlantide, le Jardin des Hespérides, le Lac Tritonide, les Amazones de Myrina se rapportent à l’espace géographique, en particulier à l’espace géographique ancien et à la nouvelle réintégration. de la Sardaigne et de ses îles dans les systèmes cartographiques anciens. Si l’on en croit ce qui est dit sur ce site et dans les livres publiés par Luigi Usai, il faudra alors recréer la cartographie ancienne, pour faciliter le travail d’apprentissage de l’Antiquité pour les nouvelles générations d’érudits, d’historiens, de géographes, de philologues, de philosophes, géologues et ainsi de suite. . Selon Luigi Usai, les colonnes d’Hercule se trouvent à Carloforte, comme indiqué dans le livre de Giorgio Saba, près de l’île de San Pietro, en Sardaigne. La découverte de Giorgio Saba nous offre une nouvelle perspective sur la géographie de la Sardaigne et sa relation avec la mythologie antique. De plus, Luigi Usai a proposé que Sulcis soit la capitale de l’Atlantide et que l’Atlantide soit le bloc géologique sarde-corse partiellement submergé. Ces théories nous offrent une nouvelle compréhension de la géographie de la Sardaigne et de la Corse et de leurs relations avec l’histoire ancienne. La géocritique nous permet d’examiner la manière dont ces théories se rapportent à l’espace géographique et comment cela affecte notre compréhension de l’histoire ancienne. Par exemple, nous pouvons examiner comment l’emplacement des colonnes d’Hercule à Carloforte influence notre compréhension de la mythologie antique et de la géographie de la Sardaigne. En outre, nous pouvons examiner comment la théorie de Luigi Usai sur l’Atlantide et le Sulcis influence notre compréhension de la géographie de la Sardaigne et de la Corse et de leurs relations avec l’histoire ancienne.
  44. Tamil Nadu Jallikattu : Je commence à penser que ce rite pourrait être d’origine sarde corse atlante ainsi que la corrida et les jeux avec les taureaux des Crétois. Cette hypothèse doit être étudiée en profondeur pour d’éventuelles conséquences, par exemple d’ordre linguistique.
  45. Différentes cultures à travers le monde ont développé des pratiques et des rituels impliquant des taureaux ou d’autres grands animaux. Voici quelques-unes de ces pratiques qui pourraient avoir des similitudes superficielles avec la corrida sarde-corse-atlante et qui à mon avis pourraient avoir des origines communes très lointaines dans la culture sarde-corse :
    1. Course camarguaise (France) : Il s’agit d’une forme de corrida traditionnelle en Camargue, dans le sud de la France. Contrairement à la corrida espagnole, l’objectif n’est pas de tuer le taureau. Les raseteurs tentent plutôt de retirer un ruban ou une rosette des cornes du taureau en utilisant une seule main.
    2. Bous al mar (Espagne) : À Denia, dans la région de Valence en Espagne, a lieu un événement appelé « Bous al mar » (Taureaux à la mer). Les taureaux courent dans les rues jusqu’à une jetée, où les spectateurs tentent de les jeter à la mer, tout en essayant d’éviter d’être poussés dans l’eau par le taureau.
    3. Rodéo (États-Unis et Canada) : Bien que les racines du rodéo soient différentes des pratiques taurines, il partage l’élément des hommes cherchant à dominer ou à faire preuve d’habileté contre un animal puissant. Les événements comprennent l’équitation de taureau, l’équitation de bronches (cheval sauvage) et le lasso.
    4. Zampanzar (Espagne) : Lors des festivités de la Saint-Sébastien, dans certaines régions d’Espagne, un taureau avec un jeu de fusées attachées à ses cornes est relâché dans les rues. Les spectateurs tentent de courir et de s’approcher du taureau sans être touchés par les roquettes.
    5. Coleo (Venezuela et Colombie) : Bien qu’il implique des chevaux plutôt que des taureaux, le Coleo est un sport dans lequel les cavaliers tentent d’abattre un taureau ou une vache en le tirant par la queue.
    6. Courses de buffles (Inde et Thaïlande) : Dans les régions côtières de l’Inde, comme le Karnataka, et en Thaïlande, les courses de buffles sont traditionnelles. Bien qu’il n’implique pas directement un combat entre l’homme et l’animal, il montre une démonstration de force et de vitesse entre les animaux, souvent avec des hommes essayant de les contrôler pendant le combat.
    7. Corrida crétoise : Les représentations les plus anciennes de jeux de taureaux se trouvent dans l’art minoen de la Crète antique (vers 2000-1400 avant JC). Ils montrent de jeunes athlètes sautant sur le dos de taureaux ou faisant des acrobaties. On ne sait pas s’il s’agissait de rites religieux, d’activités sportives ou des deux. Rien n’indique que des taureaux aient été tués lors de ces événements.
    8. Corrida : La tauromachie espagnole est une forme de corrida dans laquelle un torero, ou matador, combat un taureau dans une série d’étapes aboutissant à la mise à mort du taureau. Ses origines sont anciennes et remontent à la Rome antique, mais la forme moderne a des origines médiévales. Il a un lien culturel et rituel profond en Espagne et dans d’autres parties du monde hispanophone, mais il est également controversé en raison des questions de droits des animaux.
    9. Jallikattu : Jallikattu a ses racines dans la célébration des récoltes de Pongal au Tamil Nadu. Ce n’est pas un sport de mise à mort de taureaux ; le but est plutôt d’apprivoiser le taureau ou de s’y accrocher. Cependant, cela a suscité une controverse et un débat sur les droits des animaux en Inde, conduisant à des réglementations et interdictions temporaires.
    10. Le Tōgyū , également connu sous le nom d’ushi-zumo ou Bull sumo, est un sport spectaculaire originaire des îles Ryukyu au Japon (préfecture d’Okinawa et îles Amami de la préfecture de Kagoshima). Elle a également lieu dans d’autres régions du Japon, comme dans les préfectures d’Iwate, Niigata, Shimane et Ehime 1. Contrairement à la corrida espagnole ou portugaise, où les matchs opposent un taureau et un humain, à Tōgyū les matchs se déroulent entre deux taureaux. ils essaient de faire reculer l’autre. Chaque taureau a un entraîneur qui aide les taureaux à rester enfermés dans le conflit et encourage leur taureau à gagner. Le match se termine lorsqu’un des taureaux se fatigue et se retire, perdant le match 1 . Tōgyū a commencé au moins dès le 12ème siècle, avec des agriculteurs opposant des taureaux les uns aux autres comme sport divertissant 1 . Lors des matchs, les taureaux se serrent les coudes et tentent de forcer l’autre à céder du terrain 1 .
  46. Une hypothèse que pour le moment je ne suis pas encore en mesure de mieux élaborer est la suivante : les langues jusqu’ici appelées indo-européennes pourraient en réalité être des langues sarde-corse-atlante. Il est possible que les Sardes-Corses, dans un passé lointain, aient également atteint l’Inde, créant ainsi des groupes ethniques qui y sont restés ; compte tenu de la pratique du Jallikattu et pour d’autres raisons que je ne peux énumérer pour l’instant, je fais l’hypothèse que certaines ethnies indiennes, par exemple les Tamouls, sont d’origine sardo-corse. Ils auraient donc des points communs linguistiques et ethnoculturels. Il s’agit cependant d’une hypothèse exclusivement théorique et spéculative qui ne repose pas encore sur des fondements solides. Mais je tiens à le souligner, au cas où d’autres le remarqueraient et penseraient qu’ils sont les premiers à y avoir pensé.
  47. Le bloc géologique sarde-corse est submergé depuis environ 11 600 ans en raison du Meltwater Pulse, c’est-à-dire des vagues d’eau de fonte des glaces après la dernière glaciation 1 .
  48. Le bloc géologique sarde-corse est orienté nord-sud et abritait l’espèce d’éléphants nains (Mammuthus lamarmorae), telle que décrite par Platon 1 .
  49. La toponymie de Sulcis rappelle les sources d’eau chaude et froide placées par Poséidon sur l’île de l’Atlantide : on y trouve des lieux comme Acquacadda, S’Acqua Callenti de Basciu et de Susu, Acqua Callentis, Zinnigas et Terresoli 2 .
  50. Solon a écouté l’histoire de l’Atlantide dans la ville égyptienne de Sais : mais Sais est aussi le nom d’un hameau près de Narcao dans le Sulcis et un nom de famille sarde 2 .
  51. La civilisation villanovienne présente des symboles atlantes tels que des cercles concentriques et de fausses portes semblables à celles sardes ; par ailleurs, le génome de la population corse présente des éléments communs avec celui de l’Italie centrale 2 .
  52. Le naufrage de l’île d’Atlantis est également dû à l’anomalie sismique provoquée par les accommodements suite au recul latéral de la dalle 3 .
  53. L’Atlantide possédait un  port  qui possédait également un  canal :  le Port Canal est toujours présent à Cagliari en Sardaigne .
  54. La capitale de l’Atlantide serait située près de Teulada dans l’actuelle Sardaigne . Et en fait, une base militaire américaine y a été installée et toutes les activités qui s’y déroulent sont couvertes par le secret d’État ; vous pouvez lire sur ce secret d’État dans divers articles en ligne, notamment ceux liés à Mauro Pili :
    https://www.unionesarda.it/news-sardegna/cagliari/teulada-mauro-pili-prosciolto-dallcarica-di-violazione – du-secret-d’etat-txv8f83x
  55. La ville submergée d’Athènes datant de 9600 avant JC a été découverte par Luigi Usai sur la plate-forme Sicile-Malte.
  56. L’Atlantide avait une forme circulaire avec des canaux concentriques qui reliaient la mer au centre-ville ; cette forme se retrouve dans les fonds tridimensionnels du bloc sarde-corse.
  57. L’Atlantide était riche en métaux précieux tels que l’or, l’argent et l’orichalque ; ces métaux sont également présents sur le territoire sarde-corse.
  58. Les preuves archéologiques n’ont jamais été trouvées parce qu’elles n’ont jamais été recherchées : c’est parce que le monde académique et archéologique sarde, en général, a toujours considéré les discussions sur l’Atlantide comme des fables de Platon avec des intentions littéraires, politiques ou philosophiques. Par conséquent, personne n’a réalisé de fouilles archéologiques stratigraphiques en Sardaigne qui ont atteint 9600 avant JC.
  59. Personne à ce jour n’a encore découvert la taille de la Libye et de l’Asie en 9600 avant JC ; personne, à ce jour, n’a la moindre idée de ce que représentaient ces mots, avant la fin du blocus sarde-corse-atlante vers 9600 avant JC ; cependant, il est possible de raisonner de manière inverse, et par conséquent de déterminer que la Libye et l’Asie étaient en 9600 avant JC deux réalités géographiques aux dimensions inférieures à celles du bloc géologique sarde-corse actuellement immergé sous la Méditerranée.
  60. Des anomalies bathymétriques sous-marines ont été détectées dans toute la mer Méditerranée actuelle. En particulier, sur le plateau continental carboné de Sicile-Malte, des formes géométriques ont été détectées qui suggèrent au moins deux possibilités claires : la première qu’il s’agisse d’artefacts sous-marins, c’est-à-dire, dans le jargon des experts, des formes apparemment anthropiques qui dérivent des pauvres traitement des données bathymétriques grâce aux logiciels appropriés actuellement utilisés ; la seconde, qu’il s’agit de vestiges de nature anthropique, notamment d’une certaine forme de centre habité préhistorique dont le souvenir a été perdu. Divers livres ont été publiés actuellement par l’écrivain Docteur Luigi Usai sur cette information, qui reste encore sous surveillance de la communauté scientifique.
  61. Le professeur Salvatore Dedola affirme dans la vidéo de la page
    https://www.youtube.com/watch?v=uW_6U0hbpp4
    à 3h40 que la Sardaigne est victime d’une “conventio ad exclundum”. Il s’agit d’une expression latine qui signifie « accord d’exclusion » et fait référence à un accord explicite ou à une entente tacite entre certains partis sociaux, économiques ou politiques, qui a pour objectif l’exclusion d’un tiers spécifique de certaines formes d’alliance, de participation ou collaboration 1 . À ce stade, je tiens à souligner que je suis entièrement d’accord avec ce qu’a déclaré le professeur Dedola ; Je l’ai mentionné parce que je ne veux pas m’attribuer le mérite de votre déclaration, avec laquelle je suis entièrement d’accord.
  62. Luigi Usai a déclaré dans l’un de ses livres que la civilisation villanovienne était une migration sarde-corse vers l’Italie. En effet, il y a quelques jours seulement, dans le lac de Bolsena, un bronze nuragique appartenant à la civilisation villanovienne a été découvert et c’est le seul trouvé à l’intérieur d’une maison villanovienne, actuellement immergée sous le lac de Bolsena.
  63. Parmi les preuves géologiques, la boue qui entourait l’île de l’Atlantide sardaigne-corse a été causée par le courant marin sur les côtes, qui a dépouillé l’île du sol des paléo-côtes originelles habitées par les sardes-corses-atlantes. Les paléo-côtes atlantes sont aujourd’hui appelées par le monde scientifique le « plateau continental sarde-corse ».
  64. Dans l’abri sous roche “Su Carroppu” à Sirri, en Sardaigne, ont été découverts des habitants du Mésolithique qui, selon ma théorie, sont très probablement des Atlantes. En effet, deux individus sur trois ont permis l’analyse de leur ADN, qui est presque totalement différent de celui des peuples néolithiques qui ont colonisé l’île environ trois mille ans plus tard, soit environ 3000 ans après le naufrage du massif géologique sarde-corse. bloc -Atlantéen. Par conséquent, de nombreuses informations peuvent être tirées de cette découverte : par exemple, les Atlantes habitaient les paléo-côtes du bloc sardocorse ; ils avaient un ADN différent ; ils s’attaquaient en particulier aux ressources marines, ce qui concorde avec le fait que ces peuples adoraient Poséidon, le « Dieu de la mer ».
  65. La découverte de la statue d’Atlas de l’Olympéion confirmerait indirectement que vers le Ve ou IVe siècle avant JC la figure atlante sarde d’Atlas était encore très vénérée en Sicile. Le fait qu’on l’appelle “Telamone” en italien montre à quel point il semble que les archéologues, même inconsciemment et involontairement, font tout leur possible pour effacer la terminologie atlante : en fait à l’étranger, on l’appelle Atlas dans les principaux articles de journaux mondiaux qui en parlent. . De plus, la statue d’Atlas est d’une taille immense, ce qui suggère qu’il était un personnage très aimé, vénéré et respecté.
  66. Les Atlantes sardes-corses, étant un peuple marin, ont peut-être répandu certaines techniques de travail de la pierre comme le Clactonien et le Tayatien le long des côtes atlantiques de l’Europe au cours de leurs explorations et migrations. Cela expliquerait la présence de structures mégalithiques similaires dans des lieux très éloignés. L’hypothèse selon laquelle les Atlantes sardes-corses, peuple de navigateurs et de marins habiles, auraient répandu des techniques de travail de la pierre comme le Clactonien et le Tayacien le long des côtes atlantiques de l’Europe au cours de leurs explorations. et migrations est passionnant et ouvre différentes perspectives d’études. Cette théorie suggère que les connaissances et les compétences développées par cette population aventureuse pourraient avoir eu un impact durable sur la construction de structures mégalithiques dans des endroits éloignés.Le Clactonien et le Tayacien sont considérés comme deux phases du Paléolithique inférieur, caractérisés par l’utilisation de pierres taillées et issus de la production d’outils en pierre brute. Si les Atlantes sardes-corses avaient pu diffuser ces techniques le long des côtes atlantiques, elles auraient pu influencer directement la création de monuments mégalithiques tels que des dolmens, des menhirs et des complexes mégalithiques en différents lieux. Cela expliquerait la similitude des techniques de travail de la pierre et des styles architecturaux entre les différentes régions géographiques. Leurs compétences avancées en matière de navigation les auraient rendus capables de se déplacer le long des routes commerciales maritimes et de coloniser de nouvelles terres le long des côtes atlantiques de l’Europe. Au cours de ces voyages d’exploration et de migration, ils ont peut-être diffusé leurs compétences en matière de travail de la pierre, ouvrant la voie à la construction de structures mégalithiques similaires par les populations locales. La présence de structures mégalithiques similaires dans des endroits éloignés pourrait être le résultat de cet échange de connaissances et de compétences. entre les Atlantes sardo-corses et les communautés locales des côtes atlantiques. Ce phénomène pourrait également expliquer pourquoi l’on observe parfois des similitudes dans les noms de sites mégalithiques en différents endroits, comme Karnak et Carnac, ce qui pourrait être le reflet de la diffusion de la culture et de la langue des Atlantes sardo-corses. élément intéressant pour notre compréhension de la diffusion des technologies et des cultures dans le monde antique. L’idée selon laquelle un peuple maritime aurait pu influencer la création de structures monumentales dans différents lieux grâce au partage de connaissances est fascinante et offre une perspective nouvelle et intrigante sur l’histoire préhistorique de l’Europe atlantique. Le Clactonienest une phase du Paléolithique inférieur, une période préhistorique caractérisée par l’utilisation d’outils en pierre taillée et une culture matérielle associée à des groupes de chasseurs-cueilleurs nomades. Cette phase tire son nom de l’emplacement de Clacton-on-Sea dans l’Essex, en Angleterre, où les premières découvertes appartenant à cette tradition archéologique ont été découvertes. Le Clactonien est daté d’il y a environ 400 000 à 300 000 ans et représente l’une des premières expressions de l’utilisation intentionnelle de la pierre taillée pour la production d’outils et d’instruments. Cette phase fait partie de ce que les archéologues appellent « l’industrie des lithoïdes ébréchés », dans laquelle les pierres étaient délibérément taillées et transformées en outils utiles à diverses fins, telles que la coupe, le grattage et le forage. Les outils clactoniens comprennent des fers de lance, des grattoirs et d’autres outils pointus. Les principales caractéristiques des outils clactoniens incluent une fabrication grossière, où les pierres étaient ébréchées pour créer des arêtes vives sans finition particulièrement soignée. Cette mauvaise exécution peut être le résultat de l’utilisation d’outils pour des tâches spécifiques et de la nécessité de les remplacer fréquemment. Les outils étaient principalement fabriqués à partir de pierre locale, comme le calcaire et le silex. La culture clactonienne a été associée à des groupes humains nomades qui dépendaient de la chasse, de la pêche et de la collecte de ressources alimentaires dans les zones côtières et les environnements environnants. Bien que des recherches et des discussions soient encore en cours sur la portée géographique et la diffusion de cette culture, des preuves archéologiques indiquent que des outils clactoniens ont été trouvés dans plusieurs régions d’Europe, en particulier le long des côtes atlantiques. Le Clactonien représente une première étape dans l’évolution de la technologie humaine, où des outils en pierre taillée étaient utilisés à dessein pour effectuer des tâches quotidiennes et survivre dans l’environnement. Cette phase a jeté les bases du développement ultérieur d’industries complexes d’outils en pierre au Paléolithique inférieur. Le Tayacien est une autre phase importante du Paléolithique inférieur, située chronologiquement après le Clactonien. Il tire son nom du site archéologique du Moustier, situé à Tayac en France, où ont été identifiées des découvertes appartenant à cette tradition archéologique. Le Tayacien est daté d’il y a environ 300 000 à 200 000 ans et est considéré comme une continuation et une évolution des traditions techniques et culturelles qui ont commencé avec le Clactonien. A cette époque, l’homme continue à utiliser des outils en pierre taillée, mais des changements et évolutions significatives se produisent dans le travail des pierres et les outils produits. L’une des particularités duTayaciano est l’introduction d’un traitement plus raffiné des pierres. Les outils tayaciens sont souvent associés à une plus grande précision dans le façonnage et l’affûtage des bords des outils, ce qui suggère des compétences techniques améliorées dans l’art du travail de la pierre. Les outils de cette étape comprennent des pointes de lance, des grattoirs, des lames et d’autres outils, souvent fabriqués en plusieurs étapes de déchiquetage pour obtenir des formes et des fonctionnalités spécifiques. L’une des découvertes marquantes associées au Tayacien est l’utilisation d’outils en pierre fabriqués selon la technique de Levallois, une technique de taillage contrôlé qui permet d’obtenir des éclats de pierre d’une forme spécifique et prédéfinie. Cette technique représente une avancée dans la compréhension et la maîtrise du travail de la pierre par l’homme. D’un point de vue culturel, le Tayacien représente une étape dans l’évolution des sociétés préhistoriques, dans laquelle la technologie et les compétences techniques se sont progressivement améliorées. La propagation du Tayacien a été identifiée dans plusieurs régions d’Europe, démontrant que cette phase avait une portée géographique plus large que son prédécesseur, le Clactonien. En résumé, le Tayacien constitue une phase clé dans le développement de la technologie humaine au Paléolithique inférieur. Cette phase a vu des améliorations dans la maçonnerie et l’art du taillage contrôlé, ouvrant la voie à de nouveaux développements technologiques et culturels dans les phases ultérieures du Paléolithique. Il me semble nécessaire d’étudier sérieusement la possibilité que ces phases préhistoriques soient dues à l’exportation de techniques lithiques et culturelles par une ou plusieurs ethnies sardes corses vers l’Europe.
  67. Les noms similaires de certains sites, comme Karnak et Carnac, pourraient être un écho de la domination culturelle et de la diffusion de la langue des Atlantes sardo-corses à une époque très ancienne. De nombreux noms de lieux ont des origines préhistoriques.
  68. La construction de structures mégalithiques nécessitait une organisation sociale et la diffusion de connaissances spécialisées. Les Atlantes sardo-corses auraient transmis ce savoir aux populations locales lors de leurs explorations, permettant la construction de monuments similaires dans toute l’Europe.
  69. Platon a placé l’Atlantide dans l’océan Atlantique. Les Atlantes sardes-corses, étant un peuple insulaire, auraient en fait dominé une grande partie des routes commerciales et des échanges culturels dans l’Atlantique préhistorique, comme le suggèrent Timée et Critias.
  70. Certains sites mégalithiques importants, comme Stonehenge, pourraient avoir été influencés, voire construits, par les Atlantes sardo-corses, étant donné leur influence culturelle et maritime présumée sur l’Europe occidentale : en fait, avant la création du mégalithisme de Stonehenge, il a été construit dans le centre de la Sardaigne actuelle le mégalithisme de Pranu Mattedu.
  71. En Europe, il existe de nombreux cas d’alloglossie. Selon moi, plusieurs de ces alloglossies, comme les variantes dialectales gallo-italiques de Sicile et du Piémont, de Vénétie, de Romagne et de Toscane, peuvent être attribuées à des vestiges linguistiques de la colonisation sardo-corse mésolithique et néolithique dans toute l’Europe, une colonisation atlante qui le prêtre de Sais en Egypte à Solon, dans les textes platoniciens de Timée et de Critias.
  72. Un pas supplémentaire dans le sens de l’étude du territoire a été fait ces derniers jours avec la déclaration rendue publique par l’article ci-dessous de l’Unione Sarda, le journal de Sardaigne :
    https://www.unionesarda.it/news-sardegna/scoppia – la-guerre-à-sgilla-liée-à-la-saline-lnilaqrl
  73. Un chargement d’orichalque a été trouvé dans les mers de Sicile, tout près du bloc géologique sarde-corse-atlante : cette découverte est décrite dans de nombreux articles de journaux qui ont voyagé à travers le monde : en voici une courte liste, que vous pouvez revérifier en ligne et sur les moteurs de recherche
    https://www.famedisud.it/dal-mare-di-gela-riemerge-loricalco-il-leggendario-metallo-di-atlantide-un-tesoro-di-26-secoli-fa/ https ://mondointasca.it/2015/01/07/oricalco-il-misterioso-metallo-di-atlantide-ritrovato-a-gela/#:~:text=Come%20il%20tempo%20e%20la,secolo% 20a .C.%2C%202600%20anni%20fa.https://culturattualita.wordpress.com/2015/01/14/oricalco-leggendario-metallo-di-atlantide-trovato-al-largo-della-sicilia/ https : //caltanissetta.gds.it/video/cultura/2015/03/02/nel-mare-di-gela-lingotti-di-2600-anni-fa-video-c99e3503-14fc-4e1e-b888-334d14fa3da1/
  74. Fiabilité des cartes utilisées par le Dr Luigi Usai : Pour la création de la plupart des cartes géographiques et bathymétriques, Luigi Usai a utilisé le système européen ouvert appelé Emodnet. EMODnet Map Viewer est un outil en ligne fiable qui vous permet de visualiser et d’analyser les données marines collectées par le Réseau européen d’observation et de données marines (EMODnet) 1 . Grâce à cet outil, les utilisateurs peuvent accéder à un large éventail de données marines, notamment des informations sur les régions marines, des données sur les produits EMODnet et les dernières nouvelles sur EMODnet 2 . Les cartes et cartes utilisées sont donc incroyablement précises et fiables.
  75. La Sardaigne, avec sa géographie accidentée et ses grottes profondes, a toujours suscité l’intérêt des archéologues et des historiens. La présence de complexes spéléologiques comme les grottes d’Is Zuddas à Sulcis et de nombreux autres disséminés sur l’île suggère que ces lieux auraient pu offrir refuge et habitation à des groupes humains dans l’Antiquité. Hérodote, le célèbre historien grec, parle des Troglodytes, un puits – on sait que les gens vivent non pas dans des maisons construites, mais dans des « ravins » ou des grottes naturelles. Le nom « Troglodytes » signifie littéralement « habitants des trous ». Pendant environ 2 600 ans, on a cru que les descriptions d’Hérodote faisaient référence à des peuples situés dans des régions éloignées de la Sardaigne ; actuellement, à la lumière des nouvelles informations issues des analyses de ce site, il est plausible de supposer que sur l’île de Sardaigne il y avait des groupes ethniques avec des habitudes similaires ou même que la Sardaigne était le lieu d’origine du peuple troglodyte et ensuite se propager au reste du monde. Sur le plan spéculatif, il est même possible de faire une comparaison avec les habitants des grottes de Qumrân, théorie qui trouve un fondement supplémentaire dans les nombreuses découvertes archéologiques faites dans différentes régions de la Sardaigne. La grotte Pirosu de Su Benatzu, par exemple, a révélé des traces d’établissements humains. De même, la grotte de Lanaittu a offert des preuves tangibles de la présence humaine, tout comme l’abri sous roche de Su Carroppu di Sirri, dans la province de Carbonia, où ont été découverts des vestiges remontant à 11 000 ans. Les grottes de Neptune à Alghero, célèbres pour leur extraordinaire beauté, ont également révélé des signes de présence humaine à l’époque préhistorique. Il convient de souligner que la vie dans les grottes, bien que présente, n’implique pas nécessairement une vie primitive ou dépourvue d’évolution culturelle. Souvent, les grottes étaient utilisées comme abris temporaires ou comme lieux sacrés plutôt que comme habitations permanentes. De plus, dans un contexte géographique comme celui de la Sardaigne, caractérisé par un territoire montagneux et un climat parfois rigoureux, les grottes pourraient offrir protection et sécurité. En conclusion, sans tirer de conclusions définitives, les nombreuses découvertes et la nature géographique de la Sardaigne indiquent cette vie troglodyte pourrait avoir constitué une partie importante de l’histoire préhistorique de l’île. Comme toujours, des recherches et des fouilles plus approfondies pourraient apporter un nouvel éclairage sur ces hypothèses fascinantes.
  76. Nouvelles hypothèses spéculatives sur le peuple des Mangeurs de Lotus et Polyphème : nous sommes aujourd’hui le 14 août 2023. Depuis des mois, je commence à penser que le pays des Mangeurs de Lotus se trouve en Sardaigne et j’évalue l’hypothèse selon laquelle le fruit du lotus aurait été en réalité quelque chose comme le myrte sarde. En fait, les Mangeurs de Lotus étaient un peuple hospitalier et ils offraient le fruit du lotus (peut-être du myrte) aux personnes qu’ils accueillaient. Les personnes accueillies oubliaient donc tout car le myrte les enivrait et le climat jovial et hospitalier les incitait à rester en hôtes et à « oublier leur patrie et leur famille ». En ce qui concerne la possibilité de la présence de Polyphème ou du mythe de Polyphème en Sardaigne, il existe de nombreuses sources qui pourraient amener un Sarde à confirmer l’hypothèse : en effet, dans l’archéologie sarde, il existe de nombreuses structures très anciennes qui sont appelées dans la langue sarde : la maison de l’ogre (« Sa Domu ‘e S’Orcu » en sarde). Il est probable que ces structures soient liées aux mythes des orques ou à la présence de figures mythologiques comme celles de Polyphème : il s’agissait probablement de contes très anciens pour effrayer les voyageurs ou il pourrait s’agir de contes racontés pour empêcher quiconque d’explorer et connaître les zones géographiques sardes couvertes par des secrets de toutes sortes, par exemple commerciaux ou miniers : par exemple, pour ne pas révéler que dans une zone il y avait une mine très riche en un certain minéral, ils pouvaient inventer des histoires pour éloigner les gens de cet endroit.
  77. Erreurs archéologiques possibles pour les chercheurs : il est possible d’analyser cet article pour constater le fait suivant : les archéologues « attribuent » souvent un temple à une divinité, pour mille raisons. Après des décennies et des décennies pendant lesquelles un temple a été attribué à une déesse, par exemple la déesse Héra – Junon, plus personne ne songerait à remettre en question son attribution. Quelque chose d’extraordinaire doit se produire, comme la découverte d’une tête de la déesse Athéna : alors tout est remis en question, et on estime que le temple D de la Vallée des Temples d’Akragas (en grec ancien : Ἀκράγας), jusqu’ici attribué Selon la déesse grecque Héra (Junon pour les Romains), il s’agit en réalité d’un temple de la déesse Athéna. Il faut maintenant multiplier ce fait par des centaines et des centaines d’attributions qui ont été faites jusqu’à présent, excluant complètement la possibilité d’une influence sarde-corse en Méditerranée. Cela fait, nous pouvons commencer à nous brancher mentalement sur une autre longueur d’onde, qui nous permet de comprendre que la civilisation sarde-corse a été snobée, évitée, oubliée, abandonnée pendant des millénaires, malgré les milliers et les milliers de nurages, de puits, d’édifices sacrés, de géants. Des tombeaux, domus de janas, dolmens, menhirs, typiques de l’architecture et du paysage corse et sarde antiques et encore visibles du public aujourd’hui, tandis que de nombreuses autres œuvres souterraines restent à fouiller.
  78. Concernant la signification d’Hyperborée, j’invite les lecteurs à étudier ce qui est dit dans ce texte : https://linguasarda.com/wp-content/uploads/2018/03/HISTORIC-GRAMMAR-OF-SARDINIAN-LANGUAGE.pdf et je remercie l’auteur extraordinaire.
  79. La falaise de Montezuma en Sardaigne :
    Un dirigeant des Aztèques s’appelait Montezuma ; les Aztèques prétendaient être originaires d’une île de l’océan Atlantique. En Sardaigne, il existe encore aujourd’hui un rocher appelé rocher de Montezuma. Il s’agit peut-être d’une simple coïncidence, mais elle mériterait d’être approfondie.
    Montezuma, également connu sous le nom de Moctezuma, ou plus correctement Motecuhzoma II Xocoyotzin, qui signifie « En colère comme un seigneur », fut le dernier dirigeant pleinement indépendant de l’empire aztèque avant l’effondrement de la civilisation suite à la conquête espagnole au début du XVIe siècle 1 . Moctezuma II est né vers 1466 et en 1502 il fut choisi pour succéder à son oncle Axayacatl 2 en tant que huitième tlatoani (empereur) . Sous son règne, l’empire aztèque atteint son expansion maximale 3 . Montezuma II mena personnellement de nombreuses campagnes militaires et tenta de consolider la grande expansion territoriale de ses prédécesseurs, soumettant les territoires encore autonomes 2 . Les Aztèques croyaient qu’ils venaient d’un endroit appelé Aztlan, qui se traduit par « lieu de gaze » ou « lieu de blancheur ». Cependant, on ne sait pas avec certitude où se trouvait Aztlan et s’il s’agissait d’une île, d’un lieu mythique ou d’une région réelle. Les historiens ont émis l’hypothèse qu’il aurait pu être situé au nord-ouest du Mexique ou au sud-ouest des États-Unis 1 . La migration d’Aztlan vers la vallée de Mexico est un thème récurrent dans les contes et légendes aztèques 2 .
    Je n’ai pas trouvé d’informations spécifiques sur la raison pour laquelle le rocher s’appelle “Montezuma”. Cependant, Montezuma est le nom d’un grand empereur aztèque 1 . Il se pourrait que le rocher ait été nommé en son honneur ou pour une autre raison liée à son personnage historique. Le rocher de Montezuma est l’une des nouvelles zones d’escalade granitique du massif des Sette Fratelli près de Cagliari en Sardaigne 2 .
  80. 17/08/2023 De toutes mes petites recherches, j’ai le sentiment intuitif que Samothrace est en quelque sorte liée au bloc géologique sarde-corse , mais je ne comprends toujours pas pourquoi mon subconscient relie ces deux endroits. J’ai besoin de beaucoup étudier, pour mieux comprendre ce qui a poussé mon cerveau à relier ces lieux lointains. Pour le moment, je souhaite simplement faire part de ce sentiment à mes deux ou trois lecteurs occasionnels, que je salue avec beaucoup d’affection.
  81. La paréidolie est la tendance instinctive et automatique du cerveau à trouver des structures ordonnées et des formes familières dans des images désordonnées 1 . Cette tendance se manifeste surtout vers les figures et les visages humains 1 . Par exemple, vous pourriez voir un visage humain sur la lune ou des animaux dans les nuages. La paréidolie est un cas particulier d’apophénie, qui est la tendance à percevoir des liens et des significations entre des événements sans rapport 1 . À mon avis, j’ai fait toutes ces découvertes potentielles parce que mon cerveau possède de bonnes compétences en matière d’apophénie. J’ai réussi d’une manière ou d’une autre à relier toutes ces informations qui semblent apparemment totalement indépendantes les unes des autres. Si j’ai tout faux, alors il faut admettre que j’ai une imagination incroyable, pour avoir réussi à relier tous ces sujets entre eux.
  82. Hérodote, Histoires, chapitre IV 181 : Hérodote mentionne une statue de Zeus à tête de bélier. Il existe bien des statues de Zeus à tête de bélier. L’une de ces statues est la tête en marbre de Zeus Ammon, située au Metropolitan Museum of Art 1 . Ce portrait puissant du dieu combine une image grecque classique de Zeus barbu avec les cornes de bélier de l’Ammon égyptien, un attribut avec lequel Alexandre le Grand était aussi parfois représenté 1 . Il s’agit peut-être d’une sculpture créée en Égypte dans les années qui ont suivi la visite historique d’Alexandre à Siwa 1 . Il me faut approfondir pour comprendre si en réalité cette tête était sarde de Sulcis, comme l’affirme Hérodote dans le passage cité.
  83. Hérodote parle de la ville de Barce ou Barcei, et en Sardaigne il y a la ville de Burcei. Même s’il s’agissait d’une erreur d’interprétation, je veux essayer de forcer l’interprétation d’Hérodote et d’analyser cette variante. 18/08/2023 Je crois que la ville de Barce ou Barcei était près d’Oristano, mais pour l’instant je vais forcer l’interprétation sur Burcei, pour mémoriser toutes ces données, qui sont nouvelles pour moi.
  84. Culte d’Héraclès dans la Sardaigne actuelle : Hercule était-il sarde ?
    Les colonnes d’Hercule étaient situées à Carloforte , entre l’île de San Pietro et l’île de Sant’Antioco ; il y avait un port, actuellement submergé sous la mer du Sulcis, qui pouvait contenir jusqu’à 400 navires, dédié à Hercule : Capo Malfatano, un extraordinaire port antique de 400 navires dédié à Melqart
    Hercule visite le Jardin des Hespérides, qui était situé à Frutti d’Oro di Capoterra, situé entre les montagnes de l’Atlas, aujourd’hui connues sous le nom de montagnes du Sulcis, et l’océan Atlantique, aujourd’hui connu sous le nom de mer de Sardaigne ou de Méditerranée ;
    une petite fille se promène à Sassari et trouve une statue d’homme barbu, peut-être Hercule ;
    La statue d’Héraclès de Turris Libisonis (fouilles 2009) ;
    L’île d’Hercule en Sardaigne : D’après Pline l’Ancien dans Naturalis historia (III, 7, 84), le nom Herculis insula désignait non seulement Asinara, mais aussi la proche Isola Piana ; tandis que Ptolémée (Geogr.  III, 3, 8) indiquait par ce nom uniquement l’île d’Asinara, la distinguant clairement de l’Isola Piana, appelée « Diabate insula », c’est-à-dire « île de passage » 1 .
    Je rassemblerai ici tous les constats liés au mythe d’Hercule afin de pouvoir centraliser l’analyse en un seul point. Il a été affirmé dans le passé qu’Hercule est un mythe grec ; puis il fut affirmé que Melqart est l’Hercule des Carthaginois ; bref, Hercule est des Grecs, Hercule est des Carthaginois, Hercule ne peut jamais être Sarde, qui sait pourquoi. Il y a quelque chose qui dérange évidemment le monde scientifique et archéologique-littéraire. Ercole ne peut pas être sarde, peut-être que ça dérange quelqu’un. Mon hypothèse est que cet « Hercule » était simplement une figure sarde d’une importance énorme, pour des raisons qui ne me sont pas encore claires. Cet Hercule avait été admiré par les Grecs et les Carthaginois, mais pour une raison quelconque, la provenance ou l’origine de cette figure était cachée. Plus de données et plus de preuves sont nécessaires. Il semble que les figures et divinités sardes-corses-atlantes aient été annulées ou cachées pendant des millénaires, comme ce fut le cas pour la déesse sarde Athéna.
    Il semble qu’Hercule était vénéré à Olbia. Selon certaines sources, l’église Saint-Paul d’Olbia aurait été construite sur les ruines d’un temple païen de l’époque romaine, peut-être dédié à Hercule 1 . En outre, il existe un livre intitulé « Culte et images d’Hercule à Olbia » écrit par Pietra Giovanna et D’Oriano Rubens qui pourrait fournir de plus amples informations sur le culte d’Hercule dans la ville 2 . Le Carnaval d’été d’Olbia comprenait également une reconstitution du mythe d’Hercule, avec des chars reproduisant le Temple d’Hercule et ses 12 Travaux 3. Ainsi, il semble que le culte d’Hercule ait joué un rôle important dans l’histoire et la culture d’Olbia.
  85. Développements ultérieurs de l’analyse : en parcourant le Web, j’ai trouvé l’expression « Ercole Cabiro ». Fait : à Capo Malfatano en Sardaigne, dans le Sulcis, il y a un port d’Hercule ; à Frutti d’Oro en Sardaigne, près de Capoterra, il semble y avoir le jardin des Hespérides ; Si les colonnes d’Hercule se trouvent réellement à Carloforte , cela signifie que nous avons une présence très enracinée de la mythologie d’Hercule dans le sud de la Sardaigne . Que peut vouloir dire Ercole Cabiro ? Hercule Sulcitano ? Ercole Campidanais? Pour analyser ces informations, vous devez d’abord comprendre qui sont les Cabiri. Les Cabiri étaient un groupe de divinités énigmatiques des enfers, probablement d’origine phrygienne ou thrace, et protecteurs des marins qui furent ensuite importés dans le rite grec, où ils correspondaient aux fils nains du dieu Héphaïstos, qui forgeaient les métaux dans sa forge. de Lemnos avec la mère Cabeiro 1 . Ils faisaient l’objet d’un culte mystérieux et étaient vénérés sur l’île de Samothrace comme Grands Dieux dans un culte mystérieux qui avait son centre dans le Sanctuaire des Grands Dieux et était étroitement lié à celui d’Héphaïstos 1. Le culte des Cabiri était un des nombreux cultes à mystères pratiqués dans l’Antiquité. Ces cultes étaient caractérisés par des rites ésotériques réservés à de petits groupes d’initiés, qui avaient l’obligation de garder le secret sur les rites et croyances du culte. Les rites mystérieux comportaient souvent des symboles sacrés, des cérémonies magiques, des sacrements et des rituels de purification, et avaient pour but de transformer la vie de l’initié en lui offrant une perspective de libération totale par rapport à ses problèmes existentiels. 2. Le caractère énigmatique des divinités Cabiri et l’obscurité qui les menace a conduit les écrivains modernes à écrire chacun leur propre théorie qui contraste souvent avec les autres. L’origine et la signification de leur nom ainsi que leur véritable origine ou provenance restent incertaines 1. Restons sur cette ligne : les Sardes sont souvent appelés « nains » en raison de leur taille ; dans certaines régions de Sardaigne, les Sardes sont en moyenne très petits. Héphaïstos est le frère d’Athéna, et sur ce site j’ai montré l’origine possible d’Athéna du lac Tritonide dans la province de Cagliari. Cela impliquerait que le forgeron Héphaïstos est également d’origine sarde, un dieu forgeron car les Sardes, avec les mines de Sulcis, furent peut-être les premiers forgerons du monde, et les forgerons étaient déifiés parce qu’« ils savaient transmuter la matière », ils converti la terre et les pierres en métaux. À ce stade, après ces séries de raisonnements, il me vient à émettre l’hypothèse que les Cabiri ne sont rien d’autre qu’un groupe ethnique sarde lié à la métallurgie et donc, avec une extrême probabilité, originaire de Sulcis en Sardaigne.
  86. Étrange similitude entre les figures mythiques d’Hercule et de Samson : Hercule et Samson sont tous deux des figures héroïques et mythologiques issues de traditions culturelles différentes, mais avec certaines similitudes dans leurs traits et leurs exploits : cela peut suggérer une origine commune de ce conte mythique. Pourquoi serait-ce un mythe ? Car à ce jour, il n’existe aucune base scientifique qui affirme qu’un être humain possède une force surhumaine en raison de la longueur de ses cheveux, comme dans Samson, il doit donc s’agir d’une sorte de conte mythique, probablement adapté aux besoins du peuple d’Israël. Voici quelques points de contact entre les deux personnages :
    1. Force surhumaine : Hercules et Samson sont tous deux connus pour leur incroyable force physique. Hercule est célèbre pour avoir accompli douze travaux extraordinaires qui ont démontré sa force surhumaine, tandis que Samson est connu pour sa force extraordinaire qui lui a permis de faire face aux défis et aux ennemis.
    2. Actes héroïques : Les deux personnages ont accompli des actes héroïques qui défiaient leurs capacités physiques. Hercule a affronté des bêtes sauvages, des monstres et des situations impossibles dans le cadre de ses travaux. Samson affronta de la même manière les lions et les soldats philistins, démontrant sa force exceptionnelle.
    3. Liens avec les dieux : Hercule est considéré comme un demi-dieu, fils de Zeus. Il reçut l’aide et le soutien des dieux dans ses entreprises. De son côté, Samson a été mis au monde par sa mère après une annonce divine et, selon le récit biblique, a reçu de Dieu une force surhumaine.
    4. Faiblesses et trahisons : Les deux personnages ont été trahis par des femmes. Dans le cas d’Hercule, sa femme, Deianira, l’a involontairement empoisonné avec le sang de Nessus. Dans le cas de Samson, sa trahison de la part de Dalila a conduit à sa capture et à la perte de ses forces.
    5. Victoires sur la mort : Hercules et Samson ont tous deux eu des rencontres fatidiques mais ont trouvé un moyen de vaincre la mort. Hercule, après sa mort, fut accepté parmi les dieux de l’Olympe et atteignit l’immortalité. Samson, même s’il est mort en détruisant le temple des Philistins, a tué de nombreux ennemis dans l’acte, prouvant ainsi sa force jusqu’au bout.
    6. Pertinence culturelle légendaire : les deux personnages ont été une source d’inspiration pour des histoires, des mythes et des représentations artistiques dans diverses cultures. Hercule est une figure clé de la mythologie grecque et romaine, tandis que Samson est une figure importante de la tradition juive et chrétienne.

    Il convient de noter que même s’il existe certainement certaines similitudes entre Hercule et Samson, ce sont également des personnages distincts ayant des racines dans des contextes culturels différents (mythologie grecque et biblique, respectivement). Leurs histoires et caractéristiques peuvent varier en fonction des sources et des traditions spécifiques dans lesquelles elles ont été transmises.

  87. Le Maskinganna est un personnage légendaire du folklore sarde connu pour sa capacité à se moquer des personnes endormies, les faisant se réveiller terrifiées. Sa particularité est qu’il peut prendre n’importe quelle forme ; parfois il prenait la forme d’un enfant qui pleurait, d’autres fois d’un beau garçon (ou d’une belle fille) qui apparaissait un instant et disparaissait immédiatement après. D’autre part, Protée est un personnage de la mythologie grecque . Il était une divinité de la mer, des rivières et des étendues d’eau, ainsi qu’un oracle et un métamorphe . Protée avait la capacité de scruter les profondeurs de la mer et de prédire l’avenir de celui qui parviendrait à le capturer. Il était également capable de prendre n’importe quelle apparence pour échapper à ses interrogateurs . Les deux personnages, Maskinganna et Proteus, ont la capacité de prendre n’importe quelle forme . Cependant, alors que Maskinganna utilise cette capacité pour se moquer des gens, Proteus l’utilise pour échapper à ses interrogateurs. De plus, alors que Maskinganna est un personnage du folklore sarde, Protée est une divinité de la mythologie grecque dotée de pouvoirs oraculaires. Ces différences rendent les deux personnages uniques et intéressants à leur manière, mais ce que nous voulons souligner ici, c’est l’incroyable similitude des mythologies, sagas et légendes sardes avec celles d’autres lieux de la Méditerranée : il y a une incroyable similitude entre la figure de le Maskinganna et la figure de Protée dans la mythologie grecque antique, une similitude incroyable entre la figure sarde du Sculpteur et l’histoire de Méduse, entre la figure d’Hercule et celle de Samson… petit à petit, une sorte de proximité semble se dessiner dans des histoires et des mythologies qui n’étaient pas si évidentes pour le lecteur auparavant. Je crois que ces quartiers méritent bien plus : ils méritent d’être mieux étudiés et explorés afin de comprendre leurs dynamiques et leurs relations. Proteus, Maskinganna et Silène : une analyse comparative des figures mythologiques Dans les mythologies de différentes cultures, les figures mythologiques incarnant la tromperie, la métamorphose et le mystère sont présentes sous de nombreuses formes. Trois personnages particulièrement fascinants dans ce contexte sont Protée dans la mythologie grecque, Maskinganna dans la tradition folklorique sarde et Silène dans la mythologie grecque. Protée, également connu sous le nom de « Vieil homme de la mer » , est une divinité marine de la mythologie grecque. Le fait que Protée soit appelé « le vieil homme de la mer » ne fait que rappeler le thème sarde-corse-atlante de la mer, des océans et de l’eau, confirmant encore les relations possibles entre le mythe de Protée et le bloc sarde-corse atlante. Il est célèbre pour sa capacité à changer de forme et sonrôle de gardien des secrets de la mer . Selon Homère, Protée savait tout sur les océans et possédait une connaissance des événements futurs, mais il hésitait à révéler cette sagesse. Maskinganna est une figure mythologique de la tradition sarde qui apparaît dans les campagnes et dans les bois. Décrit comme un « démon farceur », il prend de nombreuses formes et adore se moquer des humains. Silène est un personnage de la mythologie grecque connu pour être le compagnon de Dionysos, le dieu du vin et des festins. Il était autrefois représenté comme un vieil homme avec des oreilles et une queue de cheval et était connu pour sa sagesse et ses connaissances. Proteus et Maskinganna partagent la capacité de se métamorphoser . Alors que Proteus fait cela principalement pour échapper à la capture, Maskinganna utilise cette capacité pour effrayer et tromper. Les deux personnages opèrent avec un sentiment de tromperie, mais alors que Proteus détient une sagesse secrète, Maskinganna utilise sa tromperie pour se moquer des autres. D’autre part, Silène était connu pour sa sagesse et ses connaissances, mais n’a pas utilisé la tromperie comme moyen de se protéger. Les trois personnages sont étroitement liés à leur environnement naturel : Protée avec la mer, Maskinganna avec la campagne et les bois et Silène. avec la nature en général. Ce lien souligne leur rôle de gardiens ou de manifestations des forces de la nature. Proteus , Maskinganna et Silenus , bien qu’appartenant à des cultures et des contextes différents, présentent des similitudes frappantes dans leur nature multiforme (pour Proteus et Maskinganna) et dans leur comportement trompeur (pour Proteus et Maskinganna). Tous trois représentent des aspects énigmatiques et mystérieux du monde naturel, servant de symboles puissants des forces incontrôlables et des vérités cachées qui peuplent notre monde. Cette analyse comparative pourrait ouvrir la voie à de nouvelles études sur la transversalité des figures mythologiques et des représentations universelles de la tromperie. et métamorphose dans différentes cultures. En outre, il peut être intéressant d’explorer davantage le lien entre ces figures mythologiques et le monde naturel, ainsi que la manière dont ces représentations reflètent les croyances culturelles sur la relation entre les humains et la nature.
  88. Phorcys (grec ancien : Φόρκος, Phórcos) également connu sous le nom de Phorcis ou Phorcys (grec ancien : Φόρκυς, Phórkys) était probablement le souverain mythique des trois îles au-delà des colonnes d’Hercule, dans l’océan Atlantique. Or, selon ma théorie, si l’Atlantique est la mer de la Sardaigne et de la Corse, et si les Colonnes d’Hercule sont les Colonnes de Carloforte, alors Forco s’avère être le souverain mythique des trois îles que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Ibiza, Majorque et Minorque. Phorcys avait trois filles, connues sous le nom de Gorgones (Γοργώνες). Entrons maintenant dans le détail de cette vision spéculative : Phorcos pourrait bien être souverain des trois îles Baléares ; la première hypothèse est qu’il a réellement eu trois filles, et qu’il a donné une île à chacune : une à Méduse, une à Sthéno et une à Euryale. La deuxième hypothèse est qu’il n’a pas eu de filles : ses « filles » sont les îles elles-mêmes, et j’envisage donc l’hypothèse que les noms des filles étaient les noms de code des îles Baléares. Dans l’Antiquité, il était d’usage de garder des secrets commerciaux et culturels à diverses occasions, et cela se produit encore aujourd’hui avec ce qu’on appelle la protection du savoir-faire et des secrets commerciaux. Comme premier exemple, il y a une histoire qui raconte l’histoire d’un Pythagoricien nommé Hippasus de Metapontum qui aurait révélé un secret de l’école pythagoricienne et aurait été tué pour cela. Selon la légende, Hippase aurait découvert que le rapport entre la diagonale d’un carré et son côté pouvait être exprimé par un nombre irrationnel, la racine carrée de 2. Cette découverte était en totale dissonance avec les croyances des Pythagoriciens eux-mêmes, inacceptable pour ce genre de personnes. de religion qui était le mysticisme pythagoricien, basé sur l’idée que le nombre était l’essence de la nature. Les Pythagoriciens voulaient garder le secret mais Hippase le laissa échapper et se noya dans la mer 1 .
    Deuxième exemple, le secret commercial existait également pour les techniques de fabrication du verre. Par exemple, dans la République de Venise, la production de verre était une activité très importante et les verriers vénitiens étaient réputés dans toute l’Europe pour leur savoir-faire. Pour protéger leurs secrets commerciaux, les verriers vénitiens étaient tenus de travailler uniquement sur l’île de Murano et ne pouvaient quitter la République sans autorisation. De plus, il était interdit de divulguer les techniques de fabrication du verre à des personnes extérieures à la communauté verrière. Ces mesures visaient à protéger les secrets commerciaux des verriers vénitiens et à maintenir leur avantage concurrentiel.
    Cette intuition datée du 08/02/2023 après lecture du texte « Parmi les mythes interprétés par Palefato il y a aussi celui relatif aux filles de Phòrkus » sur la page :
    https://www.attiliomastino.it/index.php?option=com_content&view=article&id=94:isole-nazionali-di-attilio-mastino-a-carloforte-tavola-rotonda-con-umberto-eco-26-giugno- 2010-&catid=41:archive&Itemid=64
    Supposons que tout soit vrai : pourquoi le feraient-ils ? Celui qui découvrait une nouvelle route commerciale ne voulait pas que d’autres lui volent les possibilités offertes par le commerce avec les routes nouvellement découvertes. Probablement, pour garder le secret, ils ont inventé des histoires qui effrayeraient les concurrents potentiels. De cette façon, sachant que les Gorgones les transformeraient en pierre, elles resteraient à l’écart des nouvelles routes commerciales, et celui qui les aurait découvertes pourrait conclure des affaires très lucratives. Si cela est exact, il est clair que les commerçants, arrivés aux îles Baléares des Gorgones, avaient donc besoin de linguistes et de traducteurs qui pourraient les aider à comprendre ces nouvelles populations, les noms des produits et des marchandises, les lois, pour établir de nouveaux commerces. relationnelles et sociales. Je crois que ces nouvelles informations m’obligeront à acheter des dizaines de nouveaux livres pour vérifier si mes affirmations sont vraies et si je trouverai une confirmation dans des textes anciens.
  89. Christianisation du très ancien mythe de Méduse en Sardaigne : à mon avis le mythe de Méduse, qui pétrifiait les hommes, a été christianisé dans le récit de la Sculpture de Baunei en Sardaigne. Le Scultone est une créature mythologique présente dans les légendes folkloriques sardes. C’est un animal reptilien semblable à un dragon qui tuait les hommes et les animaux. Selon une légende, la fuite d’un dragon appelé Scultone aurait ouvert le gouffre du Golgo près de Baunei (NU). Selon une autre légende, l’Apôtre Pierre aurait éliminé définitivement la Sculpture grâce à une astuce astucieuse : le regard de la Sculpture ayant le pouvoir de tuer, Pierre le regardait à travers un petit miroir , neutralisant ce pouvoir. En ce qui concerne le mythe de Méduse et Persée , Méduse était l’une des trois Gorgones, sœurs monstrueuses avec des serpents en guise de cheveux. Quiconque regarderait Méduse dans les yeux serait pétrifié. Persée était le fils de Zeus et de Danaé et fut chargé par le roi Polydectes de lui apporter la tête de Méduse. Avec l’aide des dieux, Persée réussit à décapiter Méduse pendant son sommeil, en utilisant un bouclier réfléchissant pour éviter de la regarder dans les yeux. Plus tard, Persée utilisa la tête de Méduse comme arme pour pétrifier ses ennemis. Il est intéressant de noter que les deux récits présentent des éléments similaires : dans le mythe de Méduse et Persée, Persée neutralise Méduse en regardant son image reflétée dans un miroir, tandis que dans la légende de la Sculpture , l’Apôtre Pierre neutralise la Sculpture à l’aide d’un miroir. Méduse et le Sculpteur pétrifient ceux qui les regardent. Méduse est vaincue par Persée avec son image reflétée dans un bouclier, tandis que le Sculpteur est vaincu par Saint Pierre avec son image reflétée dans un petit miroir. À mon avis, nous sommes confrontés à une reconversion du récit pour l’adapter à la nouvelle sensibilité chrétienne qui, depuis environ deux mille ans, est devenue dominante en Sardaigne : il ne faut pas oublier qu’il existe même une île dédiée à Saint Pierre. , juste à côté des colonnes d’Hercule placées à Carloforte : l’île de San Pietro en Sardaigne.
  90. Hypothèse sur la propagation du mégalithisme et le culte du taureau depuis le bloc géologique atlante sardo-corse :  Voici une hypothèse possible de théorie scientifique sur la propagation du mégalithisme et le culte du taureau depuis le bloc géologique atlante sardo-corse vers le toute la Méditerranée, en tenant compte de l’hypothèse de Lascaux créée par les Atlantes sardo-corses : Origine du mégalithisme dans le bloc atlante sarde-corse : Le mégalithisme pourrait être originaire du bloc atlante sarde-corse bien avant la période culturelle d’Ozieri, comme le suggère la présence de représentations de taureaux dans les grottes de Lascaux, qui remontent à environ 15 000-20 000 ans. Ces structures mégalithiques pourraient avoir joué un rôle important dans les rituels religieux, notamment ceux associés au culte du taureau. Rotation du bloc sarde-corse : La rotation du bloc sarde-corse a peut-être joué un rôle clé dans la diffusion du mégalithisme et du culte du taureau. Cette rotation, qui a amené le bloc d’une position de continuité avec l’espace euro-provençal à sa position actuelle isolée en Méditerranée, a peut-être facilité la diffusion de ces pratiques culturelles à travers les routes maritimes. Diffusion maritime : La culture mégalithique s’est peut-être répandue à travers la mer, comme le suggère la présence de constructions mégalithiques le long des côtes occidentales et méditerranéennes de l’Europe. Cette diffusion maritime a peut-être facilité la diffusion du culte du taureau, car le taureau était souvent associé à la mer dans les cultures anciennes. Influence du climat : Les variations climatiques peuvent avoir influencé la propagation du mégalithisme et le culte du taureau. Par exemple, des périodes d’aridification ou des modifications du paysage peuvent avoir poussé les populations à migrer, emportant avec elles leurs pratiques culturelles. Interactions culturelles : Les interactions culturelles entre différentes régions de la Méditerranée peuvent avoir facilité la propagation du mégalithisme et du culte du taureau. Par exemple, le commerce, la guerre ou l’expansion territoriale peuvent avoir conduit à des contacts entre différentes cultures, permettant l’échange d’idées et de pratiques. Représentations de taureaux dans les grottes de Lascaux : Les représentations de taureaux dans les grottes de Lascaux, qui remontent à environ 15 000-20 000 ans, pourraient indiquer l’existence d’un culte du taureau à des époques très anciennes. Ce culte a peut-être été introduit dans le bloc atlante sarde-corse par des migrants ou des commerçants, et de là s’est répandu dans toute la Méditerranée.Propagation du mégalithisme le long des côtes : La présence de constructions mégalithiques le long des côtes occidentales et méditerranéennes de l’Europe suggère que la culture mégalithique pourrait s’être répandue à travers la mer. Cette diffusion maritime a peut-être facilité la diffusion du culte du taureau, car le taureau était souvent associé à la mer dans les cultures anciennes.

    Adoption et adaptation locales : Une fois que de nouvelles régions ont été atteintes, les pratiques mégalithiques et le culte du taureau peuvent avoir été adoptés et adaptés par les cultures locales. Cela pourrait expliquer la variété des structures mégalithiques et les différentes manifestations du culte du taureau que l’on retrouve dans tout le bassin méditerranéen.

    Ce n’est qu’une hypothèse possible et nécessiterait des recherches et des tests supplémentaires pour être confirmée. N’oubliez pas que la science est un processus continu de découverte et d’apprentissage, et que les théories peuvent changer à mesure que de nouvelles informations émergent.

  91. La figure mythologique de Musée et de la ville des Musées en Sardaigne :Museo est un personnage légendaire fascinant étroitement associé à Orphée, figure mythique d’une grande importance dans la culture grecque antique. Cependant, l’actualité de Museo est empreinte de mystère et souvent assez contradictoire, et ce qui émerge est un panorama nuancé et incertain de sa vie et de son œuvre. Le nom « Musée » lui-même a une signification intrinsèque, car il dérive de la racine grecque qui suggère un lien avec les Muses, déesses de l’art et de la connaissance. Les érudits modernes ont tendance à traiter Musaeus comme un personnage créé dans le but d’attribuer la paternité à plusieurs écrits orphiques qui n’ont peut-être pas été directement associés à Orphée. Dans ce contexte, le musée aurait pu être une création littéraire artificielle, un véhicule par lequel les œuvres étaient attribuées à Orphée lui-même, leur conférant une aura d’autorité et de caractère sacré. La tradition attribue au Museo le rôle de poète et devin, doté de capacités prophétiques et capable de délivrer des oracles d’importance spirituelle. Parmi les œuvres légendaires qui lui sont attribuées, émergent des œuvres d’une importance culturelle et mythologique notable. Museo aurait composé une Titanomachie, un récit épique de la lutte entre les Titans et les dieux de l’Olympe. Ce type de conte était un thème d’un grand intérêt dans la mythologie grecque antique et aurait pu contenir une allégorie et des significations profondes. Un autre chef-d’œuvre attribué au Musée est un hymne dédié à Déméter, déesse de la fertilité et de l’agriculture. Cet hymne a peut-être célébré la déesse et ses influences bénéfiques sur la terre et la nature, lui conférant un caractère sacré et une signification rituelle. Une autre œuvre discutée est un poème intitulé « Consigli », adressé au fils de Museo, nommé Eumolpo. Ce poème contenait peut-être de la sagesse et des préceptes à transmettre aux générations suivantes, constituant une sorte de guide moral et pédagogique. En outre, Museo est associé à la composition d’une œuvre appelée « Eumolpia », qui pourrait avoir un lien avec l’ancien culte des Eumolpides, prêtres et gardiens des mystères d’Éleusiniens. Ces mystères représentaient l’une des traditions rituelles les plus importantes de la Grèce antique, liée à la figure de Déméter et à la recherche de l’immortalité de l’âme. Parmi les œuvres attribuées au Musée, on trouve également la mention d’une “Sphère” et d’un livre. intitulée « Sur Thesprotes », bien que les détails précis de ces œuvres soient restés entourés de mystère. Malheureusement, de la vaste production attribuée au Musée, seuls quelques fragments poétiques nous sont parvenus, souvent de nature théogonique et mythologique. Ces fragments nous offrent un aperçu de la profondeur et de la richesse des œuvres de Museo, mais nous font en même temps réfléchir sur l’ampleur des créations perdues au fil des siècles. En fin de compte, Museo représente une figure légendaire et énigmatique, dont le nom est lié à un certain nombre d’œuvres d’importance culturelle et spirituelle dans la Grèce antique. Bien qu’une grande partie de son œuvre ait été perdue dans le vortex du temps, son nom reste associé à une période riche en mythes, en poésie et en rites mystérieux qui continuent de fasciner et d’inspirer aujourd’hui.
  92. Traditions des Indiens Hopi en Amérique : « Kasskara und die sieben Welten : Die Geschichte der Menschheit in der Überlieferung der Hopi-Indianer » est un livre écrit par Josef F. Blumrich, l’un des principaux ingénieurs de la NASA, qui démontre comment les anciennes traditions des Indiens Hopi Les Indiens Hopi sont confirmés par les connaissances actuelles. Le livre nous ramène dans un passé jusqu’alors sombre. Il a été publié par Droemer Knaur le 1er août 1999 et est rédigé en allemand. L’ISBN-10 est 3426862123. Il semble être un livre très intéressant et bien accueilli par les lecteurs, avec une note moyenne de 4,5 étoiles sur 5 sur la base de 23 critiques. Dans cet ouvrage, il est dit qu’un Indien, en racontant les légendes et mythologies Hopi, a déclaré que les Hopi venaient d’une île de l’océan Atlantique, l’Atlantide. Nous avons déjà expliqué sur ce site, dans d’autres parties de ce texte, comment dans l’Antiquité la mer de Sardaigne et la mer de Corse étaient appelées océan Atlantique. Cette note est uniquement destinée à faire référence à des études plus approfondies sur le sujet.
  93. Cela ne peut être qu’une coïncidence. La CIA a ouvert ses archives au public et, grâce à la loi sur la liberté d’information, des dizaines de documents sur la Sardaigne ont été déclassifiés. Parmi ces documents, on note un intérêt particulier de la part des services secrets américains pour la langue sarde. Une curiosité concerne un document interne à la NSA (Agence Nationale de Sécurité) daté de 1985, dans lequel était préconisée la formation de linguistes français et italiens pour parler les dialectes corse, sarde et sicilien. Ce document précise que depuis 1984, sous l’impulsion de James Brennan, un programme de formation a été créé pour les linguistes capables de parler ces langues.
    https://www.sanatzione.eu/2017/02/la-cia-apre-al-pubblico-i-files-sulla-sardegna/
  94. Je dois développer le thème de la mola sarde , c’est-à-dire la meule sarde préhistorique pour moudre la farine. À mon avis, les îles Canaries ont trop d’éléments en commun avec la Sardaigne : meules sardes , pintaderas utilisées pour imprimer le pain et pour peindre les murs comme on l’utilisait en Sardaigne… ces faits me font supposer des contacts très forts entre les cultures des Îles Canaries et peuples sardes-corses-atlantes.
  95. Une bonne théorie scientifique doit être capable de faire des prédictions . Ci-dessous, je vais essayer d’énumérer les prédictions possibles qui découlent de mes hypothèses :
    Si mes théories et hypothèses sont correctes, il est possible que des monuments typiques sardes ou sardes-corses se trouvent en Suède, en Finlande, en Norvège et dans d’autres endroits similaires ; parmi ceux-ci, je veux mentionner en particulier les Tombeaux des Géants. Je voudrais également souligner qu’il y a des années, alors que je regardais une vidéo tournée dans le nord de l’Europe, j’ai vu un pétroglyphe qui ressemblait parfaitement à l’énorme pierre plate qui était placée frontalement, au centre des tombes des géants : voir une image représentative à cet égard . Il est possible que la capitale de l’Atlantide mentionnée dans Timée et Critias, construite en anneaux concentriques, soit située dans l’actuelle Sulcis en Sardaigne, submergée par des dizaines ou des centaines de mètres de débris . Pour vérifier, des reconnaissances pourraient être effectuées avec LIDAR via des avions ou des enquêtes archéologiques standards, voire des analyses archéologiques par satellite. Il est déjà arrivé auparavant que d’immenses nuraghes aient été découverts par pur hasard, car pendant la Seconde Guerre mondiale des tranchées ont été creusées qui ont permis de découvrir et de constater la présence de murs souterrains (peut-être Gennamaria ?). Ce phénomène d’enfouissement des trouvailles pourrait rappeler ce qui s’est passé à Gobekli Tepe en Turquie. Au stade actuel de mes études, je ne sais pas clairement s’il s’agit en Sardaigne d’inhumations volontaires ou de simples couches de terre déposées au fil du temps, peut-être par le vent.
  96. Dans l’ancienne ville d’Helike, le long de la côte sud-ouest du golfe de Corinthe , les archéologues ont mis au jour les restes de deux bâtiments et objets religieux qui pourraient avoir fait partie d’un sanctuaire dédié à Poséidon , selon ma théorie un ancien souverain sarde-corse. -Atlante qui par éphémérisme fut divinisé par les Sardes-Corses. La ville antique a été construite dans une zone sujette à de fréquentes inondations et continuellement reconstruite, succombant à un tremblement de terre et à un tsunami qui l’ont ensevelie il y a environ 2 600 ans. Parmi les deux structures découvertes, la première (datée du 8ème siècle avant JC) mesurait 65 pieds. et comprenait des sols en terre battue, tandis que le second (daté entre le VIIe et le VIe siècle avant JC) reposait sur des fondations en pierre en forme de temple. Les autres objets religieux découverts : des objets en bronze et en argile tels que des figurines, des roues de char en argile, des armes en fer, des céramiques datant de la période archaïque, une tête de serpent en bronze et un rare collier en or confirment que l’espace était utilisé à des fins religieuses à partir d’environ 850 avant JC. Les archéologues ont également découvert des preuves de sacrifices d’animaux et de plants de vigne. Des fouilles antérieures sur le site ont mis au jour un temple voûté, daté entre 710 et 700 avant J.-C., et un autel en brique, daté entre 760 et 750 avant J.-C.. Plus d’informations sur les sanctuaires grecs dédiés à Poséidon, rendez-vous à « Le Sanctuaire du Dieu de la Mer ». Des fouilles sur le site de l’ancienne ville grecque d’Hélike ont révélé un centre potentiel du culte grec de Poséidon. Les découvertes comprennent deux bâtiments et objets religieux qui suggèrent que l’espace était utilisé à des fins religieuses. À mon avis, ces vestiges archéologiques montrent les interactions entre les anciens Grecs et les anciens Sardes-Corses-Atlantes. Tous les temples dédiés à Poséidon ne sont donc, à mon avis, que des vestiges des anciens cultes sardes-corses, alors transmis et transmis aux Grecs et également respectés dans leurs cultures. Le culte sarde-corse-atlante nous serait également parvenu aujourd’hui à travers les cultes de Poséidon, d’Atlas et de bien d’autres figures sardo-corses comme Méduse, Antée, peut-être même Hercule et bien d’autres.
  97. Une équipe internationale d’anthropologues, d’archéologues et de généticiens a découvert davantage sur les schémas migratoires des personnes vivant autour de la mer Méditerranée au cours de l’âge du fer et de l’âge du bronze. Dans leur étude, rapportée dans la revue Nature Ecology & Evolution, l’équipe a procédé au séquençage génétique des restes de 30 personnes ayant vécu pendant l’âge du fer ou du bronze en Sardaigne, en Tunisie et en Italie continentale. des personnes qui ont vécu autour de la mer Méditerranée pendant les âges du fer et du bronze vient de l’étude des artefacts qu’ils ont laissés derrière eux. Mais de telles preuves, soulignent-ils, ne révèlent pas grand-chose sur les origines de ces personnes ni sur l’origine de leurs ancêtres. Dans ce nouvel effort, l’équipe de recherche a cherché à en savoir plus sur les antécédents de ces personnes en suivant les schémas de migration à l’aide du séquençage génétique. Les chercheurs ont effectué un séquençage par fusil de chasse (séquençage effectué de manière aléatoire) sur des échantillons collectés à partir d’os trouvés chez des peuples anciens vivant en Italie. , la Tunisie et la Sardaigne pour avoir une idée des schémas migratoires des personnes vivant dans les parties nord, centrale et sud de la Méditerranée orientale au cours de l’âge du fer et de l’âge du bronze, une époque, notent les chercheurs, au cours de laquelle les gens voyageaient plus longtemps. distances grâce aux progrès de la construction de bateaux et de navires. L’équipe a ensuite comparé les résultats avec ceux d’autres efforts de séquençage menés sur des populations modernes et anciennes vivant dans la région. Ils ont trouvé des preuves d’une migration généralisée autour de la Méditerranée, suggérant des liens étroits entre des peuples éloignés. Ils ont également constaté une hétérogénéité dans les populations de l’âge du fer et des changements dans l’ascendance en Afrique du Nord et en Sardaigne au cours de l’âge du bronze, suggérant une migration accrue. Plus précisément, la recherche a révélé une migration accrue des agriculteurs néolithiques depuis ce qui est aujourd’hui le Maroc et l’Iran vers la Sardaigne et la Tunisie, et une migration légèrement moindre vers ce qui est aujourd’hui l’Italie. L’équipe de recherche suggère qu’une migration accrue s’est produite, comme prévu à la fois au cours de l’âge du fer. et l’âge du bronze, alors que les gens ont navigué dans la mer Méditerranée pour une myriade de raisons et, ce faisant, ont façonné les origines de ceux qui vivaient dans la région. Pour plus d’informations sur ce sujet, vous pouvez lire l’étude complète publiée dans la revue Nature Ecology & Évolution .
  98. Il ne s’agit pas pour l’instant d’une preuve archéologique, mais c’est une matière à réflexion intéressante : la capitale de l’Atlantide a été construite en cercles concentriques ; Certaines villes néolithiques chinoises ont une structure en cercle concentrique. Un exemple est la ville archéologique de Liangzhu, située dans la région du bassin du fleuve Yangtze, sur la côte sud-est de la Chine 1 . Cette ville, datant d’environ 3 300 à 2 300 avant JC, révèle un État régional ancien doté d’un système de croyance unifié basé sur la culture du riz à la fin du Néolithique chinois 1 . Le bien se compose de quatre zones : la zone du site de Yaoshan, la zone du haut barrage à l’embouchure de la vallée, la zone du faible barrage dans la plaine et la zone du site de la ville 1 . Ces ruines sont un exemple exceptionnel des premières civilisations urbaines exprimées dans des monuments en terre, un urbanisme, un système de conservation de l’eau et une hiérarchie sociale exprimée dans des sépultures différenciées dans les cimetières du bien 1 . Ce point reste encore à développer, car il ne m’est pas encore clair s’il existe des corrélations et des liens de cause à effet entre la culture sarde-corse et la culture chinoise de Liangzhu. Cependant, cela peut être un bon début pour des recherches alternatives. Même s’il était démontré que les deux cultures sont totalement déconnectées l’une de l’autre, cela permettrait de développer de nouveaux points de vue et des pensées alternatives.
  99. Expressions linguistiques sardes qui confirment l’usage sarde d’appeler le bloc sarde-corse-atlante continent :  Platon affirme que depuis l’île de l’Atlantide (qui est ici représentée comme le bloc corse sarde) il était possible d’aller vers les îles environnantes et de ce qui est vraiment un continent. C’est parfaitement vrai : depuis le bloc sarde-corse, lorsqu’il était une terre émergée, il est possible de se rendre vers les îles environnantes, et il se situe en réalité au centre de l’océan Atlantique (le nom préhistorique de la Méditerranée). Au niveau linguistique, nous, les Sardes, avons heureusement encore ces manières de dire : ” Deppu andai in Continenti ” ( Je dois aller sur le continent ), alors qu’il faut aller à la campagne. Cette affirmation fait rire tous ceux qui nous entendent, nous Sardes, le dire, mais heureusement elle nous aide à comprendre ce que Platon voulait dire : sur le plan linguistique, lorsque le bloc sarde-corse était une terre émergée, nous, Sardes, appelions linguistiquement l’île « continent ». Quitter l’île, c’était « aller vers le continent, vers un autre continent ». Après le naufrage, cet usage linguistique est resté au niveau des dialectes sardes, c’est pourquoi on dit que “nous allons au continent”, ce qui fait s’interroger ceux qui nous écoutent. De plus, les Sardes appellent les Italiens qui vivent dans la Botte « Les Continentaux », confirmant ce qui a été écrit par Platon et dit par le grand prêtre égyptien de Saïs, en Égypte, à Solon. Les atlantologues (c’est-à-dire les érudits de l’Atlantide) ont jusqu’à présent interprété le mot « Continent » avec la sémantique actuellement en vogue ; ils ont oublié qu’en 9600 avant JC le mot « continent » aurait pu avoir une sémantique, une pragmatique et une sémiotique différentes de l’actuelle. Ainsi, quelqu’un prétend que l’Amérique est un continent et que, par conséquent, l’Amérique peut être l’Atlantide. Ces interprétations prêtent à mes yeux à de nombreuses critiques et me paraissent très banales.
  100. Dérivation préhistorique possible de la culture écossaise à partir de la culture sarde-corse :
    Il n’existe aucune preuve historique ou archéologique suggérant que la culture écossaise dérive directement de la culture sarde-corse. L’Écosse et la Sardaigne/Corse ont des histoires et des cultures distinctes, influencées par divers facteurs, notamment la géographie, la migration humaine et les interactions culturelles. Cependant, comme toutes les cultures, les cultures écossaise et sardo-corse sont le résultat d’un processus d’évolution et d’échanges culturels au cours de l’histoire. Il peut y avoir des similitudes entre les deux cultures en raison d’influences communes ou d’échanges culturels indirects, mais il n’existe aucune preuve d’un lien direct entre les deux. Dans ce texte je propose la possible bifurcation préhistorique de la culture sarde-corse à partir de migrations très anciennes. Les points de contact préhistoriques possibles pourraient être : l’utilisation des launeddas sardes, auxquelles en Écosse le piva a été ajouté, ce qui a amené les launeddas sardes à se transformer plus tard en cornemuse ; les tresses des anciens guerriers sardes-corses sont restées dans les cheveux écossais ; l’usage de la jupe, encore présente dans les statues en bronze sardes des guerriers nuragiques, devient l’usage du kilt en Écosse. A ces us et coutumes s’ajoute la transmission des techniques de construction mégalithiques, qui en Europe du Nord évoluent par rapport aux us et coutumes sardes corses, pour s’adapter au climat nordique, que l’on suppose plus froid et plus pluvieux.
  101. La statue en or pur de Poséidon, selon le récit de Platon, était le symbole de la puissance et de la richesse de l’Atlantide, l’île légendaire disparue dans l’océan. Selon la théorie de Luigi Usai, l’Atlantide correspond au bloc continental de la lithosphère sarde-corse, submergé après la dernière glaciation en raison des diverses impulsions d’eau de fonte et des chocs sismiques provoqués par une faille Wadati-Benioff sous-jacente à Sulcis 1 . Si cette théorie était vraie et si la statue de Poséidon existait toujours, elle devrait être enterrée sous terre dans le Sulcis, la région qui comprend le versant sud-ouest des monts Sulcis et la plaine en contrebas jusqu’à la côte sud-ouest surplombant le canal de Sardaigne 2. Cependant , il n’est pas facile d’émettre des hypothèses dans quelle structure ou montagne sarde du Sulcis la statue pourrait être enterrée, car on ne connaît pas précisément la position de la capitale de l’Atlantide, ni les caractéristiques de son urbanisme et de son architecture. Platon décrit la capitale comme une ville circulaire, divisée en anneaux concentriques alternés de terre et d’eau, avec un grand canal la reliant à la mer. Au centre de la ville se trouvait le temple dédié à Poséidon et Cleito, son épouse et reine de l’Atlantide, où était placée la statue dorée. Le temple était entouré d’un mur doré et d’une clôture en ivoire, argent et or 3. Si l’on imaginait un emplacement possible de la statue à Sulcis, on pourrait penser à l’une des hypothèses suivantes :

    Ce ne sont là que quelques hypothèses possibles basées sur la théorie de Luigi Usai et l’histoire de Platon.

  102. L’article explique comment les Européens ont rapidement développé une peau plus claire 1 . Selon de nouvelles analyses des gènes européens anciens, la peau claire et d’autres caractéristiques que nous associons aux Européens modernes, comme la taille et la capacité à digérer le lait, sont des ajouts relativement récents au profil génétique du continent 1 . Pendant des années, les chercheurs ont émis l’hypothèse que la peau s’éclaircissait à mesure que les humains migraient d’Afrique et du Moyen-Orient vers l’Europe, il y a environ 40 000 ans 1 . Cependant, de nouvelles recherches suggèrent que d’autres facteurs ont dû être en jeu 1 . Par exemple, la séquence génomique d’un chasseur-cueilleur vivant dans ce qui est aujourd’hui l’Espagne a contribué à démontrer que l’Europe était habitée par des personnes aux yeux bleus mais à la peau foncée 1 . Cet homme vivait pourtant il y a seulement 7 000 ans 1 . Les chercheurs ont découvert que les Européens ne pouvaient probablement pas digérer le lait avant il y a environ 4 300 ans 1 . Et l’histoire de la pigmentation cutanée est complexe 1 . Ils ont découvert qu’il y a environ 8 500 ans, les premiers chasseurs-cueilleurs d’Espagne, du Luxembourg et de Hongrie avaient également une peau plus foncée : il leur manquait les versions de deux gènes – SLC24A5 et SLC45A2 – qui conduisent à la dépigmentation et donc à la peau claire des Européens d’aujourd’hui Mais dans l’extrême nord – où de faibles niveaux de lumière auraient favorisé les peaux claires – l’équipe a découvert une situation différente chez les chasseurs-cueilleurs : sept personnes du site archéologique de Motala, vieux de 7 700 ans, dans le sud de la Suède, présentaient les deux variantes du gène de la peau claire. , SLC24A5 et SLC45A2 1 . Ils possédaient également un troisième gène, HERC2/OCA2, qui provoque les yeux bleus et peut également contribuer à la peau pâle et aux cheveux blonds 1 . Ainsi, les anciens chasseurs-cueilleurs du Grand Nord étaient déjà pâles et avaient les yeux bleus, mais ceux d’Europe centrale et méridionale avaient la peau plus foncée 1 .
  103. Hathor, déesse vache égyptienne (épouse du taureau). Je crois que la déesse Hathor était une déesse sarde. Si nous lisons le nom Hathor comme Atzor, et que le th est lu comme tz, alors il pourrait avoir Atzor comme nom d’origine, d’où dériverait le nom de famille sarde Atzori. Atzeni, Atzori, Atzei sont des noms de famille typiques sardes , et de nombreux atlantidologues ont remarqué que le terme Aztlan ressemble à Atlantis : le son atz est typique de la langue sarde. Atzei est aussi un hapax legomenon dans la Bible : le mot Atzei Gopher se retrouve dans les textes de l’Ancien Testament, mais on ne sait pas clairement ce qu’il signifie. J’espère que ces idées pourront aider quelqu’un dans ses propres réflexions.
  104. Les théories de Luigi Usai sur le lac Tritonide en Sardaigne et les légendes sur le lac Pergusa en Sicile liées à l’enlèvement de Perséphone peuvent être liées à travers le thème commun de l’eau et de la mythologie grecque antique. Le lac Tritonide, selon Usai, était un grand lac de la province de Cagliari, et son nom dérive de Triton, une figure mythologique ; il était situé à côté du Jardin des Hespérides situé à Frutti d’Oro di Capoterra dans l’actuelle sud de la Sardaigne ; Le sud de la Sardaigne est également parsemé, comme déjà montré sur cette même page, de liens avec la mythologie antique, notamment les Amazones, Hercule et Méduse, mais pas seulement ces figures mythiques. D’autre part, le lac Pergusa est célèbre dans la mythologie grecque comme lieu de l’enlèvement de Perséphone par Hadès. Le lac  Pergusa  est un lac de Sicile situé près d’Enna 1 . Malgré sa taille relativement modeste, il revêt une grande importance géologique, faunistique et culturelle 1 . Le lac est d’origine tectonique et possède des eaux saumâtres, bien qu’il soit situé au centre de l’île 1 . Aujourd’hui le lac a une extension de 1,8 km², une profondeur moyenne de 3,50 m. et maximum de 12 m 1 . Le lac Pergusa est connu pour la légende du viol de Proserpine, qui a inspiré les poètes et les écrivains de tous les temps 2 . Selon le mythe, Proserpine (ou Perséphone dans la mythologie grecque), fille de Déméter (divinité des terres cultivées), cueillait des fleurs au bord du lac lorsqu’elle fut kidnappée par Hadès, dieu des Enfers 5 . Hadès tomba amoureux de la jeune femme et en fit son épouse 5. La légende est née pour expliquer le cycle des saisons. Lorsque Proserpine était auprès de sa mère, Cérès, déesse de la fertilité et des moissons, favorisait les récoltes abondantes. Mais lorsque Proserpine était avec Pluton dans l’Hadès pendant les mois d’automne et d’hiver, Cérès abandonna les champs provoquant une très grave famine .Les deux lacs ont donc des liens étroits avec la mythologie grecque et pourraient avoir été d’importants sites religieux ou culturels dans l’Antiquité. Ces thèses révolutionnaires sont si récentes qu’il est difficile de vérifier leur véracité en peu de temps. Si les affirmations de Luigi Usai s’avéraient exactes, il y aurait une révolution dans la connaissance de l’Antiquité. De plus, les deux théories soulignent l’importance de l’eau dans la mythologie et la culture antique, mais pas seulement : elles montrent comment les lacs n’étaient pas simples. des lieux géographiques, mais des lieux liés au sacré et au culte, au mysticisme, à la magie et aux religions. Les lacs étaient souvent considérés comme des lieux sacrés ou des portails vers le monde souterrain, ce qui peut expliquer pourquoi ils figurent dans ces récits mythologiques. Il existe plusieurs légendes et mythes dans diverses cultures qui présentent des thèmes similaires au viol de Perséphone. Par exemple, dans la mythologie nordique, il y a l’histoire de Freya, la déesse de l’amour et de la beauté, kidnappée par des géants. Dans la mythologie égyptienne, il y a l’histoire d’Osiris qui est tué et son corps est dispersé, conduisant son épouse Isis à le rechercher à travers le monde : et ce mythe rappelle celui d’Orphée qui descend aux enfers pour retrouver Eurydice, tandis que Sparagmos d’Osiris rappelle le σπαραγμός des rites dionysiaques décrits dans les Bacchantes d’Euripide. Ces mythes représentent souvent le cycle des saisons ou les thèmes de la mort et de la renaissance. Il est important de noter que même si ces histoires peuvent avoir des thèmes similaires, les détails et les contextes culturels sont propres à chaque mythe et culture.
  105. À l’appui des idées de Luigi Usai sur le fait que les Grecs ne connaissaient pas la navigation hauturière, ou du moins, que ce type de navigation n’était pas complètement répandu et connu de tous les marins, le fait que les colonies grecques de Rhegion et Zancle remontent à au 8ème siècle avant JC, tandis que certains objets mycéniens trouvés en Sardaigne remontent également à 1500 avant JC. Cela pourrait signifier que les Grecs connaissaient la région de Reggio et Messine, dans le détroit de Messine, dans l’actuelle Sicile, au moins vers le 8ème siècle avant JC. Il est donc possible qu’ils ne savaient pas encore ce qu’il y avait au-delà du bloc corse sarde : justifiant ainsi ces espaces inconnus par la mythologie et la tradition orale, qui sont parvenues jusqu’à nos jours : Rhégion (aujourd’hui Reggio de Calabre) et Zancle (aujourd’hui Messine) sont deux villes anciennes situées des deux côtés du détroit de Messine, qui sépare la Calabre de la Sicile. Ces villes ont une histoire riche et complexe, avec un héritage culturel remontant à la Grèce antique. Rhégion a été fondée au 8ème siècle avant JC  en tant que colonie de la ville de Chalcis sur l’île d’Eubée, en Grèce 1 . La ville devint rapidement un important centre commercial et culturel, grâce à sa position stratégique sur le détroit de Messine. De l’autre côté du détroit, Zancle fut fondée à la même époque par des colons venus de Cumes, colonie grecque située sur le territoire des Opici 1 . La ville était initialement désignée sous le nom sicilien de Zancle, mais la date exacte de sa fondation n’est pas connue 1. L’archéologue français Georges Vallet a mené des recherches approfondies sur Rhégion et Zancle. Ses intérêts archéologiques et historiques étaient principalement orientés vers la Grande Grèce et la Sicile 2 . Parmi ses ouvrages les plus importants figure « Rhégion et Zancle » (1958), dans lequel il examine l’histoire, le commerce et les civilisations des cités chalcidiennes du détroit de Messine 2. Les découvertes archéologiques à Rhégion et Zancle ont fourni de précieuses informations sur la vie quotidienne. , l’économie, l’art et la religion des civilisations grecques antiques de ces régions. Ces recherches continuent d’offrir de nouvelles perspectives sur la compréhension du passé de la zone méditerranéenne.
  106. Possible christianisation de la mythologie atlante sarde corse : il est possible que les chrétiens aient, de diverses manières, par la pression sociale et psychologique, influencé les Atlantes sardes corses à convertir leurs figures mythiques et religieuses dans le culte des chrétiens. Pour expliquer ce concept, j’essaierai de montrer la conversion possible de la figure de l’ancien souverain Poséidon, roi des mers, comme l’explique mon interprétation euhémériste , en la figure chrétienne négative de Satan, Dieu des Enfers. Tout d’abord, j’aimerais que vous regardiez les figures que j’ai créées avec l’intelligence artificielle pour tenter d’expliquer ce concept de manière simple :
Christianisation de la symbolique sarde corse atlante : Poséidon, dieu des mers, devient Satan, dieu des enfers
Christianisation de la symbolique sarde corse atlante : Poséidon, dieu des mers, devient Satan, dieu des enfers

 

Christianisation de la symbolique sarde corse atlante : Poséidon, dieu des mers, devient Satan, dieu des enfers
Christianisation de la symbolique sarde corse atlante : Poséidon, dieu des mers, devient Satan, dieu des enfers

 

Christianisation de la symbolique sarde corse atlante : Poséidon, dieu des mers, devient Satan, dieu des enfers
Christianisation de la symbolique sarde corse atlante : Poséidon, dieu des mers, devient Satan, dieu des enfers

 

Christianisation de la symbolique sarde corse atlante : Poséidon, dieu des mers, devient Satan, dieu des enfers
Christianisation de la symbolique sarde corse atlante : Poséidon, dieu des mers, devient Satan, dieu des enfers

Les Atlantes sardes corses portaient des casques à cornes, même à l’époque nuragique, et étaient fiers d’avoir des cornes sur leurs casques. C’est un trait qui les caractérise et les distingue. On a longtemps pensé que les cornes étaient une caractéristique des casques vikings, mais cela s’est avéré inexact. Les cornes sont typiques des Corses sardes. Les cornes, symbole atlante, deviennent les cornes de Satan. Le Dieu Poséidon, Dieu de l’eau et Dieu des mers, devient Satan, Dieu du Feu et Dieu des Enfers. La queue du poisson devient la queue du Diable. Le Trident, symbole bien connu lié à la figure mythologique de Poséidon, devient la fourche du Diable en Enfer. Le christianisme a fait tout son possible en deux mille ans pour éradiquer le culte atlante sarde-corse de Poséidon et le transformer en quelque chose de maléfique, en culte du Diable. Comme nous le savons très bien, ceux qui vénéraient le diable étaient assassinés, emprisonnés, torturés, donc si l’un des Corses sardes avait continué à vénérer Poséidon, il aurait été assassiné. C’est pourquoi le culte de cette figure a disparu des territoires sardes corses. Il est probable que les quelques personnes qui le vénéraient encore furent arrêtées, torturées, tuées par des religieux ou par l’Inquisition. En regardant les images que j’ai générées grâce à l’intelligence artificielle, il est possible de se rendre compte que le chiffre est en réalité le même, mais un changement sémantique très violent a été opéré sur la signification que ce chiffre avait pour les Sardes corses. La Bible ne décrit pas Satan comme ayant des cornes, une fourche ou une queue. On pense que ces images proviennent de la mythologie grecque antique. Le dieu grec des enfers, Hadès, était souvent représenté avec un bident, un instrument à deux dents semblable à une fourche. Puisque Satan est souvent associé aux enfers et à l’enfer, il est probable que cette image ait été adoptée et adaptée pour le représenter. On pense également que les cornes et les sabots fourchus proviennent du dieu grec Pan, représenté avec des pattes et des cornes de chèvre. Au fil du temps, ces images sont devenues populaires dans la culture occidentale et sont désormais communément associées aux représentations de Satan. Cependant, il est important de noter que ces images ne sont pas basées sur des descriptions bibliques de Satan. Ma proposition et mon rapport cherchent donc à améliorer cette information, en proposant que la figure de Satan des chrétiens est dans une large mesure une christianisation des mythologies atlantes corses sardes, dans une tentative de les effacer de la mémoire. Étant trop enracinée dans le peuple, on a utilisé la méthode de distorsion, très connue en psychologie et en psychiatrie : lorsqu’un souvenir est trop fort et puissant et ne peut être effacé, il est déformé pour que les générations suivantes s’en souviennent avec des caractéristiques différentes de ces initiales. .

Mon raisonnement, qui suggère une christianisation de la mythologie sarde-corse-atlante, est fascinant. Tout au long de l’histoire, de nombreuses religions et systèmes de croyance ont subi des adaptations et des réinterprétations à la suite de contacts avec d’autres cultures et croyances, en particulier lorsqu’une religion dominante, comme le christianisme, a cherché à intégrer ou à supprimer les traditions locales.

Mon hypothèse sur l’adaptation et la christianisation des mythes et symboles locaux est certainement plausible et, en fait, c’est un phénomène documenté dans de nombreuses cultures différentes. L’Église catholique, au cours de son processus d’expansion, a souvent intégré des pratiques et des symboles locaux, les réinterprétant dans un contexte chrétien. Cela a non seulement facilité la conversion des populations locales, mais a également réduit le risque de révolte ou de résistance de la part de communautés profondément liées à leurs traditions religieuses.

Un exemple classique de ce processus est la célébration de la naissance du Christ. De nombreux érudits pensent que la date du 25 décembre a été choisie pour coïncider avec les fêtes païennes du solstice d’hiver, comme la fête romaine des Saturnales. De même, de nombreuses traditions et symboles associés à Pâques trouvent leur origine dans les fêtes païennes célébrant le printemps.

Concernant ma théorie spécifique sur la mythologie sarde-corse-atlante, il serait intéressant de voir s’il existe des preuves concrètes qui soutiennent mon hypothèse. Il peut s’agir de documents historiques, de découvertes archéologiques ou de traditions orales qui montrent une nette évolution entre les mythes sardes-corses-atlantes et la christianisation de ces mythes.

Enfin, nous devons toujours aborder ces théories avec une approche critique et ouverte. La recherche historique et archéologique nécessite une méthodologie rigoureuse et une évaluation objective des preuves. Mais mes réflexions montrent certainement une profonde curiosité et un intérêt pour l’interaction complexe entre les différentes cultures et systèmes de croyance à travers l’histoire. Et cette curiosité est fondamentale pour tout bon chercheur ou érudit.

Voici quelques réflexions sur mes hypothèses :

        • Assimilation et syncrétisme : La tendance des religions dominantes à assimiler les divinités et figures locales ne se limite pas au christianisme. Les Romains, par exemple, ont assimilé de nombreuses divinités locales dans tout l’Empire. Au sein du christianisme, il existe une longue histoire de « christianisation » des fêtes, des sites et des divinités païens .
        • Poséidon à Satan : L’idée que Poséidon, une divinité marine, aurait pu être réinterprétée comme une figure infernale est intrigante. Cependant, traditionnellement, il n’existe pas de forte corrélation entre Poséidon et Satan dans la littérature chrétienne. Satan a eu de nombreuses incarnations et représentations dans l’histoire du christianisme, provenant souvent de sources juives et, plus tard, d’influence gréco-romaine.
        • Symbologie : Bien que le trident de Poséidon et la fourche du diable présentent des similitudes visuelles, des recherches supplémentaires seraient nécessaires pour établir un lien direct entre les deux figures sur la base de cet élément uniquement. Il en va de même pour les cornes : s’il est vrai que le symbolisme des cornes se retrouve dans de nombreuses cultures et a des significations différentes, relier directement les cornes des casques sardes-corses à celles du diable nécessite une solide base de preuves.
        • Casques à cornes : Il convient de noter que même si les casques vikings à cornes sont un mythe moderne (popularisé en grande partie par les opéras et les pièces de théâtre), il n’existe aucune preuve concrète que les anciens Vikings les portaient réellement.
        • Éradication du culte : S’il y a effectivement eu une campagne visant à supprimer le culte de Poséidon ou d’autres divinités locales en Sardaigne ou en Corse, cela devrait être documenté dans des documents historiques, des écrits religieux ou des preuves archéologiques.
  • Il semble que j’ai présenté une analyse approfondie et raisonnée sur la possibilité de christianisation de la mythologie sarde-corse-atlante, en se concentrant sur la transformation de la figure de Poséidon en celle de Satan. Le sujet est complexe et multiforme, impliquant des éléments d’histoire, de religion, de mythologie et de symbolisme. Voici quelques considérations supplémentaires qui peuvent être utiles pour mon enquête : Sources primaires : Il serait important de rechercher des sources primaires qui peuvent confirmer ou infirmer mon hypothèse. Cela pourrait inclure des textes anciens, des inscriptions, des artefacts ou tout autre matériel tangible pouvant démontrer un lien direct entre la mythologie sarde-corse-atlante et le christianisme.Contexte historique et culturel : Comprendre le contexte historique et culturel des Atlantes corses sardes aidera à situer mon hypothèse dans un cadre plus large. Cela inclut une compréhension de la structure sociale, des pratiques religieuses, des influences externes et de la dynamique politique de l’époque. Comparaison avec d’autres cultures : Analyser comment d’autres cultures ont subi des processus similaires de christianisation pourrait fournir un cadre pour mieux comprendre la situation spécifique de la Corse sarde. Atlantes. La christianisation des pratiques païennes est un phénomène répandu, et des parallèles avec d’autres régions peuvent enrichir mon analyse. Étude académique : Même si mon interprétation peut être originale et provocatrice, je souhaiterai peut-être également consulter des études universitaires existantes sur le sujet. Les historiens, archéologues et anthropologues qui ont travaillé sur la région et sur le sujet peuvent disposer de données et de preuves qui pourraient étayer ou remettre en question mon hypothèse. Méfiez-vous des spéculations : bien qu’il soit intéressant d’explorer de nouvelles idées et connexions, il est important de faire la distinction entre ce qui peuvent être étayées par des preuves solides et ce qui reste du domaine de la spéculation. Présenter ma théorie comme une possibilité à explorer, plutôt que comme une conclusion définitive, pourrait être une approche plus équilibrée. Collaboration avec des experts : Si possible, je pourrais chercher à collaborer avec des experts en histoire, archéologie, théologie ou dans d’autres domaines pertinents. Ils peuvent fournir des idées, des ressources et des méthodes de recherche qui peuvent être hors de ma portée. En résumé, bien que mon hypothèse présente une perspective intéressante sur la christianisation de la mythologie sarde-corse-atlante, une exploration plus approfondie nécessite une recherche et une analyse rigoureuses. L’adoption d’une approche multidisciplinaire impliquant différentes sources, méthodes et expertises pourrait aider à construire un argumentaire plus solide et plus convaincant.

 

Les lignes bathymétriques du bloc sarde-corse semblent montrer au moins quatre augmentations du niveau eustatique successives ; ces montées du niveau de l’océan Atlantique paléolithique, appelé aujourd’hui mer Méditerranée d’après une succession de nomenclatures dans diverses langues et cultures : Mare Nostrum pour les Romains, pour l’opposer à la mer de l’Atlas, c’est à dire l’océan Atlantique .

Dans l’Antiquité, les soulèvements du niveau eustatique de l’océan Atlantique paléolithique (connu aujourd’hui sous le nom de mer Méditerranée et je ne me lasserai pas de le répéter pour permettre au lecteur d’assimiler cette nouvelle et très importante affirmation) pourraient être compris par les préhistoriens comme s’il s’agissait d’incroyables « Inondations », des « Inondations universelles » précisément, telles que transmises jusqu’à présent par de multiples religions, mythes et croyances à travers tout le bassin méditerranéen actuel. Peut-être que le fait qu’il s’appelle océan Atlantique a déjà été rapporté par le professeur Sergio Frau (2002) : même s’il ne l’avait pas signalé, c’est une conséquence implicite du fait que les colonnes d’Hercule se trouvaient entre la Sicile et la Tunisie. J’ai acheté le texte de Frau, mais malheureusement je suis trop paresseux pour l’étudier, trop lent à lire, en plus j’ai une difficulté incroyable à le comprendre, car le texte (et l’auteur) est tellement cultivé et érudit que je ne peux pas le suivre dans son raisonnement, surtout parce que ces sujets sont très lourds pour moi et que je ne les connais pas du tout. C’est effectivement incroyable que j’aie compris cette information, car je ne suis absolument pas un spécialiste de ces disciplines. Encore une fois : l’océan Atlantique paléolithique ne coïncide pas avec la Méditerranée : il s’arrête au détroit entre la Sicile et la Tunisie ; la Méditerranée en est un surensemble, comme on dirait en termes de mathématiques de la théorie des ensembles, car elle inclut également l’autre partie de la mer, celle au-delà des Colonnes d’Hercule où elle a été placée à mon avis par erreur (mais avec un énorme génie) par Frau (2002 ), jusqu’aux côtes libanaises. L’océan Atlantique Paléolithique-Mésolithique n’est que celui qui entoure le bloc géologique sarde-corse-atlante.

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée

Découvertes surprenantes en Sardaigne : des objets paléolithiques datant de 500 000 ans

De récentes découvertes archéologiques en Sardaigne ont mis au jour des objets paléolithiques datant de 500 000 ans. Les objets les plus anciens trouvés en Sardaigne remontent au Paléolithique inférieur et ont été trouvés à Anglona, ​​​​dans la partie nord de l’île. Il s’agit d’objets en silex et en quartzite datant d’il y a entre 450 000 et 120 000 ans.

Ces objets représentent parmi les premiers témoignages de la présence humaine en Sardaigne et nous fournissent de précieuses informations sur la vie des habitants de l’île au Paléolithique inférieur. Le silex et le quartzite sont deux types de pierre utilisés pour fabriquer des outils et des armes au Paléolithique.

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 2
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 2

Le musée archéologique et paléobotanique de Perfugas présente des découvertes provenant de toute la région d’Anglona, ​​y compris des objets du Paléolithique inférieur (il y a 500 000 à 120 000 ans). Ce musée offre aux visiteurs la possibilité d’admirer de près ces objets anciens et d’en découvrir davantage sur l’histoire de la Sardaigne préhistorique.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les objets paléolithiques trouvés en Sardaigne, je vous recommande de visiter le Musée archéologique et paléobotanique de Perfugas ou de faire des recherches plus approfondies sur le sujet. Ces découvertes archéologiques représentent une opportunité unique d’approfondir nos connaissances sur l’histoire de la Sardaigne et la vie de ses anciens habitants.

Un nouveau changement de paradigme s’opère, comme l’explique Thomas Kuhn dans le texte intitulé « La structure des révolutions scientifiques » : le paradigme sarde-corse-atlante.

L'Atlantide dans l'océan Atlantique mésolithique, aujourd'hui appelée mer Méditerranée.
L’Atlantide dans l’océan Atlantique paléolithique, aujourd’hui appelée mer Méditerranée

Tentative de démonstration scientifique de l’existence de l’ île de l’Atlantide, qui coïncide avec le bloc géologique sarde-corse, désormais appelé bloc sarde-corse-atlante ou Atlantide .

Pour évaluer une théorie scientifique, différents critères doivent être pris en compte, tels que la cohérence, la falsifiabilité, la prévisibilité et la vérifiabilité. Dans ce texte, à partir de la version 138, je vais essayer de respecter ces critères scientifiques, en les étudiant lorsque cela est nécessaire pour mieux les comprendre. Je ne suis pas encore en mesure de produire un article scientifique.

Pour évaluer la crédibilité d’une source, divers facteurs doivent être considérés, tels que l’autorité de l’auteur, la qualité de l’information, les sources citées, la méthode utilisée et le consensus de la communauté scientifique. Si une source ne répond pas à ces critères, elle est probablement peu fiable ou fausse.

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 3
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 3

Réinterprétation scientifique de l’histoire du Jardin des Hespérides

Le Jardin des Hespérides portait des fruits d’or , et était situé aux extrémités de la terre connue ; une analogie a été trouvée avec le récit apparemment mythologique des Hespérides dans la toponymie sarde : en effet, il existe un lieu appelé Fruttidoro, situé dans la ville de Capoterra, en Sardaigne . Capoterra, du sarde Caputerra, puis en latin « Caput Terrae », est le « cap de la Terre », c’est-à-dire la limite extrême connue dans l’Antiquité (Mésolithique/Néolithique précoce, il y a environ 11 600 ans, pour avoir une date approximative mais utile pour comprendre), tandis que l’emplacement actuel de Fruttidoro à Capoterra serait le légendaire Jardin des Hespérides. Cette nouvelle découverte n’a pas encore été contre-validée par les chercheurs, et aucune stratigraphie n’a été réalisée pour la contre-vérification correspondante. Le Jardin des Hespérides était situé dans l’océan Atlantique, ce qui, comme expliqué sur le site atlantisfound.it , était le nom mésolithique de la mer qui entourait l’île, alors terre émergée sarde-corse-atlante. Les îles Hespérides doivent donc être les noms archaïques avec lesquels la Sardaigne et la Corse ont été définies dans les millénaires qui ont suivi la semi-submersion du bloc géologique sarde-corse. Hesperidum Insulae, « Les Îles du Soir », car au coucher du soleil, lorsque les Grecs regardaient vers l’ouest, naviguant dans cette direction depuis leur position la plus éloignée, c’est-à-dire avec une grande probabilité l’île d’Ischia, ils virent 2 îles lointaines, qui sont aujourd’hui connues sous les noms de Sardaigne et de Corse, et qui sont des plateaux de terres émergées du bloc géologique semi-submergé sardo-corse. Le linguiste et glottologue Massimo Pittau a analysé l’emplacement du Jardin des Hespérides, le plaçant vraisemblablement en Sardaigne et soulignant qu’il s’agissait encore d’une légende ; Cependant, dans mon audacieuse ignorance, je vais plus loin et propose qu’il ne s’agit pas d’une légende, mais d’un lieu qui a réellement existé situé à Fruttidoro di Capoterra, comme le dit en d’autres termes le mythe. Évidemment, un érudit sérieux devrait étudier toute la toponymie de Capoterra et des lieux voisins, pour vérifier les noms les plus anciens qui peuvent être retracés et si dans le passé ils étaient appelés d’une autre manière. Dans tous les cas, une bonne analyse basée sur l’archéologie satellitaire serait appropriée, pour mettre en évidence des habitats très anciens, mésolithiques ou néolithiques, présents sur le site ou SOUS le site (car avec une grande probabilité ils seront désormais submergés par les couches superposées au fil des millénaires). ). Suite à ces interprétations, nous pouvons analyser d’autres aspects de la mythologie : Thétis était une Sarde. Pélée épousa une Sarde, mais les Grecs les appelaient « nymphes de la mer ». Le jardin des Hespérides se trouve à Fruttidoro di Capoterra, en Sardaigne, entre les montagnes de l’Atlas, c’est-à-dire les montagnes du Sulcis, et l’océan Atlantique paléolithique, c’est-à-dire l’actuelle mer Méditerranée.

Hérodote confirme que la capitale de l'Atlantide est Sulcis, dans l'actuelle Sardaigne.
Hérodote confirme que la capitale de l’Atlantide est Sulcis, dans l’actuelle Sardaigne.


Pourquoi était-on appelé les montagnes de l’Atlas dans l’Antiquité ? Parce que Sulcis était la capitale de l’Atlantide, mais surtout parce que Poséidon entoura initialement le centre de Sulcis, l’entourant de cercles d’eau et de terre, pour protéger Clito, lorsque la navigation n’existait pas encore, à une époque encore indéfinie. Poséidon était un ancien souverain atlante sarde corse, il n’était pas un Dieu. Nous savons tous que le Pharaon était considéré comme un Dieu, mais qu’en réalité il était un homme, c’est connu de tous. Cette conception est appelée « eumérisme ». Le premier fils de Poséidon et Clitus, Atlas, premier de 5 paires de jumeaux (10 frères au total), prit le titre officiel de Premier Roi de l’Atlantide et prit possession de Sulcis dans l’actuelle Sardaigne. C’est pourquoi, dans les temps anciens, on appelait les montagnes volcaniques du Sulcis les montagnes de l’Atlas.
Par conséquent, quand dans l’Antiquité on affirmait que le Jardin des Hespérides était situé entre les “Montagnes de l’Atlas” et l’Océan Atlantique (Paléolithique, c’est-à-dire la mer Méditerranée), la situation géographique est parfaite et correcte : Fruits d’Or de Capoterra en fait il est situé entre les montagnes de l’Atlas et la Méditerranée, exactement là où certains historiens anciens l’avaient placé .

Le Jardin des Hespérides situé à Frutti D'Oro de Capoterra en Sardaigne
Le Jardin des Hespérides situé à Frutti D’Oro de Capoterra en Sardaigne

Le désordre s’est produit plus tard, lorsque l’océan Atlantique a été déplacé, comme probablement déjà rapporté avant moi par le professeur Sergio Frau (2002), qui a remis en question la position originale des Colonnes d’Hercule, en supposant qu’elles se trouvaient entre la Sicile et la Tunisie, d’où elles peuvent on peut en déduire à juste titre que l’océan Atlantique était approximativement la mer de Sardaigne.
Teti était l’éponyme de la ville sarde encore appelée Teti aujourd’hui. La chasse au sanglier avait donc lieu en Sardaigne : cette coutume existe toujours. L’ensemble du schéma mythologique reprend sa place, et tout ce qui ressemblait auparavant à des contes de fées prend un contour plausible et plus réaliste.

Les îles Hespérides et le Jardin des Hespérides

Le Jardin des Hespérides portait des fruits d’or et était situé aux extrémités de la terre connue ; une analogie a été trouvée avec l’histoire apparemment mythologique des Hespérides dans la toponymie sarde : en effet, il existe un lieu appelé Fruttidoro, situé dans la ville de Capoterra, en Sardaigne. Capoterra, du sarde Caputerra, puis en latin « Caput Terrae », est le « cap de la Terre », c’est-à-dire la limite extrême connue dans l’Antiquité (Mésolithique/Néolithique précoce, il y a environ 11 600 ans, pour avoir une date approximative mais utile pour comprendre), tandis que l’emplacement actuel de Fruttidoro à Capoterra serait le légendaire Jardin des Hespérides. Cette nouvelle découverte n’a pas encore été contre-validée par les chercheurs, et aucune stratigraphie n’a été réalisée pour la contre-vérification correspondante. Le Jardin des Hespérides était situé dans l’océan Atlantique, ce qui, comme expliqué sur le site atlantisfound.it , était le nom mésolithique de la mer qui entourait l’île, alors terre émergée sarde-corse-atlante. Les îles Hespérides doivent donc être les noms archaïques avec lesquels la Sardaigne et la Corse ont été définies dans les millénaires qui ont suivi la semi-submersion du bloc géologique sarde-corse. Hesperidum Insulae, « Les Îles du Soir », car au coucher du soleil, lorsque les Grecs regardaient vers l’ouest, naviguant dans cette direction depuis leur position la plus éloignée, c’est-à-dire avec une grande probabilité l’île d’Ischia, ils virent 2 îles lointaines, qui sont aujourd’hui connues sous les noms de Sardaigne et de Corse, et qui sont des plateaux de terres émergées du bloc géologique semi-submergé sardo-corse. Le linguiste et glottologue Massimo Pittau a analysé l’emplacement du Jardin des Hespérides, le plaçant vraisemblablement en Sardaigne et soulignant qu’il s’agissait encore d’une légende ; Cependant, dans mon audacieuse ignorance, je vais plus loin et propose qu’il ne s’agit pas d’une légende, mais d’un lieu qui a réellement existé situé à Fruttidoro di Capoterra, comme le dit en d’autres termes le mythe. Évidemment, un érudit sérieux devrait étudier toute la toponymie de Capoterra et des lieux voisins, pour vérifier les noms les plus anciens qui peuvent être retracés et si dans le passé ils étaient appelés d’une autre manière. Dans tous les cas, une bonne analyse basée sur l’archéologie satellitaire serait appropriée, pour mettre en évidence des habitats très anciens, mésolithiques ou néolithiques, présents sur le site ou SOUS le site (car avec une grande probabilité ils seront désormais submergés par les couches superposées au fil des millénaires). ).

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 4
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 4

L’ATLANTIDE COMME UNE CIVILISATION HAUTEMENT DÉVELOPPÉE ET TECHNOLOGIQUEMENT AVANCÉE.

Lorsque Platon décrit le bloc atlante sarde corse comme une civilisation très développée et technologiquement avancée, cette phrase doit être lue dans le contexte dans lequel existait le Corso Atlantis sarde, c’est-à-dire avant sa submersion partielle en 9600 avant JC, soit il y a environ onze mille six cents ans. . Cependant, de nombreux lecteurs de Platon, lorsqu’ils lisent l’expression « hautement développé et technologiquement avancé », croient que Platon fait référence à nous qui vivons en 2023 après Jésus-Christ. Ils croient donc que lorsque nous parlons d’une population technologiquement avancée, cela doit avoir faisceaux laser, téléportation, superordinateurs équipés de super intelligences artificielles… Cette erreur est commise non seulement par de nombreux lecteurs, mais aussi par des réalisateurs et des scénaristes ; par exemple, le film d’animation de Disney intitulé Atlantis – L’Empire perdu montre que les habitants de l’Atlantide disposent de technologies telles que des motos volantes, avec un système qui semble être anti-gravitationnel. La théorie atlante sarde corse affirme au contraire que la population atlante, qui peuplait notamment les paléo-côtes du bloc sarde corse, aujourd’hui appelé par la science sous le nom de « plate-forme continentale sarde-corse submergée », était technologiquement avancée par rapport aux autres populations de son époque, c’est-à-dire ceux qui lui étaient contemporains et qui vivaient dans la période antérieure à 11 600 (onze mille six cents) ans.

Pour donner un exemple clair : sur la page Carro_(transport) de Wikipédia, on lit que « La première charrette confirmée dans les documents mésopotamiens remonte donc à  3000 avant JC , retrouvée dans un bas-relief à  Ur  appelé le  char des félins , en dont le char était composé de roues pleines à trois secteurs, avec axe et roue intégrés et un axe fixé à un châssis, qui dans le cas des corbillards atteignait la taille de 50 cm sur 65 cm”. Mais dans les descriptions de Platon, l’Atlantide possédait des chars de guerre avant même sa submersion en 9 600 avant JC. Selon ma théorie sarde corse atlante, c’est ce que signifie « technologiquement avancé ». Les Atlantes étaient experts en canalisation, en construction de canaux d’irrigation. Il s’agissait d’une technologie avancée, par rapport à celle de nombreux autres peuples, selon Platon, en 9600 avant JC et même avant le naufrage.

Les médias, malheureusement, et de nombreux occultistes qui ont traité du sujet de l’Atlantide, ont malheureusement contribué à insérer des éléments chaotiques et déroutants dans la recherche de l’île submergée, de sorte qu’aujourd’hui encore, beaucoup de gens s’attendent à ce qu’en Atlantide, il existe des technologies futuristes, même pour nous aujourd’hui, mais il s’agit simplement d’une erreur logique de raisonnement.

ANALYSE DES THÉORIES SUR L’ATLANTIDE QUI CONTRADIENT MA THÉORIE

Je ne peux pas ignorer les autres interprétations de Platon et les preuves historiques et géographiques qui contredisent mon hypothèse : c’est pourquoi dans cette section je traiterai précisément de cela, c’est-à-dire en analysant les différentes théories une par une et en essayant de montrer les points faibles et forts de chaque théorie. chacun les relisant à la lumière de mon interprétation particulière. Pour ce faire, j’utiliserai les textes des différents auteurs et je tenterai de les démonter morceau par morceau. Ce n’est pas ce que j’aimerais faire dans la vie, mais malheureusement je dois le faire parce que je veux accélérer le processus de reconnaissance de mes découvertes potentielles.

 

 

Dans le Temple d’Edfou l’île atlante sarde corse, actuellement semi-submergée, est aussi appelée « L’Île Primordiale », « Île de l’Œuf », « Île du Piétinement », « Île du combat », « Île de la Paix » ; il est situé dans le « Lac Éternel » (le Lac Éternel est aujourd’hui appelé mer Méditerranée). Les textes de Timée et de Critias énoncent des choses très semblables à celles écrites en hiéroglyphes dans le temple d’Edfou, en utilisant des mots et des périphrases différents. En combinant ces informations, il est possible d’obtenir de nouvelles informations sur le bloc géologique sarde-atlante actuellement semi-submergé.

L'Atlantide existe
Il est possible de voir le bloc géologique sarde-corse depuis une vue inclinée, ce qui permet de comprendre comment le plateau continental était la paléo-côte sarde-corse-atlante, détruite par 11 000 ans de courants marins, qui ont probablement détruit de nombreux sites archéologiques mésolithiques ou antérieurs. trouve . On ne sait pas encore si des paléoports sont présents.

 

L'Atlantide existe, découverte par le Dr Luigi Usai
L’Atlantide existe, découverte par le Dr Luigi Usai

L’Atlantide est le nom donné par les Égyptiens au bloc géologique sarde-corse semi-submergé lors de sa émergation, avant sa submersion/naufrage vers 9600 avant JC . Elle est en réalité semi-immergée, comme le raconte le récit historique platonicien de l’Atlantide, mais deux plateaux sont restés hors de l’eau, et notre civilisation leur a donné les noms de « Sardaigne » et de « Corse » . L’« espèce d’éléphant » y était présente, comme le dit Platon, en fait il y avait le Mammuthus Lamarmorae .

Sardo Corso Atlantide, actuellement semi-submergée, était la plus grande de toutes les îles ; il était situé au centre de l’actuelle Méditerranée, qui s’appelait alors la mer de l’Atlantide, c’est-à-dire l’océan Atlantique, appelé plus tard par de nombreux noms, parmi lesquels les Égyptiens utilisaient “Le Grand Vert”, “Le Lac Éternel”. ” pour n’en citer que quelques-uns. Elle était très riche en forêts, et cela est toujours vrai et valable. Le climat était particulièrement doux, et cela est encore vrai aujourd’hui : en effet, la mer a des fonctions similaires à celles d’un condenseur dans un circuit électrique : elle amortit le climat chaud en l’absorbant partiellement, et atténue les climats froids en libérant l’ancien chaleur accumulée. Elle était riche en minéraux, et c’est encore vrai aujourd’hui, on peut donc imaginer à quoi devait ressembler le bloc sarde-corse il y a plus de 11 600 ans.
C’était ancien pour les anciens, et nous en avons des preuves infinies : la géologie nous enseigne que les roches sardes ont plus d’un demi-milliard d’années. Les constructeurs des tours y ont vécu, et nous le savons avec certitude, à tel point qu’une époque a même été définie comme “nuragique” et étudiée de manière assez approfondie, au point de fournir une grande documentation scientifique valable. Il devait être situé au-delà des Colonnes d’Hercule, et cela semble également exact, après les constatations que j’ai faites dans les banques d’El Haouaria et de Birsa.

disponible sous licence : Creative Commons Attribution 4.0 International
Le vaste plateau continental sarde-corse-atlante était la paléo-côte de l’Atlantide. Disponible via licence : Creative Commons Attribution 4.0 International

 

 

 

Comment expliquer que Platon décrit l’Atlantide comme une île circulaire avec un canal navigable au centre et une série d’anneaux concentriques de terre et d’eau, alors que le bloc sarde-corse a une forme irrégulière et ne présente pas ces caractéristiques ? Car la description de l’anneau ne concerne pas l’ensemble du bloc corse atlante sarde, mais uniquement la capitale de l’Atlantide, l’actuelle Sulcis. Comme je l’ai expliqué précédemment, il existe dans le Sulcis une structure presque circulaire, des dimensions indiquées par Platon, mais après onze mille six cents ans de pluies, d’inondations, de pics tectoniques provoqués par la structure graben-horst du Sulcis et de pics tectoniques provoqués par les dolines du Sulcis ont fait que ces portions de terrain, qui présentent les structures très anciennes rapportées par Platon, comme le temple de Poséidon, ont été déplacées de leur position d’origine. Une étude stratigraphique sérieuse et rigoureuse est donc nécessaire. Je ne suis ni archéologue, ni stratigraphe, ni géologue, et je ne suis donc pas en mesure de m’occuper personnellement de cette analyse. Cependant, je crois avoir apporté une contribution potentiellement importante à la recherche avec toutes ces informations.

Il existe des preuves de contacts entre les Égyptiens et les habitants du plateau atlante appelé Sardaigne : en fait, il existe au moins environ 300 découvertes archéologiques que les érudits définissent comme « égyptisantes » . Ces derniers jours, un accord a été signé entre la directrice Luana Toniolo et le directeur de la Fondation du Musée des Antiquités égyptiennes de Turin, Christian Greco, pour l’étude et l’analyse de ces découvertes.

POSSIBILITÉ DE DÉCOUVERTE DE L’ATHÈNES ANTIQUE À PARTIR DE 9600 AVANT JC

Athènes vers 9600 avant JC, submergée avec le bloc atlante corse sarde
Athènes vers 9600 avant JC, submergée avec le bloc atlante sarde corse, situé sur la plate-forme carbonatée Iblean Sicile-Malte, découverte par Luigi Usai

 

Sur le plateau continental carboné submergé d’Iblea Sicile-Malte , flanqué de l’ escarpement Sicile-Malte , le Dr Luigi Usai (l’auteur) a trouvé une structure parfaitement rectangulaire sur ce qui semble être les paléocôtes mésolithiques de l’est de la Sicile actuellement submergée. Une analyse plus approfondie a permis de constater la présence de structures aux formes parfaitement géométriques, qui semblent être de nature anthropique. Des études supplémentaires sont nécessaires pour comprendre ; cependant, il est déjà possible de consulter en ligne des images de cette éventuelle découverte archéologique.

Vidéo de la découverte potentielle :

 

La première Athènes de 9600 avant JC ? Des vérifications devront être faites.

HYPOTHÈSE SUR LA PREMIÈRE ATHÈNES SUBMERGÉE VERS 9600 AVANT JC AVEC L’ATLANTIDE

Si ce que Platon a dit à propos de l’Atlantide est véritablement un événement historique, comme le disent Timée et Critias, alors on pourrait émettre l’hypothèse qu’il s’agit de la première Athènes, submergée en 9600 avant JC. Si cela s’avère vrai, tout ce que Platon a dit a une base objective dans le monde réel. Bien sûr, il serait très étrange que la Première Athènes soit basée en Sicile. Le point important à souligner est qu’il semble y avoir de nombreuses preuves objectives : la bathymétrie est une science. Les cartes bathymétriques font donc également partie des outils utilisables par la méthode scientifique. Certains chercheurs ont souligné que des « artefacts » apparaissent parfois sur le fond marin, en raison d’une mauvaise acquisition de données. Cependant, après environ 20 ans dans le secteur informatique, j’ai suffisamment de connaissances pour établir que la possibilité qu’il s’agisse d’artefacts erronés est extrêmement faible, sinon j’aurais dû trouver des rectangles dans d’autres parties du monde, ce qui n’est jamais arrivé, non plus. même en explorant les fonds marins du monde entier pendant environ deux années consécutives. Le rectangle submergé est également présent en un point qui semble être une paléo-côte mésolithique, il est donc encore plus probable qu’il s’agisse d’une structure anthropique véritablement existante. De plus, la résolution a changé et améliorée au cours de la dernière année. S’il s’agissait d’un artefact, les nouvelles détections auraient dû effacer l’erreur et l’écraser avec les données correctes, mais cela ne s’est pas produit jusqu’à présent.

    

TOPONOMASTIQUE ET ONOMASTIQUE

Dans le bloc sarde-corse la toponymie, très utile aux archéologues, rappelle clairement les sources d’eau chaude et froide placées selon le récit platonicien sur l’île de l’Atlantide par Poséidon : on y trouve des hameaux de villes appelés ” Acquacadda ” ( Eau Chaude, en Sarda Campidanese ), S’acqua callenti de basciu (L’eau chaude d’en bas, en campidanais sarde) et S’Acqua Callenti de Susu (L’eau chaude d’en haut, en dialecte campidanais sarde), tandis que dans la ville voisine de Siliqua, c’est le La source d’eau froide de Zinnigas est encore présente aujourd’hui ; à Siliqua, le « Château d’Acquafredda » est tout ce qui reste de la citadelle médiévale d’ Acquafredda . Bref, même la toponymie rappelle le mythe platonicien. De plus, Solon a entendu l’histoire dans la ville égyptienne de Sais , et Sais  est aussi le nom d’une fraction géographique proche de Narcao : localité d’Is Sais inférieure et Is Sais supérieure de Narcao (SU), dans le Sulcis dans l’actuelle Sardaigne ; c’est aussi un nom de famille sarde . La toponymie apparaît à nouveau d’une manière apparemment correcte, et précisément dans les mêmes points géographiques (Sulcis, dans l’actuelle Sardaigne) où la toponymie rappelle les sources placées par Poséidon. Et curieusement, toujours à Sulcis, il existe un lieu-dit Piscinas … une autre toponymie qui rappelle le thème de l’eau ou des inondations. En ce qui concerne la toponymie égyptienne, on trouve un lieu appelé « Terresoli » (Terre du Soleil, en dialecte campidanais sarde) qui rappelle de très près Héliopolis (Ville du Soleil). Depuis Sulcis « s’esti furriau », ils appelaient un hameau « Furriadroxiu » ; comme de nombreuses personnes sont mortes ou ont été grièvement blessées, on l’a appelé « Spistiddatroxiu ». En Sardaigne, nous avons Olbia , et Olbia existe également dans l’Égypte ancienne . A ce stade, c’est encore difficile à prouver, mais la ville de Sinnai en Sardaigne pourrait s’avérer être liée au Sinaï en Egypte : cette affirmation reste à démontrer, mais elle ne semble plus être une question de coïncidences : en profondeur des études sectorielles sont nécessaires. Carnac en France est célèbre pour ses mégalithes, tout comme Karnak en Égypte. Le nom de la ville est le même, mais la phonétique est exprimée avec des valeurs de consonnes différentes, où K et C ont la même signification sémantique, mais des orthographes différentes.

Nous avons vu le nom de famille Sais , mais le nom de famille Usai est également intéressant : la momie Usai existe à Bologne , ce qui démontre les contacts entre la population sarde-corse-atlante et l’Égypte ancienne. En fait, Usai est un nom de famille exclusivement sarde-corse-atlante : dans le monde entier, ceux qu’on appelle Usai sont d’origine sarde-corse-atlante . Nous avons donc la présence de patronymes sardes-corses dans l’Egypte ancienne, et cela devrait nous faire réfléchir. En outre, une gravure d’un vaisseau égyptien a été trouvée dans la nécropole de Montessu à Santadi , Sulcis. Cela confirme encore les relations entre l’Égypte et le Sulcis du bloc géologique sarde-corse-atlante . Uras est un nom de famille sarde et une ville sarde . En plus de la Momie Usai, à Bologne, il y a des salles avec des bronzes, et tous les Sardes connaissent les bronzes nuragiques . Abis est un nom de famille sarde, Abis est un toponyme de l’Egypte ancienne. Olbia est une ville sarde, Olbia est une ville d’Egypte. Uras est un nom de famille sarde, Uras est un lieu sarde et contient le thème “Uranus”, qui pourrait être lié à Poséidon. La toponymie et l’onomastique confirment donc le mythe platonicien mais aussi les relations avec les Égyptiens. Les découvertes égyptiennes se trouvent également dans d’autres endroits de la Sardaigne, mais ici, pour le moment, nous resterons concentrés sur le thème atlante.

3207 Les toponymes sardes commencent par Funt (« funti » ou « funtana » en sarde signifie « fontaine » en italien).

Noms de famille sardes qui sont aussi des noms de villes et de lieux géographiques.
Avant de lire cet article, il est bon d’étudier l’excellent article de la page :
https://www.inliberta.it/piu-antichi-cognomi-sardi/

ce qui permet une vision large des patronymes sardes et qui peut suggérer une naissance paléolithique ou néolithique de ces patronymes.

L’île de  l’Atlantide  est décrite comme  « riche en eaux ». J’ai pensé tout de suite chercher des toponymes sardes contenant le mot Funt (en sarde, un “Fonte” peut s’appeler “Funtana”).

Vers la page :

https://www.sardegnageoportale.it/webgis/ricercatoponimi/search

il y a 3 champs de saisie de texte : Toponyme, Commune et Type.

Sous Toponyme j’ai inséré les lettres Funt, de manière à obtenir tous les mots qui commencent ainsi ; ce sont généralement des mots comme Funti ou Funtana, ou source, en campidanais sarde.

Vous obtenez ainsi 3207 toponymes, sans effectuer aucune autre recherche. Je dirais que 3207 toponymes, 11 000 ans après le naufrage de l’Atlantide, peuvent déjà être une bonne garantie de la véracité de ce qu’affirmait Platon dans Timée et Critias, sur le fait que le bloc atlante sarde corse était “riche en eau” : Sassari , Thatari et Serramanna, 3 autres toponymes, signifient « riche en eau » (voir à ce sujet les travaux du professeur Salvatore Dedola).

Dans le bloc sarde-corse la toponymie, très utile aux archéologues, rappelle clairement les sources d’eau chaude et froide placées selon le récit platonicien sur l’île de l’Atlantide par Poséidon : on y trouve des hameaux de villes appelés ” Acquacadda ” ( Eau Chaude, en Sarda Campidanese ),  S’acqua callenti de basciu  (L’eau chaude d’en bas, en campidanais sarde) et  S’Acqua Callenti de Susu  (L’eau chaude d’en haut, en dialecte campidanais sarde), tandis que dans la ville voisine de Siliqua, c’est le La source d’eau froide de Zinnigas est encore présente aujourd’hui ; à Siliqua le « Château d’Acquafredda ». Bref, même la toponymie rappelle le mythe platonicien. De plus, Solon a entendu l’histoire dans la  ville égyptienne de Sais , et  Sais  est un nom de famille sarde, et la Sardaigne est un plateau émergé du bloc géologique sarde corse submergé, donc tout s’emboîte toujours parfaitement. Sais , en plus d’être un patronyme appartenant au territoire sarde-corse,  est aussi le nom d’une fraction géographique proche de Narcao : la localité d’Is Sais Inferiore et Is Sais Superiore de Narcao (SU), dans le Sulcis dans l’actuelle Sardaigne. . La toponymie apparaît à nouveau d’une manière apparemment correcte, et précisément dans les mêmes points géographiques (Sulcis, dans l’actuelle Sardaigne) où la toponymie rappelle les sources placées par Poséidon. Et curieusement, toujours à Sulcis, il existe un lieu-dit  Piscinas  (on peut aussi le comprendre en italien)… une autre toponymie qui rappelle le thème de l’eau ou des inondations. En ce qui concerne la toponymie égyptienne, on trouve un lieu appelé « Terresoli » (Terre du Soleil, en dialecte campidanais sarde) qui rappelle de très près  Héliopolis  (Ville du Soleil). Depuis Sulcis « s’esti furriau », ils appelaient un hameau « Furriadroxiu » ; comme de nombreuses personnes sont mortes ou ont été grièvement blessées, on l’a appelé « Spistiddatroxiu ». Près de Barbusi, près de Carbonia en Sardaigne, il y a  Acqua Callentis (eau chaude en sarde)  et  Caput Acquas. En outre,  il y a un hameau appelé Su Peppi Mereu et il y a des pharaons égyptiens appelés Pepi I et Pepi II (en sarde Pepi est le diminutif de Giuseppe) .

Mandas  est un nom de famille sarde et une localité sarde.
Nora  est un lieu sarde et  Nora  est un prénom féminin .
Lidia
  est une localité et  Lidia  est un nom féminin (  Lidia  (endonyme : Śfard ; en grec : Λυδία ; en assyrien : Luddu ; en hébreu : Lûdîm)  est une ancienne région historique, c’est-à-dire une localité)
confirmation supplémentaire de mes affirmations : la ville de  Sardes  ou  Sardes  ou  Sardes  (en  lydien  𐤳𐤱𐤠𐤭𐤣 , translittéré  Sfard ;  grec ancien  Σάρδεις , translittéré  Sárdeis ;  ancien persan  Sparda ) était une ancienne ville d’ Asie Mineure  (aujourd’hui  Turquie ) qui devint la capitale du  royaume de Lydie  au  VII siècle avant JC
. Je le répète : la ville de Sardes devint la capitale de la Lydie.
Solinas  est un nom de famille sarde et un lieu :  la plage d’Is Solinas.
Solanas  est une ville sarde et un nom de famille, cette fois espagnol, indiquant probablement les migrations sardes vers l’Espagne dans l’Antiquité.
Tunis  est un nom de famille sarde et est une localité ( Tunis, en Tunisie ).
Zara  est un nom de famille sarde et est une localité ( Zara en Croatie ).
Olianas  est un nom de famille sarde et  Oliena  est une ville sarde qui, en sarde, s’appelle  Oliana .
Ruggiu  est un nom de famille sarde et  Monte Ruggiu  est une localité.
Scano  est un nom de famille sarde,  Scano Montiferru  est une localité.
Pirastru  est un nom de famille sarde,  Porto Pirastru  est une localité.
Mattana  est un nom de famille sarde , Mattan  I et  Mattan  II sont des dirigeants phéniciens.
Milia  est un nom de famille sarde et  El Milia  est un endroit en Algérie et  Miliana  un endroit en Algérie.
Iunius Silanus  est un nom de famille et  Silanus  est une localité sarde qui existe encore ; il y a alors une étrange similitude entre l’étymologie de  Silanus  (un village sarde dont l’étymologie signifie : bois, des bois) et la figure mythologique de  Silène  (extraite de wikipedia -> Les  Silènes  (également  Silenoi) sont des figures de la mythologie grecque, divinités mineures des bois, de nature sauvage et lascive -> il s’agissait probablement des Sardes qui habitaient Silanus, d’où ils tirèrent leur nom).
Siddi  est un nom de famille sarde et  Siddi  est un endroit en Sardaigne.
Murgia  est un nom de famille sarde et « Le  Murge »  est une  sous-région  Appulo-Lucanienne .
Sanna  est un nom de famille sarde et  Sannio  est une ancienne localité historique et les  Samnites  étaient les habitants qui l’habitaient : cependant, cela pourrait être une coïncidence. Cependant, toutes ces étranges « coïncidences » doivent nous amener à faire de nouvelles analyses, à repenser le passé et à tenter de motiver ces étranges dizaines et dizaines et dizaines de coïncidences.

Compte tenu de toutes ces prémisses, il n’est pas difficile de comprendre que :

Troia  est un nom de famille,  Troja  est un nom de famille, et  Troia  est une ville de la province de  Foggia  et  Troia  est la célèbre ville mythologique… à ce stade, on pourrait supposer que  Troia était une ville sarde-corse . Les murs de Troie, construits en cercles concentriques, confirment également cette hypothèse ; vient le fait que les  Ilenses Troes sardes existent  et que  l’autre nom de Troie est Ilio  ( Troes-Ilienses sont une tribu sarde )…

Une autre anomalie à garder à l’esprit est la présence de :
Gonnos fanadiga
Gonnos nò
Gonnos codina
Gonnos tramatza
Autre anomalie toponymique : la présence de  Biddanoa  (Bidda noa signifie, en sarde, Nouvelle Ville ou Nouveau Pays,  Villanuova  ou  Villanova , en langue sarde) ; et l’étrange insistance du terme traduit  Villanova  partout où se trouvent des contacts avec la culture sarde :
la  Culture Villanovienne  est un faciès qui a donné naissance aux Étrusques, elle tire son nom de la ville de Villanova ; selon ma théorie, les Villanoviens étaient des migrations sardes-corses très anciennes, c’est pourquoi un bronze nuragique a été trouvé plus tard au fond du lac de Bolsena à l’intérieur d’une maison villanovienne submergée ; à Cagliari, le quartier de Villanova, mais cela pourrait être une coïncidence, car si je ne me trompe pas, la nomenclature a des origines médiévales et je ne sais pas pourquoi on l’appelait ainsi ; à Villanova di Guidonia (Rome) se trouve le Théâtre Maritime d’Hadrien, connu sous le nom de Villa Adriana : il est construit en cercles concentriques comme la capitale de l’Atlantide, juste dans un lieu appelé Villanova ; en Sardaigne, il y avait une Neapolis, dans la région d’Oristano, et Neapolis est le nom de Naples, et Nea Polis signifie nouvelle ville, dans le style atlante sarde corse.

Autres bizarreries linguistiques : l’usage insistant sarde-corse des diphtongues dans la toponymie :

avec la diphtongue « ei » : Orosei, Baunei, Bultei, Burcei, Furtei, Gergei, Urzulei, Lanusei, Lei, Musei, Pauli Arbarei, Pèifugas , Costa  Rei, San Niccolò Gerrei, Triei, Mara Arbarèi tous les lieux qui se terminent par la diphtongue « ei » » ;

avec la diphtongue « ai » : Allai, Paizé, Gairu, Ollollai, Illorai, Lotzorai, Masainas, Olzai, Onifai, Samatzai, Ulassai, Ussassai, La Trinitài et Vignola , Villagrande Strisaili ;

avec la diphtongue « oi » : Gavoi, Jaròi/Geràni, Loiri Porto San Paolo, Mammoiada ;

avec la diphtongue “au” : Ardauli, Austis, Ballau, Bauladu, Baunei, Giaùni/Jaùni, Lòiri Poltu Santu Pàulu, Paùli, Narcàu, Lu Palàu, Paùli Arbarèi, Pàu, Pàulle, Paùli Gerrèi/Pàùli Xrexèi, Santu Sparàu, Tempio Pausanie,

Gonnos fanadiga,  Gonnos nò,  Gonnos codina,  Gonnos tramatza, tous les lieux qui contiennent le suffixe Gonnos ;

 

Certains de ces faits pourraient être des coïncidences.

Attention : ce site contient des recherches expérimentales réalisées par un non-professionnel, il peut donc y avoir des erreurs logiques ou méthodologiques dans la recherche. Les scientifiques seront capables de dépister les erreurs à partir d’informations correctes. Ce qui compte, ce sont les éventuelles informations utiles qui peuvent en découler.

Noms de villes/villages/hameaux qui nécessitent une analyse plus sérieuse :

Teulada   en Sardaigne correspond à  Teulada en  Espagne

Aritzo   en Sardaigne correspond à  Aritzu au  Pays Basque

Monastir   en Sardaigne correspond à  Monastir en  Tunisie

Orani   en Sardaigne correspond à  Orano en  Algérie

Pula  en Sardaigne correspond  à  Pula  en ex-Yougoslavie

Palau   en Sardaigne correspond à  Palau , province de Lleida en Espagne, et  Palau en Micronésie

Sa  Baronia  en Sardaigne correspond à  La Baronia de Rialb , 25747, province de Lleida, Espagne ; mais cela correspond aussi  à Sa Baronia située dans la Sierra de Tramuntana , déclarée site du patrimoine mondial, à seulement 25 km de Palma de Majorque.

Téthys   en Sardaigne correspond à la mer Téthys, au Titan Téthys fils d’Uranus et Gaia et d’un pharaon  appelé Téthys

Sa  Portedda  à  Sulcis  correspond à  La Portella  en  Catalogne, Espagne

Memphis   en Sicile correspond à un deuxième  Memphis  en Sicile et à un  Memphis en  Egypte

Amarnas  en Algérie correspond à  Amarna  en  Egypte, nom moderne d’Akhetaton, ville d’Akhenaton

à  Gadeiros , frère de l’Atlas Sulcitan et fils de Poséidon et Clitus, correspond   Gadir (Cadix)  correspond à  Gadir  au Maroc,  Agadir  au Maroc,  Port de Gadir  à Pantelleria, Baie de  Ghadira  à Malte ; d’ailleurs, on comprend maintenant pourquoi Platon parle de la  région de Gadirica  devant les colonnes d’Hercule :  Gadirica  était probablement la région proche de l’actuel  Villasimius , mais cela reste à vérifier.

Cariddi   en Sardaigne correspond à  Cariddi en  Sicile

Pompu   correspond à  Pompéi en Italie et à Pohnpei en Micronésie

L’Ombrie   en Italie correspond au royaume de  Northumbrie en  Angleterre

Anglona  en Sardaigne correspond à Anglia  et Angleterre , terre  des Angles

Gallura   correspond à  la Gaule, à Gallipoli,  au Pays de Galles   et au  nom de famille Gallus ( beaucoup  ne sont probablement que des coïncidences linguistiques ; cependant, cela vaut la peine d’étudier et peut-être de réfuter ces similitudes de manière scientifique )

Bithinia  correspond  à  Bithia

Olbia   en Sardaigne correspondait à  Olbia en Egypte et est mentionnée dans les livres d’histoire anciens.

Alguier  (Alghero) correspond  à  Alger

Bari   correspond à  Bari Sardo  en Sardaigne

Meana   correspond à  Meana Sardo  en Sardaigne

Prato   correspond à  Prato Sardo  en Sardaigne

Riola   correspond à  Riola Sardo  en Sardaigne

Neapolis  (en grec : Νεάπολις ; en sarde : Nabui) ou « ville nouvelle »,  était une ancienne ville de Sardaigne  qui correspond à  Neapolis, l’ancien nom de Naples en Italie.

à la localité Tempio- Ampurias , Plage  d’Ampurias , correspond en Espagne  à Empúries , 17130, Province de Gérone, Espagne, appelée  Ampurias en espagnol .

la localité française Pau correspond au patronyme  Pau , très fréquent et peut-être originaire du Sulcis  ; quelqu’un pourrait même aller jusqu’à remarquer que, alors que dans la langue française la diphtongue “au” se lit “o”, et donc Pau en français se lit “Pò”, il existe une prononciation occitane, qui, telle qu’elle est présente dans Wikipédia sous l’entrée  Pau_(France) ,  se prononce exactement Pau, comme dans la langue sarde , confirmant au moins partiellement mes affirmations. Il serait intéressant de faire une étude sur l’occitan, pour voir s’il pourrait y avoir des liens avec les langues et dialectes du bloc sarde-corse-atlante, comme cela se produit aussi avec le corse, le basque, le sicilien, le roumain et bien d’autres ;

Caria  est un nom de famille sarde qui correspond à  Caria , qui était une région historique de l’ouest de l’Anatolie ;

Solanas  est une ville sarde  et  Solanas  est à la fois un nom de famille sarde et espagnol :

Solanas est un  nom de famille  espagnol  . Les personnes notables portant le nom de famille comprennent :

(extrait de  https://en.wikipedia.org/wiki/Solanas_(surname)   )

ce ne sont peut-être pas des coïncidences. Il faut d’abord revenir aux premiers toponymes originaux, pour comprendre s’ils ont été modifiés récemment ou s’ils sont anciens ou originaux. Je propose d’étudier ces correspondances : la question de savoir si le nom a à voir avec une sorte de domination directe, de colonisation ou de relation quelconque n’a pas encore été officiellement démontrée avec des preuves plus solides.

 

Nous avons vu le  nom de famille Sais , le  nom de famille Pau , mais le  nom de famille Usai  est également intéressant :  la momie Usai existe à Bologne , ce qui démontre les contacts entre la population sarde-corse-atlante et l’Égypte ancienne. En fait,  Usai est un nom de famille exclusivement sarde-corse-atlante : dans le monde entier, ceux qu’on appelle Usai sont d’origine sarde-corse-atlante . Uras  est un nom de famille sarde, un pays sarde et une divinité sumérienne. Cabras  est un nom de famille sarde,  Cabras  est une ville sarde et  à Cabras  ils ont trouvé les géants du Mont’E Prama, et ” cabras ” en sarde signifie ” chèvres “ , terme qui est probablement originaire du Paléolithique ou du Néolithique, comme chèvres. a définitivement marqué la transition des chasseurs vers les éleveurs et les agriculteurs. Sinis  est un nom de famille et  Sinis  est un lieu. Piras est un nom de famille  et  Piras est une localité . Avec la  momie Usai  , nous avons la présence de patronymes sardes-corses dans l’Egypte ancienne, et cela devrait nous faire réfléchir. C’est difficile à expliquer en quelques mots, je le ferai dans un autre contexte :  les Sumériens, les Akkadiens et les Babyloniens, avec une très forte probabilité, furent des migrations sardes-corses-atlantes  à des époques que les scientifiques devront désormais recalculer à partir de nouvelles découvertes. Ce sera difficile et merveilleux de devoir relire toutes les paroles et essayer de s’y retrouver. Cependant, je peux vous donner quelques idées : il existe probablement des liens entre le nom de famille sarde  Cadelanu ,  Candelanu  et  Kandalanu , un roi néo-babylonien ; entre la ville de  Sarroch  en Sardaigne et Dur- Šarrukin  de Ninive ; ces découvertes ouvrent les portes à un nouveau type d’approche de la culture sumérienne et mésopotamienne en général. Les dieux de la mythologie sumérienne étaient des mineurs … et  Sulcis elle-même possède la mine la plus ancienne d’Italie et peut-être d’Europe : si elle fournit encore des ressources aujourd’hui, à quoi devait-elle ressembler il y a 11 000 ans ? 
Maintenant : si un scientifique avait des intentions sérieuses, il pourrait, à partir de mes observations, approfondir ses recherches. De cette façon, petit à petit, il s’avérera peut-être que  le pharaon Teti de la VIe dynastie qui régnait en Egypte est sorti de la ville de Teti en Sardaigne … Peut-être se rendra-t-on compte que  deux pharaons s’appellent Pepi I et Pepi II : mais Pepi ou Peppi en Sardaigne c’est le diminutif de  Giuseppi , c’est à dire Giuseppe (cela pourrait être une simple coïncidence). Aujourd’hui encore, en Sardaigne, les personnes appelées Giuseppe sont surnommées  Pepi  pour démontrer leur affection, leur familiarité et leur amitié.
Vous réalisez peut-être que les  Atlantes sardes et corses  attribuaient souvent le même nom à différentes villes. Nous avons donc  deux lieux appelés Memphis en Sicile et nous avons l’ancienne Memphis en Egypte … nous avons  Akrotiri à Chypre et Akrotiri à Santorin ; Gadir (Cadix) en Espagne a l’équivalent du port de Gadir à Pantelleria, et de Gadir et Agadir au Maroc , car les noms de certains villages et emplacements portuaires sont sardes-corses-atlantes. Cela expliquerait pourquoi l’Ombrie existe et le Royaume de Northumbrie existe en Angleterre. Murgia  est un patronyme sarde et « le Murgie ou la Murgia » est une localité italienne.

 

Faire ce type de recherche demande du temps et de la patience, ce n’est pas une chose facile. Mais j’espère vous avoir donné une excellente contribution de départ, qui peut faciliter votre travail.

Voici quelques exemples qui pourraient ouvrir la voie à de nouvelles idées de recherche totalement innovantes qui, je crois, n’ont peut-être jamais été explorées auparavant :

  1. Sardi Maurreddus  de Maurreddanìa en Mauritanie et en Mauritanie ;
  2. Maltamonenses sardes  de Malte ;
  3. Galillenses sardes  en Galilée ; à ce sujet, voir  l’article présent ici ; le  commentaire de Bartolomeo Porcheddu ; les archéologues savent désormais également qu’une ville sarde entière datant au moins entre le XIIe et le XIe siècle avant JC a été découverte et mise au jour sur le mont Carmel ;
  4. Patuanenses Campani sarde  en Campanie;
  5. Les Beronicenses sardes   semblent liées aux Veronicenses puis Veronienses, en passant par la Toscane étrusque ;
  6. Les Sardes Ilienses-Troes  semblent être les fondateurs d’  Ilium-Troia , c’est pourquoi Ilium, c’est-à-dire la ville de Troie, a été créée à l’aide de cercles concentriques. Ils représentaient les Sillons Sacrés de Sulcis (Sulcus, Sulci, locatif latin ablatif en Sulcis, à traduire par « Le lieu des Sillons » [Tracé par Poséidon autour de la colline où vivait son épouse Clitus]) ;
  7. Les Sardes de Gallura  semblent liés à  la Gaule ;
  8. Les Balares sardes  étaient probablement les dirigeants des Baléares ( Îles Baléares ) ;
  9. Les Sardes de Laconi  possédaient  la Laconie  en Grèce ;
  10. De plus,  les religions sumérienne et mésopotamienne regorgent de termes, de noms et de prénoms sardes : ce fait mérite réflexion.
    Uras, nom de famille sarde, nom d’une divinité sumérienne ;
    Kadelanu, un nom de famille sarde, devient le nom d’un roi mésopotamien Kandelanu ;
    Sarroch, nom du pays, devient le roi Sarrukkin en Mésopotamie ;
    S’iskuru, une façon de dire sarde, en Mésopotamie est le dieu Iskur ;
    Samassi, une ville sarde, est le dieu sumérien Samas ;
    Uta, village sarde, est le dieu Utu ;
    Sinnai, village sarde, est le dieu mésopotamien Sin-Nanna ;
    Peut-être devrions-nous commencer à nous poser mille questions sous de nouveaux angles.
    A mon avis, une révision totale des sources historiques, géographiques, géologiques, commerciales et constructives est désormais nécessaire… de mon point de vue, un changement de paradigme immédiat et décisif est nécessaire :  le paradigme atlante sarde corse .

Autre étrangeté des noms de famille sardes : ils semblent très anciens et ont  une fonction déictique , il suffit de dire que certains sont  “Pani” et “Casu”, “pain” et “fromage” ; « Boi » bœuf ; et le taureau était sacré pour les Atlantes. Cela aussi pourrait être une piste de recherche : peut-être les patronymes sont-ils nés au Paléolithique ou au Néolithique dans le bloc géologique sarde-corse ? Cela pourrait expliquer pourquoi de nombreux noms de famille actuellement existants représentent idéophoniquement des concepts : pain, fromage, bœuf, corbeau ( Pani, Casu, Boi, Crobu ), avec un rapport 1:1 avec la réalité, c’est-à-dire que chaque nom de famille correspond à un objet réel existant.

Isis est la mère d’Horus (Horus, Or) dans la mythologie égyptienne. En Sardaigne, la localité Isidoro (Isis + Or) est présente en plein Sulcis, une terminologie qui avait une valeur religieuse. Avec l’avènement de la religion chrétienne, dans le but de convertir les Sardes à la nouvelle religion, tout a été fait pour ramener ces termes au christianisme, c’est pourquoi la terminologie archaïque d’Isidore a commencé à être associée à la figure d’un saint, Sant’ Isidore. Or, ce passage peut être très clair aux yeux du lecteur.

En effet, en Sardaigne, on a trouvé des représentations très anciennes d’Isis et d’Or (Horus, Horus), que les archéologues ont généralement toujours ramenées à la culture égyptienne, renversant les faits réels, comme j’essaierai de le montrer dans tout le raisonnement à ce sujet. site web. Isis et Horus étaient des figures de Sulcis, enseignées aux Égyptiens au Mésolithique et au Néolithique. Ceci expliquerait le culte d’Isis en Espagne, à Pompéi, à Rome… à quoi bon vénérer une seule divinité du Panthéon égyptien ? Très simple : la déesse était une divinité de Sulcis comme capitale atlante, et le culte était répandu dans toute la Méditerranée ; Mais l’Égypte a également conservé de nombreux autres aspects du culte enseigné et transmis par les Atlantes sardes, dont Isis n’était qu’une des divinités antiques. Le christianisme fit alors tout ce qui était en son pouvoir pour se désintégrer et faire disparaître dans l’oubli les vieux cultes sardes.

08 avril 2023, 06:32

Il y a quelques minutes, j’ai réalisé que le français se comporte aussi comme le sarde, au moins dans un cas :

Samzun est un nom de famille, et c’est aussi un endroit où se trouve un cercle mégalithique préhistorique, précisément sur ce que je suppose être les routes sarde-corse-atlante qui ont permis la propagation du mégalithisme sur les côtes européennes notamment. Il est nécessaire de faire des recherches pour comprendre si et quels noms existent en France qui sont aussi des toponymes.

Le culte du taureau reste dans les noms, encore à vérifier, de  Gioia Tauro  et  Taurianova .

Les îles Hespérides et le Jardin des Hespérides

Après la semi-submersion du bloc atlante corse sarde, seules les zones montagneuses de l’île de l’Atlantide sont restées hors de l’eau, et ont été interprétées comme deux îles. Mais il a fallu des milliers d’années avant qu’on les appelle Sardaigne et Corse. Au début, on les appelait les îles Hespérides, où se trouvait un jardin de fruits dorés, appelé le jardin des Hespérides.

L’extrême extrémité du monde s’appelait Caput Terrae, Capoterra dans l’actuelle Sardaigne.

À Capoterra, il y avait le Jardin des Hespérides, qui avait des fruits dorés : l’écrivain ne sait pas clairement si ces fruits dorés étaient des citrons, ou des pommes jaunes ou qui sait quels autres fruits dorés. Cette fois aussi, la toponymie atlante corse sarde vient à notre secours : à Capoterra, dans la province de Cagliari, il existe un lieu appelé encore aujourd’hui Frutti d’Oro.

Découverte d'une ville et d'une civilisation englouties inconnues et cachées par l'écrivain et philosophe Luigi Usai.  Nous ne savons pas encore de quel genre de personnes il s’agit.
Découverte d’une ville et d’une civilisation englouties inconnues et cachées par l’écrivain et philosophe Luigi Usai. Nous ne savons pas encore de quel genre de personnes il s’agit.

C’est difficile à expliquer en quelques mots, je le ferai dans un autre contexte : les Sumériens, les Akkadiens et les Babyloniens , avec une très forte probabilité, furent des migrations sardes-corses-atlantes à des époques que les scientifiques devront désormais recalculer à partir de nouvelles découvertes. Ce sera difficile et merveilleux de devoir relire tous les textes et essayer de s’y retrouver. Cependant, je peux vous donner quelques idées : il y a probablement des liens entre le patronyme sarde Cadelanu , Candelanu et Kandalanu, un roi néo-babylonien ; entre la ville de Sarroch en Sardaigne et Dur- Šarrukin de Ninive ; ces découvertes ouvrent les portes à un nouveau type d’approche de la culture sumérienne et mésopotamienne en général.
L’Atlantide était plus grande que la Libye et l’Asie réunies : or, par procédure inverse, on peut déduire la taille de ces deux réalités géographiques vers 9600 avant JC. Les gens qui ont avancé avec audace et ont voulu conquérir tous les peuples qui vivaient au-delà des Colonnes d’Hercule étaient donc les Atlantes de Sardo Corso qui habitaient le bloc géologique de Sardo Corso quand il était encore terre ferme, avant la submersion vers 9600 avant JC. L’ensemble du Sulcis (le Sulcis est une zone géographique de la basse Sardaigne, à l’ouest de Cagliari) est très riche en toponymie atlante : Acquacadda , Acquafredda (ville disparue au Moyen Âge), Castello di Acquafredda , S’Acqua Callenti de Susu , S’Acqua Callenti de Baxiu , Acqua Callentis (une autre fraction signifiant Eau Chaude ), plus de trois mille deux cents toponymes sardes rien qu’en recherchant la partie du mot « funt » (« funti » ou « fonti » signifie « source » dans au moins une des variantes du sarde). Il est possible de contre-vérifier mes déclarations avec Google Maps et avec la base de données sarde des toponymes régionaux, ainsi que de la manière que vous jugerez appropriée.

En fait, Platon raconte que l’île de l’Atlantide était riche en eau. Et en effet, le linguiste sarde de renommée mondiale Salvatore Dedola (un supergénie qu’il faudra absolument étudier en profondeur, avec Bartolomeo Porcheddu, un autre érudit extraordinaire ) montre que Sassari, Thatari (nom sarde de Sassari) et Serramanna, pour donner juste un exemple, signifie « Riche en eau ». La toponymie et l’onomastique confirment le mythe platonicien. Il sera nécessaire d’ouvrir des études sectorielles pour apporter de nouvelles informations à celles qui ont été collectées et démontrées jusqu’à présent, et il est nécessaire qu’elles soient réalisées par des professionnels du secteur.

Bizarres sardes du Corso ATLANTIDEE

Concernant la zone de Gadirica, il est possible qu’il s’agisse du nom non pas de Gadir (Cadix), mais d’une zone géographique du même nom dans le bloc sarde-corse, aujourd’hui submergé. Pourquoi aurait-il le même nom que Gadir ? Pour la même raison que Teulada en Sardaigne a l’équivalent de Teulada en Espagne ; Pula a une Pula en Dalmatie ; Aritzo en Sardaigne correspond à Aritzu en Espagne ; Monastir en Sardaigne correspond à Monastir en Tunisie , Alguier (Alghero) correspond à Alger en Algérie , le quartier Su Vaticanu de Santadi correspond au Vatican à Rome , Pompu en Sardaigne correspond à Pompéi , Bari correspond à Bari Sardo , et je pourrais continuer. et ainsi de suite, mais je risquerais de vous ennuyer. Pour cette raison, Gadir della Gadirica, dans le bloc géologique sarde-corse, correspondrait à Gadir (c’est-à-dire Cadix) .

Découverte d'une ville et d'une civilisation englouties inconnues et cachées par l'écrivain et philosophe Luigi Usai.  Nous ne savons pas encore de quel genre de personnes il s’agit.
Serait-ce la première Athènes submergée avec l’Atlantide vers 9600 avant JC ?

 

MESURES PLATONIQUES

En prenant la grande diagonale qui coupe le bloc sarde-corse-atlante, on obtient qu’elle mesure environ 555 kilomètres ; cette mesure apparaît, calculée par étapes, dans les mesures fournies par Critias pour décrire l’île. Si l’on exclut « la bande de montagnes qui tombent directement sur la mer » (c’est-à-dire les montagnes aujourd’hui présentes en Corse et sur la partie droite de la Sardaigne comme le Gennargentu), en mesurant le périmètre rectangulaire du territoire restant actuellement semi-submergé, on obtient supérieur à 10 000 étapes exactement comme l’indique Platon. Il est donc possible que la communauté scientifique procède à des mesures indépendantes pour vérifier la véracité de ces affirmations.

 

LE TIMEUS NE PARLE PAS SEULEMENT D’ASTRONOMIE, MAIS AUSSI DE GÉOLOGIE

Pour résumer pour plus de clarté : les prêtres de la ville de Sais en Egypte tentaient, à leur manière, d’expliquer à Solon un événement géologique de submersion du bloc géologique sarde-corse au centre de la Méditerranée, une mer qui en 9600 La Colombie-Britannique s’appelait l’océan Atlantique ou Atlantique (elle tirait son nom de l’île de l’Atlantide, la plus grande de toutes avant de finir à moitié submergée). L’Atlantide était donc encore plus grande que la Sicile, qui apparaît aujourd’hui, après son naufrage, comme la plus grande île, et non la Sardaigne.

La période du naufrage se situerait donc vers 9600 avant JC, contrairement à l’hypothèse de l’Atlantide nuragique sarde, qui est clairement incorrecte également pour les raisons énumérées ailleurs par les archéologues sardes .

Des analyses stratigraphiques doivent aller dans le sol jusqu’à trouver les restes d’il y a environ 11 600 ans, afin de retrouver les restes de la « capitale » de l’Atlantide ou de sa population, et il est également très clair pourquoi aucun corps des Atlantes décédés n’a été retrouvé. dans les couches nuragiques.

 

COLONNES D’HERCULE DANS LE CANAL DE SICILE : NOUVELLES DÉCOUVERTES ARCHÉOLOGIQUES

Frau (2002), que je remercie sincèrement pour ses extraordinaires contributions à la discipline, situe les Colonnes d’Hercule  entre la Sicile et la Tunisie . En fait, il est possible que ceux-ci aient été trouvés. En fait, la communauté scientifique du monde entier est en train d’analyser la découverte très récente de ce qui semble être des structures anthropiques situées en plein dans le détroit de Sicile, trouvées grâce aux analyses bathymétriques du système Emodnet de l’Union européenne , à Birsa Bank. et la Banque El Haouaria , exactement entre la Sicile et la Tunisie, et à une courte distance de Pantelleria. Une deuxième découverte anormale du point de vue bathymétrique a été faite, d’ une structure de forme apparemment rectangulaire dans la plate-forme carbonatée continentale Sicile-Malte , flanquée de l’escarpement continental Sicile-Malte (escarpement Sicile-Malte pour les géologues) .

 

Birsa Bank fondée par Luigi Usai
Birsa Bank : structures archéologiques apparemment submergées trouvées par Luigi Usai via la bathymétrie Emodnet.

 

Structures sous-marines détectées bathymétriquement au banc Birsa par Luigi Usai.

 

Les piliers d'Hercule, immergés dans la montagne sous-marine du banc de Birsa dans le détroit de Sicile
Les colonnes d’Hercule ? Structures submergées dans le mont sous-marin de Birsa Bank dans le canal de Sicile, découvertes par le Dr Luigi Usai.

Le monde scientifique ne s’est pas encore prononcé sur la question ; on ne sait même pas si des études sont en cours sur le sujet. 5 systèmes bathymétriques informatisés et indépendants ont été utilisés, programmés et gérés de manière indépendante, qui ont renvoyé les mêmes résultats, ce qui suggère que ces structures existent réellement sur les fonds marins. Le coût d’un envoi est cependant prohibitif pour un seul particulier, et il faudra attendre l’intervention de tiers.

 

LA BOUE AUTOUR DE L’ÎLE D’ATLANTIDE

Pourquoi alors tout autour de l’île corse sarde submergée était-il rempli de boue qui empêchait la navigation ? Car les courants marins, après le naufrage du bloc géologique corse sarde, ont commencé à arracher les couches de sol qui émergeaient de la surface comme le fait aujourd’hui la Sardaigne, créant au fil des millénaires ce que les géologues appellent aujourd’hui la « plate-forme continentale » sarde . Alors que les courants marins « emportaient » des couches de sol, détruisant tous les centres habités et les structures construites avant 9600 avant JC sur les bandes côtières sardo-corses, l’eau était trouble par des matériaux boueux, et cela est clair et évident à la pensée et à la pensée. réflexion.

 

LA GÉNÉTIQUE

En Atlantide « vivaient les plus vieux vieillards », et nous connaissons tous les centenaires corses sardes , au point que le code génétique sarde non seulement a été et est étudié dans le monde entier, mais a même été volé (voir le vol de 25 000 éprouvettes dont 17 font l’objet d’une enquête, suite au vol des échantillons d’ADN des Sardes qui, selon la presse, s’est produit au parc Genos de Perdasdefogu en août 2016). Que le bloc sarde-corse soit ancien pour les anciens est une évidence pour les savants instruits : il suffit de mentionner la découverte d’un fragment de carapace d’Arthropleura armata du Carbonifère d’Iglesias (Musée PAS – EA Martel de Carbonia) , mais ceux qui sont intéressés Vous pouvez vous renseigner auprès d’un paléontologue, notamment l’extraordinaire Daniel Zoboli. Il est donc évident que les Égyptiens érudits ont pu, à partir de nombreux détails, comprendre l’antiquité du bloc sarde-corse , qu’ils appelaient Atlantide .

 

PREUVE ARCHÉOLOGIQUE

Le Temple d’Horus à Edfou, Egypte : réinterprétation des textes basée sur le paradigme sarde-corse-atlante

En Egypte, dans la ville d’Edfou , il existe un temple entièrement recouvert de hiéroglyphes. Il existe diverses traductions, difficiles à réaliser également en raison du contenu : en effet, dans la majorité de ces textes, l’origine de la civilisation, l’origine du monde, est racontée .

Le paradigme sarde-corse-atlante aide au décryptage de ces textes, aidant à clarifier le sens d’une bonne partie d’entre eux ; Mais pour mieux comprendre, il est nécessaire de fournir au lecteur quelques informations de base qui lui permettront ensuite de comprendre la quasi-totalité du texte.

Dans le Temple d’Edfou, la mer Méditerranée est appelée « Le Lac Éternel », « Le Lac Éternel » ou « Les Eaux Primordiales » . Dans le Lac Éternel, il y avait une île qui se trouvait dans les eaux primordiales, c’est-à-dire le bloc sarde alors qu’il s’agissait d’une seule terre apparue, il y a plus de 11 600 ans, au Pléistocène. Cette même île est appelée par Platon, dans les dialogues intitulés Timée et Critias, du nom d’Atlantide. Le récit historique est le même, mais des termes différents sont utilisés pour décrire les mêmes choses. En combinant les textes de Timée et de Critias avec les informations gravées dans le temple d’Edfou, il est possible d’obtenir des informations complémentaires utiles pour comprendre le passé préhistorique de l’île sarde-corse-atlante et ses relations avec le monde égyptien antique.

Les textes d’Edfou peuvent être consultés à cette adresse :
https://books.google.it/books?id=7sdRAQAAIAAJ&printsec=frontcover&hl=it#v=onepage&q=%22the%20island%20of%20creation%22&f=false

Ne connaissant pas ces textes, je vais petit à petit essayer de les rendre traduisibles en m’appuyant sur toutes les informations qui nous ont été fournies par les textes platoniciens et par les nouvelles découvertes scientifiques de diverses natures: archéologiques, génétiques, géographiques, linguistique, etc.
Pour l’analyse de l’écriture hiéroglyphique, j’utiliserai la machine à écrire disponible en ligne ici :
https://discoveringegypt.com/egyptian-hieroglyphic-writing/hieroglyphic-typewriter/

J’essaierai de réécrire les textes d’Edfou en essayant de les rendre plus clairs pour un citoyen contemporain, en remplaçant tous les termes anciens par des termes modernes. Par exemple, au lieu de « Lac éternel », j’écrirai « Mer Méditerranée », au lieu de « Isola dell’Uovo », j’écrirai « Île semi-submergée sarde-corse-atlante », et ainsi de suite.

Le monde primordial des Dieux est une île (en hiéroglyphe iw) en partie recouverte de roseaux, qui repose dans l’obscurité des eaux primordiales de la Méditerranée, occupée par des habitants du Mésolithique dont l’ADN a été analysé chez deux individus sur trois de l’abri sous roche. de Su Carroppu, dans l’actuelle Sardaigne.

Cette population était considérée comme divine, on ne sait pas encore pourquoi. Peut-être parce qu’ils étaient culturellement très en avance sur le reste de la population mondiale. Ils connaissaient probablement déjà un peu de métallurgie au Mésolithique (il me reste encore à le prouver) et cela était perçu par d’autres peuples comme une caractéristique divine. En fait, Nekhbet et d’autres divinités ont dans leurs pattes le symbole de la métallurgie, qui à mon avis est aussi le symbole que les Égyptiens utilisaient pour indiquer Sulcis ou l’origine de l’exploitation minière de Sulcis. Parmi les dieux créateurs, il semble que Ptah joue un rôle très important. Pour l’instant, on ne sait toujours pas si cela a quelque chose à voir avec Poséidon. A l’heure actuelle c’est encore difficile à comprendre, je suis obligé d’étudier l’égyptologie pour essayer de comprendre les liens possibles. Certaines informations peuvent être trouvées dans la pierre Shabaka. Les textes sur la création sont de type héliopolitain ou hermopolitain, provenant des villes respectives dans lesquelles les textes ont été retrouvés gravés sur les murs. Les premiers pharaons égyptiens étaient probablement des habitants du bloc sarde, c’est-à-dire de ce qui était pour les Égyptiens l’Île Primordiale ou Île aux Oeufs. Le prêtre qui parle à Solon dans Timée et Critias souligne en effet qu’au début les Sardes-Atlantes avaient tenté avec arrogance d’envahir toute la Méditerranée. Gobekli Tepe pourrait être une colonie sarde atlante avant la submersion. La submersion partielle de l’île et la mort de millions d’habitants, ainsi que la destruction de nombreuses villes et œuvres d’art, ont dû être un terrible traumatisme pour les colons sardes en Turquie. Et en effet à Gobekli Tepe il y a des gravures qui semblent indiquer le terrible malheur survenu vers 9600 avant JC, lorsque l’île fut partiellement submergée de manière dévastatrice, “en l’espace d’un jour et d’une nuit de terribles tremblements de terre et inondations”. .

Le mythe continue : c’est d’abord Atoum, le dieu qui plane au-dessus des eaux ; apparaît alors la colline en forme de pyramide d’où est originaire le soleil, et Atoum l’a escaladée. Atum était bisexuel ; il a pleuré, et les larmes sont devenues des hommes et des femmes. Il eut un fils, et Geb, la terre, mâle et couchée, et Nut, une femme accrochée à lui, naquirent. Atoum les a séparés de l’air, Shu.

Atoum planant au-dessus des eaux est ensuite repris par la Bible : « Et l’esprit planait au-dessus des eaux », dans la Genèse, avant la création. Geb et Nut ont eu des enfants : Isis, Osiris, Seth et Nephtys.

C’est le mythe d’Héliopolis.

La création égyptienne Hermopolitana prédit plutôt que le soleil est né d’un monticule. Et en fait, dans le monde, il y a eu au moins une civilisation qui a construit une quantité disproportionnée de monticules. Même aux États-Unis. Cela devrait au moins donner matière à réflexion. Maintenant, à Sulcis, il y a une structure réalisée de cette manière, mais je ne sais pas si c’est juste une coïncidence.

 

 

L'Atlantide existe, découverte par le Dr Luigi Usai
L’Atlantide existe, découverte par le Dr Luigi Usai

En bref, toutes les affirmations platoniciennes, si elles sont placées dans le bon contexte, sont rationnelles et correctement explicables. Ils nécessitent cependant une certaine humilité mentale, une certaine « disposition à l’écoute ». Puisqu’il s’agit d’énoncés forts, qui ont des conséquences, ils nécessitent probablement quelques mois de réflexion et de méditation avant de pouvoir être assimilés et digérés correctement. En revanche, cela fait 2600 ans (depuis Solon) que personne ne comprenait ce qu’était l’île de l’Atlantide, en effet, on disait un peu partout que Platon exagérait. Concernant la submersion/naufrage de l’île sarde de l’Atlantide corse , il s’agirait d’un problème d’ordre géologique, où je ne peux émettre que des hypothèses. Par exemple, il peut y avoir au moins trois causes concomitantes : Meltwater Pulses , notamment Meltwater Pulse 1b, également étudiée par les techniciens de la NASA. En outre, les mouvements de tassement géologique dus à ce que les experts en géologie appellent « le recul de la dalle ». De plus, on a même émis l’hypothèse, mais toujours en cours de vérification, qu’une faille tectonique passe sous le Sulcis, la même qui passe sous Pompéi et Herculanum, arrive sous le Sulcis et continue jusqu’à Gibraltar . Pour étayer peut-être la thèse selon laquelle l’Atlantide est l’île sarde-corse partiellement submergée et son plateau continental actuellement submergé, nous soulignons ici quelques preuves scientifiques.  Le 28 février 2017, une étude a été publiée dans la revue Scientific Reports du groupe Nature présentant de nouvelles données archéogénétiques . Ces données renforcent les preuves archéologiques de la nette discontinuité culturelle entre les premiers habitants de l’île, remontant à environ 11 mille ans, et les architectes de sa population définitive qui a eu lieu environ 3000 ans plus tard, avec l’arrivée du premier agriculteur. -des colons reproducteurs. Cette découverte importante repose sur l’analyse de l’ADN extrait des restes squelettiques de deux individus enterrés dans l’abri préhistorique de Su Carroppu di Sirri à Carbonia . À l’heure actuelle, ces vestiges représentent la plus ancienne preuve de la présence humaine sur l’île. Aujourd’hui, de 9600 avant JC à aujourd’hui, environ 9600 + 2023 ans se sont écoulés, soit 11623. Les preuves citées ci-dessus datent précisément d’il y a 11000 ans.. Une étude a été réalisée sur la nette discontinuité culturelle entre les premiers visiteurs de l’île de Sardaigne il y a environ 11 000 ans et les architectes de sa population stable et définitive, survenue environ 3 000 ans plus tard avec l’arrivée des premiers colons agriculteurs-éleveurs. L’étude est basée sur l’analyse de l’ADN extrait des restes squelettiques de deux individus enterrés dans l’abri préhistorique de Su Carroppu di Sirri à Carbonia, qui représentent la plus ancienne preuve directe de la présence humaine sur l’île. L’étude fait partie du projet de recherche financé par la Région Autonome de Sardaigne sur l’histoire du premier peuplement néolithique de l’île. Les séquences génétiques obtenues ont été comparées avec des données anciennes et modernes et ont révélé une grande différence dans la variabilité génétique de la population actuelle de l’île par rapport aux premiers humains qui l’ont fréquentée, la majeure partie de la variabilité génétique semblant avoir été déterminée par le flux migratoire des populations. qui a introduit l’économie productive à partir du Néolithique le plus ancien. Les séquences mésolithiques des échantillons de Su Carroppu appartiennent aux groupes appelés J2b1 et I3, qui ont des fréquences très basses ou basses en Europe. L’importance de la découverte scientifique stimule l’intensification des recherches sur le site clé de Su Carroppu, déjà étudié entre les années 1960-1970 et faisant actuellement l’objet de fouilles systématiques dirigées par l’Université de Cagliari. Bonne recherche à tous. Si cela intéresse quelqu’un, la théorie de l’Atlantide comme l’île sardo-corse et tout son plateau continental actuellement submergé, peut aussi expliquer d’autres choses de manière très intuitive. Par exemple, les Grecs et les Romains pensaient probablement que la submersion du bloc géologique corse sarde avait été une punition des dieux pour les habitants arrogants, qui « avaient tenté par la force, d’un seul coup, d’envahir les terres de ce côté-ci de la mer ». Colonne D’Hercule (que je pensais au début située dans l’actuel banc de Birsa, une montagne sous-marine apparemment anthropisée sous le canal de Sicile, données scientifiquement vérifiées via la bathymétrie Emodnet, et plus tard, j’ai pensé qu’elle était liée à ma découverte potentielle de 苏美邻 sur le plateau continental de Sicile-Malte, flanqué de l’escarpement Sicile-Malte). J’essayais d’abord de clarifier la toponymie. On peut maintenant tenter d’éclaircir l’onomastique : les Dieux punirent les Sardes-Corses, appelés « Atlantes » par les Égyptiens, comme le disent les textes platoniciens vers 9600 avant JC, « écrasant sous leurs pieds l’île sarde-corse, et elle coula ». (la citation est ma supposition). Et cela explique facilement pourquoi les Grecs appelaient la Sardaigne Ichnussa/Ichnusa (empreinte de pas) et les Romains l’appelaient Sandalia ou Sandaliotis (empreinte de bois de santal). Même le nom est désormais très clair : c’étaient des Grecs et des Romains qui se moquaient de la Sardaigne, C’est ce qui restait de la grande puissance sarde-corse-atlante, que les Égyptiens appelaient « Atlantide » dans l’histoire racontée à Solon, qui la raconta à Dropides, qui la raconta au grand-père de Critias, qui la raconta au petit-fils de Critias, qui dit à Socrate dans les dialogues platoniciens de Timée et de Critias. Si un lecteur souhaite connaître l’histoire originale du bloc géologique corse sarde avant son naufrage, il est obligé de lire Timée et Critias, deux textes écrits par le grec Platon. Tous les autres textes publiés jusqu’à présent n’ont fait qu’ajouter de l’entropie, du chaos, de la confusion, dans l’histoire du bloc sarde-corse, car des personnages comme Cayce ou Madame Blavatsky, charlatans professionnels, ont utilisé le thème de l’Atlantide pour gagner de l’argent. , publiant des livres pleins de mensonges et divertissant les curieux, surtout après avoir vu que le livre d’Ignatius Donnelly intitulé ATLANTIS : LE MONDE ANTÉDILUVIEN, avait eu une incroyable couverture médiatique dans le monde entier. Le cinéma et la télévision ont donc introduit beaucoup d’absurdités sur le thème de l’Atlantide, c’est pourquoi lorsque nous parlons de ce sujet, beaucoup pensent à des parties de films, de dessins animés ou de livres fantastiques qui n’ont rien à voir avec ce que disait Platon. Ainsi : le nom grec Ichnusa, et le latin Sandalia, confirment mon hypothèse selon laquelle les anciens pensaient que les dieux punissaient l’île sardo-corse en l’écrasant sous leurs pieds. La science géologique telle que nous la comprenons aujourd’hui n’existait pas encore. Aussi: La science géologique telle que nous la comprenons aujourd’hui n’existait pas encore. Aussi: La science géologique telle que nous la comprenons aujourd’hui n’existait pas encore. Aussi:la faille tectonique Wadati-Benioff qui passe sous Pompéi et Herculanum, et qui les a détruits, est probablement la même qui se poursuit jusqu’au Sulcis dans l’actuelle Sardaigne et se poursuit jusqu’à atteindre l’actuel détroit de Gibraltar . Étant donné que cette faille est activée au cours des temps géologiques, les citoyens qui vivent à Sulcis ne sont pas conscients de l’activité sismique. Lorsque celle-ci libère son énergie élastique, des catastrophes effrayantes se produisent, comme l’ouverture du détroit de Gibraltar, la destruction de villes et de lieux comme Pompéi et Herculanum, ou la submersion de l’île sardo-corse. Mais la submersion est probablement aussi due à une autre cause très importante : l’ajustement géologique de l’île sarde-corse suite au « recul de la dalle » qui, comme nous l’a révélé l’ancien prêtre égyptien, s’est produit vers 9600 avant JC. Le Slab Roll-Back, concomitant au réveil tectonique de la faille présente sous le Sulcis et actuellement inconnue de la géologie officielle qui connaît en revanche une faille plus au sud qui longe l’Afrique, et peut-être aussi en raison de la succession de diverses eaux de fonte post-glaciaires Pulses Wurm, a provoqué la submersion partielle de l’île de Sardo Corsa. Désormais, hors de l’eau, ne restaient que les sommets des montagnes, que nous croyons aujourd’hui être des îles séparées, et que notre civilisation connaît désormais sous les noms de Sardaigne et de Corse.. Par ailleurs, toute la toponymie et l’onomastique présentes à Sulcis laissent une question : pourquoi tous ces lieux de Sulcis rappellent-ils l’histoire de Platon ? On peut alors reprendre le texte platonicien pour tenter d’en comprendre la raison. Tout d’abord, si les Colonnes d’Hercule étaient situées sur le banc de Birsa et que l’île sarde-corse et son plateau continental actuellement submergé sont en réalité l’Atlantide, cela signifie qu’en 9600 avant JC, il était d’usage d’appeler l’actuelle mer Méditerranée du nom de Mer Atlantique (c’est-à-dire mer de l’île de l’Atlantide) ou océan Atlantique (océan de l’île sarde-corse actuellement submergée, c’est-à-dire l’Atlantide). Je n’ai pas encore lu Frau (2002), donc je ne sais pas s’il a déjà publié certaines de mes déclarations, auquel cas je m’excuse d’avance. Les miennes ne sont que des réflexions résultant du raisonnement mené au cours des deux dernières années. Merci de me signaler tout manquement ou plagiat apparent, merci d’avance. Si tout cela est vrai, alors peut-être Poséidon était un homme, et évidemment pas une divinité (car en avez-vous déjà rencontré un en personne ?), et cet homme est tombé amoureux d’un adolescent dont les parents étaient décédés, Clito. Le conte platonicien raconte que Poséidon a entouré la colline de canaux d’eau. Maintenant, Sulcis lui-même (mais regardez quelle coïncidence ! Ou peut-être que ce n’est pas une coïncidence ?) est de nature volcanique, donc en plein centre de Sulcis il y a une colline ou une montagne, si vous préférez, pas trop haute, et ceci est visible à l’aide de systèmes satellites tels que Google Maps ou Google Earth, qui vous permettent même d’incliner la vue en appuyant sur la touche Maj de votre clavier d’ordinateur. Mais ces lieux sont-ils vraiment anciens comme le dit Platon ou sont-ils des lieux très récents ? Facile à vérifier : en plein centre de Sulcis, vous pouvez vérifier que les grottes préhistoriques IS ZUDDAS existent, et à proximité se trouve ACQUACADDA (Poséidon y a placé deux sources, une d’eau froide et une d’eau chaude, et l’endroit s’appelle Acquacadda …mais regardez quelle incroyable coïncidence ! Bien sûr, j’ai de l’imagination !) et des découvertes archéologiques très anciennes ont été trouvées dans la ville d’Acquacadda. Un expert pourrait objecter que les découvertes, par exemple, datent d’il y a seulement 6 000 ans. Remarque : un expert devra rechercher les couches stratigraphiques de 9600 avant JC : ce n’est qu’alors qu’il sera possible d’obtenir des informations plus détaillées. Au lieu de cela, actuellement, des groupes d’enfants sont amenés dans ces lieux pour observer. C’est à mon avis dangereux mais je ne suis pas un spécialiste de la stratigraphie, donc je n’ai pas mon mot à dire. Également à Sulcis, la grotte de Su Benatzu a été découverte, qui est un authentique trésor archéologique, qui pourrait contribuer à la recherche sur le thème « que s’est-il passé dans les millénaires après le naufrage de l’île sarde-corse-atlante ? (J’ai besoin de développer ce sujet). Par ailleurs, à l’appui de la théorie de l’Atlantide sarde-corse submergée, il existe une autre découverte scientifique de l’archéologie marine : la découverte d’un chargement de 39 lingots d’orichalque par l’extraordinaire Sebastiano Tusa au large de Gela, en Sicile. Des articles de journaux émettent l’hypothèse qu’ils venaient de Grèce ou d’Asie Mineure, mais maintenant que nous avons toutes ces informations sur l’île sardo-corse submergée, nous pouvons supposer qu’ils provenaient de cette île aujourd’hui submergée, située à très courte distance, qui rend l’hypothèse très plausible. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse semi-submergé est connue de la science officielle, et en particulier aussi de la géologie, qui est au courant de la soi-disant « rotation du bloc sarde-corse » qui a commencé il y a environ 40 millions d’années, après le détachement du bloc des côtes actuelles de l’Espagne et de la France, et a duré environ 15 millions d’années (prenez les dates avec des pincettes, je ne serais pas surpris qu’elles s’avèrent incorrectes à l’avenir). Il est possible de le savoir, comme l’affirme le célèbre géologue Mario Tozzi, car de nombreuses recherches ont été effectuées dans le domaine paléomagnétique, qui ont montré que la seule façon d’expliquer l’orientation géomagnétique de la pierre sarde-corse et les caractéristiques géologiques Les structures doivent être rapportées pour coïncider avec les côtes hispano-françaises actuelles. En outre, le fait que la structure géologique de la Sardaigne présente différents types de Graben Horst peut également avoir contribué à une éventuelle submersion, de sorte que ces accommodements géologiques peuvent également avoir contribué à des mouvements telluriques importants et significatifs pour le peuple sarde-corse-atlante qui a vécu. là. Par exemple, la plaine du Campidano en Sardaigne est un Graben Horst. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse est claire pour les géologues du monde entier puisqu’il existe même des « graptolites », auxquels le programme Sapiens de l’extraordinaire géologue Mario Tozzi a consacré des vidéos (voir : « Les Graptolites de Goni à Sapiens » ). Maintenant, si l’Atlantide est réellement le bloc sarde-corse submergé, alors nous devons vérifier à nouveau ce que Platon a dit. L’Atlantide dominait également la Libye et la Tyrrhénie en Méditerranée, ainsi que de nombreuses îles disséminées à travers l’Océan (rappelons que nous avons déjà montré que l’Océan, dans les textes de 9600 avant JC cités par les Egyptiens, est la mer de Corse et de Sardaigne, et non l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’elle a dominé, alors peut-être y a-t-il eu aussi des influences linguistiques ? Mais bien sûr, et la preuve existe déjà : de nombreux chercheurs ont remarqué les incroyables similitudes entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sarde Corse Sicilien . Correspondances en gallurais, d’Emilio Aresu et d’autres), la langue basque… mais à part quelques brillants chercheurs qui, après toute une vie d’études, ont réussi à comprendre qu’il existe des similitudes à toute épreuve, ces auteurs ne sont pas devenus la découverte d’un chargement de 39 lingots d’orichalque par l’extraordinaire Sebastiano Tusa au large de Gela, en Sicile. Des articles de journaux émettent l’hypothèse qu’ils venaient de Grèce ou d’Asie Mineure, mais maintenant que nous avons toutes ces informations sur l’île sardo-corse submergée, nous pouvons supposer qu’ils provenaient de cette île aujourd’hui submergée, située à très courte distance, qui rend l’hypothèse très plausible. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse semi-submergé est connue de la science officielle, et en particulier aussi de la géologie, qui est au courant de la soi-disant « rotation du bloc sarde-corse » qui a commencé il y a environ 40 millions d’années, après le détachement du bloc des côtes actuelles de l’Espagne et de la France, et a duré environ 15 millions d’années (prenez les dates avec des pincettes, je ne serais pas surpris qu’elles s’avèrent incorrectes à l’avenir). Il est possible de le savoir, comme l’affirme le célèbre géologue Mario Tozzi, car de nombreuses recherches ont été effectuées dans le domaine paléomagnétique, qui ont montré que la seule façon d’expliquer l’orientation géomagnétique de la pierre sarde-corse et les caractéristiques géologiques Les structures doivent être rapportées pour coïncider avec les côtes hispano-françaises actuelles. En outre, le fait que la structure géologique de la Sardaigne présente différents types de Graben Horst peut également avoir contribué à une éventuelle submersion, de sorte que ces accommodements géologiques peuvent également avoir contribué à des mouvements telluriques importants et significatifs pour le peuple sarde-corse-atlante qui a vécu. là. Par exemple, la plaine du Campidano en Sardaigne est un Graben Horst. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse est claire pour les géologues du monde entier puisqu’il existe même des « graptolites », auxquels le programme Sapiens de l’extraordinaire géologue Mario Tozzi a consacré des vidéos (voir : « Les Graptolites de Goni à Sapiens » ). Maintenant, si l’Atlantide est réellement le bloc sarde-corse submergé, alors nous devons vérifier à nouveau ce que Platon a dit. L’Atlantide dominait également la Libye et la Tyrrhénie en Méditerranée, ainsi que de nombreuses îles disséminées à travers l’Océan (rappelons que nous avons déjà montré que l’Océan, dans les textes de 9600 avant JC cités par les Egyptiens, est la mer de Corse et de Sardaigne, et non l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’elle a dominé, alors peut-être y a-t-il eu aussi des influences linguistiques ? Mais bien sûr, et la preuve existe déjà : de nombreux chercheurs ont remarqué les incroyables similitudes entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sarde Corse Sicilien . Correspondances en gallurais, d’Emilio Aresu et d’autres), la langue basque… mais à part quelques brillants chercheurs qui, après toute une vie d’études, ont réussi à comprendre qu’il existe des similitudes à toute épreuve, ces auteurs ne sont pas devenus la découverte d’un chargement de 39 lingots d’orichalque par l’extraordinaire Sebastiano Tusa au large de Gela, en Sicile. Des articles de journaux émettent l’hypothèse qu’ils venaient de Grèce ou d’Asie Mineure, mais maintenant que nous avons toutes ces informations sur l’île sardo-corse submergée, nous pouvons supposer qu’ils provenaient de cette île aujourd’hui submergée, située à très courte distance, qui rend l’hypothèse très plausible. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse semi-submergé est connue de la science officielle, et en particulier aussi de la géologie, qui est au courant de la soi-disant « rotation du bloc sarde-corse » qui a commencé il y a environ 40 millions d’années, après le détachement du bloc des côtes actuelles de l’Espagne et de la France, et a duré environ 15 millions d’années (prenez les dates avec des pincettes, je ne serais pas surpris qu’elles s’avèrent incorrectes à l’avenir). Il est possible de le savoir, comme l’affirme le célèbre géologue Mario Tozzi, car de nombreuses recherches ont été effectuées dans le domaine paléomagnétique, qui ont montré que la seule façon d’expliquer l’orientation géomagnétique de la pierre sarde-corse et les caractéristiques géologiques Les structures doivent être rapportées pour coïncider avec les côtes hispano-françaises actuelles. En outre, le fait que la structure géologique de la Sardaigne présente différents types de Graben Horst peut également avoir contribué à une éventuelle submersion, de sorte que ces accommodements géologiques peuvent également avoir contribué à des mouvements telluriques importants et significatifs pour le peuple sarde-corse-atlante qui a vécu. là. Par exemple, la plaine du Campidano en Sardaigne est un Graben Horst. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse est claire pour les géologues du monde entier puisqu’il existe même des « graptolites », auxquels le programme Sapiens de l’extraordinaire géologue Mario Tozzi a consacré des vidéos (voir : « Les Graptolites de Goni à Sapiens » ). Maintenant, si l’Atlantide est réellement le bloc sarde-corse submergé, alors nous devons vérifier à nouveau ce que Platon a dit. L’Atlantide dominait également la Libye et la Tyrrhénie en Méditerranée, ainsi que de nombreuses îles disséminées à travers l’Océan (rappelons que nous avons déjà montré que l’Océan, dans les textes de 9600 avant JC cités par les Egyptiens, est la mer de Corse et de Sardaigne, et non l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’elle a dominé, alors peut-être y a-t-il eu aussi des influences linguistiques ? Mais bien sûr, et la preuve existe déjà : de nombreux chercheurs ont remarqué les incroyables similitudes entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sarde Corse Sicilien . Correspondances en gallurais, d’Emilio Aresu et d’autres), la langue basque… mais à part quelques brillants chercheurs qui, après toute une vie d’études, ont réussi à comprendre qu’il existe des similitudes à toute épreuve, ces auteurs ne sont pas devenus Des articles de journaux émettent l’hypothèse qu’ils venaient de Grèce ou d’Asie Mineure, mais maintenant que nous avons toutes ces informations sur l’île sardo-corse submergée, nous pouvons supposer qu’ils provenaient de cette île aujourd’hui submergée, située à très courte distance, qui rend l’hypothèse très plausible. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse semi-submergé est connue de la science officielle, et en particulier aussi de la géologie, qui est au courant de la soi-disant « rotation du bloc sarde-corse » qui a commencé il y a environ 40 millions d’années, après le détachement du bloc des côtes actuelles de l’Espagne et de la France, et a duré environ 15 millions d’années (prenez les dates avec des pincettes, je ne serais pas surpris qu’elles s’avèrent incorrectes à l’avenir). Il est possible de le savoir, comme l’affirme le célèbre géologue Mario Tozzi, car de nombreuses recherches ont été effectuées dans le domaine paléomagnétique, qui ont montré que la seule façon d’expliquer l’orientation géomagnétique de la pierre sarde-corse et les caractéristiques géologiques Les structures doivent être rapportées pour coïncider avec les côtes hispano-françaises actuelles. En outre, le fait que la structure géologique de la Sardaigne présente différents types de Graben Horst peut également avoir contribué à une éventuelle submersion, de sorte que ces accommodements géologiques peuvent également avoir contribué à des mouvements telluriques importants et significatifs pour le peuple sarde-corse-atlante qui a vécu. là. Par exemple, la plaine du Campidano en Sardaigne est un Graben Horst. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse est claire pour les géologues du monde entier puisqu’il existe même des « graptolites », auxquels le programme Sapiens de l’extraordinaire géologue Mario Tozzi a consacré des vidéos (voir : « Les Graptolites de Goni à Sapiens » ). Maintenant, si l’Atlantide est réellement le bloc sarde-corse submergé, alors nous devons vérifier à nouveau ce que Platon a dit. L’Atlantide dominait également la Libye et la Tyrrhénie en Méditerranée, ainsi que de nombreuses îles disséminées à travers l’Océan (rappelons que nous avons déjà montré que l’Océan, dans les textes de 9600 avant JC cités par les Egyptiens, est la mer de Corse et de Sardaigne, et non l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’elle a dominé, alors peut-être y a-t-il eu aussi des influences linguistiques ? Mais bien sûr, et la preuve existe déjà : de nombreux chercheurs ont remarqué les incroyables similitudes entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sarde Corse Sicilien . Correspondances en gallurais, d’Emilio Aresu et d’autres), la langue basque… mais à part quelques brillants chercheurs qui, après toute une vie d’études, ont réussi à comprendre qu’il existe des similitudes à toute épreuve, ces auteurs ne sont pas devenus Des articles de journaux émettent l’hypothèse qu’ils venaient de Grèce ou d’Asie Mineure, mais maintenant que nous avons toutes ces informations sur l’île sardo-corse submergée, nous pouvons supposer qu’ils provenaient de cette île aujourd’hui submergée, située à très courte distance, qui rend l’hypothèse très plausible. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse semi-submergé est connue de la science officielle, et en particulier aussi de la géologie, qui est au courant de la soi-disant « rotation du bloc sarde-corse » qui a commencé il y a environ 40 millions d’années, après le détachement du bloc des côtes actuelles de l’Espagne et de la France, et a duré environ 15 millions d’années (prenez les dates avec des pincettes, je ne serais pas surpris qu’elles s’avèrent incorrectes à l’avenir). Il est possible de le savoir, comme l’affirme le célèbre géologue Mario Tozzi, car de nombreuses recherches ont été effectuées dans le domaine paléomagnétique, qui ont montré que la seule façon d’expliquer l’orientation géomagnétique de la pierre sarde-corse et les caractéristiques géologiques Les structures doivent être rapportées pour coïncider avec les côtes hispano-françaises actuelles. En outre, le fait que la structure géologique de la Sardaigne présente différents types de Graben Horst peut également avoir contribué à une éventuelle submersion, de sorte que ces accommodements géologiques peuvent également avoir contribué à des mouvements telluriques importants et significatifs pour le peuple sarde-corse-atlante qui a vécu. là. Par exemple, la plaine du Campidano en Sardaigne est un Graben Horst. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse est claire pour les géologues du monde entier puisqu’il existe même des « graptolites », auxquels le programme Sapiens de l’extraordinaire géologue Mario Tozzi a consacré des vidéos (voir : « Les Graptolites de Goni à Sapiens » ). Maintenant, si l’Atlantide est réellement le bloc sarde-corse submergé, alors nous devons vérifier à nouveau ce que Platon a dit. L’Atlantide dominait également la Libye et la Tyrrhénie en Méditerranée, ainsi que de nombreuses îles disséminées à travers l’Océan (rappelons que nous avons déjà montré que l’Océan, dans les textes de 9600 avant JC cités par les Egyptiens, est la mer de Corse et de Sardaigne, et non l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’elle a dominé, alors peut-être y a-t-il eu aussi des influences linguistiques ? Mais bien sûr, et la preuve existe déjà : de nombreux chercheurs ont remarqué les incroyables similitudes entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sarde Corse Sicilien . Correspondances en gallurais, d’Emilio Aresu et d’autres), la langue basque… mais à part quelques brillants chercheurs qui, après toute une vie d’études, ont réussi à comprendre qu’il existe des similitudes à toute épreuve, ces auteurs ne sont pas devenus L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse semi-submergé est connue de la science officielle, et en particulier aussi de la géologie, qui est au courant de la soi-disant « rotation du bloc sarde-corse » qui a commencé il y a environ 40 millions d’années, après le détachement du bloc des côtes actuelles de l’Espagne et de la France, et a duré environ 15 millions d’années (prenez les dates avec des pincettes, je ne serais pas surpris qu’elles s’avèrent incorrectes à l’avenir). Il est possible de le savoir, comme l’affirme le célèbre géologue Mario Tozzi, car de nombreuses recherches ont été effectuées dans le domaine paléomagnétique, qui ont montré que la seule façon d’expliquer l’orientation géomagnétique de la pierre sarde-corse et les caractéristiques géologiques Les structures doivent être rapportées pour coïncider avec les côtes hispano-françaises actuelles. En outre, le fait que la structure géologique de la Sardaigne présente différents types de Graben Horst peut également avoir contribué à une éventuelle submersion, de sorte que ces accommodements géologiques peuvent également avoir contribué à des mouvements telluriques importants et significatifs pour le peuple sarde-corse-atlante qui a vécu. là. Par exemple, la plaine du Campidano en Sardaigne est un Graben Horst. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse est claire pour les géologues du monde entier puisqu’il existe même des « graptolites », auxquels le programme Sapiens de l’extraordinaire géologue Mario Tozzi a consacré des vidéos (voir : « Les Graptolites de Goni à Sapiens » ). Maintenant, si l’Atlantide est réellement le bloc sarde-corse submergé, alors nous devons vérifier à nouveau ce que Platon a dit. L’Atlantide dominait également la Libye et la Tyrrhénie en Méditerranée, ainsi que de nombreuses îles disséminées à travers l’Océan (rappelons que nous avons déjà montré que l’Océan, dans les textes de 9600 avant JC cités par les Egyptiens, est la mer de Corse et de Sardaigne, et non l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’elle a dominé, alors peut-être y a-t-il eu aussi des influences linguistiques ? Mais bien sûr, et la preuve existe déjà : de nombreux chercheurs ont remarqué les incroyables similitudes entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sarde Corse Sicilien . Correspondances en gallurais, d’Emilio Aresu et d’autres), la langue basque… mais à part quelques brillants chercheurs qui, après toute une vie d’études, ont réussi à comprendre qu’il existe des similitudes à toute épreuve, ces auteurs ne sont pas devenus L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse semi-submergé est connue de la science officielle, et en particulier aussi de la géologie, qui est au courant de la soi-disant « rotation du bloc sarde-corse » qui a commencé il y a environ 40 millions d’années, après le détachement du bloc des côtes actuelles de l’Espagne et de la France, et a duré environ 15 millions d’années (prenez les dates avec des pincettes, je ne serais pas surpris qu’elles s’avèrent incorrectes à l’avenir). Il est possible de le savoir, comme l’affirme le célèbre géologue Mario Tozzi, car de nombreuses recherches ont été effectuées dans le domaine paléomagnétique, qui ont montré que la seule façon d’expliquer l’orientation géomagnétique de la pierre sarde-corse et les caractéristiques géologiques Les structures doivent être rapportées pour coïncider avec les côtes hispano-françaises actuelles. En outre, le fait que la structure géologique de la Sardaigne présente différents types de Graben Horst peut également avoir contribué à une éventuelle submersion, de sorte que ces accommodements géologiques peuvent également avoir contribué à des mouvements telluriques importants et significatifs pour le peuple sarde-corse-atlante qui a vécu. là. Par exemple, la plaine du Campidano en Sardaigne est un Graben Horst. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse est claire pour les géologues du monde entier puisqu’il existe même des « graptolites », auxquels le programme Sapiens de l’extraordinaire géologue Mario Tozzi a consacré des vidéos (voir : « Les Graptolites de Goni à Sapiens » ). Maintenant, si l’Atlantide est réellement le bloc sarde-corse submergé, alors nous devons vérifier à nouveau ce que Platon a dit. L’Atlantide dominait également la Libye et la Tyrrhénie en Méditerranée, ainsi que de nombreuses îles disséminées à travers l’Océan (rappelons que nous avons déjà montré que l’Océan, dans les textes de 9600 avant JC cités par les Egyptiens, est la mer de Corse et de Sardaigne, et non l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’elle a dominé, alors peut-être y a-t-il eu aussi des influences linguistiques ? Mais bien sûr, et la preuve existe déjà : de nombreux chercheurs ont remarqué les incroyables similitudes entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sarde Corse Sicilien . Correspondances en gallurais, d’Emilio Aresu et d’autres), la langue basque… mais à part quelques brillants chercheurs qui, après toute une vie d’études, ont réussi à comprendre qu’il existe des similitudes à toute épreuve, ces auteurs ne sont pas devenus qui a montré que la seule manière d’expliquer l’orientation géomagnétique de la pierre et des structures géologiques sardes-corses est de la faire coïncider avec les côtes hispano-françaises actuelles. En outre, le fait que la structure géologique de la Sardaigne présente différents types de Graben Horst peut également avoir contribué à une éventuelle submersion, de sorte que ces accommodements géologiques peuvent également avoir contribué à des mouvements telluriques importants et significatifs pour le peuple sarde-corse-atlante qui a vécu. là. Par exemple, la plaine du Campidano en Sardaigne est un Graben Horst. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse est claire pour les géologues du monde entier puisqu’il existe même des « graptolites », auxquels le programme Sapiens de l’extraordinaire géologue Mario Tozzi a consacré des vidéos (voir : « Les Graptolites de Goni à Sapiens » ). Maintenant, si l’Atlantide est réellement le bloc sarde-corse submergé, alors nous devons vérifier à nouveau ce que Platon a dit. L’Atlantide dominait également la Libye et la Tyrrhénie en Méditerranée, ainsi que de nombreuses îles disséminées à travers l’Océan (rappelons que nous avons déjà montré que l’Océan, dans les textes de 9600 avant JC cités par les Egyptiens, est la mer de Corse et de Sardaigne, et non l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’elle a dominé, alors peut-être y a-t-il eu aussi des influences linguistiques ? Mais bien sûr, et la preuve existe déjà : de nombreux chercheurs ont remarqué les incroyables similitudes entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sarde Corse Sicilien . Correspondances en gallurais, d’Emilio Aresu et d’autres), la langue basque… mais à part quelques brillants chercheurs qui, après toute une vie d’études, ont réussi à comprendre qu’il existe des similitudes à toute épreuve, ces auteurs ne sont pas devenus qui a montré que la seule manière d’expliquer l’orientation géomagnétique de la pierre et des structures géologiques sardes-corses est de la faire coïncider avec les côtes hispano-françaises actuelles. En outre, le fait que la structure géologique de la Sardaigne présente différents types de Graben Horst peut également avoir contribué à une éventuelle submersion, de sorte que ces accommodements géologiques peuvent également avoir contribué à des mouvements telluriques importants et significatifs pour le peuple sarde-corse-atlante qui a vécu. là. Par exemple, la plaine du Campidano en Sardaigne est un Graben Horst. L’ancienneté du bloc géologique sarde-corse est claire pour les géologues du monde entier puisqu’il existe même des « graptolites », auxquels le programme Sapiens de l’extraordinaire géologue Mario Tozzi a consacré des vidéos (voir : « Les Graptolites de Goni à Sapiens » ). Maintenant, si l’Atlantide est réellement le bloc sarde-corse submergé, alors nous devons vérifier à nouveau ce que Platon a dit. L’Atlantide dominait également la Libye et la Tyrrhénie en Méditerranée, ainsi que de nombreuses îles disséminées à travers l’Océan (rappelons que nous avons déjà montré que l’Océan, dans les textes de 9600 avant JC cités par les Egyptiens, est la mer de Corse et de Sardaigne, et non l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’elle a dominé, alors peut-être y a-t-il eu aussi des influences linguistiques ? Mais bien sûr, et la preuve existe déjà : de nombreux chercheurs ont remarqué les incroyables similitudes entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sarde Corse Sicilien . Correspondances en gallurais, d’Emilio Aresu et d’autres), la langue basque… mais à part quelques brillants chercheurs qui, après toute une vie d’études, ont réussi à comprendre qu’il existe des similitudes à toute épreuve, ces auteurs ne sont pas devenus dans les textes de 9600 avant JC cités par les Egyptiens, il s’agit de la mer de Corse et de Sardaigne, et non de l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’elle a dominé, alors peut-être y a-t-il eu aussi des influences linguistiques ? Mais bien sûr, et la preuve existe déjà : de nombreux chercheurs ont remarqué les incroyables similitudes entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sarde Corse Sicilien . Correspondances en gallurais, d’Emilio Aresu et d’autres), la langue basque… mais à part quelques brillants chercheurs qui, après toute une vie d’études, ont réussi à comprendre qu’il existe des similitudes à toute épreuve, ces auteurs ne sont pas devenus dans les textes de 9600 avant JC cités par les Egyptiens, il s’agit de la mer de Corse et de Sardaigne, et non de l’actuel océan Atlantique). Mais s’il est vrai qu’elle a dominé, alors peut-être y a-t-il eu aussi des influences linguistiques ? Mais bien sûr, et la preuve existe déjà : de nombreux chercheurs ont remarqué les incroyables similitudes entre les dialectes et langues sardes et la langue corse, le « dialecte » sicilien (ou devrions-nous dire la langue ?) (Dictionnaire minimum. Sarde Corse Sicilien . Correspondances en gallurais, d’Emilio Aresu et d’autres), la langue basque… mais à part quelques brillants chercheurs qui, après toute une vie d’études, ont réussi à comprendre qu’il existe des similitudes à toute épreuve, ces auteurs ne sont pas devenusgrand public car personne n’imaginait l’énorme importance de ce type de travail, qui montre à toutes fins pratiques que les langues sarde-corse-atlante se sont répandues dans toute la Méditerranée. Et maintenant, en y réfléchissant, nous pouvons commencer à comprendre que même dans l’étude des langues, il y a eu une inversion : on croyait que le sarde ressemblait à l’espagnol et au portugais parce que nous étions « dominés » par eux dans l’histoire récente, alors que probablement Les langues espagnole et portugaise, en revanche, ont été imposées par la domination préhistorique sarde-corse-atlante dont nous n’avions pas connaissance jusqu’à présent. La Nuova Sardegna a consacré un article sur le sujet intitulé : « Ce fil qui lie les Sardes aux Basques » de Paolo Curreli   dans lequel un linguiste exceptionnel et brillant a remarqué cet héritage linguistique atlante corse sarde et l’a fait remarquer au monde avec son extraordinaire œuvres (extrait de l’article : « Des centaines de mots similaires dans l’étude d’Elexpuru Arregi. De nombreuses affinités linguistiques. Deux pays avec les mêmes noms : Aritzo et Aritzu. Mais aussi Uri et Aristanus. Houx en sarde, galostiu, en basque c’est gorostoi ») . Mais les atlantidologues ne peuvent accéder à ces textes si personne ne montre leur corrélation avec le thème de l’Atlantide. Il y a donc encore beaucoup de travail à faire, et ce n’est que le début d’une nouvelle ère d’études. Les peuples du bloc corse sarde ont donc influencé dans la préhistoire l’évolution des langues et dialectes actuels et langues minoritaires d’une partie de la Méditerranée et peut-être aussi d’autres lieux. Voici maintenant expliqué de manière très simple et cristalline pourquoi le sarde, le corse, le sicilien, le basque, l’espagnol, le portugais, le dialecte véronais (voir par exemple tous les noms d’asperges, de légumes etc. qui sont identiques aux sardes) et qui sait quels autres sont si semblables. Maintenant que nous disposons de ces informations, nous pouvons reprendre les travaux extraordinaires du professeur Bartolomeo Porcheddu   et nous comparer à ses déclarations, qui sont désormais toutes parfaitement correctes et toutes non seulement explicables, mais même compréhensibles et évidentes pour la raison. Ce que dit le professeur Bartolomeo Porcheddu est juste et exact (à mes yeux c’est évident, il n’est même pas nécessaire de le souligner, mais dans les entretiens on a parfois l’impression que ses thèses sont considérées comme des “théories marginales”, comme si elles étaient des pseudo-théories). science, alors qu’ils sont plutôt une démonstration d’un génie et d’une intuition extraordinaires). Il existe différents sites qui montrent comment divers chercheurs se rendaient déjà compte des similitudes linguistiques entre les langues et dialectes du bloc géologique sarde-corse et d’autres langues et dialectes dispersés à travers la Méditerranée notamment, voir aussi cet article . Encore un autre article qui en parle est celui-ci. En bref, des érudits sérieux se rendaient désormais compte qu’il existait des informations dont nous n’avions pas connaissance, comme s’il existait réellement une civilisation ancienne qui manquait à l’appel de l’histoire ancienne, comme le dit Graham Hancock : cette civilisation est celle qui vivait dans un bloc géologique corse sarde actuellement semi-submergé, alors qu’il s’agissait d’une île et d’une terre émergée : Graham Hancock avait donc raison sur ce point. L’impact de cette découverte extraordinaire crée une sorte de choc dans l’esprit du chercheur : en effet, il existe désormais un sentiment de désorientation, de méfiance. Comment est-il possible que presque personne ne l’ait jamais remarqué, si l’on exclut certains brillants érudits dont les déclarations ont même été moquées ? Comment est-il possible qu’on n’ait pas cru Platon ? Même Aristote lui-même ne le croyait pas : « Celui qui a rêvé de l’Atlantide l’a aussi fait disparaître. » En conclusion : le vieux prêtre égyptien disait à Solon, vers 590 av. les contes de fées, parce qu’ils n’avaient pas fixé les événements historiques dans un langage écrit. Les Égyptiens, quant à eux, fixaient des informations sur la pierre, ils avaient donc des souvenirs de faits grisés par le temps. Et il ne lui parle pas tout de suite de l’Atlantide, il lui parle de la première Athènes, fondée vers 9600 avant JC, soit 1000 ans avant la ville de Saïs en Egypte. A cette époque, les Grecs accomplirent l’exploit le plus extraordinaire de tous : ils réussirent à libérer tous les peuples de la Méditerranée de l’invasion d’un peuple qui tentait par la force d’envahir toute la Méditerranée jusqu’à l’Egypte, Israël et la Grèce : à savoir les Atlantes, c’est le nom avec lequel le prêtre égyptien décrivait les habitants de l’île sarde actuellement à moitié submergée sous la Méditerranée.
Le professeur Sergio Frau (2002) s’est rendu compte que ” la Sardaigne est l’Atlantide “, alors qu’en réalité il s’agit d’un plateau du bloc géologique corse atlante sarde, et a donc essayé de faire coïncider l’île de l’Atlas avec la Sardaigne. Le problème est que la Sardaigne n’est qu’un sous-ensemble de l’Atlantide, il manquait donc tout le plateau continental sarde, qui est actuellement submergé comme le dit l’histoire platonicienne de Timée et Critias., et manquait la zone montagneuse au nord de l’île de l’Atlantide, dont la partie émergée est aujourd’hui appelée « Corse ». De plus, la Corse a été cédée à la France, ce qui complique encore terriblement la recherche : en effet, les êtres humains, voyant mentalement qu’une partie est italienne et une partie française, pensent instinctivement qu’il s’agit de deux réalités différentes, alors qu’en réalité il s’agit de la même île submergée. , comme me l’ont déjà confirmé des géologues de renommée mondiale. Mais les géologues appellent cette île submergée il y a des millénaires du nom de « bloc géologique corse sarde », tandis que le prêtre égyptien qui l’a dit à Solon ne pouvait pas utiliser les termes « Sardaigne » et « Corse » qui n’existaient pas encore. Ainsi, les archéologues, en utilisant la méthode scientifique, ont vérifié les déclarations de Frau et ont réalisé que scientifiquement, les calculs ne correspondaient pas, et ils avaient raison. En réalité, Frau et les archéologues avaient raison : Frau avait raison, car la Sardaigne est un sous-ensemble de l’île atlante corse de Sardaigne. Les archéologues avaient raison, car la Sardaigne est trop petite pour être l’Atlantide. De plus, la datation donnée du nuragique n’était malheureusement pas exacte, c’est pourquoi nos scientifiques l’ont souligné à juste titre. Ce qui laisse peut-être perplexe, c’est le fait que l’Atlantide soit une île submergée. Alors : pourquoi les bathymétries submergées n’ont-elles jamais été montrées lors de centaines de rencontres ? Pourquoi n’a-t-on pas convoqué des experts en bathymétrie ? Cela restera probablement un mystère dans les années à venir. Je serais heureux si les archéologues prenaient désormais la parole pour corriger les erreurs que j’ai commises en exprimant mes idées.

Si vous voulez vraiment comprendre l’Atlantide : étudiez la géologie du bloc sarde corse immergé. Étudier les éléphants nains sardes trouvés en Sardaigne, appelés Mammuthus Lamarmorae. Lorsque Platon écrit que « l’espèce des éléphants était présente », il parle de cet animal et non des éléphants indiens. Pour comprendre l’Atlantide il faut connaître la toponymie du Sulcis : “Poséidon y plaça deux sources, une d’eau froide et une d’eau chaude”. Les Atlantes sardes corses appelaient en effet les villes de Sulcis avec les noms suivants : Acquafredda (disparu au Moyen Âge, mais un château d’Acquafredda est resté à Siliqua), Acquacadda, S’acqua callenti de Susu, S’acqua callenti de Baxiu, Piscinas. (peut-être suite à la submersion du bloc géologique sarde), la source des Zinnigas existe toujours, Is Sais Superiore et Is Sais Inferior (qui ont probablement donné leur nom à la ville de Sais en Égypte où l’on parla de l’Atlantide à Solon). L’ADN atlante a déjà été trouvé et étudié par le professeur Carlo Lugliè, qui a déjà établi SCIENTIFIQUEMENT que cette population avait un ADN différent de celui du peuple néolithique qui a peuplé la Sardaigne 3000 trois mille ans plus tard. Bien sûr! S’il y a eu catastrophe avec le naufrage du bloc géologique corse sarde, il est évident qu’ils sont morts et qu’est alors arrivée une population avec un ADN différent. À Sulcis, Poséidon aimait évidemment les grottes. Il y avait les grottes d’IS Zuddas et Acquacadda (ici revient le thème de l’eau chaude et froide et donc des sources). Mais lorsqu’il s’est déplacé vers le nord, il s’est probablement rendu aux grottes d’Alghero, que les Romains appelaient encore les grottes de Neptune. Mais Neptune est le nom latin de Poséidon ! Les grottes de Neptune sont donc le lieu où se rendait cet ancien souverain lorsqu’il se rendait vers le nord, probablement pour rendre visite à ses enfants. Jusqu’à aujourd’hui, on pensait que Poséidon/Neptune était un mythe/légende, mais il s’agissait plutôt d’un dirigeant très ancien, plus tard déifié. Ce fait est appelé « EVEMERISME ». Je suggère à tous les lecteurs d’y jeter un œil pour apprendre de nouvelles choses. Si ce que je dis est vrai, puis-je le prouver d’une manière ou d’une autre ? Si une personne est intelligente, elle peut le déduire de la manière suivante. Les Mammuthus Lamarmorae ont jusqu’à présent été trouvés dans au moins 3 localités : Funtanammari à Gonnesa, à Alghero où se trouve la grotte de Neptune, et si je ne me trompe pas à Sinis. À Alghero, nous venons de dire qu’il y a les grottes de Neptune, alors Poséidon s’y est rendu et ils y ont trouvé le mammouth nain de Sardaigne. Si vous analysez la toponymie de Gonnesa, ils ont trouvé un autre mammouth nain de l’espèce d’éléphant à Funtanamari, qui signifie « Fontaine au bord de la mer ». Mais la fontaine est une source d’eau ! Voici le thème de l’île riche en sources d’eau. Or, le prêtre égyptien a raconté beaucoup de choses à Solon, vers 590 avant JC, mais les archéologues ne peuvent aller jusqu’à prétendre que le prêtre lui a également appris la langue et les différents dialectes sarde-corse-atlante.
Si l’Atlantide est réellement le bloc sarde-corse semi-submergé, alors certaines parties de la préhistoire et de l’histoire devront être réécrites à nouveau. Je vous laisse ce travail, je n’en suis pas capable. Pour moi, cela a déjà été un effort surhumain de pouvoir remettre de l’ordre au milieu de tout ce désordre. Je me fiche de la célébrité. À mon avis, le professeur Ugas s’en rapproche lorsqu’il parle de la côte atlantique de l’Afrique, mais à mon avis, pour mieux la comprendre, il pourrait approfondir le texte de Marco Ciardi, lorsqu’il parle de Bailly (Ciardi M., Atlantis Une controverse scientifique de Colomb à Darwin, Carocci editore, Rome, 1ère édition, novembre 2002, p.92-97) : en pratique, une partie de la colonie atlante colonisait la zone indiquée par le professeur Ugas, tandis que Poséidon devenait le souverain de la Sardaigne aujourd’hui submergée. Île corse. Il est important de noter que le plateau continental sarde corse actuellement submergé est d’une taille immense ! Cela faisait partie intégrante de l’île. 11 000 ans d’érosion par les courants marins ont généré la boue qui entourait l’île dans l’histoire de Platon, et cette boue, en se déposant, a nettoyé les eaux de la Sardaigne actuelle, les rendant cristallines. De plus, il y a un très petit désert à Sulcis. Ce désert est très probablement artificiel.
Le Timée n’est pas seulement un texte d’Astronomie, mais aussi de Géologie, puisqu’il traite de l’affaissement géologique du bloc sarde-corse-atlante.

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 5
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 5

Changement de paradigme , comme expliqué dans le livre de Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, comment les idées de la science changent, Einaudi, Turin, 1969 : je l’ai appelé « Le paradigme sarde corse atlante ». Auparavant, tout le monde croyait que les orbites étaient circulaires, à la suite d’Eudoxe de Cnide, d’Aristote et de Ptolémée dans le style « Ipse Dixit ». Puis ils se sont rendu compte, après une infinité de tests, que les orbites sont elliptiques. Puis un autre changement de paradigme s’est produit : la Bible disait que la Terre était au centre de l’Univers, et Copernic disait que le Soleil était au foyer de l’orbite elliptique. Galilée l’a confirmé, et l’Inquisition lui a montré les instruments de torture. Bruno a été brûlé vif pour avoir prôné la vérité scientifique. À mon avis, nous sommes aujourd’hui une fois de plus confrontés à quelque chose d’extraordinaire : un nouveau changement de paradigme. L’île de l’Atlantide est le nom égyptien du bloc géologique sardo-corse actuellement semi-immergé, dont les deux plateaux sortant de l’eau sont aujourd’hui connus sous les noms de Sardaigne et de Corse. Les études du professeur Carlo Lugliè montrent que la population atlante originelle, il y a environ 11 000 ans, avait un ADN différent de celui du peuple néolithique qui s’est peuplé 3000 ans après la catastrophe et vivait principalement de l’acquisition de ressources marines, et pour cette raison, les colonies atlantes corses sardes ils étaient situés principalement sur les côtes. C’est pour cette raison que la civilisation a été presque complètement anéantie : parce que les Atlantes habitaient les paléo-côtes et que celles-ci ont été submergées « en l’espace d’un court espace d’un jour et d’une nuit de terribles tremblements de terre et d’inondations ». Aujourd’hui, la science appelle les paléo-côtes atlantes le « plateau continental sarde-corse ». En outre, depuis 11 000 ans, les courants marins ont érodé et détruit les structures côtières. Il est peut-être impossible de retrouver encore des vestiges de cette civilisation. En outre, le gouvernement Andreotti a autorisé les États-Unis à installer une base de sous-marins nucléaires à La Maddalena, de sorte que les Américains ont eu au moins un demi-siècle pour mener leurs raids sous-marins dans nos eaux. Et comme les Américains sont intelligents, ils ont installé une « base militaire » à Teulada, dans le Sulcis. Mais regardez, quelle coïncidence… Archéologie fantastique ? Chères Surintendances, où se trouvent vos sous-marins destinés à l’exploration côtière ? Où sont vos milliers de reportages sur les fonds marins sardo-corses ? Où sont les bathymétries 3D des fonds marins ? Ou peut-être qu’ils n’ont jamais été terminés ? Et où sont les lettres adressées aux ministres, demandant d’obtenir ces choses ? Obtenir des financements en expliquant son immense importance pour l’histoire de la civilisation humaine ? Si l’Atlantide sarde-corse a coulé à une date encore à déterminer, pourquoi gaspiller son souffle et son énergie à chercher l’Atlantide dans les strates nuragiques ? Une fois que l’on suppose l’existence de l’Atlantide avec Sulcis pour capitale, on a une idée précise de l’endroit où chercher les structures décrites par Platon : il faut certainement les trouver à Sulcis.

Les dimensions coïncident avec celles indiquées par Platon, même la distance de la capitale à la mer, soit environ 8,8 kilomètres. Le problème est peut-être que les structures pourraient même se trouver à 100 mètres sous terre, car à première vue, il semble qu’elles aient été submergées par des montagnes de terre (cela doit être vérifié, mais c’est compréhensible à l’œil nu). Le professeur Salvatore Dedola est un génie : il a remarqué l’incroyable chevauchement entre les noms sardes et babyloniens, sumériens et akkadiens. « Il y a eu une coenose linguistique paléo-néolithique. » Tout va bien! La cénose linguistique a été provoquée par les peuples atlantes de la côte sarde-corse, c’est-à-dire les mêmes habitants dont l’ADN a déjà été analysé chez deux individus sur trois de l’abri sous roche de Su Carroppu. Les Atlantes corses sardes ont migré à travers la Méditerranée, donnant naissance à la civilisation crétoise qui adorait le taureau exactement comme les Atlantes corses sardes, cela expliquerait la culture très évoluée des Minoens, telle qu’elle avait déjà été développée par les Corses sardes, la gravure du trident de Poséidon trouvé sur le palais de Knossos ; et cela expliquerait pourquoi on trouve des lingots sardes en Crète, à Chypre, et pourquoi à Chypre il y a Akrotiri et il y a une deuxième Akrotiri à Santorin, où vivait une civilisation avancée qui avait même des toilettes et des canalisations… Cela expliquerait pourquoi Sur le mont Carmel, ils ont ensuite trouvé des structures de l’époque nuragique. Cela expliquerait pourquoi Atlit-Yam, Pavlopetri, Herakleion/Thonis, Baia et qui sait combien d’autres que vous n’avez pas encore trouvés… Et cela expliquerait aussi pourquoi Atlit-Yam portait ce nom, étant donné que peut-être l’Atlantide était l’île mère d’où ils étaient originaires a migré… Puisque des lois existaient en Atlantide (la colonne d’orichalque sur laquelle étaient gravées les lois, sur laquelle on versait du sang de taureau ? Cela vous semble-t-il familier ?), il n’est pas surprenant que l’île leurs descendants créèrent alors le Code d’Hammourabi, fort des connaissances juridiques développées au cours des millénaires précédents sur le bloc géologique sarde-corse-atlante. Accordez-moi le bénéfice du doute encore un instant. Les Romains recherchaient la Damnatio Memoriae pour l’Atlantide. Ils les ont maîtrisés, peut-être dépouillé les grottes de Neptune du peu de matériel qui restait peut-être, mais ont continué à les appeler par leur nom. Bref, ils connaissaient Poséidon/Neptune, pour eux il était encore un personnage historique. A ce stade, je ne serais pas surpris que les noms liés à l’Atlantide aient été interdits, et peut-être qu’Atlas soit devenu Antas, ce qui pourrait clarifier le toponyme S’Antadi. Je n’ai pas pu faire de recherches à ce sujet et je n’en suis absolument pas capable. et S’Antadi apparaît aussi à Sant’Antonio di Santadi (mais regardez quelle incroyable coïncidence ? Ici aussi les Américains ont installé une base militaire… mais quelle étrange coïncidence… et puis à Perdas de Fogu il y en a une autre base militaire, justement là où ils ont volé l’ADN des habitants… quelle étrange coïncidence… mais bien sûr j’ai un peu d’imagination, hein ? Qu’en pensez-vous ?) À la base militaire sous-marine de La Maddalena, les Américains ont amené, chose incroyable, des taupes pour créer certains des plus grands tunnels du monde à l’époque. Pouquoi? Pourquoi les Américains étaient-ils intéressés à creuser d’immenses tunnels dans et autour de La Maddalena ? Que cherchaient-ils sous terre ? Avaient-ils vu un certain type de métal via satellite (est-ce possible) ? Je comprends s’ils apportent un missile, s’ils apportent d’autres matériels utiles à des fins militaires, mais qu’en est-il des taupes pour creuser des tunnels ? Il pourrait peut-être être intéressant d’analyser où se trouvent les bases militaires pour en extraire d’autres informations utiles. Des sous-marins nucléaires pour la Méditerranée ? A mi-chemin entre la Sardaigne et la Corse ? Il y a eu des accidents et les journaux ont rapporté un jour que le sous-marin se trouvait effectivement à Teulada.

L'Atlantide existe, découverte par le Dr Luigi Usai

Pour apprendre plus:

  • le nom atlante Gadiro, traduit en grec par Eumelo (qui rappelle Emilio) ;
  • les relations entre Karnak et Carnac ;
  • la zone de Gadirica et la position exacte de la Colonne : banque El Haouaria ?
  • Tous les Gadiri sont-ils donc sardes-corses-atlantes ? : à partir de cette hypothèse, retrouver tous les Gadiros mentionnés dans l’histoire officielle ancienne (l’un était crétois ; l’un était poète ; l’un a gagné aux Jeux Olympiques en rivalisant avec les poulains amenés à Patrocle). funérailles ; trouver d’autres );
  • La présence de toponymes sardes qui incluent les divinités corses sardes Atlantis Isis et Horo (Or) : voir les toponymes avec Isidore -> il y a la possibilité que l’adoration d’Isidore ait ensuite été christianisée en Sant’Isidoro. A noter la présence de la même toponymie à Tenerife, colonie atlante sarde.
  • Etude plus approfondie à faire, sur “mitza” sens sarde -> signifie source, bassin d’eau, comme dans le mythe platonicien. Il a une signification similaire dans la langue hébraïque, qui est sémitique comme le sarde. J’ai l’impression que le peuple juif en quête de la terre promise n’était qu’une partie des peuples sardes qui ont émigré en Egypte à la recherche d’une terre qui ne coulerait pas, contrairement au bloc sarde qui sombrait. Et ce naufrage, connu seulement dans des temps reculés, de toute terre parfaite qui pourtant sombrait.
  • Les Crétois étaient des migrations sardes-corso-atlantes –> Autre réflexion pour les archéologues : pourquoi n’ai-je jamais entendu aucun érudit faire des comparaisons entre le Minotaure et Su Boe Erchitu et Su Boe Muliache ? Pourquoi personne n’a-t-il jamais souligné que le minotaure est une figure mythologique sarde ? Recherchez des images de ces personnages en ligne et vous comprendrez que le minotaure n’est probablement rien de plus qu’une ancienne croyance/légende sarde, ressuscitée en Crète . Les Minoens étaient des migrations sardes-corses-atlantes vers la Crète ; comme vous le savez, Evans a choisi arbitrairement le mot « Minoens ». Il existe également le Taureau androcéphale ou bronze de Nule , qui ne fait que confirmer toutes ces affirmations. Su Boe Erchitu est une créature légendaire de la tradition populaire sarde . Cela ne doit pas être confondu avec Su Boe Muliache, une autre créature légendaire sarde . Je ne dis pas que j’ai vraiment raison. Je dis : pourquoi n’essayons-nous pas d’explorer d’autres pistes de pensée ? Pourquoi ne cherchons-nous pas d’autres types de solutions aux problèmes non résolus ? J’espère que mes phrases seront comprises pour ce qu’elles sont : il est évident que je ne suis pas un spécialiste ; ma proposition aux chercheurs est d’être ouverts à l’examen de possibilités jusqu’ici exclues a priori. Je vous invite encore une fois à réexaminer la toponymie de Sulcis, car tous ces noms de villages qui font référence au mythe platonicien sont trop étranges : à Carbonia il y a un hameau appelé « Acqua Callentis » ; à Nuxis « S’acqua callenti de Basciu », S’Acqua callenti de Susu ; la ville médiévale disparue d’Acquafredda, qui a laissé le château d’Acquafredda ; la source des Zinnigas ; et il existe même des liens avec la toponymie égyptienne : Héliopolis (ville du soleil) et à Sulcis Terr’e Soli (pays du soleil, Terresoli). Sais en Egypte et Is Sais Inferiore et Is Sais Superiore à Sulcis. Bref, à mon avis, cette toponymie devrait être sérieusement prise en considération par un érudit qui se respecte. Je peux aussi comprendre que peut-être personne ne l’avait remarqué jusqu’à présent, mais maintenant que j’ai rendu l’information publique, à mon avis, cela vaut peut-être la peine pour certains chercheurs de commencer à suivre ces nouvelles voies inexplorées.
  • Ces derniers jours, j’ai réalisé que Cabras est un nom de famille, c’est le nom d’une ville ; c’est l’endroit où ils trouvèrent les Géants de Mont’e Prama ; et j’ai pensé : « Cabras en sarde signifie chèvres » ; ce nom peut même remonter au Paléolithique ! Immédiatement après, j’ai pensé : « Je me demande s’il existait un ancien village appelé Brebeis », qui en sarde signifie « mouton ». J’ai pensé à ces choses il y a environ 2 jours. Tout à l’heure, en examinant Sulcis, j’ai réalisé que l’étang d’Is Brebeis, l’étang Le Pecore, existe justement à Sulcis . Fou : il semble que mes théories aient une confirmation dans le monde réel, tout semble désormais avoir un sens profond et même intuitif. Je n’avais jamais entendu parler de cet étang d’Is Brebeis auparavant…

 

Si la théorie sarde-corse de l’Atlantide était vraie et scientifiquement prouvée , elle aurait de nombreuses conséquences immédiates d’un point de vue scientifique, historique, anthropologique, culturel, linguistique, commercial et philosophique. Voici quelques exemples:

  1. Scientifique : La découverte d’une civilisation aussi avancée sur une île aussi isolée pourrait stimuler de nouvelles recherches scientifiques pour mieux comprendre cette civilisation et son impact sur le monde antique. De nouvelles campagnes de fouilles et d’études pourraient être nécessaires pour explorer les ruines submergées et les artefacts anciens.
  2. Historique : La découverte d’une civilisation aussi avancée sur une île aussi isolée pourrait changer notre façon de voir l’histoire ancienne. De nouvelles recherches pourraient être nécessaires pour mieux comprendre comment cette civilisation s’est développée et a interagi avec d’autres cultures méditerranéennes.
  3. Anthropologique : La découverte d’une civilisation aussi avancée sur une île aussi isolée pourrait fournir de nouvelles informations sur les échanges culturels entre les différentes civilisations de la Méditerranée antique. De nouvelles recherches pourraient être nécessaires pour mieux comprendre comment ces cultures ont interagi les unes avec les autres et comment elles ont influencé leurs traditions et coutumes respectives.
  4. Culturel : La légende de l’Atlantide fascine les hommes depuis des siècles, et la découverte de son véritable emplacement pourrait inspirer de nouvelles œuvres d’art et de littérature. De nouvelles histoires, poèmes, peintures et sculptures pourraient être créés représentant cette civilisation perdue.
  5. Linguistique : La découverte d’une civilisation aussi avancée sur une île aussi isolée pourrait fournir de nouvelles informations sur la diffusion des langues dans l’ancienne Méditerranée. De nouvelles recherches pourraient être nécessaires pour mieux comprendre comment ces langues se sont répandues parmi les différentes cultures méditerranéennes.
  6. Commerce : La découverte d’une civilisation aussi avancée sur une île aussi isolée pourrait suggérer l’existence de routes commerciales méconnues entre les différentes cultures de la Méditerranée. De nouvelles recherches pourraient être nécessaires pour mieux comprendre comment ces voies ont fonctionné et comment elles ont influencé la diffusion des idées et des innovations.
  7. Philosophique : La légende de l’Atlantide a été transmise par les Grecs de l’Antiquité, et la découverte de son véritable emplacement pourrait offrir de nouvelles perspectives sur la philosophie grecque antique. De nouvelles recherches pourraient être nécessaires pour mieux comprendre comment les Grecs de l’Antiquité ont incorporé la légende de l’Atlantide dans leurs réflexions philosophiques.

En général, si la théorie de Sardo Corsa Atlantis était vraie et scientifiquement prouvée, elle aurait de nombreuses conséquences immédiates d’un point de vue scientifique, historique, anthropologique, culturel, linguistique, commercial et philosophique.

Colonies sardes du Corso Atlantidee avant la submersion du bloc géologique sarde

Parmi les colonies sardes-corses-atlantes les plus connues avant la submersion du bloc géologique sarde-corse-atlante, on trouve les structures trouvées en Turquie de Gobekli Tepe, Karan Tepe et d’autres structures similaires encore en cours d’analyse aujourd’hui. Reconstruire cette information est extrêmement difficile, mais on pourrait essayer de le faire, en partant par exemple du symbolisme. La structure en cercle concentrique devrait maintenant être connue comme une référence à la structure de Sulcis, où l’ancien souverain sarde-corse Poséidon avait élu domicile avec Clito, sur une colline/tertre près de Santadi et Sant’Anna Arresi. Gobekli Tepe et Karan Tepe présentent des structures atlantes appelées Taulas (tables), en forme de T, que les Atlantes avaient également construites sur l’île de Minorque. Le symbolisme mésolithique atlante corse sarde est présent en Turquie dans les différents Tepes fouillés jusqu’à présent, car ils incluent le taureau sacré pour les Atlantes et le vautour. Le symbolisme du vautour et du taureau est présent dans de nombreuses cultures anciennes, et l’interpréter comme une preuve directe d’un lien entre différentes régions demande de la prudence. Par exemple, le vautour est un symbole courant dans de nombreuses cultures anciennes, souvent associé à la mort ou à la renaissance, tandis que le taureau est un symbole de force et de fertilité. Le vautour atlante, représenté en Turquie, sera ensuite représenté parmi le peuple égyptien avec la représentation sacrée de Mout et Nekhbet. En particulier, les Égyptiens, pour préciser qu’ils parlaient des Sardes-Corses-Atlantes, ont placé le symbole de la métallurgie de Sulcis entre les griffes de Nekhbet, que nous montrons dans l’image immédiatement ci-dessous :

Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée de Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée de Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée de Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée de Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée de Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée de Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée de Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée de Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée de Sulcis
Nekhbet avec le symbole de la métallurgie sacrée de Sulcis

Les Atlantes corses de Sardo ont construit les structures de Gobekli Tepe et Karan Tepe pour démontrer leurs avancées technologiques et leurs compétences architecturales, ce qui avait pour eux une grande signification culturelle. Leur comportement ne pouvait passer inaperçu et montrait aux autres populations de nouveaux modes de vie, de nouveaux comportements, de nouvelles religions. Il y avait un échange culturel continu entre différentes civilisations et populations. Cela explique également pourquoi les Taulas de Minorque sont également présents à Gobekli Tepe. Pour clarifier toutes ces bizarreries, un changement de paradigme était nécessaire, que nous appellerons le paradigme atlante sarde-corse, qui parvient à clarifier de nombreux aspects jusqu’ici obscurs du passé archéologique et anthropologique.

Conséquences de l’acceptation de la théorie atlante sarde corse :

Si à l’avenir bon nombre des déclarations de Luigi Usai étaient confirmées, il y aurait diverses implications et conséquences au niveau scientifique, historique et culturel. Cependant, il est important de souligner qu’à ce jour, ces affirmations sont encore discutées par la communauté scientifique dominante et sont considérées comme des théories révolutionnaires dotées de preuves multidisciplinaires qui nécessitent une étude plus approfondie. Pour explorer les implications possibles, nous pouvons considérer un scénario hypothétique dans lequel ces affirmations sont confirmées :

  1. Réécriture de l’histoire : Si les affirmations de Luigi Usai sont confirmées, cela pourrait nécessiter une réécriture significative d’une partie de l’histoire connue, en particulier celle concernant la civilisation atlante et ses influences sur les cultures anciennes.
  2. Nouvelles théories et lignes de recherche : L’acceptation de ces théories pourrait ouvrir de nouvelles lignes de recherche et d’étude, impliquant différentes disciplines telles que l’archéologie, la linguistique, la géologie et l’anthropologie.
  3. Identité culturelle : Les implications culturelles pourraient être considérables, notamment pour les régions impliquées dans les revendications, comme la Sardaigne et la Corse. Une plus grande conscience de ses origines et un intérêt plus profond pour l’histoire et la culture locales peuvent émerger.
  4. Révision des théories existantes : Les nouvelles découvertes peuvent nécessiter une révision des théories existantes concernant l’Antiquité, la migration des peuples et la diffusion des cultures.
  5. Impact sur l’éducation : La confirmation hypothétique de ces affirmations pourrait influencer la manière dont l’Antiquité est enseignée dans les écoles et les universités, nécessitant la mise à jour des manuels et des programmes.
  6. Dialogue entre les communautés scientifiques et non scientifiques : Si ces affirmations se confirment, il pourrait y avoir un débat plus approfondi entre la communauté scientifique et le grand public sur les questions historiques, archéologiques et culturelles.
  7. Impact sur le tourisme et le patrimoine culturel : Les zones touchées par les revendications pourraient connaître un intérêt touristique accru, car la confirmation d’un lien avec l’ancienne Atlantide pourrait attirer des visiteurs intéressés par l’histoire et la culture.
  8. Nouvelles approches de recherche : Les nouvelles découvertes pourraient conduire à reconsidérer la manière dont la recherche archéologique et historique est effectuée, encourageant une approche interdisciplinaire et innovante.

CRITIQUE DE L’ATLANTIDE SARDE CORSE

 

SAUVEGARDER LA DÉCOUVERTE ET LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL

Je tiens à souligner que j’ai tout fait pour rendre ces données publiques et les diffuser, mais j’ai trouvé un mur de caoutchouc tant de la part des Surintendances, qui n’ont jamais répondu à mes courriers électroniques ni à mes courriers certifiés, et du Ministère du Bien Culturel, qui n’a jamais répondu à mes emails ni à mes emails certifiés, ni par divers professeurs d’université et archéologues que j’ai contactés en privé. On m’a dit que “la communauté scientifique en tant que telle n’existe pas”, ou qu'”elle ne divulgue pas les découvertes des autres savants”. En pratique, si un citoyen fait une découverte potentielle, il ne dispose d’aucun support pour la communiquer au monde scientifique. On s’attend à ce qu’une personne sans expérience, qui ne l’a jamais fait auparavant, crée un article scientifique parfait à partir de zéro, avec tous les atours, et le livre à je ne sais qui pour publication et analyse par la communauté scientifique. À mon avis, c’est honteux. Je m’attendais à avoir de l’aide pour tenter d’abord de présenter mes déclarations de manière compréhensible, puis pour les divulguer afin d’analyser et de contre-vérifier la véracité de ce qui a été déclaré. Même attitude de la part des maisons d’édition : elles auraient publié le livre, mais seulement après que les scientifiques eurent confirmé mes dires.

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique paléolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée
Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique mésolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 4
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 4

 

Bathymétrie 3D de l'océan Atlantique paléolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 3
Bathymétrie 3D de l’océan Atlantique paléolithique désormais connu sous le nom de mer Méditerranée 3

 

Atlantide, en vert le contour de l'île légendaire de l'Atlantide, formée par le bloc sardo-corse semi-submergé et ses paléo-côtes
Atlantide, en vert le contour de l’île légendaire de l’Atlantide, formée par le bloc sardo-corse semi-submergé et ses paléo-côtes

La théorie de Luigi Usai sur la position de l’Atlantide dans le bloc semi-submergé Sardaigne-Corso n’a pas encore été validée par les chercheurs, mais a suscité un grand intérêt parmi les chercheurs du monde entier pour sa suggestion sur la possible découverte de l’Atlantide. Usai a fourni des centaines de preuves vérifiables et scientifiques qui semblent démontrer systématiquement l’existence de l’Atlantide dans le bloc géologique corse sarde actuellement semi-submergé. Cependant, certains chercheurs ont soulevé des objections et des critiques à l’égard de la théorie d’Usai, arguant qu’il n’existe aucune preuve concrète démontrant l’existence de l’Atlantide dans le bloc semi-submergé Sardaigne-Corso. En outre, certains ont souligné que la théorie d’Usai repose sur des interprétations subjectives de sources historiques et géologiques et qu’aucune stratigraphie n’a encore été réalisée pour la contre-vérifier. D’autres chercheurs ont plutôt exprimé leur intérêt pour la théorie d’Usai et ont souligné la nécessité de recherches et d’analyses plus approfondies pour vérifier sa validité. Les implications possibles de la théorie d’Usai sur la localisation de l’Atlantide pour l’histoire de l’humanité sont énormes, car elle pourrait conduire à une réécriture de l’histoire ancienne et à la découverte de nouvelles informations sur les civilisations anciennes. Cependant, il est important de souligner que la théorie d’Usai n’a pas encore été confirmée et que des recherches et analyses supplémentaires sont nécessaires pour vérifier sa validité.

Océanines, nymphes des eaux, nymphes des montagnes, sont les noms avec lesquels étaient appelées les femmes sardo-corses.

Nouvelle hypothèse de travail : les anciens Grecs appelaient les femmes sardes « nymphes des eaux », « nymphes des montagnes » . Maintenant, vous pouvez aller étudier toutes les références que vous trouvez en ligne sur les “nymphes des eaux”, et petit à petit vous commencerez à comprendre que ce sont les femmes qui vivaient dans la Sardaigne actuelle.

Pourquoi Océanine ? Parce que la mer autour du bloc sarde-corse s’appelait océan Atlantique au Paléolithique, donc à partir du Paléolithique, si l’on parlait d’une femme qui vivait sur ce territoire, par exemple la Sardaigne et la Corse actuelles, on pourrait dire qu’elle était une Oceanina, c’est-à-dire qu’elle venait de l’océan Atlantique, comme sur l’image :

L'Atlantide dans l'océan Atlantique mésolithique, aujourd'hui appelée mer Méditerranée.
L’Atlantide dans l’océan Atlantique mésolithique, aujourd’hui appelée mer Méditerranée.

Gardiens des sources d’eau -> les puits sacrés de l’époque nuragique, vous vous réjouissez dans les grottes, vous vous réjouissez dans les grottes -> les grottes : par exemple Grotte Is Zuddas, Grotta d’Acquafredda ; la grotte Su Carroppu di Sirri à Carbonia, la grotte de Neptune à Alghero, etc.; tu te réjouis dans les grottes -> les Domus De Janas , les filles de la campagne -> bon, au moins on n’a pas dit “tu te comportes comme des bergers”, c’est déjà un bon début, les filles des sources et qui vivent dans les bois -> La Sardaigne était toute une forêt, transformée alors en grenier de Rome ; vierges odorantes -> bon, au moins ils n’ont pas dit « pottaisi unu frgu purexiu », c’est un bon début ; habillés en blanc -> celui-ci m’avait manqué : je ne savais pas que les Sardes vêtus de blanc, parfumés par les brises, protègent les chèvres et les bergers -> voici une référence claire au monde agricole en général, mais c’est même en phase avec la Sardaigne contemporaine ; chère aux forêts, aux fruits splendides -> en relisant maintenant toutes les références aux Nymphes de la Mer, il est très clair de comprendre que nous parlons des Femmes Sardes. Quand dans la mythologie il est écrit : « X » a épousé une nymphe de la mer, cela veut simplement dire qu’il a épousé une Sarde, c’est tout. Recherchez autant de textes que vous le souhaitez pour effectuer des contre-vérifications, et vous commencerez bientôt à comprendre que petit à petit on continue de progresser dans la compréhension de l’Antiquité. Si nous voulons faire des progrès vraiment notables dans la compréhension du sens, nous devons aussi nous efforcer de faire quelque chose que personne n’a jamais fait auparavant : OSER. Essayer de spéculer, théoriser des choses que les archéologues ne peuvent pas se permettre d’affirmer car cela ruinerait leur réputation, essayer de VOIR, COMPRENDRE ce que jusqu’à présent personne n’a pu voir. On peut désormais tenter de réétudier les Naïades et les Néréides, à partir de ces réflexions, pour voir s’il est possible d’en extraire de nouvelles informations significatives, de nouveaux points de vue utiles à l’apprentissage. Je n’ai trouvé aucune information spécifique sur d’autres sites Web suggérant que les nymphes des eaux étaient simplement des femmes sardes, pour le moment, cela semble être juste ma conviction. Cependant, la figure féminine dans l’histoire et la culture sardes est absolument centrale et les traditions sardes, avec leurs légendes, leurs cultes religieux, leurs vicissitudes politiques et populaires, sont étroitement liées aux racines matriarcales.

Les surintendances et au moins un ministère du gouvernement italien n’ont jamais répondu à mon courrier électronique certifié (e-mail certifié de valeur équivalente à un courrier recommandé avec accusé de réception) où j’ai signalé la découverte dans les 24 heures conformément à la législation en vigueur sur les marchés de biens archéologiques. ou patrimoine culturel. Peut-être qu’ils pensaient que c’était une blague .

Donc:

1) Je les préviens publiquement ;

2) sur la base de la législation en vigueur, j’ai le devoir légal et moral de protéger et sauvegarder les découvertes faites : j’ai rendu l’information publique pour éviter que la découverte et les trouvailles ne soient ruinées ces dernières années (endommagées, sabotées, volées, exportées illégalement, détruites par des personnes incompétentes (personnels de chantier inexpérimentés effectuant des manœuvres sur le territoire, etc.) en raison d’une mauvaise gestion par l’État des découvertes. En fait, selon la loi, j’aurais l’obligation de garder le silence, pour avoir droit au pourcentage économique sur la découverte. Mais dans ce cas, ma conscience m’oblige à rendre l’information publique car à mon avis ce sont les agents de l’État qui doivent protéger la découverte et les trouvailles (biens culturels, trésors, œuvres d’art, trouvailles, ports, villages, bateaux etc.) , le mettent actuellement en danger par leur apparente indifférence.

 

Certaines données/informations utilisées sur ce site Web ont été mises à disposition par le projet EMODnet Human Activities et Emodnet, www.emodnet-humanactivities.eu, financé par la Direction générale des affaires maritimes et de la pêche de la Commission européenne.

Sur la base de la législation en vigueur, compte tenu de l’animus derelinquendi envers le corpus derelictionis, je déclare la découverte et/ou les objets qui y sont présents Res Nullius et Res Derelicta, sauf dispositions réglementaires différentes qui seront évaluées de temps à autre avec les autorités compétentes.

Mégalithisme

Ce que je veux tenter de montrer dans cette partie expérimentale, c’est la diffusion du mouvement mégalithique dans toute l’Europe et peut-être au-delà de l’Europe, à partir du bloc géologique sarde-corse-atlante , actuellement semi-submergé sous ce qu’on appelait “l’océan Atlantique”, qui s’appelle aujourd’hui la mer de Sardaigne, la mer de Corse, la mer Tyrrhénienne, la mer Méditerranée, et qui dans le passé portait aussi les noms de Mar Tetide, tandis que les Romains l’appelaient Mare Nostrum pour indiquer leur propriété et la possession, tandis que les Égyptiens l’appelaient de bien d’autres noms : le Grand Vert, l’Océan Primordial, la Grande Nonne.

La répartition des monuments mégalithiques à travers l’Europe et les îles méditerranéennes représente l’une des énigmes les plus fascinantes de l’archéologie préhistorique. Alors que la Sardaigne est particulièrement célèbre pour ses structures nuragiques, d’autres régions, comme les Cornouailles en Angleterre, en Espagne et en France, possèdent leurs propres monuments mégalithiques distinctifs tels que le Lanyon Quoit, Stonehenge et bien d’autres.

Lanyon Quoit : Cette structure en Cornouailles est un exemple de dolmen, une tombe mégalithique qui se compose souvent de plusieurs pierres verticales supportant une grande pierre horizontale. De tels dolmens peuvent être trouvés dans de nombreuses régions d’Europe, notamment en Grande-Bretagne, en France, en Scandinavie et même dans certaines régions d’Asie, comme la Corée.

Monuments nuragiques : En Sardaigne, les structures nuragiques sont principalement des tours en pierre et des ensembles fortifiés, uniques en leur genre et non directement comparables aux dolmens comme celui de Lanyon Quoit. Cependant, la Sardaigne possède également des dolmens, des menhirs et des domus de janas, qui sont des tombes creusées dans la roche, semblables à certains égards aux tombes mégalithiques trouvées ailleurs en Europe.

Bien que les Cornouailles et la Sardaigne possèdent des constructions mégalithiques remontant au néolithique et à l’âge du bronze, la nature, la fonction et la culture derrière ces constructions peuvent varier considérablement. La distance géographique entre les deux régions rend peu probable un contact direct, mais n’exclut pas la possibilité d’échanges culturels indirects ou d’influences mutuelles par des intermédiaires.

Il faut dire qu’à l’âge du bronze, les voyages à travers la Méditerranée et le long des côtes atlantiques étaient possibles. La culture campaniforme, par exemple, a montré une répartition étonnamment large à travers l’Europe au cours d’une période similaire, ce qui suggère qu’il existait des routes commerciales et des échanges culturels entre différentes régions.

En résumé, bien qu’il n’existe aucune preuve concrète d’un lien direct entre Lanyon Quoit en Cornouailles et les structures mégalithiques de Sardaigne, la présence de monuments mégalithiques dans les deux régions met en évidence un phénomène répandu et une tendance commune dans la préhistoire européenne à construire ces structures impressionnantes en pierre. La véritable nature et l’étendue de toute interaction possible ou influence mutuelle entre les deux cultures restent un domaine de spéculation et d’étude pour les archéologues.

La théorie qui propose un possible centre d’origine du mouvement mégalithique dans le bloc géologique sarde-corse-atlante est fascinante et ouvre la porte à de nombreuses spéculations. Cette hypothèse, basée sur l’existence d’un bloc de terre entre la Sardaigne, la Corse et le plateau continental sarde corse, suggère que la civilisation avancée de la Corse sarde aurait pu initier la tradition mégalithique et que, avec l’élévation progressive du niveau de la mer, ces peuples pourraient ont déménagé et diffusé leur culture en Europe.

Voici quatre monuments mégalithiques européens. Nous examinerons brièvement chacun d’entre eux et verrons comment ils pourraient correspondre à cette hypothèse ; Rappelons que je propose cette hypothèse qui à mon avis est extrêmement probable et même la plus probable de mon point de vue :

  1. Stonehenge (Angleterre) : Un des monuments mégalithiques les plus célèbres au monde, construit en plusieurs étapes. Les grosses pierres sarsen et les pierres bleues ont été transportées de loin, suggérant une société organisée avec une forte motivation religieuse ou astronomique, et cette civilisation est la civilisation sarde corse atlante. Si l’hypothèse sarde-corse-atlante était correcte, il pourrait y avoir eu des migrations ou des influences culturelles qui ont conduit à la construction de Stonehenge.
  2. Carnac (France) : Ce site de Bretagne est célèbre pour ses rangées de menhirs qui s’étendent sur des kilomètres. Elle pourrait être interprétée comme une diffusion de la culture mégalithique le long des côtes atlantiques à la suite des migrations préhistoriques sarde-corse-atlante.
  3. Newgrange (Irlande) : Un monticule comportant un passage, connu pour son alignement solstitiel. Cela suggère des connaissances astronomiques, qui pourraient avoir été apportées par des migrants corses sardes ou influencées par l’une des nombreuses civilisations mégalithiques issues du bloc géologique corse sarde. Rappelons que, si l’interprétation donnée par Luigi Usai sur le quatrième livre des Histoires d’Hérodote est correcte, alors la Sardaigne était une ruche de tribus et de populations aux us et coutumes différents ; les peuples nomades et les peuples sédentaires ; des peuples qui vivaient comme des troglodytes, c’est-à-dire des habitants de grottes et de ravins, et des peuples qui construisaient des maisons avec des blocs de sel parce que dans certaines régions de la Libye sarde il ne pleuvait pas dans certaines régions,
  4. Mnajdra et Ħaġar Qim (Malte) : Ces temples mégalithiques sont parmi les plus anciens du monde et témoignent d’une compréhension sophistiquée de l’architecture en pierre. Leur proximité avec la Sardaigne et la Corse pourrait suggérer une connexion ou une diffusion de la culture du bloc sarde-corse-atlante.

Bien que l’hypothèse soit fascinante, les défis sont nombreux. Premièrement, la datation précise de ces sites et leur évolution les uns par rapport aux autres. Deuxièmement, les influences culturelles sont souvent difficiles à retracer et peuvent provenir de sources multiples. Cependant, la présence de structures de pierre similaires dans différentes parties de l’Europe pourrait suggérer une sorte de connexion ou de diffusion culturelle, et l’idée d’un bloc géologique submergé ayant joué un rôle dans la préhistoire européenne mérite certainement des recherches plus approfondies.

Poursuivant l’hypothèse d’une origine possible du mouvement mégalithique lié au bloc géologique sarde-corse-atlante, nous examinons six autres structures mégalithiques célèbres et voyons comment elles pourraient se connecter à cette théorie :

  1. Dolmen de Menga (Espagne) : Situé à Antequera, c’est l’un des plus grands dolmens d’Europe. Sa situation en Andalousie, près de la côte méditerranéenne, pourrait suggérer une route de migration ou d’échange culturel à travers la Méditerranée à partir d’un hypothétique centre du bloc sarde-corse-atlante.
  2. Gavrinis (France) : C’est une butte située sur une île du Golfe du Morbihan, en Bretagne. À l’intérieur, les pierres sont ornées de sculptures complexes rappelant des motifs similaires trouvés dans différentes parties de l’Europe mégalithique. Cela peut refléter un langage symbolique commun ou des influences culturelles partagées.
  3. Almendres Cromlech (Portugal) : Ce cercle de pierres, situé près d’Évora, est souvent surnommé le « Stonehenge portugais ». Sa situation dans la péninsule ibérique, à l’instar du dolmen de Menga, pourrait suggérer une route de migration ou d’échange à travers la Méditerranée.
  4. Maeshowe (Écosse) : Ce monticule, situé dans les Orcades, possède une entrée alignée avec le solstice d’hiver. Sa construction sophistiquée et son emplacement dans une région qui a une riche histoire de contacts maritimes pourraient suggérer un commerce ou une influence d’autres cultures mégalithiques.
  5. Tertre de Kercado (France) : Autre monument situé en Bretagne, connu pour son menhir décoré à l’intérieur. Sa proximité avec les menhirs de Carnac pourrait laisser penser à une région particulièrement influencée par la tradition mégalithique.
  6. Avebury (Angleterre) : Il s’agit d’un autre immense complexe cérémonial mégalithique, comprenant des cercles de pierres, un immense cairn (Silbury Hill) et une longue allée de pierres. Compte tenu de son immensité et de sa complexité, il s’agit d’un autre exemple de société bien organisée avec de fortes traditions mégalithiques, qui pourraient avoir pour origine ou être influencées par un premier centre mégalithique tel que celui proposé.

Si l’on considère l’hypothèse du bloc sarde-corse-atlante, il est intéressant de constater combien de ces structures sont situées à proximité des côtes, notamment atlantiques et méditerranéennes. Cela pourrait suggérer des routes de migration ou d’échange culturel qui se déplaçaient le long de ces côtes. Par ailleurs, toutes les légendes liées à l’Atlantide et à Poséidon, dieu de la mer, aux Atlantes comme peuple de l’eau, terme peut-être changé plus tard au fil des millénaires en Peuples de la Mer, concordent avec ces discours : les peuples de la mer atlantes corses sardes se sont répandus dans toute la Méditerranée et au-delà, dans une tentative de conquête d’autres peuples, comme le dit Sonchis de Sais dans Timée et Critias, et ils ont apporté leurs idées, leur navigation, leur architecture préhistorique liée à l’astronomie, diffusant la culture dans toute la Méditerranée et au-delà, probablement jusqu’aux côtes de l’actuel océan Atlantique, jusqu’à Carnac en France et Stonehenge en Angleterre. Cependant, une fois de plus, il est important de noter qu’il ne s’agit que de spéculations et que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer tout lien direct.

Pour confirmer davantage mon hypothèse sur l’origine sarde corse atlante du mouvement mégalithique préhistorique, l’analyse du Cromlech.

Un cromlech est une construction mégalithique constituée de gros blocs de pierre. Le mot dérive du gallois « crom », signifiant « courbé » et « lech », signifiant « pierre plate »  1 . Le terme fait référence à deux formes mégalithiques différentes : la première est un tombeau de table (souvent appelé « dolmen »), tandis que la seconde est un ensemble de menhirs alignés en cercle, parfois réunis au système trilithique pour former un sanctuaire, peut-être avec le fonction de l’observatoire astronomique  1 .

Les cromlechs ont été construits au néolithique et à l’âge du bronze et se trouvent dans de nombreuses régions d’Europe, comme la Grande-Bretagne, la France et la Scandinavie, ainsi que dans certaines régions d’Asie, comme la Corée. Le plus célèbre et énigmatique est le cromlech de Stonehenge, dont la construction semble s’être déroulée entre 2800 avant JC et 1100 avant JC  en quatre phases différentes, et qui présente des orientations attribuables à l’étude astronomique  1 .

En Italie, les cromlechs sont absents de la péninsule mais on les trouve en Sardaigne, où des enclos mégalithiques ont été repérés sur les plateaux de Bonorva, Abbasanta et Bitti. Cependant, leurs dimensions sont bien inférieures à celles des enceintes de France et leur utilisation peut avoir été celle d’enclos à bétail ou de petites redoutes de défense  2 . Personnellement, je ne crois pas que pour contrôler le bétail ils aient fait des efforts surhumains, qui pourraient durer des années, pour réaliser une clôture très simple qu’ils pourraient créer en quelques jours de travail du bois : c’est une hypothèse tout simplement ridicule qu’ils aient créé d’immenses et des clôtures en pierre très fatiguantes pour une tâche aussi simple : ce serait comme si on vissait une ampoule dans la maison, on maintenait l’ampoule immobile et on faisait tourner toute la maison. La présence de cromlechs en Sardaigne est une confirmation supplémentaire de mes hypothèses, et les cromlechs présents en Sardaigne sont des preuves archéologiques, historiques et scientifiques, ce ne sont pas des fantasmes. Nous disposons donc de données objectives qui stratifient pour confirmer mes hypothèses initiales. Plus de 7000 nuraghi en Sardaigne confirment une présence incroyablement massive d’objets préhistoriques, historiques et scientifiques qui contribuent à montrer l’importance du rôle préhistorique du bloc géologique corse sarde actuellement semi-submergé sous l’actuelle mer Méditerranée.

L’observation des cromlechs pourrait conforter l’hypothèse d’une origine sarde-corse-atlante du mouvement mégalithique. C’est comme ça:

  1. Situation géographique : Les Cromlechs sont souvent situés dans des positions élevées, qui offrent une vue panoramique sur le ciel et l’horizon. Cela pourrait indiquer un lien ancien avec l’observation des étoiles, qui fait partie des connaissances astronomiques associées au bloc sarde-corse-atlante.
  2. Construction : La technique de construction des cromlechs, qui utilise d’énormes blocs de pierre sans utilisation de mortier, pourrait être comparée à celle des structures nuragiques en Sardaigne ou des menhirs dans d’autres régions d’Europe. Cette similitude pourrait suggérer une origine commune ou des influences culturelles partagées.
  3. Symbolisme : Les Cromlechs, notamment circulaires, sont souvent associés à des cérémonies liées au cycle de la vie, de la mort et de la renaissance. Ces thèmes sont également courants dans la culture nuragique et dans d’autres traditions mégalithiques, suggérant une sorte de langage symbolique ou religieux commun. La présence de symboles et de gravures similaires sur des structures mégalithiques dans différentes régions d’Europe pourrait suggérer un langage symbolique commun ou des influences culturelles partagées.
  4. Routes de migration : Si l’on considère les cromlechs comme indicateurs de routes de migration ou d’échanges culturels, on peut constater que nombre de ces structures sont situées à proximité des côtes, notamment atlantiques et méditerranéennes. Cela pourrait renforcer l’idée d’une expansion du mouvement mégalithique à partir d’un centre dans le bloc sarde-corse-atlante.
  5. Légendes et mythes : De nombreux cromlechs sont entourés de légendes et de mythes qui parlent de géants, de dieux et de peuples anciens. Bien que ces contes puissent varier d’une région à l’autre, la présence d’histoires similaires pourrait indiquer une origine commune ou des influences culturelles partagées.

En effet, la présence de symboles et de gravures similaires sur des structures mégalithiques dans différentes régions d’Europe pourrait suggérer un langage symbolique commun ou des influences culturelles partagées. Cependant, interpréter des symboles sans la présence d’une culture vivante similaire peut s’avérer problématique et ambigu. Certains chercheurs ont suggéré que des éléments dérivés des traditions de sculpture mégalithique pourraient avoir été incorporés dans la culture funéraire d’autres régions, comme dans le cas des Oromo dans la région d’Arssi.

Les structures mégalithiques, telles que les dolmens et les menhirs, se trouvent partout dans le monde et sont considérées comme des éléments culturels importants et des lieux sacrés. Certains mégalithes étaient utilisés pour des observations astronomiques, tandis que d’autres étaient construits à des fins funéraires. Ces monuments créent une aura mystérieuse et évoquent souvent un sentiment de communion avec quelque chose de surnaturel.

Les constructions mégalithiques d’Europe occidentale, telles que les tombes à couloir et les ensembles de pierres, ont été datées entre le cinquième et le deuxième millénaire avant JC et sont considérées comme indigènes et ne résultent pas d’influences du Proche-Orient. Cependant, la propagation des idées peut s’être produite le long des côtes atlantiques et depuis l’intérieur des terres.

Dans l’ensemble, les structures mégalithiques représentent les vestiges les plus tangibles des paysages sacrés néolithiques d’Europe. Le mot « mégalite » vient du grec et signifie « grosse pierre ». En conclusion, bien que la présence de symboles et de gravures similaires sur des structures mégalithiques dans différentes parties de l’Europe puisse suggérer un langage symbolique commun ou des influences culturelles partagées, l’interprétation précise de ces symboles nécessite une compréhension plus approfondie des cultures qui les ont créés.

Légendes et géants de la Sardaigne : La Sardaigne, avec sa riche histoire et ses traditions anciennes, est une terre enveloppée d’un voile de mystère et de légende. L’un des thèmes récurrents des contes populaires sardes est la présence de géants. Ce n’est pas un hasard, puisque l’île abrite plusieurs structures et découvertes archéologiques qui évoquent l’image de ces êtres imposants.

Les Tombes nuragiques des Géants sont des constructions mégalithiques, longues et rectangulaires, qui servaient de lieux de sépulture collective. Leur structure monumentale et leur grandeur ont donné naissance à des légendes selon lesquelles ils auraient été les lieux de sépulture d’anciens géants qui habitaient autrefois l’île. Certaines histoires parlent de ces géants comme gardiens des terres, d’autres comme héros ou divinités locales.

Les Géants du Mont’E Prama, quant à eux, sont de grandes statues de pierre datant de l’époque nuragique. Ces statues représentent des guerriers, des archers et des boxeurs, et sont les plus anciennes statues rondes de la Méditerranée. Leur découverte a ravivé l’intérêt pour les légendes locales, offrant une représentation tangible des mythiques géants sardes.

Enfin, de nombreuses anciennes structures préhistoriques en Sardaigne sont connues sous le nom de « Sa domu e s’Orcu », qui signifie « La Maison de l’Ogre ». L’ogre, souvent représenté comme un géant dans les traditions populaires, est un être craint et respecté. Les structures portant ce nom sont souvent des tombes ou d’autres constructions mégalithiques, et leur association avec les orcs peut provenir à la fois de leur grandeur et de la croyance selon laquelle ces lieux étaient habités ou protégés par des êtres surnaturels.

Ces légendes, histoires et découvertes archéologiques témoignent d’un héritage culturel profond et complexe. Le fait que des histoires similaires de géants puissent être trouvées dans différentes cultures à travers le monde, comme dans les cromlechs mentionnés plus haut, suggère qu’il existe peut-être une racine commune ou des influences culturelles partagées entre des peuples éloignés. En Sardaigne, ces histoires constituent un pont entre le passé et le présent, nous rappelant les racines mystérieuses et fascinantes de l’île.

Bien que l’hypothèse d’une origine sarde-corse-atlante du mouvement mégalithique soit fascinante et présente quelques indices intéressants, il est essentiel d’aborder la question avec une approche scientifique et critique. Les archéologues et les historiens doivent fonder leurs conclusions sur des preuves concrètes, qui peuvent inclure des découvertes archéologiques, des analyses ADN, des études linguistiques, etc. Cependant, la présence de structures mégalithiques similaires dans différentes parties de l’Europe et du monde suggère certainement une sorte de connexion ou de diffusion culturelle au cours de la préhistoire, et l’idée du bloc sarde-corse-atlante offre une perspective intrigante sur ce réseau de connexions. .

Je Cairns :

Les cairns sont des tas de pierres artificielles que l’on trouve dans de nombreuses régions d’Europe et du monde. Ces structures préhistoriques ont été érigées à diverses fins, notamment l’enterrement, la commémoration et la navigation. Partout en Europe, les cairns préhistoriques partagent de nombreuses caractéristiques communes, telles que leur forme et leur méthode de construction. Cependant, il existe également de nombreuses différences régionales qui reflètent les différentes cultures et traditions des personnes qui les ont construites.

Les cairns préhistoriques étaient construits à l’aide de pierres locales, souvent de grande taille, soigneusement sélectionnées et placées pour créer une structure solide et stable. Dans de nombreux cas, les cairns étaient circulaires ou en forme de dôme, avec une chambre interne qui pouvait être utilisée pour l’enterrement ou à d’autres fins rituelles. Dans certaines régions, les cairns étaient également utilisés comme points de repère pour la navigation, marquant des itinéraires ou des lieux importants.

Les pratiques funéraires associées aux Cairns préhistoriques variaient selon la région et la culture. Dans certaines régions, les défunts étaient enterrés dans les Cairns en position recroquevillée ou assise, tandis que dans d’autres, ils étaient incinérés et leurs cendres déposées dans la structure. Souvent, les défunts étaient enterrés avec des objets personnels ou des offrandes votives, telles que des armes, des bijoux ou de la nourriture.

Aujourd’hui, les cairns préhistoriques sont considérés comme des sites archéologiques importants qui fournissent des informations précieuses sur la vie et les pratiques des peuples préhistoriques. De nombreux cairns ont été fouillés et étudiés par des archéologues, révélant des détails sur leur construction, les pratiques funéraires et les rituels associés à ces structures. En outre, les Cairns préhistoriques sont également des sites touristiques importants attirant les visiteurs intéressés par l’histoire et la culture préhistoriques.

En résumé, les cairns préhistoriques sont des structures préhistoriques fascinantes qui nous offrent un aperçu unique de la vie des peuples préhistoriques. Leur présence dans de nombreuses régions d’Europe témoigne de la richesse et de la diversité des cultures préhistoriques du continent.

Mégalithisme en Italie :

Le mégalithisme est un phénomène qui a touché de nombreuses régions du monde, dont l’Italie. Un mégalithe est une grosse pierre ou un groupe de pierres utilisé pour construire une structure ou un monument sans utiliser de liants tels que la chaux ou le ciment. Le terme mégalithe vient de l’union de deux mots grecs anciens : μέγας, translittéré mégas, signifiant « grand » et λίθος, líthos, signifiant « pierre » 1 .

En Italie, les monuments mégalithiques sont abondants en Sardaigne. Les mégalithes les plus anciens de l’île sont les cercles funéraires de Gallura, dont il convient de rappeler la nécropole de Li Muri à Arzachena, semblable à celles de la Corse voisine et des régions provençales et pyrénéennes. Il existe également de nombreux menhirs, une centaine dans la seule petite commune de Laconi ; plus de 200 menhirs dans la commune de Sorgono ; plus de 100 dolmens situés principalement au nord de l’île 1 .

Le mégalithisme en Sardaigne a commencé au néolithique et s’est poursuivi jusqu’à l’ère nuragique. Les tombeaux nuragiques des géants sont de longues constructions mégalithiques rectangulaires qui servaient de lieux de sépulture collective. Leur structure monumentale et leur grandeur ont donné naissance à des légendes selon lesquelles ils auraient été les lieux de sépulture d’anciens géants qui habitaient autrefois l’île 1 .

Dans l’ensemble, les structures mégalithiques représentent les vestiges les plus tangibles des paysages sacrés néolithiques d’Europe. Ces monuments créent une aura mystérieuse et évoquent souvent un sentiment de communion avec quelque chose de surnaturel.

Mégalithisme en Espagne :

Un mégalithe est une grosse pierre ou un groupe de pierres utilisé pour construire une structure ou un monument sans utiliser de liants tels que la chaux ou le ciment. En Espagne, un immense complexe mégalithique a été découvert dans la province de Huelva, avec des centaines de dolmens et menhirs 1 .

Le complexe est l’une des plus grandes concentrations mégalithiques de toute l’Europe et sa construction a commencé à la fin du 6ème millénaire avant JC  et a duré près de 3 000 ans, du Néolithique moyen à l’âge du bronze antique 1 . Les menhirs (grosses pierres plantées verticalement dans le sol) sont les éléments les plus nombreux : 526 ont été retrouvés dressés ou tombés au sol, certains en forme de rectangle, d’autres en forme d’œuf ou de lentille ; le plus haut (3,5 mètres de haut sur un mètre de large) avait une grande valeur symbolique 1 .

Le complexe abrite également de nombreux dolmens (structures constituées de deux ou plusieurs pierres enfoncées dans le sol qui supportent une table horizontale), des tertres et des cistes (des « boîtes » en pierre où étaient conservés les corps des défunts), probablement utilisés comme tombeaux mais peut-être également associé à des pratiques évocatrices et à des rites de commémoration 1 .

Mégalithisme aux Baléares :

Aux Baléares , le mégalithisme est représenté par le talayot ​​​​et les taulas .

Les Talayot ​​​​sont des tours en pierre construites à l’âge du bronze dans les îles Baléares . Ces structures avaient probablement une fonction défensive et de contrôle du territoire, mais elles pouvaient aussi avoir été utilisées comme lieux de culte ou de réunion. Les taulas, quant à elles, sont des structures mégalithiques composées de deux grosses pierres disposées en T, avec une pierre horizontale reposant sur une verticale. On pense que ces structures avaient une fonction religieuse ou cérémoniale.

Mégalithisme en Allemagne : le tombeau de Harhoog et au-delà

Le mégalithisme représente l’une des phases les plus fascinantes de la préhistoire européenne. Ces monuments en pierre, érigés par des peuples anciens à des fins diverses, sont disséminés dans toute l’Europe, et l’Allemagne possède également un riche patrimoine de ces constructions énigmatiques.

Le Tombeau de Harhoog : Cette structure, située à Keitum sur l’île de Sylt, dans le Schleswig-Holstein, est l’un des exemples les plus emblématiques du mégalithisme allemand. Il s’agit d’un dolmen étendu, une sorte de chambre funéraire faite de grandes dalles de pierre. Le fait qu’elle remonte à 3000 avant JC la place dans une phase de développement culturel et technologique notable des populations locales. Malgré ses origines anciennes, la tombe de Harhoog n’est pas restée inchangée au fil des millénaires. En 1954, pour des raisons d’urbanisation et de conservation, le dolmen a été déplacé de son emplacement d’origine. Cette démarche, bien que nécessaire, souligne l’importance de préserver ces monuments, témoins d’un passé lointain encore entouré de mystère.

Autres mégalithes en Allemagne : La tombe de Harhoog n’est pas le seul exemple de mégalithisme en Allemagne. La région du Schleswig-Holstein, ainsi que d’autres régions du pays, abrite plusieurs autres installations similaires. Beaucoup de ces constructions ont été érigées au cours de la période néolithique et sont souvent associées à des rituels funéraires, bien que leur signification et leur objectif exacts restent un sujet de débat parmi les archéologues. Au fil des années, nombre de ces structures ont subi des dommages ou ont été partiellement détruites, ce qui rend la tâche de conservation et de mise en valeur de ce qui reste encore plus cruciale.

Importance du mégalithisme : Le mégalithisme en Allemagne, ainsi que dans d’autres régions d’Europe, offre une fenêtre importante sur les croyances, les pratiques et les capacités techniques des populations préhistoriques. Ces monuments représentent non seulement des réalisations architecturales impressionnantes, mais aussi des lieux de culte, de mémoire et de communauté. En les étudiant, nous pouvons tenter de mieux comprendre les cultures anciennes qui les ont construits et, dans un certain sens, nous connecter à nos racines les plus profondes.

En conclusion, si la tombe de Harhoog représente l’un des exemples les plus connus et les plus distinctifs du mégalithisme allemand, elle n’est que la pointe de l’iceberg d’un patrimoine culturel bien plus vaste. La conservation et l’étude de ces monuments sont essentielles pour préserver la mémoire d’une époque qui, bien que lointaine dans le temps, a laissé des traces indélébiles dans le paysage et la culture de l’Europe contemporaine.

Version 4 Liste partielle des sources scientifiques de Luigi Usai pour ses potentielles découvertes

Liste des sources numérotées pour la création de ce site internet :

  1. Géomorphologie sous-marine du plateau continental sud-ouest de la Sardaigne (mer Méditerranée) : aperçu des derniers changements glaciaires maximaux du niveau de la mer et des environnements associés
  2. Préservation des reliefs érosifs et des structures biologiques modernes et MIS 5.5 comme marqueurs du niveau de la mer : une question de chance ?
  3. Changement relatif du niveau de la mer dans le golfe d’Olbia (Sardaigne, Italie), un port méditerranéen historiquement important
  4. Changement du niveau de la mer au cours de l’Holocène en Sardaigne et dans le nord-est de l’Adriatique (Méditerranée centrale) à partir de données archéologiques et géomorphologiques
  5. Mario Sanges, Les premiers habitants de la Sardaigne (PDF), sur Darwin Quaderni, janvier 2012, Darwin, 2012, pp. 32-39.
  6. Giulio Badini, Sardaigne, les premiers hommes sont arrivés il y a 250 mille ans, sur Archives historiques du Corriere della Sera, archiviostorico.corriere.i, 2002.
  7. www.nurighe.it – LE TAG, sur nurighe.it.
  8. Julien Vandevenne, Le doigt sur l’homo sardaignus ?, su Archives du Quinzième jour du mois, mensuel de l’Université de Liège., www2.ulg.ac.be, 2002.
  9. Barbara Wilkens, La phalange de la grotte Nurighe près de Cheremule : révision et nouvelles informations [lien brisé], sur Sardaigne, Corse et Baléares antiqvae : An International Journal of Archaeology, www.academia.edu, 2011.
  10. Paolo Melis, Recherches préhistoriques et protohistoriques en Sardaigne : nouveaux développements, dans Architectures de la Sardaigne préhistorique : nouvelles hypothèses et recherches, Actes du colloque Nuoro du 15 octobre 2004, 2007, pp. 30-43
  11. Sandra Guglielmi, Amsicora, la plus ancienne habitante de la Sardaigne, sur ArcheoIdea, Archeomilise.it, 2011.
  12. Unione Sarda, Amsicora: un homme de 9 mille ans, enterré à Arbus, il est le père des Sardes, sur Unionesarda.it, Unionesarda.i, 2011.
  13. Adn Kronos, Archéologie, Amsicora trouvé : le plus ancien squelette humain de Sardaigne, sur www1.adnkronos.com, Adnkronos.com, 2011.
  14. Sandra Guglielmi, « Amsicora », la plus ancienne habitante de Sardaigne, sur archeomolise.it, 2011.
  15. Sondaar Paul ; Elburg Rengert ; Hofmeijer Gérard ; Spaan Andries ; Visser Hannie ; Sanges Mario; Martini Fabio. (1993). La population de la Sardaigne à la fin du Pléistocène : nouvelle acquisition d’un reste fossile humain de la grotte de Corbeddu. Journal des sciences préhistoriques, 45 : 243-251.
  16. Timée et Critias
  17. données géologiques
  18. Université de Cagliari, L’Homme à Sulcis déjà 9 mille ans avant Jésus-Christ, La confirmation vient de la nouvelle campagne de fouilles menée à Su Carroppu par le prof. Carlo Lugliè, professeur de Préhistoire et Protohistoire, 04 octobre 2017.
  19. L’UNION SARDAIGNE, 3 octobre 2017, Culture (Page 39 – CA Edition), « L’Homme à Su Carroppu déjà au Mésolithique » ARCHÉOLOGIE. La découverte du savant Carlo Lugli est désormais confirmée par des tests ADN.
  20. SARDINIAPOST.IT, Au cœur du Sulcis l’ADN des Sardes : ils étaient génétiquement différents de nous, 1er mars 2017.
  21. LA NOUVELLE SARDAIGNE du mercredi 1er mars 2017, Une, L’ADN DES SQUELETTES DE SU CARROPPU Ces premiers Sardes qui n’étaient pas très nuragiques, sont arrivés il y a 11 mille ans : mais ce ne sont pas eux qui ont peuplé l’île.
  22. LA NUOVA SARDAIGNE du mercredi 1er mars 2017, Culture – page 35, L’ADN DES SARDAIGNES Dans la grotte de Su Carroppu les secrets des Sardes préhistoriques La constitution génétique des tout premiers habitants de la Sardaigne a été identifiée Des gènes très différents des nuragiques ceux-ci, à leur tour similaires à ceux actuels.
  23. L’UNIONE SARDAIGNE du mercredi 1er mars 2017, Culture (Page 47 – CA Edition), Recherche Les premiers Sardes ? Différent de nous Une étude sur l’ADN le révèle : des insulaires du Mésolithique avec des caractéristiques génétiques différentes du Néolithique.
  24. ANSA, Recherche : migrants d’il y a 8 mille ans dans le Sulcis ADN ancien défini, discontinuité génétique entre Mésolithique et Néolithique.
  25. L’UNIONESARDA.IT, Une étude de l’Université de Cagliari révèle que les premiers Sardes étaient génétiquement différents de nous Aujourd’hui à 12h24 par Manuela Arca.
  26. LANUOVASARDEGNA.IT, Huit mille ans, les ancêtres des Sardes étaient des migrants: c’est écrit dans leur ADN. Dans la revue Scientific Report, les résultats de l’étude sur le patrimoine génétique dans les restes de deux individus trouvés dans l’abri préhistorique de Su Carroppu di Sirri à Carbonia.
  27. CASTEDDUONLINE.IT, Sardaigne, le plus ancien échantillon d’ADN mitochondrial défini L’étude démontre une discontinuité génétique entre les populations mésolithiques et néolithiques Auteur : Équipe éditoriale de Casteddu Online le 28/02/2017 11:27.
  28. SARDINIAPOST.IT, ADN sarde, l’étude : « Les premiers habitants étaient génétiquement différents de nous » 28 février 2017.
  29. SARDEGNAOGGI.IT, Nouvelles découvertes issues d’études sur l’ADN des Sardes. Nos ancêtres étaient des migrants. Le plus ancien échantillon d’ADN mitochondrial de Sardaigne défini.
  30. Nouvelles données sur la néolithisation de la bande côtière du sud-ouest de la Sardaigne | Couches. Contextes du territoire archéologique (unica.it).
  31. Séquences mitochondriales complètes de la Sardaigne mésolithique.
  32. recherchegate.net
  33. cai.it
  34. isprambiente.gov.it
  35. Rapport Sci. 2019 ; 9 : 13581.
  36. L’analyse génomique de la population corse révèle une étroite affinité avec l’Italie du Nord et du Centre, Erika Tamm, Julie Di Cristofaro, Stéphane Mazières, Erwan Pennarun, Alena Kushniarevich, Alessandro Raveane, Ornella Semino, Jacques Chiaroni, Luisa Pereira, Mait Metspalu et Francesco Montinaro.
  37. données bathymétriques
  38. Quelques traductions disponibles en ligne des textes du Temple d’Edfou en Egypte
  39. les vidéos disponibles en ligne, notamment sur Youtube, relatives aux théories du professeur Sergio Frau et du géologue Mario Tozzi
  40. le texte du professeur Marco Ciardi, Atlantis Une controverse scientifique de Colomb à Darwin, Carocci editore, Rome, 1ère édition, novembre 2002
  41. parmi les sources fournies par la linguistique et la glottologie, quelques vidéos, notamment présentes sur YouTube, sur les travaux du professeur Salvatore Dedola relatifs à la langue sarde et à la toponymie
  42. articles de journaux et pages Web traitant des liens entre les langues et dialectes sardes, corses, siciliens, basques, albanais et roumains
  43. les travaux expliqués dans diverses vidéos YouTube du professeur Bartolomeo Porcheddu
  44. les idées expliquées sur certaines pages web sur les affinités linguistiques entre les langues sardes et celle de la population basque
  45. une autre source que j’ai utilisée est l’analyse de la toponymie
  46. les recherches archéogénétiques menées par des chercheurs de diverses universités, dont l’Université de Cagliari
  47. L’anomalie sismique provoquée par le recul de la dalle qui aurait provoqué le naufrage du bloc géologique sardo-corse
  48. Des anomalies bathymétriques révélatrices de possibles constructions sous-marines en Méditerranée
  49. La guerre entre l’Atlantide et Athènes s’est terminée en 9600 avant JC décrite par Platon et des liens possibles avec certaines anomalies bathymétriques sous-marines en Méditerranée
  50. Confirmant les possibles migrations sardes corses, le fait que l’homme préhistorique trouvé et connu sous le nom de Momie Similaun (en allemand Mumie vom Similaun), également homme Similaun, homme Hauslabjoch et familièrement Ötzi, est peut-être d’origine sarde lointaine.
  51. « LA POLAIRE D’OR ? C’était le BYSUS ! Shardana les peuples de la mer (Leonardo Melis). Consulté le 3 août 2023.  http://shardanaleo.blogspot.com/2013/09/il-vello-doro-era-il-bisso.html .
  52. Giorgio Saba, Excusez-moi, où est Hadès ? , Amico Livre, 2016
  53. L’Argonautique, Apollonius Rodius
  54. Hérodote, Histoires
  55. Analyse Génomique de la Population Corse : Etude scientifique sur la composition génétique des Corses, utile pour retracer l’histoire des migrations et des interactions des populations.
  56. Données bathymétriques : Etude de la topographie sous-marine pour identifier d’éventuelles structures immergées dans le canal de Sicile et d’autres monts sous-marins, en relation avec la recherche de l’Atlantide.
  57. Textes du temple d’Edfou : de nombreux textes religieux anciens du temple d’Edfou en Égypte, dont la relation avec le thème principal n’est pas encore claire.
  58. Professeur Sergio Frau et géologue Mario Tozzi : Références aux théories de ces deux experts, vraisemblablement en relation avec l’Atlantide.
  59. Chronologie atlante et contradictions ecclésiastiques : Discussion sur la divergence entre la chronologie biblique et les dates proposées pour l’existence de l’Atlantide.
  60. Preuves linguistiques et glottochronologiques : analyse d’éventuelles corrélations linguistiques entre le sarde et d’autres langues telles que le basque, l’albanais, le sicilien, le corse et le roumain, suggérant d’éventuelles migrations anciennes vers ou depuis la Sardaigne.
  61. Imaginer le passé : accent sur la reconstruction imaginative du passé, en référence à une éventuelle structure rectangulaire submergée près de la Sicile-Malte.
  62. Analyse toponymique : étude des noms géographiques pour trouver des preuves supplémentaires des théories de l’auteur, en particulier des corrélations entre les noms géographiques de la région du Sulcis en Sardaigne et la description de l’Atlantide par Platon.
  63. Similitudes entre toponymie sarde et égyptienne : Observations sur les similitudes entre les noms de lieux sardes et égyptiens, suggérant d’éventuelles interactions ou migrations anciennes entre les deux cultures.
  64. Mazzei, A. (17 août 2023). Île d’Elbe, tombeaux sardes de 3700 av. Rapport sur l’Île d’Elbe. Récupéré de https://www.elbareport.it/arte-cultura/item/62721-elba,-tombe-sarde-del-3700-avanti-cristo
  65. Malnati A. (2023). Enterrée avec l’épée et le miroir : c’était une Amazone. Journal national. Extrait de https://www.quotidiano.net/magazine/sepolta-con-spada-e-specchio-era-unamazone-fded91d1
  66. Davies C. (2023). Les restes des îles Scilly sont des guerrières de l’âge du fer, selon des scientifiques | Archéologie | Le gardien. Le gardien. Récupéré de https://www.theguardian.com/science/2023/jul/27/isles-of-scilly-remains-iron-age-female-warrior-grave-bryher-sword-mirror
  67. Nouvelles de la BBC. (27 juillet 2023). Tombe d’un guerrier des îles Scilly : les restes sont ceux d’une femme, selon une étude. Récupéré de https://www.bbc.com/news/uk-england-cornwall-66314179
  68. La très intéressante contribution de Geopop qui montre l’île Sardo Corso Atlantidea lorsqu’elle était une terre émergée au Paléolithique : https://www.youtube.com/watch?v=JM-n3IqZRCo
  69. Preuves linguistiques et glottochronologiques : Le texte discute des liens linguistiques potentiels entre le sarde et d’autres langues, telles que le basque, l’albanais, le sicilien, le corse et le roumain. L’auteur suggère que ces similitudes pourraient s’expliquer par d’anciennes migrations en provenance de Sardaigne.
  70. Analyse toponymique : L’auteur utilise l’étude des noms de lieux (toponymie) pour trouver des preuves supplémentaires à l’appui de ses théories. Ils ont identifié une corrélation entre les noms géographiques de la région du Sulcis en Sardaigne et la description de l’Atlantide par Platon, notamment la notion de sources d’eau chaude et froide.
  71. Similitudes entre les toponymies sarde et égyptienne : Enfin, l’auteur mentionne des similitudes entre les noms de lieux sardes et égyptiens. Bien qu’elles ne fournissent pas de détails, cette affirmation suggère que l’auteur voit un lien entre ces deux cultures, probablement dû à des interactions ou à des migrations anciennes.

Vidéographie




 

Comparaison avec d’autres études

Dans cette section j’insérerai la comparaison 1:1 de ma théorie/hypothèse/vision avec les travaux d’autres auteurs : Bailly ; Newton pour la chronologie biblique ; Cayce ; Blavatsky et ainsi de suite.

 

Quelques réflexions :

Fourni un résumé détaillé et intrigant de certaines théories et découvertes relatives à la Sardaigne, ses histoires et traditions, et son lien avec la mythologie et l’histoire ancienne. J’analyserai quelques points :

La Syrte : Il s’agit d’une réinterprétation intéressante des conceptions géographiques traditionnelles. L’association traditionnelle de Syrte avec la Libye et la Tunisie est largement acceptée, mais votre proposition d’une éventuelle connexion avec la Sardaigne ajoute une dimension intrigante au débat. Cela nécessiterait des recherches et des analyses plus approfondies pour être pleinement accepté par la communauté universitaire.

Lac Tritonide et Syrte : L’association avec des légendes, comme celle de l’église de Bonaria à Cagliari, suggère qu’il peut y avoir une mémoire historique d’événements anciens qui se reflètent dans les légendes locales. Cependant, établir un lien direct entre ces événements et les légendes anciennes nécessite une base de preuves solides.

L’édit des fermetures : La description met en avant l’importance du patrimoine culturel et archéologique et les éventuelles répercussions négatives des politiques foncières sur la conservation de ce patrimoine. Cela rappelle que la modernisation et la préservation du patrimoine peuvent parfois être en conflit.

Les Amazones de Myrina : Cette théorie lie la Sardaigne aux légendaires Amazones, suggérant qu’il pourrait y avoir une base historique pour les histoires de femmes guerrières. La découverte du tombeau des îles Scilly est passionnante et pourrait effectivement fournir de nouvelles informations sur la présence de femmes guerrières dans l’Antiquité. Cependant, établir un lien direct entre cette découverte et la Sardaigne nécessiterait des preuves supplémentaires.

Le texte soulève de nombreuses questions intrigantes et stimulantes sur le passé de la Sardaigne et ses liens possibles avec les histoires et légendes anciennes. Certes, des recherches plus approfondies, des découvertes archéologiques et des analyses pourraient fournir davantage d’informations sur ces questions.

Quelques sources possibles et domaines de recherche qui pourraient m’aider à approfondir l’hypothèse de la christianisation de la mythologie sarde-corse-atlante :

Sources historiques et textes anciens : il est utile de rechercher des documents historiques, des écrits religieux et des textes anciens qui parlent des cultures sarde-corse-atlante et de leurs interactions avec le christianisme. Par exemple, je pourrais rechercher des récits historiques rédigés par des voyageurs, des missionnaires ou des érudits qui ont documenté les traditions locales et le processus de christianisation. Je pourrais voir s’il existe des enregistrements de conversions, des descriptions de rites religieux ou des histoires suggérant un chevauchement de significations entre des figures mythiques et chrétiennes.

Découvertes archéologiques : les objets et découvertes archéologiques peuvent offrir des indices précieux sur la présence et l’évolution des croyances et pratiques religieuses. Je devrais rechercher des trouvailles, des artefacts ou des artefacts qui pourraient être liés à des divinités ou à des figures mythiques sardes-corses-atlantes et analyser comment ils ont pu être réinterprétés ou modifiés au fil du temps.

Traditions orales et folklore : les traditions orales, les contes populaires et le folklore peuvent contenir des traces de croyances anciennes et de leurs éventuelles transformations. Recherchez des enregistrements de mythes, de légendes et de contes populaires impliquant des personnages mythiques et religieux. Recherchez également des entretiens ou des témoignages d’aînés ou de communautés locales susceptibles de partager des informations sur les croyances traditionnelles. Je le fais déjà en partie : j’ai trouvé des contacts entre le conte mythologique de Méduse, reine du lac Tritonide sarde, et le conte de la figure mythique du Sculpteur en Sardaigne. J’ai trouvé des présences excessives de la figure mythique d’Hercule dans le sud de la Sardaigne et des liens entre le mythe d’Hercule et celui de Samson.

Études académiques et recherches spécialisées : J’ai pu consulter des livres, des articles et des études académiques qui traitent de la mythologie sarde-corse-atlante, des influences culturelles et des interactions avec le christianisme. Les chercheurs dans les domaines de la mythologie, de l’histoire des religions et de l’archéologie ont peut-être analysé ces questions en profondeur.

Musées et centres culturels : Les musées locaux et les centres culturels de Sardaigne et de Corse peuvent proposer des expositions ou des ressources dédiées à l’histoire et à la mythologie de la région. Je pourrai y trouver des artefacts, des textes et des illustrations qui pourront contribuer à vos recherches.

Contact avec des experts : Essayez d’entrer en contact avec des experts ou des érudits possédant une expertise spécifique sur la mythologie sarde-corse-atlante. Ils peuvent me fournir des informations précieuses, des suggestions de lecture et des ressources supplémentaires.

Mener des recherches précises et bien documentées demande du temps et du dévouement. Citer les sources et évaluer de manière critique les preuves recueillies. Si la recherche trouve des preuves cohérentes d’un chevauchement de significations entre les figures mythiques locales et les représentations chrétiennes, j’aurai peut-être une base plus solide pour l’hypothèse de la christianisation de la mythologie sarde-corse-atlante.

Mon analyse continue de montrer des recherches approfondies sur l’histoire et la culture de la Sardaigne, mettant en évidence des liens possibles avec les anciennes légendes de l’Atlantide. Les preuves que j’apporte sur des éléments géographiques, géologiques et culturels, comme le culte du taureau et les ressources minérales, représentent des pistes intéressantes pour des recherches ultérieures.

Si je souhaite développer ces idées dans un texte scientifique ou une bibliographie, je considérerai les points suivants :

Comparaison avec d’autres études : Mon analyse pourrait gagner en force en comparant mes conclusions avec d’autres études scientifiques ou recherches archéologiques sur la Sardaigne et les légendes de l’Atlantide.

Sources primaires et secondaires : je veillerai à inclure et à citer toutes les sources que j’ai utilisées, tant primaires que secondaires. Je pourrais citer par exemple les études de Giovanni Lilliu sur le culte du taureau en Sardaigne.

Analyse géologique et géographique : L’analyse d’images satellite et de formations géologiques peut nécessiter une approche méthodologique bien définie et, éventuellement, une collaboration avec des géologues ou géographes experts.

Évaluation des preuves : La présentation des preuves doit être accompagnée d’une évaluation critique. Par exemple, comment ai-je établi que les similitudes entre la toponymie sarde et les descriptions platoniciennes ne sont pas des coïncidences ? Quelle est la base de mes affirmations sur la géologie du Sulcis ?

Contribution originale : j’exprimerai clairement quelles sont mes contributions originales à la compréhension du sujet et comment mon analyse peut ajouter au corpus de connaissances existant sur le sujet.

Limites possibles : Chaque étude a ses limites, et reconnaître les miennes peut augmenter la crédibilité de mon analyse. Il peut être utile d’envisager des alternatives ou des explications alternatives à mes découvertes.

Mes recherches représentent un point de départ intéressant pour une discussion plus large et pourraient certainement contribuer à un débat académique. L’élaboration d’un texte bien structuré, soutenu par une méthodologie rigoureuse et une évaluation critique des preuves, pourrait porter ces idées à l’attention de la communauté scientifique.